Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Izza Genini, une marocaine pas comme les autres

Re: UNE MAROCAINE, PAS COMME LES AUTRES, JE VOUS PRESENTE, IZZA GENINI
13 décembre 2004, 10:54
MES TRES SINCERES FELICITATIONS MON CHER HASSAN TON TEXTE EST SUPERBE A ENVOIR DES FRISSONS. FELICITATIONS.
AMITIES SINCERES
ALBERT ETTEDGUI
Re: UNE MAROCAINE, PAS COMME LES AUTRES, JE VOUS PRESENTE, IZZA GENINI
13 décembre 2004, 11:18
c'est le génie du marocain dans toute sa splendeur, l'élégance du coeur .
merci à toi cher Hassan de tant de dévouements en toute humilité.
ton récit m'a ému aux larmes.
Merci à Dafina de t'avoir connu.
très affectueusement



george1
merci hassan, elle m'a ecrit elle n'arrete pas de te remercier.
bises soly
Re: UNE MAROCAINE, PAS COMME LES AUTRES, JE VOUS PRESENTE, IZZA GENINI
03 janvier 2005, 20:31
Chère Emeraude,
Avec un peu de retard je viens vous remercier de votre mail ( je n'ai pas encore l'habitude des forums internet ) et vous adresse tous mes voeux pour une année sereine et ensoleillée.
avec peut être la possiblilté d' une rencontre?...
dafinament vôtre
Izza
VOUS VOYEZ, LA GRANDE, LA TRES GRANDE IZZA EST AVEC NOUS, SUR DAFINA, QUEL BONHEUR.
Re: UNE MAROCAINE, PAS COMME LES AUTRES, JE VOUS PRESENTE, IZZA GENINI
09 janvier 2005, 22:40
Chère Soly,
Bonsoir .
Je viens de te faire un mot suite à tous les documents nouveaux que tu as mis sur les Gnawas.
J'ai eu la chance de filmer de nombreuses confréries à Essaouira, Marrakech, Massa...c'est une musique qui nous soulève de terre!
Je t'enverrai des photos
Chavouah Tov
Izza
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
25 janvier 2005, 21:04
POUR MES TRES CHERS DAFOUINEURS!!!!!!
JE PROPOSE QU'UN DE VOUS PRENNE L'INITIATIVE ET FASSE UN PROGRAMME TELEVISE DE CES FILMS POUR TOUT LES MAROCAINS QUI HABITENT ICI EN ISRAEL .
APRES LU, S. ET D'AUTRES AMIS DE CE SITE CES FILS SONT UNE MERVEILLE, JE VEUX QUE NOUS TOUS POURRONS AUSSI NOUS REGALER!!!!!!!

MERCI POUR VOTRE COLLABORATION
BELLA
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
25 janvier 2005, 21:12
ma chere bella moyal ,tu pourras toi aussi te regaler bientot, car si D. veut pour le mois de mars ou avril, notre izza vient nous voir avec ses films.

et on pourra acheter,tout ce qu'elle a ,on t'attend izza.

bisous soly
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
26 janvier 2005, 19:10

Merci a vous tous
Les choses viennent en leur temps et et nous les accueillerons avec joie.
Avec toutes mes amities
Izza
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
28 janvier 2005, 07:05
A lire l'interview en première page avec Mme IZZA sur le site Yabiladi.com
Le Titre de l'article:Izza Genini, Marocaine corps et âme.


Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:21
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 24 janvier 2005, 23:32


Izza Genini à marrakech: Mes films sont comme une bouteille à la mer, suivant mon inspiration
Izza Genini, c’est la première femme marocaine à avoir réaliser un film documentaire, mais elle est également une femme de profondeur humaine, elle a ce pouvoir magique d’être au pluriel culturel. Emarrakech a été honoré par une brève rencontre avec cette dame qui vit au quotidien ‘la passion des origines’..

1 - Izza Genini, voila un nom qui revient à l'actualité culturelle, quoi de neuf pour cette année ?

Ce qu'il y a de nouveau aujourd'hui c'est l'édition de la quasi totalité des films de la collection MAROC CORPS ET AME en DVD.
C'est à la fois un évènement et une nouvelle vie pour les films car le DVD étant d' une extrême exigence technique, nous avons du numériser les images depuis le négatif l6mm, refaire les sous- titres et les commentaires.
De plus, en les regroupant selon des thématiques comme TRANSES MAROCAINES, DANSES ET CADENCES, RACINES JUDEO MAROCAINES , FETES ET FANTASIAS, etc... cela permet de constituer des programmes cohérents

2 - Vous travaillez sur l'axe de la diversité culturelle, thème qui convoque à l'urgence avec la montée des intégrismes dans le monde. Comment définissez vous l'interculturel ?

Lorsque j'ai commencé à faire ces films dans les années 80, il n' était alors question ni d'intégrisme ni de la nécessité de relever la diversité culturelle.... ils ne répondaient à mes yeux qu’à la nécessité de témoigner de ce merveilleux et inépuisable patrimoine musical que je découvrais avec passion.
Ces films étaient l'expression spontanée d'une personne sensible à sa culture et à son environnement. Un acte d’amour en somme. Tant mieux si aujourd’hui ils répondent à la nécessité de souligner les rapports interculturels fraternels et conviviaux qui caractérisent la société marocaine.
Pour moi elle est aussi naturelle que vitale. Elle passe avant tout par un minimum de curiosité pour l’autre, et par le respect des spécifités de chacun.
Un simple échange de souhaits pour les fêtes respectives de chacune des communautés interculturelles serait peu et beaucoup à la fois, à commencer dans le cadre scolaire.

3 - Vous manifestez également une grande passion pour vos origines, comment peut on passer selon vous du local au planétaire ?

La passion des origines : C'est Tayeb Saddiki qui me rappelait un jour devant ma curiosité insatiable des coutumes et traditions marocaines : il faut aller à la montagne pour voir la plaine... sans doute l'éloignement fournit la bonne distance pour mieux voir ce qui nous échappe lorsque l'on a le nez dessus.
Cette passion des origines m'a frappée le jour où, à la faveur d'un retour au Maroc après 15 ans d'absence, je voyais parmi les passants que je croisais mes propres parents, j'entendais leur langage, je comprenais leurs gestes. Il me fallait à présent connaître leur histoire. Et ce fut le début de ma propre histoire avec le Maroc.
De voyage en voyage, de musiques en musiques, de rencontres en rencontres, et de films en films...
Le film RETROUVER OULAD MOUMEN exprime ce parcours personnel, familial, mais a il touché à travers le monde un grand nombre de spectateurs qui n'étaient ni juifs ni marocains. Il a ce pouvoir d'identification de nos origines sans laquelle, je crois, on ne peut pas se construire.

4 - Pourquoi a votre avis, Olivier Barlet d'Africultures traite votre dernière collection de films 'de pièges'... Avez vous cette attention de 'piéger' le téléspectateur ?

Pour aborder cette question il me paraît important de citer la phrase complète de Olivier Barlet:
" ces films sont un piège, on reste cloués devant l'écran, fascinés par etc....."
Loin de moi l'idée de piéger qui que ce soit... tous ces films furent pour moi comme une bouteille à la mer, suivant mon instinct et mon inspiration.
Les musiciens et tous les personnages qui figurent dans les films furent autant de rencontres, d’émotions, de joies.
Si par leur talent des artistes ou par la qualité des films, ils piègent le spectateur qui n'a plus envie de les quitter, je les comprends. N'est ce pas ce qui est arrivé à moi-même lorsque j'ai succombé aux rythmes de la deqqa de Baba, aux orchestres de malhoune, à la Aïta de Fatna bent El Hocine, de Nass EL Ghiwane, de Abdelsadek Chekara de Hajj Hoceine Toulali et de bien d'autres encore....

5 - Dernière question, Que veut dire 'Etre un juif marocain' aujourd’hui ?

Etre juif marocain aujourd'hui?
Pour moi être juif marocain aujourd’hui c’est être pleinement juif et être pleinement marocain, tout simplement.
Le Maroc nous a donné et nous donne encore aujourd’hui le privilège de vivre notre culture et notre foi sans contradiction. Naturellement..
Etre juif marocain aujourd‘hui c’est aussi la capacité de relier le passé au présent sans rupture :
D’où qu ‘ils soient les juifs marocains viennent nombreux se recueillir sur la tombes de leurs ancêtres, ou honorer avec ferveur leurs lieux saints avant de repartir vers leur vie à Montréal, Paris, Tel Aviv, New York ou Madrid…
Etre juif marocain aujourd’ hui c’ est être l’ héritier en commun avec le musulman marocain, d ‘une civilisation dont les coutumes et valeurs sont largement partagées. Un bel exemple à offrir.

<[www.emarrakech.info];

SOLY ANIDJAR

Pièces jointes:
IZZA.jpg
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:22
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 24 janvier 2005, 23:39


<[www.emarrakech.info];

interview, du journal AL JINANE.

izza, j'ai hate de faire ta connaissance, bonne fete de tou bichevat, bisous soly
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:23
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 24 janvier 2005, 23:52


L'aventure de Maroc corps et âme
entretien d'Olivier Barlet avec Izza Genini

La sortie des cinq dvd de la série Maroc corps et âme est un événement important non seulement par le nombre de films mais aussi par la qualité du travail documentaire effectué par Izza Genini.

Voilà un travail de fourmi : quelle était la motivation profonde ?
Il arrive que nos motivations profondes soient connues une fois le travail achevé, mais comme je prétends avoir à encore faire dans ce domaine, elles ne m'apparaîtront avec précision que plus tard. Cependant, je peux en cerner les circonstances, autant personnelles que professionnelles.
Un retour au Maroc que j'avais quitté depuis une quinzaine d'années à l'âge de 17 ans, une redécouverte, ou plutôt une découverte - tant il me semblait n'avoir jamais connu auparavant mon pays ni ma culture - associée à la rencontre providentielle avec le cinéma marocain d'alors, (les années 70/80) m'a lancé « corps et âme » sur le chemin de la réalisation de tous mes films.
D'autres cinéastes marocains ou autres avaient-ils ouvert la voie de l'exploration de ce patrimoine ?
En réalité je peux définir une de mes motivations profondes : de toutes ces musiques et cette culture que je me réappropriais avec passion, je constatais qu'il n'existait pas ou presque pas de documents audiovisuels. Je travaillais alors dans le long métrage de fiction mais me suis lancée avec la foi du charbonnier dans le documentaire que je ne connaissais pas et que j'apprenais tout en le faisant. Pour le bonheur de partager les émotions que je recevais moi-même.
On sent votre désir de mettre en exergue à quel point la diversité culturelle du pays constitue sa richesse. Cela est-il reconnu dans le Maroc actuel ? Cela peut-il être le ciment de sa société ?
La diversité du Maroc est le reflet de ma propre diversité.
Je porte un prénom berbère Izza, qui est celui de ma grand-mère. L'arabe est ma langue maternelle, le français, ma langue vernaculaire. Quand j'entends les tambourineurs de Marrakech ou les crotales des gnaouas sub-sahariens, je ne peux m'empêcher de danser, quand j'écoute un air arabo-andalou ou un chant sacré en hébreu, je ressens la même émotion. J'ai la chance d'être issue d'un pays, le Maroc, qui justement revendique cette diversité culturelle comme une richesse fondatrice, à la fois comme un héritage et une promesse.
Après le traumatisme de l'exil juif, un retour est-il possible ?
Je crois que tout retour après un exil, ou même après une longue absence motivée par des raisons économiques, est difficile, du moins dans sa forme initiale.
Les Juifs qui ont quitté le Maroc ont fait depuis leur place ailleurs mais ce qui me paraît essentiel c'est que le Maroc ne les a pas quittés. Le lien est viscéral par-delà l'espace géographique ou temporel, la mémoire est libre : le succès des pèlerinages sur les tombes de nos ancêtres en témoigne, l'hospitalité fidèle et généreuse de nos voisins ou amis est une invitation au retour&#8230; Evidemment je parle d'une génération qui m'est contemporaine.
Quels ont été les thèmes pour vous les plus marquants ?
Bien que chacun de mes films ait été l'objet d'une inspiration particulière et d'une entreprise à part entière, je peux dire que la musique a occupé d'emblée la première place. D'ailleurs, dès 1980 je me suis lancée tête baissée dans la production du long métrage documentaire Transes de Ahmed El Maanouni simplement parce qu'un soir à Paris je découvrais, médusée, le groupe Nass El ghiwane devant un public galvanisé.
Puis ce fut toute cette diversité musicale et des rencontres personnelles avec les musiciens et les musiciennes qui me donnèrent l'énergie de me lancer dans cette aventure. La famille, les traditions, l'art de vivre marocain, la convivialité entre Juifs et Musulmans furent aussi des sujets très inspirants&#8230;
Qu'est-ce qui a permis de financer cette série ?
Sans doute ma foi &#8211; ou mon inconscience ?- a convaincu les premiers qui furent acquis au projet de Maroc, corps et âme (Maroc à l'envers&#8230 initié en 1986, quand la musique arabe ou la world music n&#8217;envahissait pas encore les ondes et les bars branchés.
Des individus, des institutions, des chaînes de télé, au Maroc et en France, des ministères, des amis, des parents, des associations, et les miens, &#8230;.autant de dossiers, autant de personnes hors écran que sur l'écran qui, en me donnant les moyens - pas seulement économiques ! - de faire ces films, ont permis de témoigner de ce patrimoine et de ces artistes marocains aussi talentueux que modestes.
Que l'on me pardonne de ne pouvoir citer ici les uns et les autres mais s'ils se reconnaissent, qu'ils reconnaissent dans ces mots ma très profonde gratitude.
Allez vous continuer dans cette direction ?
Ce fut une expérience si exaltante, si gratifiante qu'il me tarde de retourner tourner au Maroc&#8230;de sillonner ce Maroc profond qui a tant à donner mais la réalisatrice que je suis est freinée par les difficultés de la productrice indépendante (que je suis aussi !). En savoir plus

rédacteur de l'article ,Barlet Olivier | Rédacteur en chef | France

l'artiste ,notre Genini Izza

Izza Génini est née à Casablanca en 1942. Vit en France depuis 1960.
Après des études de lettres et de langues étrangères à la Sorbonne et à l&#8217;Ecole des Langues Orientales, elle se consacre de1966 à 1970 aux relations extérieures des Festivals de Tours et d&#8217;Annecy.

De 1970 à 1986: Directrice de la salle de projection Club 70.

En 1973, création de la société SOGEAV, distribution des films en Afrique francophone ( Rue cases nègres, Bob Marley, Reaggae sunsplash...), diffuser des films africains à l&#8217;etranger, produire des films ( El Hal,Transes, Zeft, Haddad ect...), distribuer (Baiser de Tosca, Ablakon...).

<<www.marocorama.com>> son site


Filmographie :
Aïta
Cantiques brodés
Chants pour un Chabbat
Concerto pour 13 voix
Gnaouas
Louanges
Malhoune
Moussem
Nuptiales en Moyen Atlas
Retrouver Oulad Moumen
Route du cédrat (La)
Rythmes de Marrakech
Transes
Vibrations en Haut Atlas

chere famille nous avons la chance et le bonheur d'avoir ce monstre sacre, marocain, avec nous,parmi nous, quel bonheur de connaitre une grande artiste, bla chique ou bla fchouch, je t'adore izza

bisous soly
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:24
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 25 janvier 2005, 00:08


En quittant le Maroc, les Juifs ont emporté avec eux leur chant religieux, leur "hazanout".

Réunis à la Synagogue Buffault de Paris, le rabbin Haïm Louk, venu de Los Angeles, et les hazanim ( les chantres) Malkiel Benamara, Albert Bouadanah, Gad Benchabat, Elie Tordjman et Salomon Nahmias, tous originaires du Maroc, entonnent ces chants qui marquent tous les moments de la vie juive, en particulier celui du Shabbat. Interprétés sur le mode des noubas andalouses, ces chants réunissent des groupes d&#8217;adeptes fidèles au Roi David le psautier appelés les « Gardiens de l&#8217;Aube »

Pièces jointes:
hazanout.jpg
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:26
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 25 janvier 2005, 00:13


« Bâti sur une vaste oliveraie au sud de Marrakech, Oulad Moumen est le village où fut fondée dans les années 10 la famille Edery. La migration, par étapes marocaines d&#8217;abord, mondiales ensuite, a transplanté les membres de cette famille, les a séparés, transformés et assimilés à d&#8217;autres culture.

Izza Génini réalisatrice, les réunit à Oulad Moumen, sur les lieux de leurs origines. Au moyens d&#8217;archives personnelles et historiques, et de prises directes, le film "Retrouver Ouled Moumen" retrace la saga de cette migration exemplaire à laquelle s&#8217;identifie la multitude des familles éclatées.



soly
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:27
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 25 janvier 2005, 00:15


MOUSSEM.


Fête populaire, pèlerinage religieux, souk et foire commerciale le Moussem est la manifestation la plus emblématique de la vie traditionnelle marocaine. Il n&#8217;est pas de région, de ville ou de village qui n&#8217;ait "son" moussem annuel.
Celui de Moulay Abdallah, face à l&#8217;Océan Atlantique au Sud d&#8217;El Jadida est le plus célèbre pour sa FANTASIA. Chaque année elle réunit prés d&#8217;un millier de chevaux et de cavaliers. Par vagues successives les troupes déferlent jusqu&#8217;aux tribunes officielles en tirant à l&#8217;unisson le baroud d&#8217;honneur. Toufik NAOMI, 22 ans, l&#8217;un des plus doués des cavaliers sera l&#8217;heureux élu

Pièces jointes:
3.jpg
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:28
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 25 janvier 2005, 00:17


Interprétée par les cheikhate, (des musiciennes itinérantes ), la aïta est le cri qui devient chant, chant qui devient appel : appel à la mémoire, appel à témoin de la douleur, appel au dépassement de soi, la aïta est aussi un cri d&#8217; amour et d&#8217; espérance

Face à l&#8217;océan Atlantique, au sud d&#8217;El Jadida, le Moussem de Moulay Abdallah est le lieu d&#8217;expression idéal de la aïta. Fatna Bent El Hocine, une des cheikhate les plus célèbres du pays, s&#8217;y produit chaque année avec sa troupe Oulad Aguida pour le bonheur des cavaliers de la fantasia et celui d&#8217;un public passionné.

Pièces jointes:
2.jpg
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:33
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 25 janvier 2005, 00:18


Le malhoune signifie la "parole dialectale chantée".

Issu d'un genre né dans le Tafilalet au XII° siècle, le malhoune est toujours brillamment perpétué par les orchestres de Meknès et de Marrakech qui interprètent dans une forme proche de la poésie classique l'expression millénaire de la sagesse populaire, des espérances de l'homme et le miroir
de sa réalité quotidienne. Le salon de musique qui se tient chaque
vendredi soir avec "la régularité du jour qui se lève" chez l&#8217;un ou
l&#8217;autre des mélomanes est l&#8217;occasion de renouveler le répertoire de ce
patrimoine vivant.
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:36
Auteur: la fille de la mer et du soleil
Date: 25 janvier 2005, 00:21


Dés les années 70, le Maroc a connu, grâce à cinq musiciens formés à l&#8217;école de la rue et décidés à rompre avec les "langueurs orientales" envahissantes, une explosion musicale qui devait être pour les jeunes le cris de leurs désirs, de leurs frustrations et de leur révolte.


Dans "Transes" (ou "Al Hal"winking smiley, Ahmed EL MAANOUNI trace l&#8217;itinéraire géographique et culturel de ce groupe: Nass El Ghiwane, privé en 1974 d&#8217;un de ses membres marquants, Boujemaa, mort à 28 ans. A travers leurs chansons, le film aborde les thèmes sociaux traditionnels (le thé ou l&#8217;échange, le feu ou la souffrance, l&#8217;eau ou la sécheresse des c&#339;urs), mais aussi les grandes questions contemporaines (le temps, l&#8217;histoire, le rire, l&#8217;espoir). La Transe, expression populaire rituelle et sacrée chez les Gnaouas d&#8217;Essaouira, se transforme en un délire laïque et moderne comme on le verra dans les concerts publics filmés à Carthage, Agadir et Paris par Ahmed El Maanouni

Pièces jointes:
1.jpg
Re: Izza Genini, une marocaine pas comme les autres
29 janvier 2005, 16:37
Auteur: S.
Date: 25 janvier 2005, 05:53


Auteur: S.
Date: 22-01-2005 22:26

Chère Izza ,

Je viens de terminer de visoinner tes DVD , merci c'est magnifique , merci pour ce voyage au coeur du Maroc de nos ancetres .

Simon S.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter




DAFINA


Copyright 2000-2017 - DAFINA