Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural

Envoyé par Arielle 
Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
15 février 2008, 15:35
Auteur: Arielle (IP enregistrée)
Date: 20 December 2007, 18:52


<font face="Arial">
L’Operation mural

L’Operation mural , c’est l’histoire incroyable d’un jeune juif anglais que le destin va mettre sur la route du Mossad , pour organiser l’évacuation clandestine, en 1961 de cinq cent trente enfants juifs de Casablanca.

Fils d’un emigre juif polonais, David Littman ne en Angleterre en 1933 ou il fait des etudes brillantes dans les plus grandes universites britanniques. Il epouse Gisèle Orebi en 1959, une jeune Juive dont les parents ont fui l’Égypte. Le couple s’installe a Geneve et c’est la que nait leur fille Diana. A cette epoque rien ne predisposait David Littman a s’engager dans une organisation sioniste. A la suite de la lecture d’un livre sur l’histoire du 3eme Reich, il prend conscience de son envie d’aider les juifs de la Diaspora. Il frappe a plusieurs portes sans succes, tous le prennent pour un illumine. Fin janvier 1961, il s’adresse a l’OSE (OEuvre de secours aux enfants) Il est recu par Jacques Bloch qui lui propose une mission humanitaire pour les enfants du Maroc. En realite il s’agit d’une mission commanditee par l’Agence juive et le Mossad, mais David Littman ne le sait pas vraiment. A la suite des evenements recents du bateu Egoz, Israel a decide de faire sortir officiellement les enfants du Maroc pour faciliter la poursuite de l’évacuation clandestine des adultes.

David Littman explique la mission a sa femme , qui decide de le suivre avec la petite Diana, malgre tous les risques que cela represente. C’est ainsi que la famille Littman arrive a Casablanca le 16 mars 1961, muni d’un ordre de mission de l’association fictive « OEuvre suisse de secours aux enfants d’Afrique du Nord » et de plusieurs lettres de recommandation d’organisations suisses authentiques afin de préparer une « opération de bienfaisance » : cures ou sejours de repos en altitude a Morgins dans les Alpes.



Ils s’installent dans un appartement de l’hotel Anfa. Lui se fait passer pour un anglais anglican praticant et sa femme pour une francaise catholique. Ils sont tous deux tres vite adopte par les notables etrangers de Casablanca, sont invites aux receptions des consulats, frequentent les lieux a la mode comme la piscine Le Kontiki .
La premiere rencontre de David Littman avec Gad Shahar, un des responsables de la Mizgeret, a lieu au restaurant Le Don Camillo, ou il se presente sous le prenom de Georges. Celui ci avouera plus tard avoir ete tres sceptique a la vue de ce gentleman anglais, trop grand, trop snob, trop naif.
Mais David Littman s’avere tres efficace. Il noue des contacts avec des personnalités clefs, comme Mohamed Drissi, officiellement fonctionnaire de la prefecture, en realite haut responsable de la securite interieure. Grace a la suggestion de la croix rouge, il met en place l’idee du passeport collectif. Il loue un local au 105 de la rue Dumont d’Urville, pour inscrire les enfants senses etre interresses par le sejour en Suisse. Pour etre plus credibles les parents payent une somme de 200 dirhams donnee la veille par la Mizgeret. Les parents se pressent des le mois de juin inscrire leurs enfants, malgre la peur de ne plus les revoir, mais avec une confiance aveugle dans l’organisation de la aliah clandestine et la certitude que la place de leurs enfants se trouve en Israel.



Les demarches administratives sont difficiles. Le khalife du premier district de Casablanca refuse de donner le premier passeport collectif.

Grace a l’aide de Mohamed Drissi les documents sont enfin signes. Le premier depart est fixe pour le26 juin 1961. Rendez vous est donne pour 127 enfants devant la grande poste de Casablanca. Ils partent en autocar, agitant des drapeaux marocains. Apres un trajet en bateau et un bref sejour en Suisse au ‘Home de la Foret’ les enfants sont achemines en Israel. En un mois, 530 enfants seront pris en charge au cours de 5 voyages.



Fin juillet 1961, la situation devient dangereuse car les enfants sont senses revenir de leurs vacances en Suisse. La decision est donc prise d’evacuer David Littman et sa famille. La veille de son depart le 24 juillet 1961, Alex Gatmon, responsable de la Mizgeret, vient le voir pour le remercier.
Cette reconnaissance cedera vite la place a un long silence et a l’oubli qui laisseront amer David Littman, retourne vivre en Suisse avec sa famille. Il faudra attendre 1984 pour que son role soit reconnu, puis 1986 pour que le couple Littman retrouve, lors d’une ceremonie d’hommage en Israel, a Ashdod, cent vingt ex-enfants de l’Opération Mural.



En octobre 2006, David Littman et deux agents du Mossad sont retournes au Maroc accompagne par le realisateur israelien Yehuda Kaveh. . Officiellement simples retraites au sein d’un groupe de touristes, ils ont tournes un documentaire sur les lieux de l’operation appele Opération Mural : Casablanca 1961- &#1502;&#1489;&#1510;&#1506; &#1502;&#1493;&#1512;&#1488;&#1500; : &#1511;&#1494;&#1489;&#1500;&#1504;&#1511;&#1492; 1961 dont la diffusion m’a permis de vous raconter cette histoire.

Si vous avez des informations complementaires ou des temoignages, venez les partager avec nous.

Arielle pour Dafina.net
</font>



Modifié 1 fois.
Re: Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
15 février 2008, 15:37
Re: Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
Auteur: clementine (IP enregistrée)
Date: 22 December 2007, 19:19


Tout a fait inattendu comme recit, on en apprend tous les jours sur ce site.

Re: Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
Auteur: Staph (IP enregistrée)
Date: 26 December 2007, 21:02


Bonsoir Arielle,
J'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre article.
Je souhaiterais replacer "l'Opération Mural" dans le contexte de l'époque où elle s'est déroulée et également évacuer toutes idées de manoeuvres secrétes ou déloyales concernant le départ massif des Juifs Marocains. David Littman est arrivé à Casablanca le 16 mars 1961, environ un mois après la mort du roi Mohamed V et l'avènement de Hassan II qui, quelques mois seulement aprè son intronisation, a abrogé la décision prise par son père après l'Indépendance, d'interdire aux Juifs Marocains d'émigrer en Israél. Mohamed V,fut sans doute très affecté par un voyage qu'il fit au Proche-Orient, où il visita des camps de réfugiés palestiniens et eut des entretiens en particulier avec le président égyptien Jamal Abdel Nasser. Donc,à partir du mois de mai 1961,les préparatifs du départ étaient engagés et bien visibles. La demande de valises et autres articles de voyages ayant dépassé l'offre dans les deux Mellahs de Meknés,on voyait des couples et des familles juives faire leurs achats dans les magasins de la Médina. Cette opération s'est déroulé en douceur et les deux communautés marocaines, juive et musulmane, ont décidé de se quitter dans la gentillesse et avec le sourire.
OPERATION MUREL 1961
10 novembre 2008, 08:11
salut!

je cherche des photos de cette operation qui a ete dirigee par mr. DAVID LITMAN EN 1961. mes freres sont arrives par "MUREL" et ont besoins de souvenirs.



Modifié 1 fois.
operation casablanca mural
23 février 2009, 13:55
shalom a tous'
y a-t-il parmi vous des personnes qui font partie des 530 enfants sortis clandestinement de casablanca en 1961' sous le couvert d'une colonie de vacances en suisse ? l'operation Mural ?
merci de me renseigner.



Modifié 1 fois.
Re: operation casablanca mural
23 février 2009, 19:08
Je n'étais pas encore né...
mais je te conseille de faire ton enquete en Israel plutôt que sur ce forum..
j'ai des amis au mossad si tu veux smiling smiley
Re: operation casablanca mural
23 février 2009, 19:56
mossad !!

certaines fois il est preferable de savoir de quoi il s'agit quand on te pose une question !!!surtout celle la !!!
pour cette fois je viens a ton secours !!alors voila lis bien l'histoire elle est epoustouflante y a que chez nous les juifs que tu lis des histoires comme celle la !!!

Les lecteurs de drzz.info connaissent bien David Littman, mari de l'auteure Bat Ye'or et représentant d'ONG à l'ONU. Peu savent en revanche qu'il a été sayan ("volontaire"winking smiley pour le meilleur service secret de la planète.

Depuis plus de vingt ans, Littman combat l'emprise des pays islamiques sur les Nations Unies avec son flegme légendaire.

Le 5 mars 1987, David Littman fut le premier à inviter le très célèbre dissident soviétique Nathan Sharansky (qui depuis influence jusqu'à Bush lui-même) à parler à l'ONU. La délégation de l'URSS quitta la salle en signe de protestation.

Aucun orateur ne dérange autant les dictatures du Moyen Orient. Il y a deux semaines, Littman était à nouveau pris à parti par l'ambassadeur d'Egypte en plein Conseil des Droits de l'Homme, après avoir suscité l'ire du Pakistan (voir l'article sur Jihad Watch). Trois mois plus tôt, il provoquait un tollé en évoquant les droits des femmes en pays musulmans. Et deux autres cas similaires ont eu lieu le le 24 janvier et 26 mars 2008.

Ce courage ne lui est pas nouveau. En effet, en 1961, le jeune idéaliste qu'était Littman atterrissait au Maroc où, à 27 ans, il devenait un agent sous couverture afin d'aider des enfants juifs du royaume à rejoindre Israël. L'alya était interdite à l'époque, et les Juifs subissaient humiliations et persécutions dans un monde arabe enflammé par le nationalisme nassérien. Quelques mois avant que Littman ne débute sa mission, la sécurité marocaine démantela un réseau d'immigration clandestine du Mossad . Les agents capturés furent impitoyablement torturés.

Mais le Mossad refusait de laisser tomber les Juif du Maroc. Il décida de monter une nouvelle opération et alloua d'importants moyens à ses réseaux marocains. Le légendaire directeur général de l'époque, Isser Harel, qui venait de capturer le nazi Adolf Eichmann en Argentine, avait nommé Alex Gatmon comme chef de station à Casablanca. Gatmon comptait parmi les agents les plus expérimentés du service Au sommet, à Tel Aviv, la mission était supervisée par le numéro 2 du Mossad, Shmuel Toledano, un spécialiste du monde arabe.

L'opération était officiellement chapeautée par l’Agence Juive et une ONG, l’Oeuvre de Secours aux Enfants (OSE), basée à Genève. Le principe était d'envoyer quelqu'un au Maroc, faire sortir les enfants du pays sous un faux prétexte et les transférer en secret vers Israël.

Le Mossad trouva en Littman l'homme providentiel. Il lui donna un code, "Mural".

Entre mars et juillet 1961, David Littman se présenta à la bonne société de Casablanca comme un Anglican venu au Maroc promettre des vacances à des enfants défavorisés. Aux autorités marocaines, il expliqua que son ONG avait monté une colonie à Morgins, en Suisse occidentale.

Appuyé par sa femme Gisèle, et avec Diana, leur bébé de 5 mois, le jeune Anglais organisa le départ clandestin de centaines d'enfants juifs. Littman ignorait qu'il travaillait avec les services secrets israéliens ; il pensait oeuvrer pour une organisation humanitaire (OSE) et l'Agence juive. Pourtant, ce sont ses contacts avec des agents du Mossad au Maroc, "Georges" (Gad Shahar) et "Jacques" (Pinhas Katsir), qui lui permirent d'accomplir sa mission au-delà de toutes espérances.

Transmissions secrètes, rencontres clandestines, fausse identité, Littman passa 130 jours en territoire hostile, dans des conditions exceptionnellement difficiles. S'il avait été découvert, il aurait encouru la prison à vie et peut-être même la mort.

Grâce à son ingéniosité et son sens inné de la communicationLittman écarta un fonctionnaire marocain soupçonneux et permit à 530 enfants de rejoindre Israel. Les "passeports collectifs" que Littman imposa ont été réutilisés par le Mossad pour négocier avec le roi Hassan II le départ des Juifs marocains : 100'000 d'entre eux purent émigrer en Israel pendant "l’Opération Yakhin", entre 1962 et 1964.

David Littman a été célébré en Israël (1er mai 1986) par le premier ministre Shimon Pérès, son député Yitzhaq Shamir, ainsi que le maire de Jérusalem Teddy Kollek ; puis à nouveau début janvier 2004 à Ashdod par le Ministre de la Défense Shaul Mofaz. Cette page inconnue de l’histoire d’Israël a été révélée dans un récent et excellent documentaire ("Opération Mural" : Casablanca 1961) diffusé en Israël à deux reprises sur la première chaîne, dans des festivals juifs partout dans le monde – et bientôt à la TV francophone canadienne.

Le 1er juin 2008, les époux Littman, leurs deux filles et trois petites-filles, ainsi que tous les acteurs de l'opération ont été reçus dans la demeure du Président Shimon Pérès à Jérusalem pour commémorer l'Opération!!!

IL NE FAUT PAS COMPTER LES MOTS !! IL FAUT LES PESER !! salomon/LES ROIS
Re: operation casablanca mural
23 février 2009, 20:20
Mais yossi, je plaisantais avec lui
tu n'as pas remarqué je suis taquin....
je sais qu'arletsan posait une question sérieuse...
mais je reste sûr qu'il trouvera sa réponse en Israël..
il suffit de connaître les bonnes personneswinking smiley
Re: recherche
12 octobre 2010, 18:38
operation morale des enfants de casablanca en l annee 1961
je cherche la liste des noms de la haaliya de juillet 1961
Re: recherche
15 octobre 2010, 07:38
SALUT MR EDERY!

je m'apelle Judah et je voudrais savoir si qqun vous a envoye par hasard cette liste. je la cherche aussi.

mon email: NIPALCOMP@GMAIL.COM

merci d'avance,

Judah
Re: Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
21 mai 2012, 11:11
Je viens d'apprendre le deces de David Littmann le dimanche 20 mai 2012
Il fut le principal acteur de cette operation et merite un grand hommage
Barouh Dayan Haemet






Modifié 1 fois.
Re: Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
28 mai 2012, 06:12
Je n'ai pas entendu un mot sur nos chaines françaises de radio et télé , sur la disparition de ce grand Monsieur ... Pas plus d'ailleurs que sur son action ,et celle de tant d'autres qui oeuvrèrent au péril de leur liberté,et de leur vie .
Qui sait en France ce que fut cet exode ? Qui en a simplement entendu parler ? Je laisse toujours mes interlocuteurs -même juifs! - incrédules quand je leur cite les chiffres de la communauté juive dans les années 50,et après l'indépendance.J'ai vu la gène de certains amis à qui je faisais il y a peu visiter Meknes,et à qui je montrais d'anciennes synagogues -ou du moins ce qu'il en reste- . L'ennui que je suscitais en leur montrant l'ancien mellah d'Essaouira ...
La propagande des chaines publiques en France est vraiment à sens unique .
gyl
Re: Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
28 mai 2012, 12:17
Les actions que nous Juifs,menons ou avons mené pour accomplir ce qui est un devoir ne doivent pas necessairement donner lieu à un rappel public.Quand nous nous nous croyons investis d'une mission humanitaire,non seulement pour notre peuple mais aussi pour l'étranger,la seule recompense reside dans la conscience du devoir accompli.Le seul temoin qui a de l'importance est l'Eternel,beni soit-il,qui nous guide et nous protège.La memoire des hommes peut être infidèle ,et même refuser de reconnaître ce dont ils ont été temoins.Celà importe peu .
gyl
Re: Aliah des juifs du Maroc : l'Operation Mural
29 mai 2012, 07:09
Le jeune Nadav ben Yehuda qui declare ne pas meriter une medaille pour avoir sauvé la vie d'un etranger au peril de la sienne est l'exemple même de l'âme juive,discrète et humble,mais qui procure le courage et la force de notre peuple.
C'est elle qui mène nos officiers en tête de leurs troupes pour se sacrifier les premiers.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter




DAFINA


Copyright 2000-2017 - DAFINA