Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




PESSAH : la sortie d'egypte

Re: PESSAH : la sortie d'egypte
30 mars 2007, 14:55
Salut Echkol ,,

Grand Rabbin docteur en theologie juive, diplome de la Yechiva University de New York, d'une dynastie de Rabbins orthodoxes dont le pere s'est etabli a Hebron durant les annees 1920's jusqu'aux emeutes arabes dans cette ville d'Abraham qui l'ont vu retourner a New York city, et je pense meme que le rabbin Zeits est ne a Hebron.
Invite pour representer les 300.000 juifs du Canada pendant les fetes nationales du Canada le 1er Juillet a Ottawa en compagnie du premier ministre et de tous les membres du Parlement Canadien , recu par tous les ministres d'Israel qui viennent souvent nous rendre visite lors des campagnes du Magbit, Israel Bonds que le rabbin Zeits parraine tous les ans depuis plus de 30 ans.
Visitant deux a trois fois Israel ou sa fille demeure et ou il est recu par les plus grands d'Israel,

etc..etc..et j'en passe,

excuse moi Echkol ,mais le traiter de rabbin d'occasion , c'est vraiment mal place et denigrant.

Vu que c'est la fete du Herout, celle de notre "liberation physique mais surtout spirituelle ou nous etions des esclaves des moeurs et croyances etrangeres et paiennes, comment pouvous nous ecrire des mots de lachone hara dans un tel sujet qui traite de notre affiliation aux preceptes et ethiques promulguees par notre Thora ?
franchement, un peu de respect..

elie cohen

Vin du Golan que j'ai dans ma cave et NON MEVOUCHAL!
Pièces jointes:
Vin du Golan Non Mevouchal.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
30 mars 2007, 15:10
LES VINS DE DAVID.

Le processus de vinification kacher consiste à mettre en place une équipe sur chaque site de production, dont chaque intervenant a un niveau de pratique et de compétence religieuse reconnue par les hautes instances rabbiniques.

Chacune des interventions de vinification est supervisée par un contrôleur rabbinique assermenté. Il veillera à ce que la charte de mode de vinification kasher soit respectée depuis la vendange jusqu'à la mise en bouteille de la cuvée. A partir de là, chaque rabbinat, reconnaitra la cuvée kasher en autorisant que le sceau ou le scellé qui le représente, soit apposé sur la capsule, ainsi que sur la contre étiquette et le bouchon
Chaque intervenant rabbinique aura endossé alors la fonction d'ouvrier de chai chargé de toutes les manipulations mécaniques. Ce contrôleur reste dès lors que le raisin est pressé pour former du jus, le seul et unique habilité à vinifier, selon les consignes strictes du maître de chai du château. Selon la loi juive, la différence entre le vin "Kasher" et le vin "non Kasher" réside uniquement dans cet état de fait.

En ce qui concerne nos vins nous veillons à respecter strictement les étapes suivantes pour réussir une bonne cuvée :
- le choix des des parcelles de vignes : qualité du terrain et âge des vignes
- l'utilisation de levures spécifiques différentes lors des fermentations
- la fréquence des remontages : brassage et triturage du marc de raisin dans la cuve en début de vinification
- les techniques d'extraction du marc du raisin
- le temps de cuvaison : période durant laquelle le marc est en suspension sur son jus qu'on appelle le mout
- la fréquence des soutirages : aération du vin et tirage des lies
- la qualité des barriques en bois de chêne français destinées à l'élevage où le vin séjournera un temps précis

De la vendange à la mise en bouteille de la cuvée, l'élevage d'un grand vin se fait dans des fûts de chêne sur une période de 15 à 20 mois. Durant tout son élevage, chaque manipulation ne se fera que par les mains du contrôleur rabbinique.
Le niveau de compétences de cette personne ainsi que sa rigueur dans le respect du processus de vinification seront déterminants quant au résultat obtenu.
Les 3 rabbinats nous ayant donné leur agrément sont :
* Kehal Yereim Paris (KYP) : 13 rue pavée, 75004 Paris. Roch Yeshivah : Rav KATZ - Av Beth Din : Rav BENITAH
* Badatz Egud Rabonim : Rav O.Y. WESTHEIM
* Orthodox Union (OU) : Eleven Broadway, New York, NY 1004-1303, USA.

Nous précisons ici que par souci de qualité, aucun de nos vins n'est
Mevouchal.
..........................................................

NOUS PRECISONS ICI QUE PAR SOUCI DE QUALITE , AUCUN DE NOS VINS N'EST MEVOUCHAL!!


Et voila le probleme, Cacher oui! Cacher le Pessah, Oui! mais NON Mevouchal et les dinim sont categoriques la -dessus. Ne peut etre consomme en presence de non juifs a table, autrement il n'est plus Cacher!

Mais pas avec le Cacher Mevouchal qui fait perdre de sa saveur au jus de raisin fermente et PAR SOUCI DE QUALITE LES VINS DU GOLAN NE SONT PAS MEVOUCHAL.

Allez voir si les rabbins que vous connaissez consomment des vins Cacher lePessah et NON Mevouchal le soir du Seder de Pessah..

Hag Herout Samea'h

elie

photo:
caves vins caher David



Pièces jointes:
casherout de vins..jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
30 mars 2007, 15:33
SHALOM
Le magazine juif europeen

LE'HAYIM!
Par Michael Ben-Joseph

VIN CACHER - POURQUOI ?
Certains amateurs de vin peuvent s'étonner du fait que, pour que ce précieux liquide puisse être consommé par un Juif, il doit obligatoirement être doté du label "cacher". Une explication sommaire nous apprend que ce poinçon signifie avant tout que l'ensemble du processus de fabrication d'un produit comestible s'est fait en présence d'une supervision indépendante garantissant que celle-ci s'est déroulée strictement selon les règles des lois alimentaires juives.
Dans le cadre des vins d'Israël, cette autorité de supervision s'assurera tout d'abord que toute la production des raisins est réalisée en fonction de la législation religieuse concernant spécifiquement l'ensemble des produits agricoles: Orlah, les fruits interdits à la consommation pendant les trois premières années de la plantation des arbres; Shemitah, année sabbatique; Troumoth et Masroth, dîmes et offrandes.
Elle vérifiera ensuite que dès le début de la fabrication et pendant la production, le vin n'a pas été touché, de quelque manière que ce soit, par un non-juif. Il faut savoir que le comment et le pourquoi de ce dernier point ont fait l'objet d'une très vaste littérature, de commentaires et d'exégèses rabbiniques à travers les âges. Le vin qui serait touché par un non-juif porte le nom de "Yayin Nessekh" (littéralement: "vin consacré", soit destiné à un autre culte différent du nôtre, voire à l'idolâtrie).
Concernant les vins cachers produits à l'extérieur d'Israël, seule la loi sur le "Yayin Nessekh" s'applique.
Pour terminer ce survol très succinct de la législation juive de l'œnologie, il faut savoir que ce dernier point ne touche pas les vins dits "mevouchal" qui, par une technique spéciale, ont été chauffés à 90 degrés sans que la qualité ou le goût du vin ne soit altéré

photo:
vin Carmel, etiquette Cacher Mevouchal

Pièces jointes:
Carmel Mevouchal.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
30 mars 2007, 16:12
Bon , esperons que Martel a lu nos reponses a sa question et que la polemique s'affaiblit , surtout lorsque nous celebrons cette fete toute particuliere pendant laquelle les familles se reunissent et ensemble fetent dans la joie et l'allegresse cette merveilleuse fete des Matsotes, cette fete du printemps, Hag herout, hag haaviv, hag hamatsot, hag hapessah, tel que la Thora nous la decrit.

Je prends une pose car je me dois de remercier Clementine d'avoir repondu a l'appel de Sivane et au mien.
Clementine, toujours au rendez-vous, toujours prete a aider ceux ou celles qui ont besoin d'aide, qui ont besoin de reponses a certaines questions.
Clementine, je ne t'ai pas oubliee.J'ai accumule depuis quelque temps deja certains documents et photos sur nos tapis et etoffes marocaines, et donc je reprendrais ma participation dans tes sujets culturels sur notre patrimoine juif marocain.Sujets qui m'ont toujours attire par leur richesse.

Hag Samea'h Clementine et merci de ta reponse.

elie
Pièces jointes:
merci.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
31 mars 2007, 08:30
cohenelie a écrit:
-------------------------------------------------------
> Bon , esperons que Martel a lu nos reponses a sa
> question

Merci Cohenelie pour <b>la réponse de ton rabin</b> et désolé si ma question a provoqué une mini-polémique au sujet du vin ...

Ton rabin (avec tout le respect que je lui dois), ne réponds pas à ce commandement dans Chemott 12:43 Voici la règle de la Pâque :<b><u><font color=blue>Aucun étranger n’en mangera</u></font color>.</b>

En français comme en hébreu nous retrouvons cette "exclusion"
En hébreu : "hapessah cal ben-nekhar lo iakhol bo"
cal ben-nekhar "tout les étrangers", il n'y a pas de doute ...

or le verset suivant nous dit que si cet étranger tu le circoncis, alors il pourra en manger...

Il s'agit donc bien d'étrangers à notre religion, de goyims .... smiling smiley

Comment peut-on balayer d'un revers de main ce commandement ? N'est-ce pas gravissime et remettrait en question toute la halakhah ?

HAG SAMEAH


&lt;font color=green&gt;Croassez et multipliez&lt;/font color&gt;
&lt;a href=&quot;[www.hiboox.com&quot]; target=&quot;_blank&quot;&gt;&lt;img alt=&quot;Image hébérgée par hiboox.com&quot; src=&quot;[images0.hiboox.com]; /&gt;&lt;/a&gt;
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 07:28
Salut Martel,

nous ne sommes que des profanes lorsque nous essayons d'interpreter toutes ces enigmes de la Bible surtout en essayant de les extrapoler dans notre quotidien en ce debut du XXIeme siecle. Ce sont la des ecrits donnes a Moise il y a 3500 ans et c'est tres important de garder cette perspective. Bien que la Torah est universelle et devrait s'appliquer a tout temps, en tout lieu et donc transcende les siecles passes et a venir, il n'en reste qu'il faut etre tres prudent dans nos essais d'interpretation . Et c'est pour cela que le Sanhedrin de 120 sages et plus tard les Tanaim et ensuite nos rabbins en commencant par Rabbi Akiva ont institue nos yechivotes ou nos talmidei hakhamim s'efforcent d'elucider toutes ces questions qui, pour nous autres, en sont par apparence des paradoxes ou au pire des incomprehensions..
Deux mille ans d'etudes dans les differentes yechivotes, etudiant tous les gros volumes des deux Talmuds celui de Babylone et celui de Jerusalem avec tous les commentaires , Guemarotes, Midrashotes, paraboles, questions et responsas des plus grands tels Maimonide a d'autres tels le Baal Chem Tov , en passant par les grands Kabbalistes , ont permis a nos rabbins qualifies , tel le Rabbin Mordekhai Zeits , un des piliers du Beth Hadin de Montreal et associe aux grands Rabbins de New York a travers cette prestigieuse institution dont il ressort et qui est la Yechiva University de New York , bref ces Rabbins ont assez de" bagage "rabbinique pour nous donner des reponses basees sur tout ce long et fastidieux chemin intellectuel qu'ils ont parcouru pendant quinze ans d'etudes rabbiniques intensives et ensuite tout au long de leur vie et carriere active.
Il arrive un moment ou l'on finit par savoir accepter les verdicts prononces par ces grands et l'on continue sans se poser de questions, autrement notre religion sera toujours remise en cause.
C'est ma situation et dans ce cas particulier je ne discute guere l'avis donne par mon Rabbin de ma congregation et tous les autres grands Hakhamim qui nous visitent durant l'annee pour des Chabates d'etude.
J'ai accepte sa reponse , il est beaucoup mieux place que moi et cela me suffit largement.
Comme nous juifs sont super-democrates par definition il va de soi que chacun est absolument libre de croire en ce qu'il desire.

Et voila, pour ma contribution a cette question qui etait tienne.

Bonne fete de Pessah,

amicalement,

elie
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 11:32
cohenelie

J'ai posé la question - hier soir - au Rabin de ma synagogue ... et sa réponse a été :

"Ce rabin du Canada ... C'est sans doute un rabin réformiste ?
Le corban pessah ne se partage pas .Même un juif NON circoncis, ne peut pas partager le corbane pessah ..." (non circoncis pour raison médical ou parceque venant des ex-pays communistes par exemple)

Voilà sa réponse dans toute sa brutalité ... Il est vrai qu'il est loubavitch mon rabin.
Tu constateras la multitude de réponses possibles .. Mais toute réflexion contribue à la construction de l'édifice, c'est ce qui fait notre richesse

Chavouah tov



&lt;font color=green&gt;Croassez et multipliez&lt;/font color&gt;
&lt;a href=&quot;[www.hiboox.com&quot]; target=&quot;_blank&quot;&gt;&lt;img alt=&quot;Image hébérgée par hiboox.com&quot; src=&quot;[images0.hiboox.com]; /&gt;&lt;/a&gt;
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 15:06
Oh là, oh là !
Que se passe t-il ?
Martel, comme d'habitude cite des versets et les interprête au premier degré.
En premier lieu il faut rappeler que le Korban Pessah (le sacrifice pascal) on n'en fait plus depuis qu'il n'ya plus de temple.
La Tora est claire : ce Korban Pessah ne sera consommé que par des juifs circonsis. M^me ceux qui ne l'étaient pas (circoncis) n'y avaient pas droit. Par exemple dans une famille où la circonsision provoquait la mort des nouveaux nès (hemophiles) on avait le droit de ne pas les circoncire, et ceux là aussi n'avaient pas le droit de consommer le Korban Pessah.
Aujourd'hui, où le Korban Pessah ne se fait plus,il n'y a aucune interdiction à avoir des non-juifs le soir du seder à table. Donc aucun souci.
Ceux qui t'affirment le contraire sont des ignares.
Ton rabbin Loubavitch, il a oublié de te dire l'essentiel.
Et ce n'est pas une opinion de rabbin réformé que je te dis là.
Mais de rabbins orthodoxes.
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 17:14
Bueno Martel,

une petite precision et on s'arrete la et de toute facons Choulamit l'a si bien dit.
Si ton Rabbin est de Loubavich et tu accepteras avec moi que le mouvement Habad a sa centrale , son Quartier General a Brooklyn, a la maison de Rebbe...
Cela dit, tous ces rabbins Habadnikim , incluant ceux de Montreal qui viennent a notre synagogue prier tous les Chabates et qui quemandent pour leurs oeuvres, donc tous le mouvement HABAD connait tres , mais alors Tres tres bien la plus grande Unversite Orthodoxe de toute l'amerique incluant le Canada est qui la Yechiva University de New York dont notre rabbin en est issu ainsi que tous ses innombrables grands rabbins americains de ce qui est le plus orthodoxe qui existe aux Etats Unis mais non fanatiques et qui depuis de tres nombreuses annees ont fourni a l'amerique leurs plus grands Rabbins. Que ton Rabbin Habadnik definisse un Rabbin de la Yechiva University de reformiste, cela me depasse et me laisse ebahi.
Fais moi plaisir , tape www..Yechiva university et tu rentreras dans un monde d'orthodoxie juive des plus sophistiquee qui existe dans le monde. Il faut pour cela connaitre l'anglais..
Un jour tu devrais descendre a New York, a moins que tu ne l'aies deja fait, y rester comme moi il y a 27 ans plus d'un an, et vivre cette ville ancienne ( tout est relatif bien entendu a 1492) americaine et surtout les infrastructures juives de ces 2 millions de New Yorkais de l'East side, Brooklyn,Queens..tu comprendras tres bien les divergences, les courants qui y circulent dont le conservateur est le plus fort..mais aussi en tant que Cohen puis-je aller prier chez les reformistes ou meme conservateurs, les antipoles de la Yechiva University et certainement du judaisme que j'ai pratique chez mon pere et sa famille.
Comme je le disais, Martel, on s'en tient la et apres tout , passons tous ensemble , comme le dit si bien Choulamit , un tres bon seder de Pessah , en 2007 chez nous a la maison , ou bien a l'exterieur du Har Habayit, devant un simple mur qui a ete temoin il y a 2100 ans pour la derniere fois du Korban pessah et qui aujourd'hui est tout simplement reduit a un petit morceau de matsa tant recherche par les enfants et qui est l'Afikomane.

Hag Pessah Samea'h,

elie

photo: Korban Pessah il ya 2500 ans
Pièces jointes:
Korban de l\'agneau pascal.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 17:22
pour etre honnete voici un article qui nous vient de France et qui nous refere au grand rabbin Yehouda Achkenazi que tous les Francais connaissent bien sous le nom totem de "Manitou".
......................................
Revue juive francaise,
jeudi 22 mars 2007

Rivon Krygier - On entend souvent qu’il ne faut pas inviter un non-juif à la table du seder de Pessah. Préjugé contre lequel nous sommes totalement opposés.
Question : Monsieur le rabbin, il y a quelques jours, j’ai eu des amis "pratiquants" au téléphone qui ont invité ma sœur et son copain pour le deuxième Seder de Pèssah. Puis cette amie a voulu étendre son invitation et m’a demandé si je voulais me joindre à ma sœur. Quand je lui ai dit que mon mari n’était pas juif, elle m’a dit qu’elle s’excusait mais qu’elle ne pourrait pas l’inviter pour le Seder car « c’est la seule fête juive où les non-juifs ne sont pas admis à prendre part. » Elle semblait surprise que je ne connaisse pas cette halakha. En effet, je ne la connais pas. D’où vient-elle ? Où est elle mentionnée ? Dans un premier temps, j’ai été compréhensive et je l’ai simplement remerciée mais avec un peu de recul, je me suis sentie mal à l’aise et heurtée. Qu’en pensez-vous ?

Réponse :

Il n’est pas exact à ma connaissance que des non-juifs ne peuvent participer à un Seder de Pèssah. J’ai entendu explicitement de la bouche de mon maître (“Manitou”, Léon Askénazi) que cela était autorisé (à certaines conditions mentionnées ci-dessous) et autant que j’ai pu m’en enquérir dans les sources halakhiques, je n’ai jamais rencontré un tel interdit. Toutefois, je sais que cette « règle » circule et je suppose que des rabbins véhiculent ou entretiennent cela. D’où cela vient ? De l’interdit biblique de consommer l’agneau pascal :

« Et l’Éternel dit à Moïse et à Aaron : C’est ici le statut de la Pâque : Aucun étranger n’en mangera ; mais tout esclave, homme acheté à prix d’argent, tu le circonciras ; alors il en mangera. L’habitant et l’homme à gages n’en mangeront point. Elle sera mangée dans une même maison ; tu n’emporteras point de sa chair hors de la maison, et vous n’en casserez pas un os. Toute l’assemblée d’Israël la fera. Et si un étranger séjourne chez toi, et veut faire la Pâque à l’Éternel, que tout mâle qui est à lui soit circoncis ; et alors il s’approchera pour la faire, et sera comme l’Israélite de naissance ; mais aucun incirconcis n’en mangera. Il y aura une même loi pour l’Israélite de naissance et pour l’étranger qui séjourne parmi vous » (Exode 12,43-49).


photo:
cuisson de l'agneau pascal aux temps bibliques
Pièces jointes:
Sacrifice de l\'agneau pascal.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 17:26
Suite de cet article,

jeudi 22 mars 2007

Il ressort de ce passage qu’à l’époque où l’agneau pascal était encore rituellement consommé, c’est-à-dire tant que le Temple existait, et semble-t-il pendant quelques temps après, seuls les “membres de l’alliance d’Israël” pouvaient en manger. Cette consommation constituait le cœur de la célébration du Seder, veillée pascale. Cela excluait les mâles incirconcis – ne portant pas l’alliance d’Abraham dans leur chair – et les étrangers. Mais pas tous les étrangers ! Ceux qui vivaient dans la société hébreue et s’indentifiaient à son destin au point d’entrer dans l’alliance de la circoncision pouvaient en consommer sans discrimination aucune. En revanche, la seule “sympathie” envers le peuple juif ne suffisait pas pour autoriser cette consommation.

Il faut en comprendre le sens : consommer l’agneau était signe d’allégeance, de “communion” et n’avait donc de vérité que pour celui qui fait partie ou s’adjoint à Israël. C’est ce qu’on peut voir dans une aggada du Talmud de Jérusalem : le gouverneur Antonin exprime son amertume auprès de Rabbi (Yehouda, le patriarche) sur le fait paradoxal que le judaïsme lui promettait de pouvoir consommer du Léviathan dans le monde à venir (en tant qu’il se comporte en juste parmi les nations) mais lui interdisait (en tant que non-juif) de consommer l’agneau pascal ! Bien que paradoxale à première vue, la règle a sa cohérence. Seule la conversion au judaïsme pouvait dans les nouveaux contextes valoir pour allégeance à Israël, et donc être exprimée symboliquement par la consommation de l’agneau pascal. Cela n’enlevait pas la dignité du non-juif auquel était promis la “béatitude” dans le monde à venir si tant est qu’il se comportait en juste.

Pièces jointes:
Pessah%20pelerinage.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 17:29
La montee au temple de Jerusalem durant la fete de Pessah
Pièces jointes:
La vue du Temple et pelerinage aux fetes.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 17:36
La fin de cet article au sujet des non juifs a notre table du Seder:

jeudi 22 mars 2007


Puisqu’à l’époque de Rabbi (début du IIIe s.), le Temple était détruit depuis plus d’un siècle, certains ont pu en déduire que ce qu’avait interdit Rabbi à Antonin n’était plus l’agneau lui-même mais son substitut symbolique, “l’afikoman” . En effet, à une époque plus tardive (IIIe s.), on voit dans le Talmud de Babylone Rav Yehouda enseigner au nom de Chemouel que désormais un morceau de pain azyme, matsa, devait remplacer symboliquement l’agneau ou à tout le moins évoquer la matsa qui l’accompagnait rituellement . Ce morceau de matsa substitut mémoriel de l’agneau pascal prit pour nom ultérieurement celui de “afikoman”.

C’est probablement la transposition à l’afikoman de l’interdiction faite à des non-juifs de consommer l’agneau pascal, qui a induit certains à estimer qu’il ne fallait pas partager le repas de Pèssah avec des non-juifs. Toutefois, je n’ai vu nulle part écrit qu’une telle “règle” avait force de loi. L’afikoman est un simple support de mémoire et n’a la valeur équivalente à celle de l’agneau pascal. Et quand bien même l’interdit de consommation serait-il appliqué à des non-juifs, en souvenir de l’interdit de la consommation pascale, ce qui était préconisé par le rabbin Léon Askénazi, cela ne concerne que la consommation de l’afikoman, c’est-à-dire le petit morceau de matsa consommé à la fin du repas festif. Autrement dit, un non-juif peut parfaitement être invité et assister au seder de Pèssah et en partager le repas festif, tout en lui précisant au moment opportun qu’il ne convient pas qu’il consomme de l’afikoman. Il le comprendra d’autant mieux s’il est de culture chrétienne car il suffira de lui expliquer avec toute la délicatesse requise que l’afikoman est comme l’hostie de communion, que c’est un acte rituel d’allégeance pour celui qui fait partie ou s’adjoint à Israël, et qu’en conséquence, si on ne le lui en propose pas, ce n’est aucunement pour le heurter mais pour respecter les choix identitaires des uns et des autres.

J’ajouterais, sans le moindre prosélytisme, que le fait qu’un non-juif marié à une juive soit invité à la table du Seder permet non seulement à cette épouse de maintenir son identité juive malgré le mariage mixte, mais est susceptible de rapprocher le mari de la tradition juive et éveiller en lui le désir de s’adjoindre à la communauté d’Israël ou à tout le moins de permettre à ses enfants de s’y maintenir. En revanche, une exclusion abrupte est non seulement blessante mais risque d’avoir des effets contraires à ceux escomptés. Inviter une personne non-juive au Seder constitue également, en une époque de large communication et de mondialisation, une opportunité de faire connaître sa religion, ce qui permet à la fois de lever les suspicions et d’instaurer une meilleure compréhension et fraternité entre les familles religieuses.

Notes

1. Cf. Meguila 1:11, 72b

2. Le Léviathan est une sorte de cétacé mythique dont la chair est conservée depuis la Création du monde

Afikoman:
symbole de notre ancien agneau pascal que nous consommons aujourd'hui a la fin du repas comme "dessert" et qui donc finalise le Seder de Pessah

Pièces jointes:
Le sac de l\'Afikoman.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 17:40
Pour nos membres qui s'associent au mouvement Habad, est-ce que le Rebbe et ses disciples aujourd'hui ont leur propre decision sur cette question?
peut etre bien, de toutes facons c'est leur choix absolu et chacun choisit son courant, c'est le judaisme mondial que nous pratiquons a notre siecle en Israel et en Diaspora..
Pièces jointes:
Le Rebbe...jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
01 avril 2007, 17:44
Quant a moi ,

je vous souhaite de nouveau a tous,

une tres belle fete de Pessah et que nos enfants, petits-enfants se souviennent de leurs ancetres en cherchant et decouvrant ce symbole de l'ancien agneau pascal qui est l'Afikoman et n'oublions pas de les recompenser.

amities,

elie
Pièces jointes:
l\'Afikoman dans nos fins de repas en souvenir de l\'agneau pascal;.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
02 avril 2007, 05:57
Merci Cohenelie, j'apprécie des opinions différentes pour conforter ou construire la mienne. Je te remercie d'avoir pris le temps de publier des commentaires différents. Je me suis adressé à vous pour avoir vos commentaires ou les commentaires de nos rabbis.

Sulamith a écrit: "Martel, comme d'habitude cite des versets et les <u>interprête</u> au premier degré. "...
Mais SULAMITH, j'ai pris le temps de lire le texte en hébreu et pas une traduction. Comment pouvons nous interpréter la torah ? c'est grave ce que tu dis. <b>On ne peut <b>que</b> la commenter .. IL N'Y A <u>RIEN A INTERPRETER</b></u> sad smiley Laissons celà aux chrétiens

Si le rédacteur de ce verset a pris la peine de les écrire, c'est que ces versets avaient, ont et auront leur importance .. Encore aujourd'hui à la fin du SEDER il y a l’Afikoman en souvenir de l'agneau pascal puisque le sacrifice de l'agneau ne pourra se faire qu'au Temple...

Ces versets, ce n'est pas de la Halakhah, mais un commandement de d ieu. Je n'ai pas trouvé dans le choukhan Aroukh de passage relatif à cette interdiction. C'est pour cela que je posais une question ... NAIVE smiling smiley

Pessah se décompose en Pé - Sa’h. La bouche qui parle
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
02 avril 2007, 13:30
Recherche du Hamets
Pièces jointes:
bedika.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
02 avril 2007, 13:32
Israel vend son Hamets:

Les grands rabbins d’Israël ont vendu dimanche matin, 1 Avril 2007, tout le Hametz du pays (aliments à base de levain dont la possession est interdite durant la fête de Pessah) à un arabe habitant d’Abu Gosh pour la somme de 20.000 shekels

Jerusalem,
Biour Hamets
Pièces jointes:
burning%20hametz.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
02 avril 2007, 13:48
Quelque part ..ei cham beyisrael...dans le pays d'Israel,

une petite fille accompagne son grand papa au rituel ancestral du Biour Hametz, bruler les derniers restes de hamets de la maison..action que je me prepare a accomplir ce matin en amenant mon hamets chez mon rabbin ou son fils autour d'un grand baril de metal fera , lui aussi accompagne de son jeune fils, un grand feu dans lequel je jetterai mon sac de hamets enveloppe dans du papier et la tradition ancestrale est ainsi retransmise generation apres generation...

En vous souhaitant un tres bon seder et une agreable fete cacher de Pessah a vous tous qui ont du deja commence a la celebrer dans vos pays et maisons respectifs,

elie cohen

Pièces jointes:
hametz.jpg
Re: PESSAH : la sortie d'egypte
07 avril 2007, 01:08
Chapitre sur Fez
Le vin juif.
(collection privee)



Modifié 1 fois.
Pièces jointes:
file-1.jpg
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter




DAFINA


Copyright 2000-2017 - DAFINA