Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Dayan Rabbi Raphael ENCAOUA

Envoyé par jero 
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
01 août 2007, 14:20
bonjour charles

je vous confirme que raphael encaoua avait une fille qui s'appelait Zahra.

Corinne
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
01 août 2007, 15:49
Merci Corinne,

La fille de Raphael Encaoua était mariée à Joseph Encaoua (son cousin germain). Quelqu'un peut-il me confirmer cette information ?
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
03 août 2007, 12:52
Bonjour à tous,

Après de nombreuses recherches, je vous donne enfin la solution à ma question. Mordejai Encaoua est le fils de Joseph Encaoua et Zohra Encaoua. Zohra Encaoua étant la fille de Rabbi Raphael Encaoua (l'ange) et Joseph le fils de Messod Encaoua (l'oncle de Rabbi Raphael Encaoua).

VOilà pour mes recherches...
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
03 août 2007, 13:06
Charles, tu avais deja la solution dans mon arbre ;-) Mordechai est ne a Tanger et decede a Caracas en 1978.
As-tu sa date de naissance? Celles de son pere Joseph?
As-tu d'autres informations sur cette branche?
Cordialement,
Frederic
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
06 août 2007, 16:15
Non malheureusement Frédéric, je n'ai pas ces informations.
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
06 août 2007, 16:46
bonjour
je fais des recherches sur les grands Tsadik du Maroc
j'ai mis sur mon site justement Rabbi Raphael ENCAOUA et un de ses parents va ecrire a son sujet
vous pouvez le voir sur mon site www.jewisheritage.fr
vous pouvez si vous avez d'autres photos m'en envoyer ou ecrire un message sur lui
connaissez vous d'autres grands rabbis?
j 'en ai mis deja
a bientot
marcel
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
09 août 2007, 17:03
Bonsoir tout le monde

j'ai lu et suivi ce sujet avec intéret et curiosité et j'ai pas touver ce qui a attirer mon attention . Le nom de famille ENCAOUA. comme par hazard ça sonne identiquement comme Enkaoua. Ce grand saint juif enterré à Tlemcen, une ville située à 90 km des frontières marocaines. je suppose que vous connaissez son histoire et ma question est la suivante: Dayan Rabbi Raphaël ANCAOUA a t-il des origines andalous ? merci.

lamak.
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
06 février 2008, 08:19
Lamak,

Le rabbin Rafael Encaoua descend effectivement de Efraim "Le Rab" Elnekave, dont la tombe est a Tlemcen comme tu le dis. Je joins quelques elements sur sa vie, tires de la préface du livre "Paamone Verimone" de R. "l'Ange" Refaël Encaoua (Jérusalem 1977):

"Rabbi Ephraïm "le Rab" ( - 1442) :
Fils de R. Israël "le Saint". Né à Tolède, il quitta l'Espagne à la mort de son père, en 1391 soit cent un ans avant le décret d'expulsion des juifs par Isabelle la Catholique. Il passa par Marrakech en 1393 puis par Honine (Algérie) où il fut le chef spirituel de la communauté. Depuis cette ville, il correspondit avec Haribas (R. Isaac Barsessat) célèbre pour ses connaissances juridiques. Celui-ci s'adresse à lui en ces termes : "Guide éclairé, chef administrateur, maître de la Loi qui laisse loin derrière lui sages et savants en infirmant leur raisonnement ...". R. Ephraïm partit ensuite pour Tlemcen où il s'établit définitivement.
Au cours de son voyage vers Tlemcen s'accomplit le miracle le plus connu des juifs d'Afrique du Nord. Voyageant en compagnie d'une caravane, il se trouva en pleine forêt un vendredi soir. Laissant ses compagnons poursuivre leur route, il décida de passer là le shabbat. Il vit alors arriver un lion, la tête inclinée et la démarche majestueuse qui se coucha près de lui comme pour le protéger des bêtes sauvages. Le dimanche matin, un serpent s'approcha et se glissa dans la gueule du lion pour former une bride. Le Rab chevaucha alors le lion et entra ainsi dans Tlemcen. R. Makor Baroch relata cet évênement en ces termes : "Devant moi ont témoigné des gens dignes de foi qu'ils tenaient de leurs ancêtres le récit de l'arrivée du Rab à Tlemcen, monté sur un lion et tenant dans ses mains les deux bouts du serpent."
R. Haïm Blieh raconte un autre miracle dans sa préface au livre "Chaar Cabod Hachem" de R. Ephraïm Ankaoua : "Une nuit que le Rab étudiait en les combattant des textes défavorables à Harif, R. Migas et Harambam, il vit apparaitre les trois hommes venant le remercier de les approuver et d'étudier à fond leur point de vue". Ce miracle est également relaté par le Grand rabbin Kesbi et par R. Abraham Ankaoua dans son livre Colbo. Ce dernier composa d'ailleurs un cantique relatant l'évênement et que les pélerins chantent sur sa tombe : "Un chemin de sainteté ont parcouru les trois. A leur tête Harif, vient en deuxième Migas et Harambam très ému, fermant la marche. Tous trois sont allés honorer un homme sincère qui appaisa leurs tourments en rejoignant leur point de vue ...".
R. Haïm Blieh raconte une autre histoire dans cette préface où le Rab, qui était aussi médecin, sauva ses coréligionnaires. Cette histoire figure aussi dans le livre "Otzar Hamechtabim" du R. Joseph Messas. "Lorsque le Rab arriva à Tlemcen, les juifs habitaient un quartier hors de la ville appelé Agadir. Ils y étaient à la merci jour et nuit des brigands et des voleurs. Un jour, la fille du roi de Tlemcen tomba gravement malade et personne ne lui trouvait de remède. Le Rab fit signaler au roi Moulay Ottman l'arrivée d'un médecin juif d'Espagne capable de guérir sa fille. Ce fut ainsi fait et le roi demanda au Rab quelle récompense il désirait. Sachant que le roi se refusait à abriter les juifs dans la ville, le Rab demanda qu'on leur accorda un terrain équivalent à la mesure d'une peau de veau. Le roi, étonné, accepta et le Rab demanda qu'on lui apporte la peau qu'il découpa en une fine lanière de plusieurs centaines de mètres de long. Il demanda alors au roi qu'un vizir l'accompagne pour choisir le terrain délimité par la lanière. Le roi accorda donc un quartier aux juifs et le surnomma 'El merja' (le lac). Le Rab demeura médecin officiel du palais et fut respecté tant par le roi que par son entourage et par la population arabe." La synagogue qu'il fonda existe toujours et porte son nom. La rue voisine est "la rue du Rab".
Le seul livre connu du Rab est "Chaar Cabod Hachem" cité plus haut et traitant de philosophie religieuse, des théories de Maïmonide qu'il approuve, de la Kabbale et de la médecine, le tout en langage clair et concis. Le manuscrit de la bibliothèque d'Oxford a été édité pour la première fois aux Etats Unis par En-Elo. Le Rab a également composé un chant araméen sur le Kaddish de Kippour et un autre chanté après la Haftara et commençant ainsi : "Maître du monde, Toi qui est au dessus de toutes les créatures, ...". Ces chants figurent dans le rituel de prières de Tlemcen (édition de Livourne). Il adressa un texte de louanges à Harasbatz (R. Simon Ben Semah Durand) qui se trouve dans le livre "Yabine Chemoua" et commence ainsi "Ceci est adressé par Rabbi Ephraïm, fils de Rabbi Israël Ankaoua -que sa mémoire soit bénie- depuis la ville de Tlemcen en louange des préceptes suivants ...".
R. Ephraïm décéda en 5202 dont la gématrie correspond à "Un Rab a disparu". Le R. Messas raconte encore le fait suivant : "J'ai lu dans le journal Tov Israël du 24 mai 1889 qui paraissait à Oran sous la direction de Salomon Ben Ohayon que la semaine précédente, un notable musulman était tombé malade. Il alla prélever un peu de terre sur la tombe du Rab pour faire un médicament. Aussitôt, il fut pris de tremblements puis s'immobilisa comme paralysé. Il ne pouvait proférer une parole. Des musulmans qui le virent ainsi prévinrent des juifs qui firent une prière sur la tombe du Rab. Le notable retrouva alors l'usage de la parole et de ses membres et fut même guéri de sa maladie. Il fit alors des dons importants à la communauté."
R. Messas raconte aussi : "Un jour que je me trouvais à la synagogue du Rab, une musulmane arriva avec une belle chaîne en cuivre et un grand verre pour en faire une veilleuse en l'honneur du Rab. Elle me raconta spontanément qu'elle avait été très malade et que nul n'avait pu la guérir. Elle eut l'idée d'aller prier et implorer Dieu sur la tombe du Rab à plusieurs reprises et fut alors guérie. Elle s'exprimait avec passion et émotion. Elle installa la veilleuse, l'alluma et s'en alla, satisfaite.
R. Hida parle également du Rab de Tlemcen dans son livre "Chem Haguédolim" (le nom des grands) et/ou "Maarechet Sepharim". La coutume veut que les pélerins prennent un bain rituel (Tebila) avant de venir au cimetière. Les femmes impures ne doivent approcher de sa tombe. On dit que ceux qui ont transgressé cette règle ont été en péril. Le pélerin doit se déchausser avant de s'approcher de la tombe, puis se prosterner en priant Dieu de lui accorder sa demande, en invoquant les mérites du Saint. Il verse ensuite un peu d'eau dans un orifice se trouvant sur la pierre tombale et la boit comme un médicament. Il allume ensuite un ou deux cierges qu'il place dans une lanterne destinée à cet usage. Il se retire en reculant jusqu'à ce qu'il soit assez loin du tombeau avant de se retourner et de s'en aller.
Le soir de Rosh Hodesh Kislev, anniversaire de la mort du Rab, les fidèles viennent nombreux à l'office du soir. Ils rentrent dîner après l'office puis reviennent à la synagogue pour lire le Zohar (Kabbale) devant un buffet. Chacun emporte un peu de nourriture pour en faire goûter à sa famille."

Cordialement,
Frédéric Ankaoua
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
26 mars 2008, 21:37
Je découvre avec beaucoup d'intérêt votre site et je souhaiterai y participer. Permettez moi de compléter (très partiellement) l'arbre généalogique de la famille ENCAOUA que vous présentez.
R Amram, le frère de R. Mordechai (lui même le père de notre prestigieux ancêtre R. Rafael) avait en fait deux fils, dont vous ne mentionnez que l'un d'eux: R. Haim Encaoua mort à Dimona. L'autre fils est R. Jacob Encaoua, mon propre père (1900-1967, mort à Casablanca). Je suis moi-même David Encaoua et je réside dans la région parisienne.
Par ailleurs, mon oncle Haim a eu lui même trois fils, vivant tous en Israel: Yossi, Oury, Amram. Je vous signale la parution d'un livre en hébreu intitulé "SALE VEHOCHMIYAH" (dont la traduction si je ne me trompe est "Salé et sa Sagesse"winking smiley écrit par Oury Encaoua.
Enfin, serait-il possible de faire débuter l'arbre par un autre ancêtre bien connu: le R. Ephraim Encaoua, dont le mausolée se trouve à Tlemcen?
Chaleureusement
David Encaoua
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
09 avril 2008, 17:10
Cher David,

Tes informations ne correspondent pas aux informations figurant sur l'arbre généalogique en page 3.

Merci de bien vouloir corriger ou compléter cet arbre.

Merci

Charles
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
10 avril 2008, 09:40
Bonjour David,

Je crois que ton erreur vient de ce que ton grand-père Amram n'était pas le frère de Mordechai (lui même père du rav de Salé) mais son neveu comme indiqué dans mon arbre. De plus, les dates de ton père correspondent à la génération suivante (Michael, fils du rav de Salé né en 1885 et décédé en 1972).

Je vais mettre à jour l'arbre avec ces informations. Aurais-tu les dates de Haim et Amram? As-tu toi même des enfants que je peux ajouter? J'ai également ajouté une autre branche avec Marc, le fils de Michael.

En ce qui concerne la généalogie jusqu'au rav de Tlemcen Ephraim, originaire de Tolède, je n'ai malheureusement pas de lignée directe mais un arbre incomplet est disponible à la fin de la page 3.

Tout renseignement pouvant aider à le compléter sera le bienvenu.

Cordialement,
Frederic
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
18 mai 2008, 01:35
Cher David,
Coincidence!! Je decouvre ce site et ton message en cherchant quelque chose sur Google pour Yossi.
Juste 2 ou 3 mots ici pour les branches d'arbres de la famille:
- Nous avons 4 cousins dans la branche Dimona: Yoel est le plus jeune.
- Notre oncle Hayim et mon oncle Jacob avaient une soeur Camille.
- Yossi prepare un grand projet plutot biblio-genealogique ou il retrace les oeuvres de la ligne Encaoua jusqu'au moyen age ou peut-etre meme au roi David.
Suite -- off line. Bises.
Judith Revah

ENCAOUA David a écrit:
-------------------------------------------------------
> Je découvre avec beaucoup d'intérêt votre site et
> je souhaiterai y participer. Permettez moi de
> compléter (très partiellement) l'arbre
> généalogique de la famille ENCAOUA que vous
> présentez.
> R Amram, le frère de R. Mordechai (lui même le
> père de notre prestigieux ancêtre R. Rafael) avait
> en fait deux fils, dont vous ne mentionnez que
> l'un d'eux: R. Haim Encaoua mort à Dimona. L'autre
> fils est R. Jacob Encaoua, mon propre père
> (1900-1967, mort à Casablanca). Je suis moi-même
> David Encaoua et je réside dans la région
> parisienne.
> Par ailleurs, mon oncle Haim a eu lui même trois
> fils, vivant tous en Israel: Yossi, Oury, Amram.
> Je vous signale la parution d'un livre en hébreu
> intitulé "SALE VEHOCHMIYAH" (dont la traduction si
> je ne me trompe est "Salé et sa Sagesse"winking smiley écrit
> par Oury Encaoua.
> Enfin, serait-il possible de faire débuter l'arbre
> par un autre ancêtre bien connu: le R. Ephraim
> Encaoua, dont le mausolée se trouve à Tlemcen?
> Chaleureusement
> David Encaoua
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
18 mai 2008, 02:26
Frederic

Vous ecrivez votre nom Ancaoua avec un A, mais nous sommes aparement assez cousins pour me permettre de vous poser des questions. Ma mere etait Camille Revah, fille de Amram Encaoua, decedee en Israel il y a 3 semaines.

Pouvez-vous m'aider a decouvrir les lignes qui nous relient? De quelle generation etes vous? Ou residez-vous a present?
Mes points de reperes sont un peu vagues au dela de mes grands parents, mais je sais que maman avait des cousins Encaoua a Tanger et j'ai de beaux souvenirs de chez Rabbi Michael a Rabat.

Merci
Judith
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
18 mai 2008, 08:03
Bonjour Judith,

Je suis désolé pour votre mère Z"L. J'ai fait un arbre de la famille qui est visible en page 4 de ce forum et qui montre que la famille, originaire du Maroc au XVIIIe siecle, s'est scindée en deux branches: l'une est restée à Salé au Maroc tandis que l'autre (dont je fais partie) s'est développée en Algérie. L'histoire de l'arrière-grand père de mon grand-père, Rav Avraham hagaone est d'ailleurs intéressante: étant dayan à Salé, il empêcha une femme juive de se convertir à l'Islam. Il fut mit en prison puis libéré grâce à la caution versée par la communauté. Toutefois, il dut fuir le Maroc et s'installa à Mascara qui est aujourd'hui en Algérie. Il y a d'ailleurs beaucoup d'Ankaoua (orthographe algérienne apparemment smiling smiley dans l'ouest de l'Algérie.

Quant à nous, mon arrière-grand-père s'installa à Constantine où mon grand-père et mon père sont nés. Je suis moi-même né à Paris. C'est la partie droite de l'arbre de la page 4. Il y a aussi un arbre de la famille de Tolède que j'ai posté en page 3.

Si vous avez des informations sur votre branche de la famille, merci de me contacter, je mettrai l'arbre à jour avec plaisir.

Cordialement,
Frédéric
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
19 mai 2008, 03:14
Frederic

Je vous ai trouve sur l'arbre, merci.
Pour remonter dans le temps genealogique, je viens de decouvrir par hasard le lien suivant:
[www.jewishencyclopedia.com]
Cherchez ANKAWA, ou ALNAQUA pour les ancetres du 14eme siecle.

Mes cousins de la branche Dimona (fils de Hayim) travaillent tres serieusement a reconstruire l'historique intellectuel et genealogique des Encaoua avec toutes les variations de noms, Ils se nomment a present ElNekaveh et seraient sans doute heureux de partager vos connaissances si vous pouvez communiquer en Hebreu, en dehors de ce site.

Judith
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
28 mai 2008, 23:53
je ne vois pas dans votre arbre genealogie la partie de elie Enkaoua, né a tlemcen ( qui était mon arrière grand père) qui est apparenté a joseph Enkaoua
pourriez vous nous rajouter ma grand mère( née a constantine) est simone rachelle Encaoua son frère est Désiré N'kaoua
merci de nous rajouter
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
27 juillet 2008, 00:42
Bonjour Rachelle,

Le seul Elie de la branche algerienne (voir mon arbre page 3) que je connaisse est le fils de R. Avraham ha Gaone mais il est ne en 1837 donc peu probable qu'il soit votre grand-pere! Cependant, dans un autre post date de 2007 (quoique signe Sophie) , vous dites "ma grand-mère s'apelle Simone N'KAOUA elle est née à constantine le 24juin 1924 son père etait ELIE ADRIEN N'CAOUA,il est né le 16juin 1894 à Batna et son père s'appelait ISAAC ENCAOUA il est né en 1860 ".

Avez-vous plus d'informations pour pouvoir confirmer cela? Pouvez-vous partager l'arbre de votre cousine Nelly Levy?

Cordialement,
Frederic
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
14 août 2008, 22:42
bonjour JudithR,
Je découvre la rubrique de Rabbi Raphaël ENCAOUA, je m'y suis intéressée car j'ai connu Haïm ENCAOUA de Dimona, je l'ai connu à Casablanca , il travaillait dans une banque et venait souvent le chabbat chez nous, à Casablanca, invité par mes parents..
Nous étions même allées ma mère et moi chez ses parents à Salé.J'ai connu sa maman . J'ai revu Haïm ENCAOUA à Dimona en compagnie de son épouse qu'il m'avait présentée.
Depuis, je n'ai pas eu de nouvelles et j'ai essayé de le joindre par téléphone lors d'une visite en Israel, Aujourd'hui j'apprends par votre message qu'il est décédé à Dimona, croyez moi , je suis peinée , je ne m'y attendais pas, pouvez vous me dire en quelle année il est décédé.Je vous en remercie.
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
13 décembre 2008, 17:33
j'ai les enfants de mordehai de caracas si vous voulez...
Re: Dayan Rabbi Rapha?l ENCAOUA
24 janvier 2011, 16:57
Cher Frédéric
J'ai fait la connaissance de Raphael ENCAOUA qui a prononcé le discours d'hommage introductif lors de la cérémonie à la mémoire du Rab Raphael ENCAOUA en décembre 2010 au Centre Communautaire de Paris. Le Rab Raphael Encaoua est le grand-père de Raphael, l'auteur de ce très émouvant hommage. Pour me situer, voici ma propre ascendance: mon père Z"L est Jacob Encaoua, fils de Amram Encaoua, lui-même fils de Messod Encaoua, oncle de R. Raphael Encaoua. Je pense que Raphael ENCAOUA est votre père, ce qui nous rendrait cousins.
J'aimerais beaucoup échanger avec vous. Je suis en train de réaliser l'arbre généalogique de la famille ENCAOUA élargie (comprenant donc les familles SABBAH, DAHAN, AMZALLAG, etc.) en utilisant le logiciel Généatique 2011. Une des particularités de la généalogie ENCAOUA est qu'il y a eu de très nombreux mariages consanguins, par exemple entre cousins et cousine ou entre neveux et nièces. De ce fait, si on veut parvenir à recenser un certain nombre de liens, on ne peut oublier les conjoints. C'est ce que j'essaie de faire, mais ce n'est pas facile. Par ailleurs, remonter les origines jusqu'aux 14ème et 15 èmes siècles n'est pas facile non plus, mais cela s'avère indispensable si on veut approfondir les liens notamment avec le Rab Ephraim ENCAOUA. Ceci permet de mieux saisir les pérégrinations de cette famille depuis l'Espagne jusqu'à l'Afrique du Nord, la Turquie, l'Amérique du Sud, les Etats-Unis, le Canada et plus proche de nous Israel. Il semblerait que des historiens, spécialisés en biographie, bibliographie et histoire juive tels que Moritz Steinschneider et Leopold Zunz soient parvenus à glaner des informations précises sur certains membres des plus éminents de la famille ENCAOUA.
Outre le plaisir de vous connaître, je serai très heureux de collaborer avec vous sur ces deux points. Jusqu'à présent, j'ai abouti à recenser plus de 450 personnes, mais de nombreuses incertitudes demeurent.
J'espère donc à bientôt
Amicalement
David Encaoua
Professeur émérite de Sciences Economiques à l'Université de Paris I Panthéon Sorbonne
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter




DAFINA


Copyright 2000-2017 - DAFINA