Share |

Charles de Foucauld, le savant bienheureux

Charles de Foucauld, le savant bienheureux

 

 

Prêtre et mystique, le bienheureux Charles de Foucauld était aussi un scientifique. Ses observations firent considérablement progresser la connaissance géographique et ethnologique de l’Afrique du Nord. L’historienne Bénédicte Durand dévoile l’homme de science caché derrière le religieux.

 

À 27 ans, le 24 avril 1885, Charles de Foucauld reçoit la grande médaille d’or de la Société de géographie de Paris pour sa Reconnaissance au Maroc (1883-1884). Pendant près d’un an, le jeune homme a parcouru à pied clandestinement ce territoire fermé et méconnu. Le travail scientifique qu’il publie est une somme de découvertes : il a tracé le réseau hydrographique des régions parcourues, noté tous les villages et compté le nombre des fusils, identifié les cultures, les routes, pris toutes sortes de mesures. Il a aussi mis en évidence la structure de la chaîne montagneuse de l’Atlas dont l’orientation sur les anciennes cartes était erronée.

Par quel miracle, ce jeune officier, oisif et médiocre, s’est-il transformé en explorateur reconnu ? Avant son expédition marocaine, Foucauld s’est fermement ennuyé. Aucune discipline n’éveillait son intérêt à l’exception d’une seule dans laquelle il montre des dispositions naturelles à défaut d’y faire preuve de travail : la géographie. Fin observateur, doué pour le dessin, il est capable de décrire avec précision n’importe quel paysage. En 1881, il participe avec son régiment, le 4e chasseurs d’Afrique, à une bataille dans le Sud-Oranais. Là-bas, « ce lettré fêtard, écrit son camarade Laperrine, se révèle être un soldat et un chef ». Surtout, cette aventure inocule en lui le virus du Grand Sud et le goût de l’inconnu.

Déguisé en juif, il pénètre dans un pays interdit aux chrétiens. Là, avec un luxe de précautions inouï, il observe : « Tout mon itinéraire a été relevé à la boussole et au baromètre. En marche, j’avais sans cesse un cahier de cinq centimètres carrés caché dans le creux de la main gauche ; d’un crayon long de deux centimètres, qui ne quittait pas l’autre main, je consignais ce que le chemin présentait de remarquable, ce qu’on voyait à droite et à gauche […], les accidents de terrain, […], l’heure et la minute de chaque observation, les arrêts, les degrés de vitesse de la marche, etc. ». Au retour, il compile ses notes et compose Reconnaissance au Maroc dont les indications, notamment les cartes au 1/250 000 €, resteront longtemps la référence pour les voyageurs, les militaires et les géographes.

Sa mission achevée, Foucauld poursuit sa recherche de l’absolu. Il ne sondera plus la profondeur des oueds, mais celle des âmes. Sa carrière d’explorateur s’achève-t-elle pour autant ? Moins que jamais ! « Sa passion de jeune homme s’est peu à peu imposée comme un auxiliaire indispensable à sa mission », explique Bénédicte Durand. Seul l’objectif a changé. Le Père de Foucauld brûle d’apporter Jésus aux Touaregs, peuple qu’il estime. Mais pour évangéliser, il faut connaître.

Infatigable, il parcourt le Hoggar puis le Sahara, acceptant, quand il le peut, d’accompagner des colonnes militaires, notant au passage tout ce qu’il voit. Il visite, rencontre les nomades, les soigne… et les observe en ethnologue passionné. Parallèlement, il travaille à comprendre leur langue, rédige plusieurs dictionnaires et traduit des poèmes recueillis au cours de ses missions. Partout, le même souci du détail, de la précision.

Ermite contrarié, il ne cesse de recevoir des hôtes de passage : savants, explorateurs, militaires avec lesquels il entretient une correspondance riche en informations et en conseils. Lorsque ces travaux seront publiés, Foucauld exigera que « nulle part son nom ne soit prononcé ». Dans son beau livre, abondamment illustré de photos, cartes et croquis réalisés par le Père Charles de Jésus, Bénédicte Durand rend justice à l’humilité scientifique d’un saint des temps modernes.

Bénédicte de Saint-Germain

• On peut compléter en lisant : L’Appel du Sahara, par Judith Brouste et Pierre Brullé, éd. Place des Victoires, 160 p., 100 illustrations, 19,95 € : un demi-siècle de présence française au Sahara à travers trois destins : Ernest Psichari (1883-1914), Hubert Lyautey (1854-1934) et Charles de Foucauld (1858-1916).

Laperrine et l'appel du Sahara

« C’est Henri Laperrine, alors commandant supérieur des oasis sahariennes, qui réoriente progressivement les aspirations évangéliques du Père de Foucauld vers le sud et l’est […] et manifeste rapidement le désir d’emmener le Père de Foucauld dans le sillage des compagnies sahariennes qu’il a créées. Il écrit à Mgr Guérin : “Je désire simplement et nettement aller – en attendant que le Maroc s’ouvre, s’il s’ouvre – chez les Touaregs […]. Aller préparer, commencer l’évangélisation des Touaregs, en m’établissant chez eux, apprenant leur langue ; traduisant le Saint Évangile, me mettant en rapports aussi amicaux que possible avec eux.” Dès 1903, Laperrine propose à Foucauld de le suivre dans une “tournée d’apprivoisement”. Ce dernier est retenu à Beni Abbès, pour cause de troubles dans la région du Taghit qui l’obligent à porter secours aux soldats blessés.

Extrait

Charles de Foucauld, le savant bienheureux

de Bénédicte Durand, Glénat/La Société de géographie , 192 pages

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Lisez le merveilleux livre de jacob Ouliel "De Tombouctou à Jérusalem" et vous en saurez un peu plus sur de Foucauld et surtout sur son guide et accolyte Rabbi Mordékhay Abitsror de Akka qui lui a montré le Maroc, qui l'a introduit dans les villages juifs, qui a fait des découvertes importantes sur la flore du Maroc (toutes ces découvertes ont été injusterment attribuées à de Foucauld par l'accadémie des sciences en France. De Foucauld a souvent maltraité son aide et s'est toujours distingué par son ingratitude. Il a été démesurément antisémite et il a traité les Juifs qui l'ont toujours bien acceuilli, de sales, repoussants, paresseux, ignobles et j'en passe...
Et ce gentil monsieur a été béatifié

J'ai 76 ans. Au temps du Protectorat, mon père m'emmenait parfois dans la médina de Casa (où le mellah avait une certaine importance)... Vos commentaires sur l'état des Juifs que de Foucauld a rencontré et décrit, correspond bien à ce que j'ai vu en 1950. Par contre, quelques années plus tard, j'ai vu à l'école des Juifs de mon âge dont les parents semblaient vivre dans l'opulence et ne correspondait pas à ceux du mellah.
D'autre part vous semblez être bien mal informé sur le voyage de Foucauld au Maroc, déguisé en juif. Certains n'ont pas eu de mal à reconnaitre que c'était un déguisement et malgré la présence de son guide, le rabbin Mardochée, ils se sont empressés d'aller le dénoncer aux caïds locaux qui n'ont pas tenu compte de la situation et l'ont même aider pour la suite de sa "Reconnaissance".
En ce qui concerne sa béatification, c'est pour une toute autre raison, car sa vie a basculé dix ans plus tard quand il a créé un ordre religieux et s'est consacré à Dieu au travers d'une vie au service des populations touaregs du Hoggar.

Bonjour.
Ce n'est pas sympatique d'avoir omis que le lieutenant de Foucauld
deguise en juif a ete conduit a travers toutes ces contrees par
Le rabbin Mordekhay Abbisseror. Le premier non musulman a etre
entre dans la ville de Tombouctou !!

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant