Share |

Cimetierre de Pantin : Accident ou Profanation ?

Pantin : un camion dégrade une dizaine de tombes juives

Elsa Marnette - Le Parisien

Un accident survenu lundi dernier dans les allées du cimetière parisien a provoqué la dégradation de 13 tombes. 

«Il n'y a pas eu de profanation.» Dès l'entrée du cimetière parisien de Pantin ce samedi matin, les agents rassurent les visiteurs. La veille, plusieurs sites d'information juive ont fait état de «la profanation» de «plusieurs dizaines» de tombes dans le carré juif. Sur place, une dizaine de tombes sont effectivement très endommagées, plusieurs stèles sont à terre. Et des habitants de l'Est parisien se relayent sur place pour constater et déplorer les dégâts. "C'est une honte de s'attaquer à nos morts" lance Michel, sur place. 

 

En fait de profanation, la préfecture de Seine-Saint-Denis explique que c'est un accident dans les allées du cimetière survenu lundi dernier qui a provoqué la dégradation de 13 tombes. Un camion benne a voulu éviter une voiture et a ainsi pénétré à vive allure dans le carré juif. Des explications d'ailleurs relayées sur panneaux affichés dans le cimetière. Si de nombreux visiteurs restent malgré tout sceptiques, à l'image de Michel, d'autres s'indignent qu'un tel accident puisse avoir lieu. «On est dans un cimetière, pas sur un circuit automobile», critique un habitant du 19e arrondissement de Paris dont plusieurs proches sont enterrés à proximité. Une enquête pour accident a été confiée au STJA, le service chargé du traitement judiciaire des accidents à la préfecture de police de Paris.

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

LE CIMETIÈRE DE PANTIN
ACCIDENT ?

Le président du Consistoire de France Joel Mergui vient de s'exprimer sur Radio J concernant l'affaire des dégradations du cimetière Juif de Pantin . Pour lui , en l'état actuel de l'enquête , il s'agit d'un accident et non pas d'un acte volontaire . Le président de l'UPJF Claude Barouch conteste fortement ses déclarations sur Radio J à 15 h15 . À suivre

Video-enquete par Claude Namer

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant