Share |

L’Art chez les Juifs du Maroc

L’Art chez les Juifs du Maroc

 

 

À l’heure actuelle, la population de confession juive au Maroc ne compte plus que quelques milliers de personnes. Elle représentait pourtant, au début du XXe siècle, la plus importante communauté dans un pays musulman. Pour cette communauté dont la riche histoire s’est brutalement interrompue, le souci de conserver des traces pérennes des lieux et des modes de vie pourtant séculaires ne s’est pas imposé.

Pendant des siècles, dans les villes comme les campagnes, le sens artistique juif s’est épanoui au Maroc : métaux précieux ou non, manuscrits, tissus variés, cuir, bois, etc. Dans bien des occasions il a donné naissance à des pièces exceptionnelles où s’expriment l’originalité et les dons de créateurs d’artisans le plus souvent anonymes.
André Goldenberg, ethnologue natif du Maroc, a consacré une grande partie de sa vie et de son savoir à réunir, pour cet ouvrage, ces pièces, objets de culte ou profanes, toujours d’une absolue authenticité et d’une extrême qualité artistique.
Elles révèlent les multiples facettes d’un art juif marocain, splendide et souvent méconnu, que ses patientes recherches préservent désormais de l’oubli. Cet ouvrage abondamment illustré, véritable « musée imaginaire », donne à voir et à comprendre des centaines de chefs-d’œuvres issus de prestigieuses collections publiques ou privées, du Maroc comme de l’étranger.

SOMMAIRE

I. D’où venaient les Juifs du Maroc
II. Les expressions du sens artistique chez les Juifs du Maroc
III. Les arts du métal
Les métaux précieux
L’or
L’argent
Les métaux non précieux
Le cuivre
Le fer
IV. L’art dans le domaine des textiles
La soie
Tissage
Le fil d’or
La broderie
Le coton
La laine
V. Autres artisanats d’art
Le cuir
Le parchemin et les enluminures
Le bois
La céramique et la pierre
VI. Les sources d’inspiration de l’art juif
La symbolique juive
Les signes géométriques
Le monde végétal
Le bestiaire
Les objets
Conclusion
Annexes
Glossaire
Notes
Bibliographie sélective
Carte des principaux mellahs
Remerciements
Crédits photographiques.

André Goldenberg est né à Marrakech, où l’Alliance israélite universelle avait, quelque temps auparavant, nommé son père dans une de ses écoles ; sa mère, marocaine, appartenait à une vieille famille juive d’Essaouira. La vie familiale d’André Goldenberg était un petit monde au judaïsme composite, alors qu’il faisait ses études au lycée français de la ville.
Son existence pendant plus de quarante ans au Maroc a été le reflet d’un métissage qui ne reniait rien de ses racines. Fonctionnaire dépendant de l’Éducation nationale française, son intérêt précoce pour le domaine de l’image et de l’esthétique lui valut d’être pendant dix ans détaché au service culturel de l’ambassade de France, puis auprès de divers organismes marocains dans le domaine de l’audiovisuel, au ministère de la Santé, à l’Institut supérieur de journalisme et enfin dans le cadre de la formation des enseignants.
Peu de temps après l’indépendance, les liens noués avec un petit groupe d’ethnologues français étudiant les modes de vie au Maroc l’amenèrent à se constituer une documentation aussi fournie que multiforme, dont une partie servira pour la thèse d’anthropologie culturelle et sociale qu’il soutiendra en Sorbonne.
Après un premier ouvrage sur la société juive (Juifs du Maroc, images et textes, 1984), son attention se focalisera sur les éléments tangibles de l’environnement dans leurs aspects artistiques ou symboliques ; plusieurs livres en portent la marque (Bijoux du Maroc, depuis le temps des Juifs jusqu’à la fin du xxe siècle, 1999 ;Bestiaire de la culture populaire musulmane et juive au Maroc, 2000 ; Arts et cultures du Maroc, 2004).
La diversité des milieux que fréquentait André Goldenberg, l’éclectisme de ses recherches ne l’éloignaient pas des bouleversements qui ont affecté les communautés juives marocaines dans la période où a eu lieu l’expatriation de la majeure partie des Juifs du pays. Il en a été un témoin de premier rang et a choisi de présenter pour la première fois un large panorama des vestiges les plus remarquables de leur culture matérielle déjà au bord de l’oubli.

 

Auteur(s) : André Goldenberg, ethnologue, docteur en Anthropologie culturelle et sociale, spécialiste des cultures berbèret juive du Maroc

http://www.somogy.fr/livre/lart-chez-les-juifs-du-maroc?ean=9782757208724

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant