Share |

La culture Berbère au Maroc

 

La culture Berbère au Maroc

 

 

Depuis 2011, la nouvelle constitution marocaine officialise la langue amazighe et depuis 2001 sous l’impulsion de Mohamed VI, uninstitut royal de la culture amazighe a vu le jour.

Les Berbères du Maroc voient peu à peu reconnu leurs spécificités tant de langue que de culture. Peuple mythique dont les origines remontent à la protohistoire, près de 9000 ans les séparent du probable premier berbère. Ce qui caractérise ce peuple étonnant est son attachement quasi mystique à la terre, son rapport ténu au sacré, son besoin intrinsèque de liberté et son hospitalité comme art de vivre.

Leur besoin d’indépendance sans lien réel structuré, une forme de démocratie avant l’heure, permettant toute latitude a eu comme conséquence pour ce peuple fier de ne construire aucun empire territorial. Le pouvoir est toujours resté au niveau tribal même si la belligérance était un état de fait, trop individualiste pour bâtir un univers trop collectif donc contraignant. Mais l’ouverture et la tolérance font que la perméabilité s’est faite. 

Les berbères aujourd’hui sont le fruit d’interpénétration, l’Orient, l’Afrique, l’Europe et la méditerranée se ressentent et s’identifient, totalement intégrés dans cette culture appartenant pleinement au monde musulman mais pourtant unique.

Les confréries et les zaouïas restent aussi très présentes, marabouts et rites ancestraux ponctuent le quotidien. L’écriture même dont la base est l’alphabet Tifinagh a bien failli disparaître, la culture se transmettant plutôt oralement. La langue est toujours vivace, elle s’adapte progressivement au monde moderne et se parle dans tout le pays, transmise dans son symbolisme principalement par les femmes.
Il est à noter l’étrange concordance que l’on peut trouver entre les signes géométriques du tifinagh, du sanscrit et les idéogrammes celtes. Ces celtes d’ailleurs qui sont dans leur approche de la vie très proches des berbères. Même besoin d’individualité, de liberté, même forme de démocratie structurelle et aucun désir de bâtir un empire.

A Marrakech, un homme, Pierre Bergé, passionné de cette culture mystérieuse, a crée sur le site des jardins de Majorelle, un musée qui tente avec sérieux d’éclairer l’énigme de ce peuple et de le faire découvrir au plus grand nombre. Non seulement sont exposés des objets, véritable cartographie de l’histoire berbère mais chaque année, la fondation Yves Saint Laurent réunie des scientifiques qui apportent leur connaissance et leur analyse.

Les informations sont collationnées et diffusées à la fois pour la population berbère qui ignore souvent sa propre histoire mais pour les visiteurs curieux de ce mythe.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant