Share |

Nibar Madar, la nouvelle Bar Refaeli

 

Nibar Madar, la nouvelle Bar Refaeli

 

 

À voir cette beauté blonde prendre la pose sur le sable fin de l’île Maurice, on a du mal à l’imaginer en treillis militaire. Et pourtant, chaque matin Nibar Madar enfile ses rangers noirs et son uniforme vert olive, béret replié sous la bretelle gauche de sa veste, pour aller faire ses classes dans l’armée israélienne. Moins glamour qu’une prise de vue sous les palmiers ! Mais comme tous les jeunes de son pays, le mannequin a l’obligation de faire son service militaire - trois ans pour les hommes, deux pour les femmes. « En ce moment, je suis chargée de parler de l’armée aux adolescents. Chaque jour, je vais dans une nouvelle ville, un nouveau lycée, pour répondre à leurs questions. » Mais, lorsque son agent lui décroche une séance photo, la jeune fille obtient une permission exceptionnelle. Pour quelques jours seulement.

 

 

 

 

La nouvelle Bar Refaeli

Encore toute jeune - elle vient de fêter ses 20 ans -, Nibar Madar n’a jamais pensé qu’elle deviendrait un jour la nouvelle Bar Refaeli, l’autre top israélien. « J’ai grandi à Netanya, dans le nord du pays, une petite ville plutôt calme, où j’ai vécu une enfance très simple, un peu tomboy sur les bords, raconte celle qui aujourd’hui n’a plus rien d’un garçon manqué. Mes parents ont attendu que je termine le lycée pour envoyer, il y a trois ans, une de mes photos à l’agence Yuli Models de Tel-Aviv. Sans me le dire. » Depuis, elle s’affiche dans la plupart des magazines de mode du pays. Il faut dire qu’elle a tout pour plaire : un teint transparent dont le grain sans défaut prend parfaitement la lumière, de grands yeux verts pleins d’éclat, une moue boudeuse, de longs cheveux miel, les muscles déliés des danseuses classiques (elle en fait depuis qu’elle a 5 ans), une peau légèrement ambrée… Pas le genre de filles à défiler - elle n’est pas assez filiforme -, mais une vraie beauté fraîche et saine comme on les aime. Une silhouette sexy qu’elle entretient sans succomber aux régimes mais à grand renfort d’exercices sportifs, presque quotidiens, à l’aide de son coach perso.

In the army now!

Sur son compte Instagram, on peut suivre les selfies de la baby doll après une nuit de garde à l’armée ou en backstage sous la lumière des projecteurs ; en compagnie de ses deux petites sœurs Adi et Noa, ou en boîte de nuit avec ses copines. « J’étais une fille de province, mais maintenant que je vis à Tel-Aviv, j’adore ça. » Et comme tous les models qui débutent, elle rêve désormais de voyages et de séjours à Paris, à Milan, à Londres, mais surtout à New York. Les capitales de la mode. « Après leur service militaire, les jeunes Israéliens partent souvent en voyage, sac au dos, pour découvrir d’autres horizons. Moi, j’aimerais m’installer à Manhattan. Et travailler à plein-temps, cette fois-ci ! »

 

 

 

 

 

LeFigaro.fr

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant