Share |

Rabbin Elie Lemmel: "Du bon usage de l'humour juif"

Rabbin Elie Lemmel: "Du bon usage de l'humour juif"

Par Elie Lemmel 

 

 

Comme introduction à cet article, je voudrais citer un  enseignement de Rav Noah Weinberg z’l, qui disait un jour à ses élèves : « Un juif de Thora se doit d’aller avec un visage souriant, ainsi nous est-il enseigné dans la Michna : ‘Reçois tout individu avec un visage ouvert et agréable’». Un de ses élèves lui demanda : « Mais pourtant nous voyons des juifs pratiquants avoir un visage morose et fermé ! » Et ce maître de lui répondre du tac au tac : « Alors le qualificatif de juifs de Thora ne leur convient pas ! » 

 Visage ouvert et souriant, même si le quotidien ne l’est pas, la Thora nous demande effort et dépassement pour ne pas conduire ceux qui nous voient à se sentir mal eux aussi. Au-delà de la nécessité d’aborder le monde et les individus qui le composent avec un sourire, nos maîtres voient dans l’humour une qualité fondamentale à cultiver afin de ne point tomber dans un travers qui est celui de la rancœur. Celle-ci est en effet considérée comme un poison qui s’infiltre dans nos cœurs et qui peut provoquer des dégâts considérables dans les relations humaines. Comme l’explique Rav Wolbe, dans son ouvrage « Alé Chour », avoir le sens de l’humour nous donne la possibilité d’appréhender certaines situations sous un autre angle et donc nous aide à ne pas réagir de manière négative. 

 L’humour est donc pour la Thora, cette capacité à prendre les choses à un second degré afin que des situations pesantes ne soient pas à l’origine de colères ou de rancœurs. Le Hazon Ich considérait que cette qualité est un élément capital pour préserver l’harmonie d’un couple, afin d’arriver à empêcher que certains dysfonctionnements se transforment en drames. Nous savons pertinemment qu’un conjoint dépourvu de tout sens de l’humour va souvent imprégner la maison d’une atmosphère pesante.  C’est aussi dans la vie au quotidien la meilleure manière de dédramatiser une situation en décidant de la voir sous un autre angle. 

Nos maîtres nous mettent par ailleurs en garde sur un humour qui pourrait prendre son origine dans la moquerie, en mettant par exemple en exergue un trait de caractère ou une caractéristique particulière d’un individu au risque de lui faire honte. Ici on est dans ce que l’on appelle le « Lets », le moqueur,  au sujet duquel la Thora porte un jugement très sévère. Son humour est une manière de tourner les choses en dérision afin qu’elles ne puissent avoir aucun impact sur lui ou les autres. Le moqueur est celui qui, face aux remontrances ou aux choses qui le remettent en cause, utilisera  la moquerie afin de ne pas se laisser bouleverser par une parole qui risquerait de l’emmener à changer. La frontière est très fine, car si l’humour nous aide à mieux vivre notre quotidien il n’est pas là pour enlever la valeur des choses. Rappelons-nous de cet enseignement de nos maîtres disant qu’une personne qui fait honte à son prochain en public n’a pas accès au monde futur. Humour oui ;  dérision non ! Mais au fond comment peut on arriver a développer ce sens de l’humour ? 

 Rav Wolbe, nous donne une solution très simple : en s’habituant avant tout à avoir une vision positive des autres, en mettant en relief avant tout leurs qualités et leurs points positifs. En décidant d’avoir une vision belle des choses, en découvrant les éléments positifs qui y son présents. Sachons que cela ne pourra apporter que du bonheur et du bien-être aux univers qui nous entourent. 

ActuJ.com

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant