Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

JCall

Envoyé par Wolf 
REPONSE MAGNIFIQUE D'UNE ISRAELIENNE AU "MONO-CALL DE LA RAISON" !!!
01 juin 2010, 00:27
C'EST UNE REPONSE "CINGLANTE" POUR LES DERAISONNABLES

DE CET "APPEL" ODIEUX DES " BOBOS" PETRIS D'UN PSEUDO HUMANISME

QUI CONFINE à LA CRéTINERIE !







Réponse magnifique d'une Israélienne au " mono-Call de la Raison "




Je vous invite à lire cette lettre d’une Israélienne qui remet en place nos

intellectuels de salon.

Appel du coeur d'une israélienne contre le mono-Call de la Raison

---------------------------------------------------------------


A BHL, Alain Finkelkraut et les autres.......Invitation aux amoureux de la paix..


Ou Habitez-vous, Mesdames et Messieurs ?

Et de quelle boîte à malices sort la pétition que vous faîtes parler et circuler en votre nom ?

Sinon d’un tour de passe-passe de Messieurs Halperin, Soros, Gerstein et Jeremy Ben-Ami ?

Où est passée votre si brillante indépendance d’esprit, lorsque vous vous laissez ainsi embrigader

comme les boy-scouts du nouveau Président Obama ?


Qui servent vos mentors israéliens, comme Elie Barnavi, ancien ambassadeur de mon pays,

lorsqu’il appelle à des pressions extérieures sur le pays qui l’a placé là d'où il peut s’exprimer désormais ?

N'y a t-il pas conflit d'intérêt ou double-emploi?


A-t-il, à ce point, pris goût aux dîners des chancelleries qu’il en soit venu à croire que la politique intérieure

d’un pays tiers puisse s’y décider entre soi, sans consultation du peuple ?


Ou , pire, que la paix et la raison pouvaient aussi provenir des caisses de la Fondation Soros, de donateurs

iraniens et saoudiens?

Est-ce là toute votre éthique, tout votre droit à un quelconque monopole du cœur qui nous manquerait tant,

à nous qui vivons ici ?


Barnavi, Yossi Sarid ont, pourtant, toute latitude de quitter leur exil bruxellois ou américain et venir tenter de

convaincre ceux qui pensent différemment d’eux.


L’avenir du pays qui vous semble si cher ne se décide t-il plus qu’à Bruxelles, à Washington et à l'ONU ?


Croient-ils, nouveaux adeptes du coup d'Etat permanent, changer le sens d’élections auquel ils ont eu tout loisir

de participer ?

Pensent t-ils que le pays qu’ils défendaient jusqu’alors est peuplé d’hystériques sans la moindre lucidité ni

maturité sur leur passé, leur présent et leur avenir ?


Où étiez-vous donc, lorsque d'autres défendaient fièrement la seule démocratie du Moyen-Orient contre les

votes unanimes l'assimilant à un "racisme"?

Ou que Goldstone, Travers appellent à sa condamnation unilatérale, sur un pied d'égalité avec un mouvement

terroriste, alors que vous connaissez l'éthique qui anime cette armée parmi les plus morales du monde?


Ou souhaitez-vous surtout diffuser la contamination des mêmes germes de la peste antisioniste sur le Conseil

de l'Europe, en croyant décider de notre sort, ce 3 mai?


Où êtes-vous donc, lorsque le peuple iranien vous appelle à la rescousse, sous les coups des Bassidjis?




Qui, surtout, vous donne le droit de me dire ce que je dois faire et ce que je dois penser ?


Si vous pensez à notre place, alors venez aussi vivre à la nôtre et fonder ce « Nouvel Israël » dont se targuent

les ONG qui vous soutiennent pécunièrement ! Mais ne perdez ni votre temps ni leur argent !


Ou étiez-vous pendant ces huit longues années où mes frêres de Sdérot vivaient dans la terreur ?


Où étiez-vous lorsque l'on détruisait ma ville Aschkélon et que je vivais terrée comme un rat dans mon abri

aux sons mélodieux des sirènes de la mort ?


Où étiez vous lorsque l'on m'a enlevé mon père en pleine prière de Kippour pour aller à la guerre ?


Qu'avez vous fait pour interpeller les Arabes et leur dire que le terrorisme est abject et qu'ils doivent cesser

leur industrie de haine ?


La honte ne vous étranglera t-elle pas lorsqu'ils chercheront à proclamer leur Etat unilatéral pour poursuivre

le conflit sans garantie qu'il ne se termine jamais, comme vous l'avez fait pour le Kosovo?


Que dites-vous aux Palestiniens qui apprennent à leurs enfants avec votre argent, la haine et rien que la haine ?

Où sont vos programmes éducatifs pour ces déshérités de l’esprit que vous croyez défendre ?

Où sont vos auxiliaires pédagogiques, ô vous, Messieurs les grands professeurs de Normale Supérieure,

gens de lettres et Académicien, hommes cultivés, invités des salons mondains et des plateaux télévision ?

Si géniaux ingénieurs des ponts et chaussées entre les peuples!


Qui êtes-vous pour soutenir le mensonge du mythe d'un peuple palestinien unifié, déclanisé, porteur d’institutions

viables, comme par génération spontanée ?

Quand vous enterrinez le mensonge historique de "territoires occupés", lorsque l'OLP s'est substituée à la Jordanie,

en s'appuyant sur le renoncement officiel du Royaume Hachémite, en juillet 1988, à la souveraineté sur la Cisjordanie,

lors de la 1ère Intifada?


Qui a poursuivi sans répit l’illusion que les élections de 2006 à Ramallah, des forces démocratiques, à tout le moins

conciliantes, sortiraient des urnes par enchantement, sans que personne ne se soit donné la peine d’éduquer ce

peuple à la cohabitation avec d’autres ? -

Nous seuls, et non vous, en l’occurrence -.


N’est-ce pas ce même maître américain du Département d’Etat, qui a refusé d’entendre les voix de Nathan Sharansky

et de tant d’autres, pour promouvoir, sans l’avoir voulu, une majorité islamiste ?

Le Hamas appelait à la lutte armée et au terrorisme, parce que ce sentiment correspondait aux courants d’opinion

les plus répandus « de l’autre côté de la ligne verte », feignez-vous de l'ignorer?


Que faites-vous, avec vos pétitions focalisées sur les torts d’Israël, pour réduire le fossé entre Hamas et Fatah

, lorsqu'ils s'entretuent ?


Où est-ce Tsahal qui est chargé de ramasser la vaisselle cassée?


Qui êtes vous, Messieurs pour vouloir créer un enième état arabe sur le confetti israélien, en vous fichant de

ce que mes voisins et moi-même, à quelques encablures de Gaza, en pensons, par expérience ?


Mais qui êtes vous donc, Messieurs, pour savoir mieux que nous, pour nous protéger de la terreur ?


Mais qui êtes vous donc, Messieurs, pour effacer un rêve deux fois millénaire devenu réalité ?


Mais qui donc êtes vous, Messieurs, pour me demander d'abandonner le peu de sécurité qu'a, jusqu’alors,

pu obtenir ma famille ?


Sachez que la paix ne se fera jamais avec, et tant que des gens veulent nous détruire.


Je vous invite, ici, à venir visiter les familles de Sdérot ou d'Aschkelon pour ne parler que d'eux, et

constater par vous même les douleurs subies,


Juste les regarder dans les yeux..........


Ou est votre appel pour faire libérer Guilad de l'enfer où il se trouve ? Où sont vos pressions et vos

délégations savantes et convaincantes en direction du Hamas ?


Que faites vous tant pour la sécurité des Juifs en France, sinon d’affirmer que leurs frères sont des « colons »

et qu’ils n’ont qu’à s’en prendre à ce fichu Gouvernement israélien?

Avez-vous été visité la famille de ce pauvre strasbourgeois qui s'est fait agressé ?

Lui avez-vous aussi dit à quel point le gouvernement israélien était seul coupable de ses déboires et que s’il

n’était pas content, il n’avait qu’à rejoindre ses « frères colons » ?

Car à ne culpabiliser qu’un seul côté, vous passez sous silence la raison de ses tourments et cautionnez ses

agresseurs.

Ayez au moins un éclair de solidarité avec ceux qui paient les pots cassés de vos élans si généreux et de

l'éloquence de votre DERAISON !!

Occupez-vous du Darfour, de la Somalie, souciez-vous des malheureux réprimés des Ayatollahs et sur tant

d'autres terres ou le sang coule à flots, ou restez dans vos salons, à vous entarter entre Tartuffes

, mais de grâce, cessez de venir me dire ce que je dois faire pour vivre en paix.
Re: JCall
01 juin 2010, 04:44
Bonjour a tous,
Je suis entierement d'accord avec cette personne et je l'avais deja ete en prenant position sur ce meme sujet et sans vouloir me repeter, je dit et redirais que seulement les JUIFS vivant en Israel ont le droit d'essayer par leur vote de changer la direction de leur politique, il est bien entendu que pour ceux qui vivent hors Israel et meme ceux vivant en Israel la critique ( la critique seulement ) est tout a fait saine et normale il a bien ete dit je sais pas par qui que la critique est aisee mais l'art est difficle.
Re: JCall
01 juin 2010, 05:45
Bonjour Robel,

Seuls les ISRAELIENS ont " AUTORITé" SUR LEUR DESTIN .

Nous, les JUIFS, vivant en dehors de notre cher pays , avons le DEVOIR DE SOUTENIR ISRAEL

et son gouvernement élu,quelque soit la tendance politique de celui-ci , et si nous voulons utiliser

du "droit" de le critiquer , nous devons manifester notre opposition à partir D'ISRAEL .

Agir , comme l'ont fait , ces "bobos" parisiens et autres, du fond de leur confortable salon ,

est une injure à notre ETAT.

ILS peuvent continuer à BRAILLER avec nos ennemis , leurs tapageuses gesticulations

auront le même sort que les funestes "accords d'oslo", c'est d'ailleurs toujours cette même

gauche qui cumule tous les échecs et ratages que vivent nos sociétés.


SHALOM ET AM ISRAEL HAI !!
COMMUNIQUE de "RAISON GARDER"!!!!!
01 juin 2010, 07:59
SOUTENONS-LES pour SIGNIFIER aux EGARES de j'call

que nous sommes massivement et inconditionnellement aux côtés

de notre cher ISRAEL


-----------------------------------------------

S E C O N D C O M M U N I Q U E

Cher( e)s ami(e) s signataires de « Raison Garder »,

Espérer n'est pas un vain mot. Nous vous avons relaté dans quelles circonstances et avec quels moyens, nous vous avons adressé l'appel “Raison garder”.

Notre déclaration a été signée, ce jour, par 10.300 personnes, originaires de très nombreux et lointains pays (Belgique, Hollande, Autriche, Canada, États-Unis, Macao, Mexico, Caraïbes, Papeete, etc.), laissant loin derrière elle les 6.300 signataires de J Call, suite à un envol pris dès le 28 avril.

Tous nos signataires témoignent de l’existence d’un mouvement d’opinion puissant.

Parmi eux, se retrouvent:

Dans le domaine académique

155 professeurs d’université
445 enseignants
47 chercheurs

Dans les domaines technologiques et scientifiques

364 ingénieurs
Dans le domaine éditorial

60 écrivains
80 journalistes

Dans le domaine médical

487 médecins et et psychiatres

Dans le domaine juridique

107 avocats

Dans le domaine économique

574 en marketting et gestion

Dans le domaine religieux

28 rabbins
17 pasteurs et prêtres

Notre pétition-sœur en Italie recueille à ce jour 5000 signatures, à l’appel du député au parlement italien Fiamma Nirenstein.
Un comité animé par Georges Elia Sarfati vient de se constituer en Israël où notre position recueille un grand écho.

Nous ne pouvons rendre compte ici de la portée de ce qui nous semble annoncer un tournant de l’opinion et une nouvelle
attitude face aux problèmes qui nous sollicitent.


* * *

Avec ce splendide résultat, nous pouvons estimer avoir réussi à constituer un pôle solide pour défendre nos idées,
même si vous avez pu constater le blackout total de la presse française (1) sur le raz de marée de “Raison Garder”.

Notre reconnaissance va, à ce propos, à des radios libres comme Radio J, des sites
comme desInfo.com, france-Israël.org, objectif-info.fr, upjf.org, drzz.info, et combien d’autres qui ont répercuté notre appel.

Cette occultation se déploie à d’autres niveaux: l’Ambassade de France organise ainsi actuellement à Tel Aviv un colloque
qui promeut J Call de façon totalement inéquitable.

Cette réalité profondément troublante nous donne à comprendre qu’il n’est pas possible de baisser la garde maintenant.

***

D'autres échéances, dures, nous attendent.

L’antisionisme, primaire ou intellectuel, devient insidieux, comme le démontre ad nauseam le pamphlet de Régis Debray,
dont les promoteurs de J Call se sont faits les relais, de façon stupéfiante.

Au nom des droits de l'Homme, toutes sortes de courants veulent faire d’Israël et des Juifs les parias du “Village global”.

Obama veut désarmer Israël au nom d’un pacifisme munichois...

Mais “Israël” est devenu un symbole qui charrie des choix politiques qui dépassent de très loin ses propres limites.

L’enjeu qu’il représente draine toutes sortes d’autres problèmes qui en font un vecteur axial du destin contemporain
du monde occidental.

Nous annonçons une conférence publique à Paris avec les initiateurs de Raison Garder




Jean-Pierre Bensimon, Raphaël Draï, Georges Elia Sarfati, Pierre-André Taguieff, Shmuel Trigano

le Lundi 28 juin à 20 h 30
dans les locaux de FIAP Jean Monnet
30 rue Cabanis 75014 Paris

Vu le nombre limité de places il sera prudent de réserver par e-mail à l'adresse

raisongarder@dialexis.org

Signalons que le jeudi 3 juin se tiendra aussi à Jérusalem une conférence de “Raison Garder” (2)
et que le 12 juillet aura lieu au Parlement italien une séance autour de la pétition italienne et de la nôtre, à laquelle
nous prendrons part.

***

Un problème d’organisation et de financement se pose à nous car nous, premiers signataires, ne bénéficions
du soutien d’aucune organisation ni de financiers comme c’est le cas pour J Call (jusqu’à l’Union Européenne !).

Il nous faut des ressources, même modestes, qui nous permettront de continuer notre action.

C'est pourquoi nous sollicitons votre participation financière sous forme d'un versement à un compte associatif.

Signalez votre intention par e-mail à l'adresse raisongarder@dialexis.org et nous vous indiquerons en retour

les coordonnées du compte. Des reçus CERFA seront délivrés à cette occasion.

Ces ressources matérielles sont indispensables pour franchir les prochaines étapes.

Il importe de conserver en effet à cet Appel et au mouvement d'opinion qui le soutient son indépendance.

Afin de poursuivre cette tache ni le courage, ni la détermination ne nous manquent.

Notre pétition reste encore ouverte à la signature de ceux et celles qui n'en auraient pas encore eu connaissance
- et notamment en vue de sa relance en Israël - afin qu'ils nous rejoignent et renforcent notre action.

Avec toute notre amitié

Les signataires de l' Appel “Raison Garder”.

Le 31 mai 2010.

1 - Cf. L’analyse de Shmuel Trigano: [www.controverses.fr]

2 - Le jeudi 3 juin à 20h 30, avec Raphaël Draï et Georges Elia Sarfati à Jérusalem au Centre Yaïr-Manitou,
Auditorium Harav Nissim, 44 Rehov Jabotinsky (entrée également par la rue Mol'ho)
Re: JCall
05 juin 2010, 16:55
Communiqué 1 juin 2010 : Arraisonnement de la flottille à Gaza : une crise qui ne profite qu’aux extrémistes des deux bords

[www.jcall.eu]

Une fois de plus, les opposants à tout processus de paix ont sévi causant de nouvelles victimes dans un conflit qui n’en manque pas. JCall déplore profondément et s’incline devant les nombreux morts et blessés de cette opération. Encore une fois seuls les extrémistes des deux bords vont tirer profit de ce drame.

Le Hamas, instigateur avec une fondation islamiste turque de l’envoi de la flottille, va une nouvelle fois sortir vainqueur d’une confrontation inutile qu’il a recherchée et il risque de réussir à compromettre la reprise fragile des négociations indirectes, via les Etats-Unis, entre l’Autorité Palestinienne et le gouvernement israélien. En prenant la décision de faire intervenir son armée, Israël est tombé dans le piège que lui tendait l’organisation palestinienne. Comme durant l’opération « plomb durci » il y a plus d’un an, le gouvernement israélien ne tient compte ni de l’opinion internationale, ni de la guerre des images perdue à chaque opération et s’entête dans une politique de confrontation qui ne mène qu’à des impasses. Il est temps pour Israël de constater que le blocus de Gaza qu’il conduit avec l’Egypte depuis 3 ans et continue de maintenir, notamment, pour obtenir la libération de Guilad Shalit, est contre productif et ne sert qu’à renforcer le mouvement islamiste. Il est encore temps, face au déchaînement des passions, de faire appel à la raison. Israël doit tout faire pour obtenir des négociations directes avec l’Autorité Palestinienne qui est son véritable partenaire en s’aidant de ses amis sur la scène internationale. C’est seulement en activant le processus de paix et en renforçant le pouvoir de Mahmoud Abbas qu’Israël évitera un isolement qui ne profite qu’à ses pires ennemis.
Re: JCall
23 juillet 2010, 03:26
Petit manifeste à destination des juifs français de bonne volonté

Par CAROLE TUCHSZIRER



Selon la définition que l’on trouve dans le dictionnaire, la schizophrénie se caractérise par un appauvrissement des relations socioprofessionnelles, une tendance à l’isolement et au repli autistique dans un monde intérieur.

Ce monde intérieur est celui dans lequel évolue aujourd’hui une fraction de la communauté juive de France, repliée sur elle-même, coincée dans l’attitude qu’elle doit adopter vis-à-vis d’Israël et du gouvernement Nétanyahou en particulier. En un mot, tout simplement, mal dans sa peau. Cette posture n’est pas nouvelle mais elle a été ravivée par les récents événements qui ont vu le gouvernement israélien s’attaquer violemment à une flottille dite humanitaire qui cherchait par ce biais à lever le blocus qui frappe aujourd’hui durement et injustement la population gazaouie.

Les mots les plus durs écrits sur ce naufrage politique nous sont venus de la presse israélienne unanime, de la gauche à la droite, pour souligner le fiasco d’une telle opération tant sur le plan moral que politique. Oui, «Gaza pourrait bien devenir notre @#$%& à nous», comme le soulignait le journal israélien de gauche Haaretz.

En France, contrairement aux Etats-Unis où des manifestations contre le gouvernement israélien ont eu lieu, la communauté juive semble moins décidée à reprendre à son compte une telle dénonciation, du moins en public, sur les plateaux de télévision ou à la radio. Une fois de plus, le devoir de réserve semble l’emporter sur le devoir de réaction alors même que dans nombre de foyers ou entre proches cette question du blocus de Gaza et l’attitude suicidaire du gouvernement Nétanyahou depuis son accession au pouvoir semblent marquer un tournant dans l’appréciation du conflit israélo-palestinien. Mais une fois franchi le seuil de la maisonnée, lorsque nous ne sommes plus «entre nous», c’est le silence radio, quand ce n’est pas le soutien toujours implicite à la politique de l’actuel gouvernement israélien. Les raisons d’un tel dédoublement sont connues : la crainte de porter préjudice à l’Etat hébreu, la mauvaise conscience de ne pas avoir fait le choix de l’alya (départ en Israël) et pour beaucoup, surtout, le refus de faire le jeu d’une certaine gauche radicale qui ne rêve que de voir l’Etat d’Israël se fondre dans un Etat binational. Un antisionisme aux relents, parfois, mais pas toujours, antisémites. Un antisionisme virulent, justifié au nom des droits de l’homme et donc d’autant plus dur à combattre. En usant de la distance critique vis-à-vis d’Israël et de son gouvernement, ne risquerions-nous pas de faire le jeu de nos nouveaux adversaires, de ceux pour qui la question de savoir ce que fait Israël est finalement secondaire par rapport à ce qu’il serait intrinsèquement et depuis toujours : une colonie d’occupation. Pas depuis 1967 (guerre des six jours) seulement, mais depuis 1948 et même avant, depuis que des Juifs ont eu l’audace de s’y établir pour réclamer leur liberté politique.

Nous ne ferons pas chorus avec ceux-là, et c’est sans eux ou malgré eux que nous exprimons publiquement ce que nous ressentons intérieurement : Israël fait fausse route, et parce qu’il nous est cher, parce que nous ne doutons pas un seul instant qu’il puisse revenir sur le droit chemin comme il l’a fait lorsqu’il s’est retiré du Liban, retiré du Sinaï, retiré de Gaza, nous l’enjoignons de continuer d’emprunter la voie qu’avaient tracée des gouvernements précédents. C’est parce que ses peines sont les nôtres que nous nous devons de signaler ses erreurs, d’autant qu’en Israël un grand nombre de citoyens ont les mêmes certitudes et les mêmes doutes et qu’ils attendent de nous leur soutien. Ce soutien peut depuis quelques mois s’exprimer publiquement grâce à l’initiative européenne du "J-Call" pour lequel l’avenir d’Israël passe nécessairement par l’établissement d’une paix durable avec le peuple palestinien selon le principe de «deux peuples, deux Etats».

Soyons nombreux, en France, à signer cet appel (www.jcall.eu).

[www.liberation.fr]
Re: JCall
18 octobre 2010, 06:36
Communiqué de JCall, faisant mention de "Raison garder", nouveau bastion des voyous de la LDJ :

----------------------------------------------------------------

Succès de la première réunion de JCall à Paris en présence de Daniel Cohn-Bendit, Alain Finkielkraut, Henri Weber et Avraham B. Yehoshua

Nous nous félicitons de la réussite de la première réunion de JCall à Paris et remercions toutes les nombreuses personnes venues y assister. Victimes de notre succès, nous regrettons malheureusement de ne pas avoir pu faire entrer dans la salle toutes les personnes qui s’étaient déplacées.

Il est interdit en effet, pour des questions de sécurité, de laisser entrer plus de 300 personnes dans la salle de la mairie du 9ème, l’une des plus grandes salles de mairie aménagées pour des réunions publiques et la seule disponible à la date de notre réunion. Afin d’assurer la sécurité de l’assistance, en ces temps de vigipirate, nous avions prévenu le commissariat de cette réunion. Un officier de police en civil était présent dans la salle. Une vingtaine de personnes étaient venues dans l’intention visible de perturber la réunion. Certains n’ont pu entrer dans la salle. Ils se sont mis aussitôt à crier et à traiter tout le monde de « kapos ». Tandis qu’à l’intérieur les autres ont coupé la parole aux intervenants, à plusieurs reprises, par des insultes. Les forces de police sont intervenues lorsque les perturbateurs ont interrompu le discours de l’écrivain Avraham B. Yehoshua et que l’un d’entre eux a voulu se battre avec un photographe indépendant présent dans la salle. A noter que ces militants sont sortis en lançant des tracts de la LDJ et en écrasant des boules puantes.

Depuis le lancement de JCall, nous souhaitons instaurer un dialogue parmi les Juifs de France. Une contre pétition « Raison garder » a été lancée en réponse à la nôtre. Nous nous en sommes réjouis, pensant pouvoir ainsi dialoguer publiquement avec ses initiateurs. Malheureusement, ceux-ci se refusent, jusqu’à présent, à répondre à nos différentes demandes. Nous le regrettons parce que des questions aussi essentielles que celles de l’avenir et de l’identité d’Israël nous semblent nécessiter un débat sérieux et profond, attendu par beaucoup de citoyens juifs en France.

Akadem a filmé la réunion et devrait la diffuser prochainement sur son site. Nous vous informerons dès que le reportage sera mis en ligne afin de vous permettre d’assister en différé à notre réunion. Nous regrettons cependant le temps perdu à cause des perturbateurs qui nous ont ainsi empêchés de donner la parole au public comme prévu.

Nous sommes désormais dans la phase où nous voulons consolider et pérenniser notre structure en France, comme dans les différents pays européens où des groupes JCall sont en train de se mettre en place. Vous pouvez d’ores et déjà adhérer à l’association JCall créée en France ou nous envoyer vos dons. [www.jcall.eu]

Cordialement

Le bureau de JCall France

----------------------------------------------------------------------

L’institut Akadem, que nous remercions, a filmé la première réunion de JCall à Paris le 6 octobre dernier. Ceux d'entre vous qui n'ont pu assister à cette réunion et qui sont intéressés, peuvent donc désormais visionner cet événement à l’adresse suivante :

[www.akadem.org]
Re: JCall
18 octobre 2010, 07:43
LES MAGOUILLES ET MENSONGES de "J'STREET" , le PARRAIN DE " J'CALL" !!!

NOUS ASSISTERONS BIENTÔT à 'L'EFFET" DOMINO AVEC J'CALL QUI N'EST PAS

PLUS CREDIBLE ,!

"J'STREET" A ETE CREE PAR hussein oblabla POUR SERVIR SA STRATEGIE

INFERNALE à L'EGARD D'ISRAEL ET EN CELA , AIDé PAR LES "IDIOTS UTILES" !!!





J-Street s’autodétruit : le jeu de dupes se démêle. Mais où sont donc passés les Medias ?


J Street Self-Destructs: The Con-Game Unravels. But Where Was the Mass Media?

[rubinreports.blogspot.com]


Par Barry Rubin


J’écrivais déjà sur la vraie nature de J-Street, en tant que mouvement anti-israélien qui se présente comme un groupe pro-israélien démocrate, quand la vérité était encore gardée sous scellées par les media. J’avais pointé du doigt comment il a, en fait, travaillé main dans la main avec le lobby du Président iranien Mahmoud Ahmadinedjad, l’an dernier, pour tenter de faire barrage aux sanctions contre l’Iran au sujet de son programme nucléaire.

Le type même du groupe de façade [vitrine légale] se caractérise par le fait que ses dirigeants emploient de fausses revendications pour se gagner l’adhésion de sympathisants qui n’auraient jamais soutenu cette organisation s’ils en avaient compris la vraie nature. En d’autres termes, ceux qui mènent et dirigent vraiment J-Street cherchent à détruire les fondements du soutien à Israël, de la part des Juifs Américains. Beaucoup de membres pris un par un sont nourris de bonnes intentions et n’ont aucune idée de ce qu’il en est en réalité. Et bien, désormais, ils en ont les preuves.

J-Street a menti en prétendant ne pas avoir reçu un financement massif de la part de George Soros, le financier milliardaire des causes d’extrême-gauche antisionistes. Il subsiste plein d’autres choses louches qui continuent d’être dissimulées concernant la provenance de leur argent. Il est probable que le mouvement a aussi violé la loi en utilisant l’argent d’un résident de Hong Kong pour soutenir des candidats politiques aux Etats-Unis.

A présent, également, il s’est révélé que le mouvement voulait organiser une visite sur la Colline du Capitole de Richard Goldstone, auteur du rapport anti-israélien extrêmement biaisé concernant Gaza.

Cela a eu pour conséquence la démission de Colette Avital, une femme politique du parti travailliste, comme représentante du mouvement en Israël. A cette occasion, J-Street ment une fois encore, mais la conversation à propos de Goldstone est enregistrée. Incidemment, Avital nie également avoir dit quoi que ce soit au journaliste concernant Goldstone. L’enregistrement audio montre à quel point elle-même est une menteuse.

Par ailleurs, Jeremy Ben-Ami est à ce point inepte qu’en niant les faits, ils [J-Street] n’ont fait assurément qu’aider Goldstone à confirmer qu’ils étaient tout prêts à le faire :

« L’équipe dirigeante de J–Street a parlé à ses collègues de l’organisation qui coordonnent les réunions et, sous son injonction, a demandé à une poignée de membres d’une équipe au Congrès d’enquêter pour savoir si ses membres seraient intéressés à rencontrer le Juge Goldstone ».

Cependant, cela met à jour, ici, une autre énorme affaire, qui est d’une extrême importance. Elle s’applique vraiment à tout autre sujet potentiel concernant les affaires extérieures et intérieures pour les Etats-Unis.

De quelle façon un homme dont le seul engagement personnel au Moyen-Orient a été d’être un lobbyiste anti-israélien payé par l’argent arabe (pour une société qui, depuis qu’il l’a quittée, est devenu l’agence de relations publiques en faveur de la flottille pro-Hamas vers Gaza) peut-il se proclamer comme le dirigeant d’un mouvement pro-israélien sans qu’aucun média ne mette en lumière cette contradiction ?

Comment un groupe qui, pour la partie essentielle de son existence, n’a jamais pris aucune position pro-israélienne – et même s’est permis de franchir des seuils variables dans le sens opposé- peut-il être loué dans les médias pour ce qu’il n’est pas ? Comment un mouvement constitué de militants anti-israéliens a-t-il pu se présenter comme le contraire de ce qu’il est ?

Il ne s’agit pas de dire qu’il n’y avait pas de nombreuses personnes bien-intentionnées qui ont rejoint, soutenu ou sympathisé avec ce mouvement, en pensant qu’il était démocratique et pacifique, mais qu'il restait une organisation pro-israélienne. Mais cela également, pose problème : s’ils avaient été correctement informés par les médias, ils ne l’auraient jamais fait.

Pourquoi donc la vérité a t-elle dû être découverte par Jeff Dunetz, un blogueur intrépide, menant une recherche de fond, par Eli Lake, un reporter d’un petit journal conservateur, publiant de fréquents articles inédits ici et là ? Et par un autre héros infatigable, Lenny ben-David, à lire ici, ici et là ?

Réponse : parce que les médias renâclent à mettre sur la table quoi que ce soit qui présente sous un mauvais jour une certaine partie du spectre politique.

C’est exactement comme cette histoire concernant ce prédicateur extrémiste et raciste officiant dans une église de Chicago que fréquente assidûment un paroissien célèbre, ainsi que l’expérience et les qualifications de ce paroissien à être habilité à tenir les fonctions les plus hautes en ce monde, et comme à travers tant d’autres histoires de même acabit :

la plupart des médias laissent les gens faire n’importe quoi en toute impunité [get away with murder, selon l’expression populaire], aussi longtemps qu’ils ont de bonnes références politiques [qu’ils sont « du bon côté de la barrière »].Ils relatent (ou ne relatent pas) les faits et les orientent en se fondant sur leurs inclinations politiques personnelles, plutôt que sur une éthique d’impartialité, d’équilibre et d’intégrité.

Il existe un autre vieille expression disant qu’un arbre s’abattant au beau milieu d’une forêt, alors qu’il n’y a personne autour, fait quand même du bruit. Bien entendu, nous savons, grâce aux instruments de mesure scientifique, que c’est vrai.

Mais que se passe t-il si un arbre s’effondre dans une forêt et que des millions d’individus regardent la télévision et lisent les journaux qui titrent :

« Aucun arbre ne s’est abattu dans la forêt », « la forêt n’existe pas », « les théoriciens conspirationnistes d’extrême-droite prétendent qu’un arbre s’est abattu dans la forêt, Ha !Ha !Ha ! Comment quelqu’un peut-il être aussi stupide ? », et« Tous les savants dans le monde s’accordent sur ce point : Aucun arbre n’est tombé dans la forêt ».

Ok, juste un dernier, parce que je ne peux y résister : dans les médias britanniques, cela donnerait : « Si l’arbre est tombé dans la forêt, c’est uniquement de la faute d’Israël ! »

C’est pourtant bien la situation à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui. Et c’est même certainement pire.

Nous vivons dans un monde où le Time Magazine peut publier la première semaine sa couverture en une en s’insurgeant de façon véhémente contre « l’islamophobie » (n’est-ce pas un affreux préjugé ?) et, la semaine suivante, se blanchit de tout antisémitisme lorsqu’il prétend que les Israéliens ne veulent pas la paix, parce qu’[avec la situation actuelle] ils font beaucoup d’argent.

Par conséquent, de larges segments dans les medias, non seulement, préfèrent ne pas rapporter certains faits ou les déforment, mais ils prêchent la haine en se focalisant sur certains groupes.

Graham Greene a formulé une phrase pour décrire ce phénomène en écrivant qu’il existe des classes « tourmentables » et d’autres « qu’on ne peut contrarier ». Nous avons, maintenant, les « groupes-qu’il-est-acceptable-de-calomnier-et-de-haïr » et les « groupes-contre-lesquels-le-moindre-reportage-est-un-crime-raciste ».

Nous sommes, depuis longtemps, accoutumés à ce phénomène concernant le traitement d’Israël.
Ce qui a été la grosse surprise de ces dernières années a été de se rendre compte que de telles pratiques ont débordé de la marmite pour marquer des points dans d’autres problèmes.

On a souvent dit que le traitement d’Israël était un signe d’alerte [baromètre], qu’Israël était le canari dans la mine. Nous avons, actuellement, dépassé depuis longtemps ce stade. Rétrospectivement, le traitement inéquitable d’Israël dans les medias apparaît de plus en plus comme un projet-pilote.

Et encore, lorsque que le public ne peut citer qu’un nombre extraordinairement bas de personnalités qui tiennent un langage de vérité dans les médias, il y a, au contraire, un grand nombre de gens qui continuent de croire ce qu’on leur dit dans ces mêmes médias. Quelle est la meilleure façon de se sortir de cette pagaille ?

Une partie de la réponse est peut-être d’ordre technologique, par l’avènement d’internet, la diversité des chaînes de télévision câblées et de radios numériques disponibles sur internet. De fait, tous ces moyens peuvent être utilisées pour le même objectif.

L’un de mes lecteurs parmi les plus avertis, après avoir seulement parcouru le site de J-Street, concluait qu’il s’agissait juste d’un mouvement démocratique.

Ne commettons pas d’erreur : il existe une différence entre la gauche radicale et le Libéralisme.

C’est précisément la raison pour laquelle les forces d’extrême-gauche ont créé des mouvements de façade [vitrines légales] qui ont toutes les apparences d’incarner des courants démocratiques : pour tromper les gens qui, sinon auraient reculé, si jamais ils avaient eu connaissance des visions et buts réels de la gauche radicale, autant que de ses tendances actuelles à sympathiser et même à soutenir la plus grande menace dans le monde depuis l’extrême-droite : l’Islamisme.

La solution est la suivante : aussi longtemps que la liberté demeure, alors les sources d’information qui démontrent être les plus fiables, font preuve de capacité prédictive et qui expliquent le mieux les faits, continueront de l’emporter. De plus, l’audace même des islamistes et des radicaux occidentaux les pousse à s’exposer.

En 1848, Karl Marx concluait le « Manifeste Communiste » qu’on peut désigner comme le document fondateur de la gauche idéologique révolutionnaire :

“Les Communistes dédaignent à garder secrets leurs vision et objectifs. Ils déclarent ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le reversement par la force de toutes les conditions sociales préexistantes”.

De même, aujourd’hui, si vous creusez un peu – en réalisant des traductions en temps réel- les islamistes proclament bien haut et fort ce que sont leur vision et leurs buts. Et si vous creusez un peu plus, ainsi font leurs alliés radicaux d’Occident, même lorsqu’ils prétendent être démocrates, ce qu’ils ne sont pas.

C’est simplement que la majeure partie des médias ne publie pas ce genre de choses. Mais nous le ferons.


Annexe :

Jeremy Ben-Ami, qui a fondé J-Street après avoir mis fin à une carrière prometteuse de lobbyiste anti-israélien déclaré pour la poursuivre sous couverture, a été tellement ébranlé qu’il a écrit : « les reportages au sujet de notre disparition… sont grandement exagérés ». Je ne pense pas que J-Street disparaîtra – il dispose de trop d’argent (de la part de Soros et de tant d’autres sources) pour s’évanouir du jour au lendemain. Il n’aura tout simplement plus d’influence sur la Colinne du Capitole et une très faible sur quelques éléments dispersés et marginaux au sein de la communauté juive.

Cela découle d’un groupe pratiquement créé sur mesure avec le soutien de l’Administration Obama, comme un cheval de Troie, de manière à sevrer les Juifs Américains et à les détourner d’un soutien indéfectible à Israël. Mais l’Administration Obama, suivant une politique un peu plus amicable envers Israël, n’a désormais plus besoin de J-Street.

James Besser de l’Hebdomadaire Juif New-Yorkais note que :

« Il n’y a aucun moyen d’empêcher que les politiciens soutenus par J-Street ne deviennent extrêmement nerveux, ainsi que tous ceux qu’on peut considérer avoir accepté de soutenir ce mouvement. Car, au lieu d’apporter sa protection aux politiciens qui le soutenaient, J-Street les a, pour ainsi dire, saigné à blanc… en mentant sur ses relations avec le philanthrope controversé.

“Et il n’y a aucun moyen pour empêcher que cela ne répande la méfiance parmi les commentateurs et reporters qui écrivent et parlent de J-Street, et qui ont été induits en erreur, de façon répétée, par ses responsables… »


Barry Rubin est directeur du Centre pour la Recherche Globale en affaires internationales (GLORIA) et éditeur du journal : la revue des Affaires Internationales et du Moyen-Orient (MERIA). Ses derniers ouvrages sont « le lecteur israélo-arabe (7è édition), La longue guerre pour la liberté : la lutte arabe pour la démocratie au Moyen-Orient (Wiley), ainsi que La vérité sur la Syrie (Palgrave-McMillan). Le site internet du Centre GLORIA est à l’adresse : [www.gloria-center.org] et celle de son blog, Rubin Reports, à :[www.rubinreports.blogspot.com].
Re: JCall
09 novembre 2010, 04:33
Le CRIF commence-t-il à entendre l'appel à la raison de JCall ? C'est tout ce qu'on souhaite. Voici un commentaire paru sur le site du CRIF avant la publication par Le Monde de la condamnation de JCall du boycott d'Israël.

-----------------------------------------------------------------------------------------

Cohn-Bendit, le boycott et JCALL
[www.crif.org]
Par Patrick Klugman, membre du bureau de JCALL


C’est bien connu, les procès d’intention sont ceux auxquels il est le plus difficile de répondre. En l’occurrence, l’acte d’accusation était présenté de manière tellement évidente qu’il aurait pu égarer même les mieux intentionnés. Je le résume: Daniel Cohn-Bendit est un « animateur de JCALL » ; Daniel Cohn-Bendit appelle au boycott d’Israël donc Jcall est favorable au boycott d’Israël.

Le syllogisme est séduisant et il aurait été pertinent si tout n’avait pas été faux dans son énoncé : Non, Cohn-Bendit, n’est pas un animateur de JCALL, il n’appelle pas au boycott d’Israël, lequel boycott est clairement rejeté par JCALL.

Il est vrai que la position de DCB sur cette épineuse question n’est pas d’une grande netteté. Elle consiste à soutenir la liberté de se prononcer sur le boycott sans toutefois endosser cette conviction. C’est flou, pas franchement courageux, éminemment contestable, mais cela ne peut s’assimiler à un appel au boycott. Par comparaison, les éminentes personnalités qui réclament l’abrogation de la loi Gayssot au nom de la liberté de l’enseignement ne sauraient être confondues avec des négationnistes.

Quoi qu’il en soit, l’expression du leader d’Europe Ecologie dans cette affaire, qu’on l’approuve ou qu’on la réprouve, lui est tout à fait personnelle. Signataire comme 7.500 autres de JCALL, mais ne faisant pas partie de ses instances, il n’a ni la qualité ni la prétention d’engager cette organisation. A JCALL, la cause est entendue et elle ne fait pas débat : nous n’admettons pas qu’une punition collective d’un autre âge soit infligée à Israël.

D’ailleurs, dans mon dernier billet je développai la thèse selon laquelle cette violente campagne antisioniste devait être combattue par la gauche au nom des idéaux de gauche. Ayant un peu de suites dans les idées, je suis fier d’annoncer que Le Monde publiera sous peu la première condamnation d’envergure du boycott d’Israël, sous la signature commune de personnalités de premier plan du monde politique, culturel et artistique. Nos procureurs seront ravis d’apprendre que cet appela été lancé à l’instigation de JCALL et signé par tous les membres de son bureau. Qu’ils n’en tirent cependant aucune gloire : l’initiative est plus ancienne et a des visées autrement plus importantes que mettre un terme à une polémique que l’on a tenté d’instruire sans succès en inventant à Israël des ennemis qui n’en sont pas.

(RCJ 29 octobre)
Re: JCall
09 novembre 2010, 04:48
Raison Garder : les Juifs (de/en) France ?


Le déferlement d’adhésions spontanées au message de Raison Garder exige d’être pris au sérieux et d’y donner réponse.

Mais quelles réponses et à quel titre ?

Raison Garder est une réponse cinglante à J Call ou, «appel à la raison ».


Mais qui donc avait perdu la raison ?

Cet appel péremptoire jeté à la cantonade à grand renfort de soutiens publicitaires est une mise en cause généralisée de l’intégrité morale du public concerné par la guerre israélo- arabe.

Il se double d’un appel aux grandes puissances à faire pression unilatéralement sur Israël, dans la résolution du conflit.

Raison Garder n’est pas une institution supplémentaire et encore moins une association.

C’est une plate forme de réflexion qui met en évidence le profond désaccord d’un large public, juif ou pas, face aux solutions proposées par J’ Call au conflit du Proche Orient, et à la lutte contre les relents naissants d’antisémitisme.

Adhésion massive de 11 300 signatures parmi lesquelles celles nombreuses, de citoyens israéliens en prise directe du problème et d’amis non juifs de toutes origines.

Pour ce qui est des signataires de la diaspora juive française, ces adhésions sont autant le reflet d’un désaccord sur le fond, que l’expression d’un malaise, d’un mal-être identitaire des juifs de France.

Avant de réfléchir aux solutions possibles et efficaces, il faut tenter de faire un état des lieux : Comment en est-on arrivé là ?

Comment en est-on arrivé à ce niveau de délitement de dispersion, de confusion des rôles pour un groupe humain diversifié et parfaitement intégré au tissu national jusque-là ?


Où en est ce que l’on a coutume d’appeler la « communauté juive » ?

Depuis des siècles, on a fait payer à l’homme juif sa fidélité à une foi, à une loi. Fidélité désignée désormais dans le vocabulaire actuel du terme ambigu et sectaire «d’allégeance»

Allégeance à une Nation, à une terre.

L’horreur de la Shoah a pour un temps, interdit les manifestations de haine antisémite. La création de l’Etat d’Israël y a ajouté un semblant de respectabilité.
Israël pays de pionniers et de Kibboutzim, pays de Gauche et modèle de l’Internationale Socialiste qui y a même tenu l’un de ses Congrès.


En France :

En 1974 Giscard d’Estaing décrète le rapprochement des familles. Rapprochement massif et généreux dans une impréparation totale.

C’est aussi Khomeiny à Neauphles. Le travail de sape souterrain est entrepris sous l’œil indifférent de Français sereins et peu concernés. Le visage et le mental de la France en seront peu à peu définitivement transformés.


Mais juifs et arabes vivent encore harmonieusement dans les tours de Sarcelles.

En 1982 l’invasion du Liban et le massacre de Sabra et Chatila, faussement attribué à Tsahal comme les enquêtes l’ont prouvé depuis, mettent fin à cet état de respect et d’amitié.

La parole post shoatique est libérée.

La toute première violation émane du SNI, syndicat des enseignants tendance communiste U.A.

Les tracts et feuillets syndicaux sont systématiquement barrés d’un énorme « Plus jamais ça ! », cri de douleur symbolique des survivants de cette même Shoa. C’est la première déviation volontaire de langage.

En Val d’Oise, démission collective de nombreux responsables syndicaux chefs d’établissements ; juifs rapatriés pour nombre d’entre eux. Le désengagement de la vie publique est entamé pour les citoyens juifs, à leur insu.

A la même période, les Universités Russes déversent les escouades de l’élite palestinienne formées à l’aune des Universités trotskystes.

Ces derniers se répandent avec une redoutable habileté professionnelle dans l’espace médiatique et deviennent le fer de lance de l’idéologie et des méthodes marxistes (assener des contre-vérités sans relâche, créer un vocabulaire de substitution).
Une série d’attentats en Europe vient brouiller les pistes et crée des unions sacrées gauchisantes.


En Israel, naissance du mouvement des « Nouveaux historiens »

Ces derniers fourbissent les arguments pour délégitimer Israel. Benny Morris s’est rétracté depuis. Mais Pappe, quasi inconnu en Israël, reste un repère, surtout en Europe, malgré les preuves de ses sources totalement erronées. Pappe, ébauche du « Post sionisme » et naissance des Alterjuifs (cf. Controverses n°4)

Partout en Occident, décolonisation et écroulement des idéologies mènent la jeunesse en quête d’idéal, vers un concept innovant .La nouvelle gauche en effet ne se réfère plus au modèle soviétique mais aux victimes de l’histoire, ce que les juifs israéliens ne sont plus.

Les Droits de l’Homme prennent le pas sur toutes les idéologies, sans reconnaître pour autant le véritable Droit à la différence.

Les victimes sont toutes trouvées :

- Sur le territoire national : l’étranger décolonisé et ghettoïsé dans sa banlieue.
- Au Proche Orient la victime devenue bourreau : Israël pays colonisateur de ce même arabe que désormais l’on veut protéger à tout prix.

Le but : se refaire une virginité pour l’ancien pays colonisateur qu’est la France.

Le tableau est brossé ; les conditions sont établies, pour la mise à l’écart de la communauté juive ira crescendo dès après l’échec d’Oslo.

Arafat refuse toutes les conditions de paix qui lui sont faites. Clinton l’affirme dans une lettre restée fameuse. Mais c’est la visite de Sharon au Mont du Temple qui, dit-on, allume l’incendie.

Des milliers de morts « innocents » dirait Raymond Barre; des Kamikazes mêlés aux cartables d’écoliers dans les bus d’Israël. Rien n’y Fait : SHARON !SHARON !


Nous sommes en 2000.

Année 'bénie' de la dite mort en direct d’une icône du monde libre de Gauche : Al Dur’ ha.

Pour maître Szpiner, avocat du Président Chirac, Philippe Karsenty est le « Croisement de Faurisson et de Thierry Meyssan ». Propos infâmant tenu à la barre par un maître du barreau.

En France, les enfants juifs quittent peu à peu les cours de l’Éducation dite Nationale pour se réfugier dans des établissements privés et protecteurs.

Daniel Vaillant, Ministre de l’intérieur, ne voit nulle trace d’antisémitisme dans ces amoncellements d’actes de violence.

Les jeunes de banlieue, grâce aux bienfaits de certaines œuvres caritatives et religieuses, se voient offrir des vacances à Gaza d’où ils reviennent le cerveau embrigadé et une pierre à la main.

Je l’ai vu, de mes yeux vu, dans mon établissement.

Ce nouvel antisémitisme est d’autant plus cruel qu’il atteint des enfants juifs de rescapés de la Shoah ou d’immigrés de terres arabes.

Enfants de parents juifs qui n’ont pas choisi Israël après l’exode juif des pays arabes, mais la France pour accueil définitif.

Enfants donc qui sont nés français et n’ont qu’un vécu de jeunes français. Ils ne sont pas préparés à la haine et ne savent pas y faire face. La République laïque est censée protéger les siens

A l’Université Jussieu, le Président Beréziat offre une plateforme permanente à Mme Leila Shahid. Nos jeunes étudiants découvrent la période plaies et bosses des amphis.

Pite tient bon la Sorbonne, mais à son départ, le nouveau Président y autorise l’accueil du Hezbollah.

Ilan Halimi est assassiné. Maître Szpiner, toujours défenseur de la virginité républicaine, est mis à la disposition de la famille. Plaidera-t-on l’acte antisémite ? Les tergiversations donnent au procès une tournure totalement faussée.

Sur le plan collectif, les juifs n’ont jamais vécu en France comme un groupe monolithique.

En tant que citoyens, ils se retrouvent soudain harcelés par des actes plus que malveillants, des agresseurs plus que fanatisés à cause de l’importation sur le territoire du conflit du Proche Orient.


Le concept de « tensions communautaires » est né.

Afin d’éviter de dénoncer tout haut l’antisémitisme maghrébin, musulman ou ethnique comme l’on voudra, la République enferme ses juifs dans un cercle hermétique.

Non-sens absolu : tous les juifs de France sont globalisés sous l’étiquette de « Communauté juive de France ».

Les juifs se retranchent dans leurs synagogues, caméras de surveillance et policiers à la porte des écoles et lieux culturels juifs.

Ils se regroupent en certains quartiers créant des ghettos prospères et protecteurs mais une désertification juive sur les zones « multiculturelles » du territoire.


Ce mouvement démographique de fuite par la peur, favorise l’entrisme politique local de la fraction adverse.

Sur le plan politique, la déroute des juifs de gauche est amorcée par la fameuse note au PS de Boniface. En politique comme en grande surface désormais, la quantité prime sur la qualité.

Entrisme forcené d’un côté, fuite et abandon de l’autre.

Le vocabulaire est totalement dévié. La Nakba attire plus de commentaires larmoyants que la Shoah. Le keffieh se fait signe de ralliement de la gauche bien pensante, nettoyée de ses contradicteurs.

Combien de juifs militants de gauche convaincus et actifs ont alors abandonné leur carte du parti ou leur mandat électoral ?

Le ministre Hortefeux devient Hortefeujs sur un sinistre site de gauche où un antisémitisme purulent est ouvertement permis.

« L’honneur d’un juif ne valait pas la paix d’une Nation » disait-on durant l'affaire Dreyfus.

Désormais quoi que fasse Israël pour riposter aux agressions, la riposte est, terme délicat, ambigu et dévié, « disproportionnée». Médias et politiques dénigrent Israël d’un commun accord.


Utilitarisme politique ou cynisme machiavélique ?

Il faut y ajouter une bonne dose de flagornerie fondée sur une totale méconnaissance de l’Histoire d’une grande partie des faiseurs d’opinion.

Le « Juif fait vendre » se dit-on en catimini dans la presse.

Les gros titres malfaisants des journaux le prouvent au-delà des discours. Le danger disait Luc Ferry ces derniers jours en parlant de certains problèmes de son parti, c’est « l’usage que l’on fait de ce qui est dit. Le danger c’est la médiatisation déviante. »

Oh que les idées sont claires quand il ne s’agit pas de juifs.

Par ce forcing constant, cette nécessité de se justifier en permanence, la « communauté juive » est déstabilisée, fragmentée, partagée entre le désir de se fondre dans le paysage et celui d’être reconnue.


La querelle entre les institutions juives en est le reflet.

L’Appel à la Raison en est la conséquence : rester du bon côté, être reconnu coûte que coûte.
La riposte 'Raison Garder' en relève le défi : garder la tête froide et faire valoir ses convictions.
Des convictions fondées sur les faits, l’Histoire, le Droit et non sur la peur ou la honte de soi.


Josiane Sberro
Re: JCall
09 novembre 2010, 05:22
C'est marrant, elle ne bondit qu'après chacun de mes posts. Google alerts devrait s'inspirer d'elle smiling smiley
gyl
Re: JCall
11 novembre 2010, 00:26
Lynx envers nos pareils, et taupes envers nous,
Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes :
On se voit d'un autre œil qu'on ne voit son prochain.
gyl
Re: JCall
20 novembre 2010, 11:50
Le peuple américain prend conscience des dangers qui le guette à l'interieur et à l'exterieur,et les juifs ,même de gauche,se reveillent et comprennent que leur complaisance peut en plus être fatale à Israel.Ce que la communauté de Boston a obtenu est exemplaire et redonne espoir et dignité.Les Juifs français n'ont pas se faire du souci ,l'avorton "J-Call" a djè sombré dans les pibelles de l'Histoire.
Jeremy Ben-Ami, le Président du lobby juif américain d’extrême gauche, « J-Street », a eu la mauvaise surprise de voir annulée au dernier moment une soirée à laquelle il devait participer près de Boston.
Le « Rabbi » de lacommunauté, Keith Stern, a signifié au Président de « J-Street » « qu’il était au regret d’annuler la soirée suite à l’opposition farouche d’une partie de la communauté à sa venue…du fait de ses positions extrêmes contre Israël » !!!
Lors de l’opération de légitime défense « Plomb Durci », Ben-Ami avait publiquement pris position contre l’Etat juif en appelant Israël « à cesser d’attaquer le Hamas » !! Parallèlement, « J-Street » qui est aussi un instrument au service de Barack Obama, ne cesse de demander à l’Administration américaine « de faire avancer le processus de paix au Proche-Orient, même si c’est avec des moyens qui déplaisent à Israël ». Sur le dossier iranien, « J-Street » a publié plusieurs articles dans des grands quotidiens exprimant son opposition farouche à une attaque israélienne – et même américaine – sur les sites nucléaires iraniens.
C’est sous l’influence de « J-Street » américain que l’appel des « intellectuels » français, « J-Call » a été lancé en France il y quelques mois, relayé à grands coups de publicité par les médias.
Re: JCall
21 novembre 2010, 05:20
le "chouchou" d'hier est devenu l'homme à abattre, pour son soutien
à Israel , ce grand pays dont tous les adeptes de la démocratie peuvent
se référer et en être fiers.
Le couperet est asséné par les complices de cette idéologie intégriste
qui veut nous formater , c'est bien la preuve que l'islam n'est pas compatible
avec notre civilisation occidentale !!




Roberto Saviano n'est plus en odeur de sainteté auprès des gens
de gauche qui en avaient pourtant fait leur idole depuis quelques années !
Saviano a commis un crime impardonnable :en effet, il a participé à la manifestation
organisée par Fiamma Nirenstein,

« Pour la vérité, pour Israël », en envoyant un message vidéo, intitulé « Contre la délégitimation
d’une culture et d’un peuple » [texte reproduit plus bas].

Les internautes se sont mobilisés en masse, de Facebook à YouTube en passant par
Indymedia, lesgauchistes l’ont pris pour cible. Certains souhaitent que sa protection lui soit enlevée
(il est protégé depuis plusieurs années, car la Mafia veut le tuer).

Le fait que l’écrivain évoque son héritage culturel et son grand-père qui lui parlait de Jérusalem,est
considéré comme une marque d’infamie !

Avoir des origines juives est encore un motif de haine ! Voici ce que l’on trouve sur internet :
« Roberto Saviano soutient l’Etat criminel d’Israël » « Finalement le sioniste répugnant s’est dévoilé
au grand jour ».

Sur Facebook, le groupe « Roberto Saviano doit demander des excuses à la Palestine et aux
Palestiniens » compte des centaines d’inscrits.

Déjà en 2009, l’auteur de Gomorra avait pris position sur Israël, dialoguant avec le Président Shimon
Peres et s’attirant les foudres de ses anciens admirateurs.Depuis qu’il parle avec affection d’Israël,
ses "amis" progressistes lui souhaitent la même fin que Gomorrhe (Gomorra en italien), la cité biblique !

------------------------------



Voici le message que nous a envoyé Roberto Saviano, l’écrivain et journaliste [auteur de Gomorra,
le livre qui dénonce les agissements de la Camora, et qui a valu à l’auteur d’être condamné à mort
par la mafia].

« Ma vérité sur Israël est faite avant tout d’images, d’images que je ne veux pas seulement de guerre ;
ce sont des images qui ont affaire avec mon regard sur Tel Aviv, la lumière de Tel Aviv, la lumière
d’Eilat,la merveille de Jérusalem, avec la centaine de nationalités qui constitue l’Etat d’Israël, des Juifs
du monde entier ; on n’y trouve pas que des Juifs, d’ailleurs.

Vous voyez aussi l’origine des gens sur leur visage, des garçons dont la mère est Irakienne, le père
Tchèque,il y a des Russes, des Espagnols,des Argentins des Allemands, des Ukrainiens aussi bien
que des Ethiopiens.

Tel Aviv est une ville qui ne dort jamais, remplie de vie et surtout de tolérance. C’est une des villes qui,
plus que toute autre, réussit à accueillir la communauté homosexuelle, à permettre à cette communauté,
israélienne et surtout arabe, de mener une vie libre, sans conditionnements, sans frustrations et surtout
sans persécutions […]

Il n’est pas possible de renoncer à interpeller les associations (qui pratiquent le boycott) si vraiment,
comme elles le prétendent, elles aspirent à la paix au Moyen-Orient, au goût plutôt discriminatoire.

Voilà pourquoi il faut casser ces préjugés, il faut raconter ce que cette démocratie en état de siège est
en train de bâtir, a bâti, les objectifs importants qu’elle a atteints.

Il faut aussi parler de ce qu’elle fait sur le plan de l’accueil : par exemple, les réfugiés du Darfour sont
accueillis en Israël.

Autre exemple : une religion, persécutée en Iran et dans presque tous les pays musulmans, a été
accueillie en Israël et a son centre le plus important à Haïfa ; il s’agit de la religion bahaïe, née en Perse.

Tout cela pour dire qu’il faut espérer qu’en Italie, qu’on soit de droite, de gauche ou du centre, quoi qu’on
pense, il soit possible de parler avec un peu plus de profondeur.

Ma vérité sur Israël se nourrit de cela, elle se nourrit des réflexions que j’ai essayé de faire en quelques
instants contre la délégitimation et la diffamation de la culture d’un peuple.

Elle se nourrit aussi de souvenirs personnels : par exemple, mon grand-père me répétait souvent une
phrase que vous êtes nombreux à connaître :

"Si je t’oublie Jérusalem, que ma main droite se pétrifie, que ma langue se colle à mon palais, si je perds
ton souvenir], si je ne mets Jérusalem au sommet de ma joie" [Ps 137, 5-6].

Moi, quand j’étais enfant, j’oubliais souvent Jérusalem, alors, quand arrivait le samedi et que je n’avais pas
mis Jérusalem au sommet de ma joie, dans mon lit, j’essayais d’imaginer s’il me serait possible de vivre avec
un bras paralysé et la langue collée à mon palais, et je me disais : peut-êtreque je peux vivre quand même !
Folies d’enfance !...

Il y a aussi ce passage de la biographie de [Shimon] Pérès, qui se souvient que, lorsqu’il était enfant, des pionniers
étaient venus rendre visite à son pays glacial de l’ancienne Pologne, devenu aujourd’hui la Biélorussie, et tous les
enfants demandaient : "Comment c’est, comment c’est Jérusalem ?".

Le pionnier avait sorti de sa poche un morceau de papier d’emballage, il l’avait ouvert et une orange en était tombée.
Et Pérès écrit : "Pour nous tous, dans ce village où nous n’avions jamais vu ce fruit, c’était cela, ce fruit, cette orange,
c’était Israël".

Voilà ma vérité sur Israël : elle coïncide souvent avec ces souvenirs, ces images, avec ce rêve de liberté et d’accueil. »
Re: JCall
22 novembre 2010, 12:42
Ftouh Souhail, Arabe tunisien, avocat, parle comme un « Juste »


Source :[www.israel7.com]


cet article lucide, sans compromis idéologique, mais qui démontre simplement l'honnêteté intellectuelle de l'auteur,
est d'autant plus remarquable qu'il est écrit par un journaliste arabe.
De quoi ouvrir l'intelligence de ceux qui ont été intoxiqués par les média à la solde de la manne pétrolière...



Des personnalités juives européennes se mobilisent pour la capitulation d’Israël

Des personnalités juives européennes « engagées pour une paix entre Israéliens et Palestiniens » s’apprêtent à lancer un « Appel à la raison » , jugeant notamment « dangereux » un « alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien ».

Le nouveau mouvement, intitulé J Call, pour « European jewish call for reason » devrait être officialisé ce lundi, 3 mai à Bruxelles. Sans nier « la menace des ennemis extérieurs », les auteurs du texte soulignent le « danger » lié à « l’occupation » et à « la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est » qualifiées d’ « erreur politique » et de « faute morale ».

Parmi les signataires figurent notamment Elie Chouraqui, cinéaste, Daniel Cohn-Bendit, député Vert européen, Boris Cyrulnik, psychiatre, Elisabeth de Fontenay, philosophe, Georges Kiejman, ancien ministre et avocat, Bernard-Henri Levy, philosophe, Pierre Nora, historien, membre de l’Académie française, Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, Maurice Szafran, PDG de Marianne. Elie Barnavi, Avi Primor, Zeev Sternhel sont aussi parmi le collectif Jcall.

Il est regrettable que ces intellectuels qui se présentent comme « des personnalités et des membres d’associations juives européennes, engagées depuis toujours dans le combat pour la paix au Moyen-Orient« choisissent de se mobiliser dans le sens des munichois, sous un nouveau label dénommé JCall, pour la capitulation de la seule démocratie encore débout au Proche Orient.

Ces intellectuels, qui rivalisent de malhonnêteté intellectuelle, mènent en vérité un nouveau type de militantisme désinformateur. Ils jouent contre leur propre peuple en présentant Israël comme seul responsable de l’impasse actuelle dans la région. En agissant ainsi ils font plus de mal à la communauté juive que les antisémites non juifs car le monde les prend en exemple.

Ces intellectuels juifs, en France et ailleurs, qui épousent systématiquement les concepts et terminologies des ennemis d’Israël (« l’occupation » ; « colonisation » ) n’ont pas une idée sur l’impact négatif de leur démarche et des théories les plus pourris qu’ils nourrissent .

Ils oublient des choses ; que les juifs venaient de perdre 6 millions des leurs. Ils oublient l’aspect religieux du lien des juifs avec cette terre.

Ils oublient que le peuple juif n’avait jamais eu d’autre capitale que Jérusalem, et que celle-ci n’avait jamais été, non plus, la capitale d’aucun autre peuple.

Ils oublient que les Palestiniens appuient encore la demande d’un état palestinien du Jourdain jusqu’à la mer. Ils oublient que la violence monstrueuse des attentats palestiniens plane toujours sur les agglomérations israéliennes. Ils oublient que les initiatives de paix d’Oslo et la poignée de main à camp David et la « Road Map » et aussi « la terre en échange de la paix » sont devenues un fiasco et un encouragement à la violence.



Les accords d’Oslo, concédés par Israël sous la pression internationale, la création de l’Autorité Palestinienne, confiée à la clique terroriste de Yasser Arafat, puis l’abandon par Israël de Gaza aux mains de cette clique, ont été des erreurs impardonnables faites dans le passé, pour rien. Les Israéliens se sont rendus compte que leur politique n’avait pas porté ses fruits.

L’Etat terroriste du Hamas à Gaza – a donné à Israël toutes les raisons de croire que les Palestiniens vont poursuivre leur guerre contre Israël après avoir empoché leur Etat en Judée, Samarie, et à Jérusalem. Par conséquent,négocier l’établissement d’un Etat palestinien avant que la société palestinienne ne soit fondamentalement modifiée est une recette de désastre.

Il faut d’abord en finir avec les mollahs iraniens, les fous du Hezbollah, les allumés du Hamas et les tueurs du Fatah.

Mais à quoi bon faire des concessions à tous ces séniles, puisqu’ils allèguent de façon mensongère que c’est « la politique d’Israël » qui a bloqué le processus de la paix.

L’arrêt de la violence et de l’incitation à la haine est le préalable à toute démarche envers la paix. D’ailleurs la soi-disant Autorité Palestinienne, qui reçoit des millions de dollars et euros, continue sans cesse la glorification du terrorisme. Parmi les islamikazes palestiniens, beaucoup d’hommes certes… mais aussi des femmes ont aujourd’hui leurs noms gravés dans les rues palestiniennes.

Il est regrettable que ces intellectuels juifs, qui se présentent comme « des personnalités engagées depuis toujours dans le combat pour la paix au Moyen-Orient », ne dénoncent pas dans leur Appel à la raison cette idéologie partagée par l’OLP-Fatah et qui est très largement populaire parmi les Palestiniens (sans parler du Hamas et du Djihad islamique) qui incite les individus palestiniens à consacrer leur énergie, leurs potentialités et chaque instant de leur vie à défaire l’Etat juif . Israël doit donc capituler selon Le collectif Jcall sans faire comprendre les Palestiniens que leur mode de vie actuelle est incompatible avec l’aspiration à la paix.

Ces personnalités juives européennes ignorent vraisemblablement la base idéologique palestinienne qui façonne les individus à vivre avec la haine, la vengeance, la guerre et la mort. L’incitation à la haine est exprimée aujourd’hui dans toutes les écoles palestiniennes ou jamais la carte d’Israël n’est visible !! Les manuels scolaires palestiniens sont mêmes inspirés des brochures de propagande nazie. Jamais vous n’entendrez de message positif vis-à-vis d’Israël à la télévision.

Les Palestiniens sont aussi incapables de raisonner logiquement et de négocier quoi que ce soit. Toute sa vie M. Arafat a cru à une solution terroriste au problème palestinien, toute sa vie il a échoué, au prix de dizaines de milliers de victimes innocentes. La violence et l’enseignement à la haine d’Israël ont toujours cours légal dans les territoires de Judée Samarie placés sous l’autorité des « modérés » du Fatah .Des places, des avenues ou des gymnases y reçoivent encore le nom de glorieux assassins de civils israéliens.

Mahmoud Abbas, le bras droit d’Arafat et co-’organisateur de la tuerie de Maalot (27 morts dont 22 adolescents le 15 mai 1974) a honoré il y’a quelques jours la mémoire d’un des plus grands terroristes palestiniens, Yéhia Ayache, responsable de la mort de douzaines d’Israéliens dans une série d’attaques au cours des années 1990.

Le « modéré » Mahmoud Abbas, qui recueille des millions de dollars et d’euros, sème la haine de tout ce qui est israélien, il maintient la haine et le fanatisme qui détruit le malheureux peuple arabe « palestinien », et contribue à perpétuer le pourrissement de la région.

Ce sont ces réalités que les personnalités juives européennes devraient affronter au lieu de pousser vers une paix munichoise avec un admirateur des tueurs d’enfants.

Israël a pourtant toujours essayé de négocier avec les Palestiniens, dans le cadre d’un processus claire et bien définit qui a abouti à une paix juste et durable. Les Palestiniens n’ont pas voulu faire leur part du chemin.

Je me permettrai ici de rappeler qu’Israël a déjà fait en sorte d’envoyer des messages rassurants mais malheureusement les palestiniens ne se sentent pas concernés pas une paix durable avec leurs voisins.

Le Premier ministre Netanyahu a déclaré plusieurs fois qu’Israël est disponible pour faire des efforts conjoints pour permettre la reprise des pourparlers avec l’Autorité palestinienne. Pendant qu’Israël a effectué des démarches qui permettront la reprise des pourparlers, les Palestiniens posent encore des conditions préalables comme jamais on n’en a posées depuis les débuts du processus de paix.

Alors qu’Israël veut entamer le processus de paix immédiatement, l’Autorité Palestinienne continue de compliquer la tâche du Premier ministre Netanyahu. De plus, le palestinien Mahmoud Abbas n’a jamais aidé l’envoyé spécial des USA au Proche-Orient, George Mitchell, dont l’une des missions consistait pourtant à encourager un rapprochement entre Israël et les palestiniens.

Nous pouvons dire avec une quasi-certitude, que les “palestiniens” ne veulent pas la paix.

C’est un fait validé par tous. Qu’on soit juif, musulman chrétien, d’Israël de Paris ou de New Delhi, tout le monde sait que les palestiniens (pas tous certes, mais les leaders d’opinion au moins) sont des personnes abjects qui refusent la paix et la politique de main tendue proposée par l’Etat Hébreu.

Le gouvernement de Benjamin Netanyahu cependant, qui comme tous les précédents, appelle toujours à des négociations immédiates et sérieuses et insiste sur la nécessité de commencer les pourparlers sans conditions préalables. La présence du Premier ministre Binyamin Netanyahu à Sharm el-Sheikh, ce week-end, montre à quel point Jérusalem est attaché à la recherche de Partenaires favorables à la paix au sein du monde arabe pour faire un pas vers la paix.

Je souhaite que les représentants de la Ligue arabe aient aussi ce désir et soient plus courageux pour aller de l’avant. Je souhaite que les palestiniens entreprennent aussi des démarches pour prouver leur sincérité d’aboutir à la paix, et cessent leurs actions d’hostilité dans les médias.
Re: JCall
15 février 2011, 11:43
IL ETAIT TEMPS DE CLARIFIER CETTE MASCARADE pour

dénoncer ce pseudo mouvement pro Israélien qui avançait "masqué"

pour mieux tromper la communauté Juive, et son pendant "j'call" est

tout aussi sulfureux !

Un camouflet pour hussein baraq o qui a été l'instigateur de cette fumisterie avec les

fonds de sorros .




Israël boycotte "J Street"

L'ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis a donné des instructions pour interdire toute relation officielle entre les diplomates

israéliens et le groupe "J Street", en raison des idées apparemment trop à gauche de ce groupe de pression plutôt proche

du parti démocrate américain. Oren a conditionné la reprise de relations avec "J Street" au changement de ses idées politiques.

Ce groupe de pression, composé essentiellement de Juifs américains, milite pour une pression sur Israël afin "d'assouplir" la

position de Jérusalem dans le conflit israélo-palestinien et conteste la prétention de l'Aipac, toujours prête à soutenir Israël,

à représenter la communauté juive aux Etats-Unis. En Europe, et principalement en France, "J Street" a son équivalent, "J Call"

organisation à la tête de laquelle on trouve Bernard-Henri Lévy, Alain Finkelkraut et Elie Barnavi. A l'opposé, s'est créée une autre

association, "Raison garder" avec Richard Prasquier, président du Crif, ainsi que Raphaël Dray et Shmuel Trigano.
Re: JCall
16 février 2011, 03:41
Je trouve ça triste qu'une ambassade choisissent de soutenir une organisation en fonction de politique gauche/droite!
C'est vraiment de la vieille politique à l'ancienne.

-----
"Ne nous y trompons pas : ceux qui parlent de l'islamisation de la France sont guidés par la même obsession xénophobe que ceux qui dénonçaient la judaïsation de notre pays dans les années 1930. L'étranger, quel que soit son visage, reste responsable pour l'extrême droite des maux de notre -société." Richard Prasquier, Président du CRIF
Re: JCall
16 février 2011, 05:21
Je "compatis" à votre grand désarroi , je conçois que cela vous perturbe , vous, grand "démocrate " ,

"objectif" , "éclairé", par la prise de conscience , ENFIN, de la part de l'ambassade de notre cher

pays ISRAEL, de vouloir NOMMER clairement ce ramassis d'énergumènes égarés , s'avançant

sous un fallacieux label , (mouvement pro-israélien ) qui n'était en réalité , qu'une création de

l'imposteur , dont le lieu de naissance reste toujours aussi mystérieux , et financé par son sinistre

compère sorros , cela , dans le seul but , d' appuyer sa politique de diabolisation d'ISRAEL.


Quel sera votre prochain "os à ronger " ??
Re: JCall
16 février 2011, 07:16
SVP soyez court et concis.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2022 - DAFINA - All Rights Reserved