Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

INFOS Des Dictateurs

Envoyé par to-be-free 
gyl
Re: INFOS Des Dictateurs
12 février 2011, 01:14
mais curieux de constater que finalement israel a toujours construit son avenir sur des bases ephemeres. ne serait-il pas lui meme ephemere ( to be free)

Si tu es Juif,relis l'histoire d'Israel,celui qui a survécu à toutes tentatives d'annihilation,qui a reçu le don de Jerusalem pour jusqu'à la fin des temps.Tu reapprendras que l'Alliance est la base éternelle,miraculeuse de sa présence .Où as-tu lu
qu'il a construit un avenir sur une autre base que l'espérance en une humanité fraternelle et soilidaire,espérance qui perdure depuis le buisson ardent du mont Sinaï!

Si tu n'es pas Juif,ta vision du sort du peuple juif reprend celle de tous ceux qui veulent se convaincre que le temps présent sera temoin de sa disparition totale,ceux qui ne peuvent supporter le fait qu'ils aient survécu à Rome,à l'Inquisition,au nazisme et aujourd'hui à l'Islam unifié contre la Terre d'Israel.
Re: INFOS Des Dictateurs
12 février 2011, 07:30
Haifa ce que veulent les arabes c'est avoir le droit comme les israéliens davoir la possibilité d'avoir des gouvernement soit ouvert de type gauche mais aussi des gouvernement plus faucons de type likoud.
Aujourd'hui c'est très mou du fait Dun manque total de démocratie.

-----
"Ne nous y trompons pas : ceux qui parlent de l'islamisation de la France sont guidés par la même obsession xénophobe que ceux qui dénonçaient la judaïsation de notre pays dans les années 1930. L'étranger, quel que soit son visage, reste responsable pour l'extrême droite des maux de notre -société." Richard Prasquier, Président du CRIF
Re: INFOS Des Dictateurs
12 février 2011, 07:30
Haifa ce que veulent les arabes c'est avoir le droit comme les israéliens davoir la possibilité d'avoir des gouvernement soit ouvert de type gauche mais aussi des gouvernement plus faucons de type likoud.
Aujourd'hui c'est très mou du fait Dun manque total de démocratie.

-----
"Ne nous y trompons pas : ceux qui parlent de l'islamisation de la France sont guidés par la même obsession xénophobe que ceux qui dénonçaient la judaïsation de notre pays dans les années 1930. L'étranger, quel que soit son visage, reste responsable pour l'extrême droite des maux de notre -société." Richard Prasquier, Président du CRIF
Re: INFOS Des Dictateurs
12 février 2011, 13:03
Révolution post-islamiste
LEMONDE.FR | 12.02.11 | 16h03 • Mis à jour le 12.02.11 | 19h27

REUTERS/ALI JAREKJI

L'opinion européenne interprète les soulèvements populaires en Afrique du Nord et en Egypte à travers une grille vieille de plus de trente ans : la révolution islamique d'Iran. Elle s'attend donc à voir les mouvements islamistes, en l'occurrence les Frères musulmans et leurs équivalents locaux, être soit à la tête du mouvement, soit en embuscade, prêt à prendre le pouvoir. Mais la discrétion et le pragmatisme des Frères musulmans étonnent et inquiètent : où sont passés les islamistes ?

Mais si l'on regarde ceux qui ont lancé le mouvement, il est évident qu'il s'agit d'une génération post-islamiste. Les grands mouvements révolutionnaires des années 1970 et 1980, pour eux c'est de l'histoire ancienne, celles de leurs parents. Cette nouvelle génération ne s'intéresse pas à l'idéologie : les slogans sont tous pragmatiques et concrets ("dégage", "erhal"winking smiley ; il ne font pas appel à l'islam comme leurs prédécesseurs le faisaient en Algérie à la fin des années 1980. Ils expriment avant tout un rejet des dictatures corrompues et une demande de démocratie. Cela ne veut évidemment pas dire que les manifestants sont laïcs, mais simplement qu'ils ne voient pas dans l'islam une idéologie politique à même de créer un ordre meilleur : ils sont bien dans un espace politique séculier. Et il en va de même pour les autres idéologies : ils sont nationalistes (voir les drapeaux agités) mais ne prônent pas le nationalisme. Plus originale est la mise en sourdine des théories du complot : les Etats-Unis et Israël (ou la France en Tunisie, qui a pourtant soutenu Ben Ali jusqu'au bout) ne sont pas désignés comme la cause des malheur du monde arabe. Même le pan-arabisme a disparu comme slogan, alors même que l'effet de mimétisme qui jette les Egyptiens et les Yéménites dans la rue à la suite des événements de Tunis montre qu'il y a bien une réalité politique du monde arabe.

Cette génération est pluraliste, sans doute parce qu'elle est aussi plus individualiste. Les études sociologiques montrent que cette génération est plus éduquée que la précédente, vit plus dans le cadre de familles nucléaires, a moins d'enfants, mais en même temps, elle est au chômage ou bien vit dans le déclassement social. Elle est plus informée, et a souvent accès aux moyens de communications modernes qui permettent de se connecter en réseau d'individu à individu sans passer par la médiation de partis politiques (de toute façon interdits). Les jeunes savent que les régimes islamistes sont devenus des dictatures : ils ne sont fascinés ni par l'Iran ni par l'Arabie saoudite. Ceux qui manifestent en Egypte sont précisément ceux qui manifestaient en Iran contre Ahmedinejad (pour des raisons de propagande le régime de Téhéran fait semblant de soutenir le mouvement en Egypte, mais c'est un règlement de comptes avec Moubarak). Ils sont peut-être croyants, mais séparent cela de leur revendications politiques : en ce sens le mouvement est "séculier", car il sépare religion et politique. La pratique religieuse s'est individualisée.

On manifeste avant tout pour la dignité, pour le "respect" : ce slogan est parti de l'Algérie à la fin des années 1990. Les valeurs dont on se réclame sont universelles. Mais la démocratie qu'on demande aujourd'hui n'est plus un produit d'importation : c'est toute la différence avec la promotion de la démocratie faite par l'administration Bush en 2003, qui n'était pas recevable car elle n'avait aucune légitimité politique et était associée à une intervention militaire. Paradoxalement l'affaiblissement des Etats-unis au Moyen-Orient, et le pragmatisme de l'administration Obama, aujourd'hui permettent à une demande autochtone de démocratie de s'exprimer en toute légitimité.

Ceci dit une révolte ne fait pas une révolution. Le mouvement n'a pas de leaders, pas de partis politiques et pas d'encadrement, ce qui est cohérent avec sa nature mais pose le problème de l'institutionnalisation de la démocratie. Il est peu probable que la disparition d'une dictature entraîne automatiquement la mise en place d'une démocratie libérale, comme Washington l'espérait pour l'Irak. Il y a dans chaque pays arabe, comme ailleurs, un paysage politique d'autant plus complexe qu'il a été occulté par la dictature. Or en fait, à part les Islamistes et, très souvent, les syndicats (même affaiblis), il n'y a pas grand chose.

LES ISLAMISTES N'ONT PAS DISPARU MAIS ONT CHANGÉ

Nous appelons islamistes ceux qui voient dans l'islam une idéologie politique à même de résoudre tous les problèmes de la société. Les plus radicaux ont quitté la scène pour le jihad international et ne sont plus là : ils sont dans le désert avec Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), au Pakistan ou dans la banlieue de Londres. Ils n'ont pas de base sociale ou politique. Le jihad global est complètement déconnecté des mouvements sociaux et des luttes nationales. Bien sûr la propagande d'Al-Qaida essaie de présenter le mouvement comme l'avant-garde de toute la communauté musulmane contre l'oppression occidentale, mais cela ne marche pas. Al-Qaida recrute de jeunes jihadistes dé-territorialisés, sans base sociale, qui ont tous coupé avec leur voisinage et leur famille. Al-Qaida reste enfermé dans sa logique de "propagande par le fait" et ne s'est jamais préoccupé de construire une structure politique au sein des sociétés musulmanes. Comme de plus l'action d'Al-Qaida se déroule surtout en Occident ou vise des cibles définies comme occidentales, son impact dans les sociétés réelles est nul.

Une autre illusion d'optique est de lier la réislamisation massive qu'ont semblé connaître les sociétés du monde arabe au cours des trente dernières années avec une radicalisation politique. Si les sociétés arabes sont plus visiblement islamiques qu'il y a trente ou quarante ans, comment expliquer l'absence de slogans islamiques dans les manifestations actuelles ? C'est le paradoxe de l'islamisation : elle a largement dépolitisé l'islam. La réislamisation sociale et culturelle (le port du voile, le nombre de mosquées, la multiplication des prêcheurs, des chaînes de télévision religieuses) s'est faite en dehors des militants islamistes, elle a aussi ouvert un "marché religieux" dont plus personne n'a le monopole ; elle est aussi en phase avec la nouvelle quête du religieux chez les jeunes, qui est individualiste mais aussi changeante. Bref les islamistes ont perdu le monopole de la parole religieuse dans l'espace public, qu'ils avaient dans les années 1980.

D'une part les dictatures ont souvent (mais pas en Tunisie) favorisé un islam conservateur, visible mais peu politique, obsédé par le contrôle des moeurs. Le port du voile s'est banalisé. Ce conservatisme de l'Etat s'est trouvé en phase avec la mouvance dite "salafiste" qui met l'accent sur la réislamisation des individus et non sur les mouvements sociaux. Bref, aussi paradoxal que cela puisse paraître, la réislamisation a entraîné une banalisation et une dépolitisation du marqueur religieux : quand tout est religieux, plus rien n'est religieux. Ce qui, vu de l'Occident, a été perçu comme une grande vague verte de réislamisation ne correspond finalement qu'à une banalisation : tout devient islamique, du fast-food à la mode féminine. Mais les formes de piété se sont aussi individualisées : on se construit sa foi, on cherche le prêcheur qui parle de la réalisation de soi, comme l'Egyptien Amr Khaled, et on ne s'intéresse plus à l'utopie de l'Etat islamique. Les "salafis" se concentrent sur la défense des signes et valeurs religieuses mais n'ont pas de programme politique : ils sont absents de la contestation où l'on ne voit pas de femmes en burqa (alors qu'il y a beaucoup de femmes parmi les manifestants, même en Egypte). Et puis d'autres courants religieux qu'on croyait en retrait, comme le soufisme, fleurissent à nouveau. Cette diversification du religieux sort aussi du cadre de l'islam, comme on le voit en Algérie ou en Iran, avec une vague de conversions au christianisme.

Une autre erreur est de concevoir les dictatures comme défendant le sécularisme contre le fanatisme religieux. Les régimes autoritaires n'ont pas sécularisé les sociétés, au contraire, sauf en Tunisie, ils se sont accommodés d'une réislamisation de type néo fondamentaliste, où l'on parle de mettre en œuvre la charia sans se poser la question de la nature de l'Etat. Partout les oulamas et les institutions religieuses officielles ont été domestiqués par l'Etat, tout en se repliant sur un conservatisme théologique frileux. Si bien que les clercs traditionnels, formés à Al-Azhar, ne sont plus dans le coup, ni sur la question politique, ni même sur les grands enjeux de la société. Ils n'ont rien à offrir aux nouvelles générations qui cherchent de nouveaux modèles pour vivre leur foi dans un monde plus ouvert. Mais du coup les conservateurs religieux ne sont plus du côté de la contestation populaire.

UNE CLÉ DU CHANGEMENT

Cette évolution touche aussi les mouvements politiques islamistes, qui s'incarnent dans la mouvance des Frères musulmans et de leurs épigones, comme le parti Nahda en Tunisie. Les Frères musulmans ont bien changé. Le premier point c'est bien sûr l'expérience de l'échec, aussi bien dans l'apparent succès (la révolution islamique d'Iran), que dans la défaite (la répression partout menée contre eux). La nouvelle génération militante en a tiré les leçons, ainsi que des anciens comme Rachid Ghannouchi en Tunisie. Ils ont compris que vouloir prendre le pouvoir à la suite d'une révolution conduisait soit à la guerre civile, soit à la dictature ; dans leur lutte contre la répression ils se sont rapprochés des autres forces politiques. Bons connaisseurs de leur propre société, ils savent aussi le peu de poids de l'idéologie. Ils ont aussi tiré les leçons du modèle turc : Erdogan et le parti AK ont pu concilier démocratie, victoire électorale, développement économique, indépendance nationale et promotion de valeurs sinon islamiques, du moins "d'authenticité".

Mais surtout les Frères musulmans ne sont plus porteurs d'un autre modèle économique ou social. Ils sont devenus conservateurs quant aux mœurs, et libéraux quant à l'économie. Et c'est sans doute l'évolution la plus notable : dans les années 1980, les islamistes (mais surtout les chi'ites) prétendaient défendre les intérêts des classes opprimées et prônaient une étatisation de l'économie, et une redistribution de la richesse. Aujourd'hui les Frères musulmans égyptiens ont approuvé la contre-réforme agraire menée par Moubarak, laquelle consiste à redonner aux propriétaires terriens le droit d'augmenter les baux et de renvoyer leurs fermiers. Si bien que les islamistes ne sont plus présents dans les mouvements sociaux qui agitent le delta du Nil, où l'on observe désormais un retour de la "gauche", c'est dire de militants syndicalistes.

Mais l'embourgeoisement des islamistes est aussi un atout pour la démocratie : faute de jouer sur la carte de la révolution islamique, il les pousse à la conciliation, au compromis et à l'alliance avec d'autres forces politiques. La question aujourd'hui n'est plus de savoir si les dictatures sont le meilleur rempart contre l'islamisme ou non. Les islamistes sont devenus des acteurs du jeu démocratique. Ils vont bien sûr peser dans le sens d'un plus grand contrôle des mœurs, mais faute de s'appuyer sur un appareil de répression comme en Iran, ou sur une police religieuse comme en Arabie saoudite, ils vont devoir composer avec une demande de liberté qui ne s'arrête pas seulement au droit d'élire un parlement. Bref ou bien les islamistes vont s'identifier au courant salafiste et conservateur traditionnels, perdant ainsi leur prétention de penser l'islam dans la modernité, ou bien ils vont devoir faire un effort de repenser leur conception des rapports entre la religion et la politique.

Les Frères musulmans seront d'autant plus une clé du changement que la génération en révolte ne cherche guère à se structurer politiquement. On reste dans la révolte de protestation, pas dans l'annonce d'un nouveau type de régime. D'autre part, les sociétés arabes restent plutôt conservatrices ; les classes moyennes qui se sont développées à la suite des libéralisations économiques veulent de la stabilité politique : elles protestent avant tout contre la nature prédatrice des dictatures, qui confine à la kleptomanie dans le régime tunisien. La comparaison entre la Tunisie et l'Egypte est éclairante. En Tunisie le clan Ben Ali avait affaibli tous ses alliés potentiels, par refus de partager non seulement le pouvoir mais surtout la richesse : la classe des hommes d'affaires a été littéralement escroquée en permanente par la famille, et l'armée a été laissée non seulement hors-jeu sur le plan politique, mais surtout en dehors de la distribution des richesses : l'armée tunisienne était pauvre ; elle a même un intérêt corporatiste à avoir un régime démocratique qui lui assurera sans doute un budget plus élevé.

Par contre en Egypte le régime avait une base sociale plus large, l'armée est associée non seulement au pouvoir mais aussi à la gestion de l'économie et à ses bénéfices. La demande démocratique butera donc partout dans le monde arabe sur l'enracinement social des réseaux de clientélisme de chaque régime. Il y a ici une dimension anthropologique intéressante : la demande de démocratie est-elle capable de dépasser les réseaux complexes d'allégeances et d'appartenances à des corps sociaux intermédiaires (qu'il s'agisse de l'armée, de tribus, de clientèles politiques, etc.). Quelle est la capacité des régimes à jouer sur les allégeances traditionnelles (les Bédouins en Jordanie, les tribus au Yémen) ? Comment ces groupes sociaux peuvent-ils ou non se brancher sur cette demande de démocratie et en devenir des acteurs ? Comment la référence religieuse va se diversifier et s'adapter à des nouvelles situations ? Le processus va être long et chaotique, mais une chose est certaine : nous ne sommes plus dans l'exceptionnalisme arabo-musulman. Les événements actuels reflètent un changement en profondeur des sociétés du monde arabe. Ces changements sont en cours depuis longtemps, mais ils étaient occultés par les clichés tenaces que l'Occident accrochaient sur le Moyen-Orient.

Il y a vingt ans, je publiais L'Echec de l'islam politique. Qu'il ait été lu ou non n'a pas d'importance, mais ce qui se passe aujourd'hui montre que les acteurs locaux ont tiré eux-mêmes les leçons de leur propre histoire. Nous n'en avons pas fini avec l'islam, certes, et la démocratie libérale n'est pas la "fin de l'histoire", mais il faut désormais penser l'islam dans le cadre de son autonomisation par rapport à une culture dite "arabo-musulmane" qui pas plus aujourd'hui qu'hier n'a été fermée sur elle-même.
Olivier Roy, professeur et directeur du programme méditerranéen de l'Institut universitaire européen de Florence (Italie)

-----
"Ne nous y trompons pas : ceux qui parlent de l'islamisation de la France sont guidés par la même obsession xénophobe que ceux qui dénonçaient la judaïsation de notre pays dans les années 1930. L'étranger, quel que soit son visage, reste responsable pour l'extrême droite des maux de notre -société." Richard Prasquier, Président du CRIF
Re: INFOS Des Dictateurs
12 février 2011, 13:09
J'invite tout le monde à lire ce texte car il EXPLIQUE la situation actuelle sociale des pays musulmans.

Le monde change!

-----
"Ne nous y trompons pas : ceux qui parlent de l'islamisation de la France sont guidés par la même obsession xénophobe que ceux qui dénonçaient la judaïsation de notre pays dans les années 1930. L'étranger, quel que soit son visage, reste responsable pour l'extrême droite des maux de notre -société." Richard Prasquier, Président du CRIF
Re: INFOS Des Dictateurs
12 février 2011, 17:44
Excellente analyse il est vrai. Il est à signaler que les insurrections tunisiennes et egyptiennes ont pris de court Al Qaida de Ben Laden et Cie et leurs thèses.

Nous implorons Dieu de les aider à instaurer de vrais Etats de droit,de démocratie véritable et de justice,des Etats ou un juge (ah la justice chez nous!) serait vraiment indépendant et non corrompu,qu'un ministre ou un balayeur de rue comparaîsse devant lui,c'est kif-kif...des Etats ou la religion et tout ce qui va avec soient strictement individuels et en silence...
Re: INFOS Des Dictateurs
13 février 2011, 16:39
excellent article du journal le monde rubrique point de vue. Je ne pense pas que Bouteflika l'ait lu. Ca lui aurait au moins fait comprendre qu'il est inutile de s'engager lui aussi dans un bras de fer avec son peuple.

Bouteflika ainsi les autres recalcitrants perdent leur temps et leurs energies en essayant en vain d'inverser le courant d'un tsunami. Leurs compte a rebours a ete deja declenche en 2008. Ces deux revolutions, y compris celles a venir dans le futur proches, les prochains jours, etaient deja programmees dans le virtuel en 2008 et meme bien avant. Ce que l'on assiste aujourd'hui en est leurs manifestation reelle.

La dictature n'a plus sa place dans le monde de communication d'aujourd'hui . Elle ne peut cohabiter avec les nouvelles technologie.

C'est une revolution citoyenne a l'echelle mondiale. Ces revolutions prennent cours, en fait, dans un mouvement mondiale et globale. Grace aux nouvelles technologies qui donne au citoyen le moyen de s'exprimer et de s'informer de facon illimitee, et par cette liberte qui s' ajoutant a son degre d'autonomie, le citoyen ne se contente plus de deleguer la gestion des affaires de son pays a l'homme politique. Surtout que ce dernier etait incapble de prevoir cette crise de 2008, et est toujours incapable de la gerer de facon efficace. Cette crise mondiale a eu impact direct et significatif sur le quotidien du cityen et sur son sort. Beaucoup de cadres et diplomes se retrouvent au bord de la route. Les diplomes ne suffisent plus pour s'assurer meme une vie decente. comme on dit "waslat la3dam" = on l'a jusqu'a l'os ; Et du coup, le citoyen, y compris dans les pays democratiques, non seulement exige d'etre associe aux decisions , mais aussi veut s'appropier l'espace de prise de decision politiques. En s'enrobant du drapeau de son pays, il va mem jusqu'a evincer le politique. Avec tonus et audace, ( ben ali/ Mubarak degage ! ) ce qui etait inconcevable avant 2008. Et c'est ecrit en francais, langue internatinale qui n'est pas une langue nationale de la tunisie ni de l'Egypte. Eric Woerth dans l'affaire Bettencourt est aussi un exemple eloquant. Par cette reconversion du pouvoir, qui est entrain de passer a l'echelle globale de l'elu a l'electeur, le citoyen veut prendre en main les renes du pouvoir pour comprendre qu'est ce qui se passe dans cette haute sphere des prises de decisons politqiues, et de la conquerir.
gyl
Re: INFOS Des Dictateurs
13 février 2011, 23:54
Et puis quand le "peuple " aura renversé la hierarchie existante ,les révolutionnaires professionnels leur imposeront les
comités de quartiers et les commissaires du peuple,athées ou islamistes,qui lui expliqueront que la dictature du prolétariat n'a que faire d'une démocratie parlementaire .Et que le monde envie son sort,ce que lui ont seriné depuis des decennies Castro à Cuba,Mao en Chine et Khaddafi en Lybi.
Et les jeunes tunisiens qui ne sont pas stupides et qui ont lu l'histoire des revolutions ne se sont pas trompés en fuyant par milliers vers les pays capitalistes le paradis des democraties populaires !!!!
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 07:39
L'économie tunisienne a été l'arrêt pratiquement 2 mois. Ca explique largement que des gens n'en puissent plus!
On est un peu comme après une guerre!

Faire une analyse globale basé sur 5000 pauvres immigrés serait une faute.
Il va y avoir aussi des gens qui rentreront pour justement donner tout ce jus nécessaire à la reconstruction.

-----
"Ne nous y trompons pas : ceux qui parlent de l'islamisation de la France sont guidés par la même obsession xénophobe que ceux qui dénonçaient la judaïsation de notre pays dans les années 1930. L'étranger, quel que soit son visage, reste responsable pour l'extrême droite des maux de notre -société." Richard Prasquier, Président du CRIF
gyl
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 08:45
"On est un peu comme après une guerre!"

on voit bien Rali que tu n'as pas eu l'experience des conséquences des conflits.C'est justement après les guerres que
les citoyens responsables et patriotes relèvent leurs manches et se mettent à reconstruire leur pays.Mais il semble que
ces deserteurs ( que tu qualifies déjà d'immigrés )préfèrent beneficier des allocations de chômage dans une Europe exangue et stupide plutôt que se mettre au travail.
Et je doute fort que les manifestants tunisiens vivant déjà en Europe,retournent dans leur pays pour y travailler .

Ythzhak Rabin :"Nous imposerons la loi et l'ordre dans les territoires occupés, même si cela doit se faire dans la douleur. S'il le faut, brisez-leur les bras et les jambes "
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 08:51
La Lybie a deja fait sa revolution anticipee, et le Khadafi en est meme le Guide.
Et puis franchement, peut-on se passer de Khadafi ?? on s'ennuyerait sinon

le Bahrein dispute sa qualification au tournoi.

tiens ! l'Iran qu'on accusait de detournement de revolutions. le voila Ahmadinejad dans le colimateur. (comme quoi reflechir avant de dire de betise)

il semble que la famille Mubarak a lave le linge sale avant de quitter le Palais conjugual.

120 nouveaux logements a jerusalem-est. Est-ce de l'infox ou de l'intox. ou plutot de la provoc ?
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 08:57
la vague d'immigration va s'inverser. bientot plutot les europeens qui viendront au Maghreb. Il ya du pain sur la planche.
gyl
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 11:38
120 nouveaux logements a jerusalem-est. Est-ce de l'infox ou de l'intox. ou plutot de la provoc ?

Chez tobefree comme chez d'autres intervenants,quelque soit le sujet,ici la situation dans les pays arabo-musulmans.il leur faut tenter de trouver une information sur les Juifs ou sur Israel qui leur permette un commentaire les presentant comme racistes ou agissant illegalement.Et les qualificatifs utilisés sont aussi stupides que sans objet,infox incompréhensible,intox et provoc envers qui?Mais en répetant les slogans eculés des anti-israeliens on a l'impression de faire partie des bien-pensants !!!
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 12:35
ce n'est pas de l'intox ; tout le monde en parle [www.lepoint.fr] ; [www.juif.org] et [www.lemonde.fr]


Israël approuve la construction de 120 nouveaux logements à Jérusalem-Est
LEMONDE.FR avec AFP | 14.02.11 | 17h28 • Mis à jour le 14.02.11 | 17h49


La municipalité israélienne de Jérusalem a approuvé, lundi 14 février, un projet de construction de 120 nouveaux logements dans le quartier de colonisation juive de Ramot, à Jérusalem-Est occupé et annexé. Selon le conseiller municipal Pepe Alalou, du parti de gauche Meretz, hostile à ces constructions, il s'agit de "deux mises en chantier, l'une portant sur 56 logements, l'autre sur 64".

La décision a été votée à la veille de la venue de la haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l'Union européenne, Catherine Ashton, qui s'est déclarée à de multiples reprises opposée à la colonisation israélienne, notamment à Jérusalem-Est, la considérant comme un obstacle à la paix.

L'ONG israélienne Ir Amim a dénoncé dans un communiqué "une intensification de la politique agressive de colonisation à Jérusalem-Est" au cours des derniers mois. "Cette politique a pour effet de transformer Jérusalem en un champ de bataille", met en garde l'association.

Le quartier de Ramot, où vivent 41 000 Israéliens, est l'un des premiers à avoir été érigés dans la partie orientale de la ville. Depuis la conquête de Jérusalem-Est, en 1967, Israël y a construit une douzaine de quartiers de colonisation où vivent plus de 200 000 Israéliens, aux côtés de 270 000 Palestiniens, et a proclamé l'ensemble de la ville sa capitale "éternelle et indivisible".

Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, qui considère Jérusalem-Est comme un territoire occupé, alors que les Palestiniens veulent en faire la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Les représentants des pays arabes à l'ONU ont déposé en janvier au Conseil de sécurité un projet de résolution condamnant la colonisation israélienne, mais les Etats-Unis, qui disposent d'un droit de veto, s'y sont déclarés opposés.
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 13:01
c'est quoi un dictateur ? bonne question.

des revelations ont montre que tous les dictateurs dechus ont ete coupe de la realite. ils ne pretaient pas la moindre attention a ce qui se passait autour. Ne lisent pas les journaux, ne demandent pas de conseils aupres des autres, rien ....Enfin de compte, etaient retranches dans l'ivresse de leur pouvoir et dans l'insouciance. jusqu'au jour ou la baffe leur arrive en plein figure. Et la le reveil se fait sentir ..pas en douceur.

donc pour repondre a la question : un dictateur est quelqu'un qui n'ecoute pas et ne fait qu'a sa tete.

mais supposons encore que tous ces pays restant achevent avec succes leur revoltions futures. Est-ce pour autant on arrivera a bout avec la dictature ?

la reponse est evidemment non.

Il n'y aura peut-etre plus de dictateur a la tete d'un pays ; mais il y en aura toujours dans la vie quotidienne. des exemple :


un con qui bloque de la route et empeche la circulation aux gens qui klaxonne derriere car ils sont presses de se rendre au boulot ; c'est un dictateur. et ca c'est un exemple que j'ai vecu ya pas longtemps.

quelqu'un qui ne lit meme pas ce que tu dis, et te repond n'importe comment ; c'est un dictateur ; par contre, ca c'est un exemple que je viens juste de recontrer.
Re: INFOS Des Dictateurs
14 février 2011, 13:59
des palestiniens de jerusalem-est vivent sous la dictature de la droite israelienne




gyl
Re: INFOS Des Dictateurs
15 février 2011, 00:49
Tu peux toujours nous inonder de ces vidéos et nous citer les médias specialises dans l'attribution au seul Israel de la responsabilité de la perpetuation de la situation conflictuelle,c'est bien celà qui représente le summum de l'intoxication des esprits . Un sinistre ministre de la propagande allemand avait declaré ce qui est devenu le credo des detracteurs de l'existence même d'Israel ,je cite "repétez un mensonge assez longtemps,il finira par devenir la verité ".

Affirmer sans vergogne qu'Israel pratique la segregation dite "apartheid" est une absurdité evidente ,pour toute personne
sensée qui suit les débats de la Knesset ,emaillés de propos de deputés arabes qui leur vaudraient la mort dans un pays arabe.

Quand aux Juifs qui manifestent ,ils sont pour la plupart remunérés par les organisations anti-israeliennes et ils se moquent du sort des arabes comme de celui des souris de laboratoire !!
Re: INFOS Des Dictateurs
15 février 2011, 13:46
et avec tes pietres minuscules, tu penses avoir demonte tous les arguments.

Look ! c'est une video; et les images parlent d'elles-meme.

A l'avenir, ne tente plus de dementir mes infos. Elles ont toutes ete triees sur le volet.

l'infos des dictateurs est une agence de choc. Sa ligne editoriale est centree sur l'authenticite.

On ne publie pas n'importe quoi ici eye rolling smiley
Re: INFOS Des Dictateurs
15 février 2011, 14:11
Mon cher GYL,

Pour tous ces gauchistes haineux d'eux-même qui sont la HONTE DE NOTRE PEUPLE et qui se

compromettent avec NOS ENNEMIS LES PLUS IRREDUCTIBLES , leur MOTEUR EST BASSEMENT

MERCANTILE , en voici un Aperçu , ainsi que le RÔLE PERVERS joué par les différents Pays Européens .

Voici une Liste non exhaustive , de La Manne DEVERSEE par l'union européenne sur ces Ong Israéliennes et

palestiniennes , Non dans de But de Rapprocher les deux Peuples , mais celui, immonde , de Diaboliser

et de Destabiliser Israel , à cela Il faudrait ajouter les Fonds Arabes Qui Arrosent toutes ces Ong Renégates ,

à coups de Millions de Dollars .

Inutile de dire le "CREDIT" que l'on peut accorder à toutes leurs instrumentalisations sous forme de vidéos

tronquées ou autres .... produites par leurs cerveaux maladivement féconds , mais n'en doutons pas ,

ILS SERONT JUGéS en leur temps .





L'union Européenne (Commission Européenne):


1) Applied Research Institute Jerusalem, Arij (374.174€ – 2009-2011)

2) Palestinian Center For Human Rights, Pchr (298.339€ – 2006-2008)

3) Miftah (320.000€ – 2009-2011)

4) Shatil –New Israel Fund (Hakeren Ha'hadacha) (465.380€ – 2009-2012)

5) Yesh Din (473.946€ – 2009-2012)

6) Mossawa (298.660€ – 2006-2007)

7) Adalah (627.526€ – 2009-2012)

8) Ir Amim (397.839€ – 2008-2010)

9) Breaking The Silence (Shovrim Shtika) – Ltd. (43.514€ – 2008)

10) Bimkom (174.116€ – 2010-2012)

11) B’tselem (502.953€ – 2009-2011)

12) Gisha (87.000€ – 2009)

13) Association For Civil Rights In Israel, Acri (231.759€ – 2010-2012)

14) Israeli Committee Against House Demolitions, Icahd (169.661€ – 2010-2012)

15) Public Committee Against Torture In Israel, Pcati (230.287€ – 2006-2007)

16) Hamoked (94.533€ – 2008-2009)

17) Physicians For Human Rights-Israel, Phr-I (96.856€ – 2008-2009)

18) Mada Al-Carmel (356,356 Nis, Environ 79.200€ – 2008)

19) Ma'hsom Watch (329.282€ – 2007-2012)

20) Arab Center For Alternative Planning Acap (157.319€ – 2010-2012)

21) Initiative De Genève (287.877€ – 2006)

22) Galilee Society (358.827€ – 2009-2012)

23) Rabbis For Human Rights (160.953€ – 2009-2011)

24) Women Against Violence (351.739€ – 2009-2012)

25) Agenda – The Israeli Center For Strategic Communications (206.262€ – 2010-2011)


Suède :
-------------
1) Comité Public Contre La Torture En Israël, Pcati (353607 Nis – 2008)

2) Al Haq (3,2 Millions De Couronnes Suédoises Sek, Environ 320000€ – 2006-2010)

3) Sabeel (540.000 + 790.000 Sek – 2006-2008)

4) Al Mezan (1,1 Millions Sek – 2007-2009)

5) Physicians For Human Rights-Israel, Phr-I (~900.000 Sek – 2008-2009)

6) Association For Civil Rights In Israel, Acri (1.133.019 Nis – 2007-2008)

7) B’tselem (4,4 Million Sek – 2006-2008)

8) Alternative Information Center (1.390.950 Sek 2007-2010) 9) Hamoked (467.499 Nis - 2007)



Grande-Bretagne:
-----------------------------

1) Shatil – New Israel Fund, Hakéren Ha'hadacha Nif (553.950 Nis – 2007)

2) Bimkom (637.471 Nis – 2006-2007)

3) B'tselem (295.876 Nis - 2007)

4) Association For Civil Rights In Israel (73.000£ + 79 184.824 Nis 6.874 Nis - 2007-2009)

5) Hamoked (1.871.282 Nis – 2006-2007)

6) Yesh Din (800.023 Nis - 2007)

7) Ir Amim (794.683 Nis- 2007)

8) Chalom A'hchav - Peace Now (751.687 Nis - 2007)

9) Breaking The Silence – Shovrim Shtika (226.589 Nis - 2008)

10) Gisha (180.117 Nis – 2008)



Norvège:
--------------

1)Al-Haq ($90.764 - 2008)

2)Palestinian Center For Human Rights, Pchr ($71.554 – 2007)

3)Miftah ($235,416 – 2007-2008)

4)B’tselem (888.728 Nis – 2006-2008)

5)Gisha (794.891 Nis - 2006-2008)

6)Yesh Din (500.000 Nis)

7)Association For Civil Rights In Israel, Acri ($103.000 – 2008)Liii

8)Public Committee Against Torture In Israel, Pcati (798.867 Nis – 2007-2008)

9)Hamoked (1.860.020 Nis – 2006-2007)Lv

10)Ir Amim (164.336 Nis - 2007)Lvi

11)Chalom A'hchav - Peace Now (944.056 Nis - 2007)


Suisse

1)Palestinian Center For Human Rights, Pchr ($131.054 – 2007-8)

2)Shatil – New Israel Fund, Nif (90.000 Nis – 2007)

3)Adalah (391.365 Nis – 2006-7)

4)B’tselem (349.728 Nis – 2007)



Pays-Bas:
-----------------

1)Al-Haq (461.201$ - 2008)

2)Shatil – New Israel Fund, Hakéren Ha'hadasha Nif (140.850 Nis – 2007)

3)Bimkom (666.038 Nis – 2006-2007)

4)B’tselem (539.322 Nis – 2007-2008)

5)Gisha (142.481 Nis - 2007)

6)Association For Civil Rights In Israel, Acri (55.000€ – 2008)

7)Hamoked (1.750.245 Nis – 2006-2007)

8)Yesh Din (570.260 Nis - 2007)

9)Ir Amim (71.341 Nis - 2007)

10)Physicians For Human Rights-Israel, Phr-I (138.643 Nis – 2006-2007)

11)Chalom A'hchav - Peace Now (121.014 Nis - 2007)

12)Breaking The Silence – Shovrim Shtika (19,999€ - 2008)



Irlande :
-------------

1)Al Haq ($97.761 - 2008)

2)Palestinian Center For Human Rights, Pchr ($226.167 – 2006-2008)

3)Gisha (738.642 Nis – 2007-2008)

4)Yesh Din (393.315 Nis - 2007)

5)Hamoked (507.418 Nis – 2006-2007)

6)Public Committee Against Torture In Israel, Pcati (171.710 Nis - 2006)

7)B’tselem (62.185€ & $95.116 – 2007)


Espagne:
---------------

1)Applied Research Institute Jerusalem, Arij (98.347€ - 2009-2010)

2)Breaking The Silence – Shovrim Shtika (131.000€ - 2009-2010)

3)Initiative De Genève (400.000€ - 2009-2010)

4)Israel Committee Against House Demolitions, Icahd (105.000€ – 2009-2010)

5)Association For Civil Rights In Israel, Acri (100.000€ – 2008-2009)

6)Rabbis For Human Rights (70.000€ – 2009)


Danemark:
-----------------
1)Palestinian Center For Human Rights, Pchr ($510.854 - 2006-2008)

2)Miftah ($105.550 – 2008)

3)Bimkom (859.980 Nis – 2006-2007)

4)B’tselem (871.237 Nis – 2007-2008)



Allemagne:
-------------------

1)Miftah ($262.696- 2007-2008)

2)Arab Center For Alternative Planning Acap (33.600 Nis – 2006)


3) Chalom A'hchav - Peace Now (341.958 Nis – 2007)

4)Gisha (52.859 Nis - 2007)


5)Physicians For Human Rights-Israel, Phr-I (28.000 Nis – 2006)
Re: INFOS Des Dictateurs
15 février 2011, 14:52
Breaking News

Ca y est ! Le Bahrein vient d’etre qualifie. Tandis que le Yemen arrive au demi final.

Internet est sous couvre feu partout au moyen-orient.

Iran lance une fatwa contre la democratie.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2022 - DAFINA - All Rights Reserved