Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE

Envoyé par Jean-Francois.RABATI 
UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
23 octobre 2019, 13:46
Voilà une belle histoire du Maroc.

Cela se passe à Casablanca dans les années 1970, en pleine ‘’marocanisation des affaires’’

Pendant la seconde guerre mondiale, mon père qui craignait les bombardements sur Casablanca avait éloigné sa famille. Il avait installé sa femme et ses enfants dans la région de Khénifra dans le Moyen Atlas. Lui, poursuivait ses affaires de travaux publics et de fonderie qui se trouvaient à Casa. Il se partageait entre Casa et cette nouvelle région. Mon père toujours très actif y développera, en plus de ses activités principales, une exploitation forestière et des mines de plomb et d’antimoine. Ces nouvelles activités seront conservées jusqu’au milieu des années 50.

Voilà l’histoire.

Nous sommes au milieu des années 50. Mon père décide d’aller faire une visite du côté de ses mines de plomb. Pour pouvoir y séjourner, il y avait fait construire une petite maison, un séjour et deux chambres. La route de Casa est assez longue. L’après-midi se déroule bien avec l’équipe d’exploitation sur place. Tous sont contents de voir mon père. Le soir mon père dîne et s’enferme ensuite dans la maison. Un peu après miinuit, bruit des sabots d’un cheval. C’est le Kheikh du lieu (le responsable de la zone) qui appelle mon père.

‘’Monsieur Monsieur, ils vont vous tuer cette nuit !’’
‘’Tu penses, je suis armé. J’ai des fusils et deux pistolets’’.
‘’Même si tu en tues, ils vont te tuer. Il faut que tu partes vite, vite !’’

Mon père sait très bien le courage de ces hommes qu’il côtoie depuis des années. L’information est sérieuse. Il décide de partir. Il laisse sa voiture, fait réveiller un ‘’graisseur’’ en qui il a confiance et s’enfonce dans la nuit avec un des camions de la mine. Au bout d’un certain temps, arrivé dans une forêt, mon père prend des couvertures et son fusil et s’enfonce dans la forêt pour dormir. Au matin, il fait beau. La nuit a été tranquille. Il indique au graisseur où récupérer les couvertures qu’il a laissées. En dessous, c’était plein de scorpions.

Après cet épisode, mon père décide d’arrêter l’exploitation de ses mines, fait rapatrier les véhicules et laisse le reste en l’état.

Nous voilà à Casablanca au milieu des années 1970, période de ‘’marocanisation des affaires’’. Un monsieur se présente et demande mon père.

‘’Je viens vous voir. Je vous dois de l’argent’’
Ah ! Étonnement de mon père.
‘’Voilà, j’ai utilisé le matériel que vous aviez laissé dans la mine et je l’ai exploitée’’. ‘’Je vous dois de l’argent et je suis venu pour ça’’.

Ils se sont parlés de tout ça en chleuh et en darija. C’était un Chleuh, venu de sa montagne.

Il était venu pour son honneur. Personne ne lui demandait rien. Un Chleuh, un pur.

Mon père, pourtant ‘’vieux marocain’’, n’avait jamais entendu une chose pareille.
.
Re: UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
03 décembre 2019, 07:12
en effet , nous aussi les ouvriers nous disaient tant que l'Oued est en cru tu ne risques rien, puis après ils disaient de partir qu'il y a avait des bandes dans la vallée de l'oued Grou
Re: UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
04 décembre 2019, 05:09
La partie de l’épisode que je raconte où mon père cesse l’exploitation de mines de plomb et d’antimoine se déroule à un moment des années 50 que je ne sais situer par rapport à l’incendie de la maison et de l’exploitation forestière que mon père avait dans la même région.

Mon père a failli y laisser la vie.

Par bonheur, un contremaître a retrouvé mon père dans un sale état à cause des fumées dégagées par l’incendie et il a été sauvé.
.
Re: UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
13 juin 2020, 03:46
Bonjour Jean-François ,
je suis de la region de Khenifra et je crois que j'ai une idée sur une mine d'antimoine dont l'activité est en arret , et si vous sentez une nostalgie vers le pays et surtout la zone du moyen Atlas , je vous souhaite la bienvenue , au moins votre Allah irahmou a passé une partie de sa vie
Re: UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
14 juin 2020, 09:22
Oui, j’ai toujours beaucoup d’affection pour ce pays où je suis né. J’y ai vécu mon enfance à Rabat et n’ai pas cessé ensuite d’y venir en vacances à Casa presque chaque année. Par contre, pour diverses raisons familiales et de disponibilité, je n’y suis pas retourné depuis 2014.

Mais je ne manquerai pas de m’y rendre à nouveau.

Je ne connais pas la région du moyen-Atlas, du côté de Khenifra, même si j’y suis passé deux fois en coup de vent. Et je n’ai jamais eu l’occasion de visiter ces endroits du moyen-Atlas où mon père avait des mines de plomb, d’antimoine et aussi une exploitation forestière.

J’ai raconté cette histoire du Chleuh très fier et très honnête car il y a trop de récits où on parle de voleurs et pas assez du contraire. Mon père disait grand bien des Chleuhs de cette région (sauf de quelques uns évidemment).

Je remercie Simou Ben de son invitation à venir au Maroc. S’il pouvait être plus précis sur la localisation de la mine d’antimoine dont il parle, peut-être alors, pourrais-je dire si cette mine est possiblement celle que mon père exploitait alors.

.
Re: UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
15 juin 2020, 06:15
Salut Jean-François ,
Moi aussi j'habite à Casablaca pour des raisons professionnelles , mais je voyage fréquemment à la region Khenifra là où ma s'installe toujours .
Et pour l'emplacement de la mine : il y'a deux mine : une à Sidi Lamine et l'autre sur une montagne aux environs d'Ait ishaq ( 15 km de chez moi).
pour plus vous pouvez me contacter sur 661298263
Bien à vous
Re: UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
15 juin 2020, 14:21
Bonsoir Simou Ben,

Merci d’avoir répondu et donné les localisations d’anciennes mines d’antimoine qui ont cessé d’être exploitées.

Malheureusement je ne pourrai pas du tout confirmer qu’une ou l’autre de ces deux mines correspondaient aux concessions minières exploitées par mon père.

Je viens d’interroger mes deux sœurs aînées, qui ont plus de 80 ans, sans obtenir de lieu précis pour les mines. Et nous n’avons plus ou presque plus de documents sur les activités et sociétés de mon père au Maroc. Sur les mines, nous n’avons rien du tout. Il faut bien voir que les activités principales de mon père se situaient du côté de Casa et Rabat. Donc, mes sœurs ont plus de souvenirs de Casa ou Rabat que du Moyen-Atlas, d’autant qu’elles n’ont jamais eu l’occasion d’aller du côté des mines.

Comme je l’ai déjà écrit sur DAFINA, mon père disait grand bien des Chleuhs de la région du Moyen-Atlas qu’il avait connue. En interrogeant mes deux sœurs aînées, j’ai même appris aujourd’hui que mes parents qui appréciaient beaucoup un couple de Chleuhs qui travaillaient pour eux, les avaient fait venir à Casablanca. Ils sont restés de longues années auprès de mes parents avant de retourner avec leurs enfants dans leur région d’origine.

N.B.: Je suis en France et non au Maroc.

.
Re: UN MAROCAIN CHLEUH TRÈS FIER, TRÈS HONNÊTE
17 juin 2020, 07:30
Salut Jean-Francois
je veux bien vous donner un coup de main afin de retrouver la mine , et je crois que celle dont vous parlez est citué à coté d'AIT ISHAQ ( un village où habitait une communaté juive importante vu son nom aussi qui l'indique ) et que cette mine est située sur une montagne entourée de vaste forets
Quand vous vienderez au Maroc , vous pouvez me faire signe si vous voulez , la communauté juive est une partie de la population marocaine , je sens une grande nostalgie quand mon pere m'a raconté lque les marocains vivaient en harmonie et fraternité sans sentiment de difference religieux
Merci de lire vos temoignages
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2020 - DAFINA - All Rights Reserved