Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

LES ‘’PASSEURS’’ DE CAPITAUX

Envoyé par Jean-Francois.RABATI 
LES ‘’PASSEURS’’ DE CAPITAUX
25 décembre 2019, 12:45
Après l’Indépendance du Maroc et pendant la période de ‘’marocanisation’’ des terres et des affaires, les Européens étaient confrontés au contrôle très strict et au blocage du transfert des capitaux vers l’étranger.

Aussi, à ces époques des petits malins se sont improvisés ‘’passeurs de capitaux’’.

Leurs services consistaient, contre une bonne commission, à prendre des capitaux détenus au Maroc et à les transférer en France, en Suisse, ailleurs...

Au Maroc, j’ai assisté à plusieurs discussions entre Européens concernant la fiabilité de tel ou tel ‘’passeur’’ et aussi sur les montants des commissions.

Par contre, je n’ai jamais assisté à une discussion entre un ‘’passeur’’ et un Européen souhaitant faire passer son argent à l’étranger.

Une époque difficile pour ceux qui pensaient quitter le Maroc.
Re: LES ‘’PASSEURS’’ DE CAPITAUX
20 janvier 2020, 07:48
Beaucoup d'enseignants, qui eux avaient le droit de passer une certaine somme en France chaque année, s'adonnaient à ce petit commerce lucratif.
Dans mes souvenirs, certains prenaient jusqu'à 25 ou 30% des sommes passées.
Re: LES ‘’PASSEURS’’ DE CAPITAUX
20 janvier 2020, 09:00
Bonjour Pat30,

Vous avez visiblement beaucoup plus d’informations que moi sur les ‘’passeurs de capitaux’’ dont certains étaient selon vous des enseignants.

Personnellement, je n’ai jamais rencontré un seul de ces passeurs. J’ai entendu leurs noms, mais ne les ai pas mémorisés (à part un nom corse).

J’ignore le montant de transfert d’argent autorisé aux enseignants, mais je suppose qu’il n’était pas énorme. Les autorités de l’époque ont sans doute calibré l’autorisation en considérant les salaires que les enseignants recevaient au Maroc.

Je ne pense pas que les ‘’passeurs de capitaux’’ auxquels nos amis et entourage pouvaient avoir recours aient été parmi les enseignants.


Ce que je peux dire c’est que cette période a été assez difficile pour les européens qui quittaient le Maroc.

Peut-être que certains Français ou européens sont revenus plus tard vivre au Maroc, car ce pays conserve des côtés très attachants.

Pour ceux qui ont perdu leurs biens, maisons, entreprises, terres, ce doit être moins facile d’y revenir.

.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20/01/2020 09:14 par Jean-Francois.RABATI.
Re: LES ‘’PASSEURS’’ DE CAPITAUX
20 janvier 2020, 14:05
Bonsoir
Ce sont des bribes de conversations entre mes parents et leurs amis. J'avais alors 14 ou 15 ans et n'y prêtais pas trop d'attention.Mais cette mention de 25 à 30% m'avait frappé.
Re: LES ‘’PASSEURS’’ DE CAPITAUX
20 janvier 2020, 14:42
Bonsoir,

Moi aussi j’étais adolescent lors de ces réunions où les discussions étaient, à certains moments, axées sur la commission et la fiabilité des passeurs.

Au début, les commissions étaient d’un taux plus élevé. Ensuite, cela a baissé mais le plus bas n’était pas trop éloigné de 20% pour des passeurs considérés comme fiables.

C’est ce que j’ai entendu à l’époque.


J’ignore si aujourd’hui vivent encore au Maroc des personnes qui ont vécu ces histoires de passeurs pour préserver le travail de toute une vie. Certains avaient envoyé à l’étranger une partie de leur capital pour permettre, à leurs enfants ou à leur femme et à leurs enfants, de démarrer une nouvelle vie hors du Maroc.


.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2020 - DAFINA - All Rights Reserved