Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

LE COIN DE POESIE

Envoyé par yossioch 
Re: LE COIN DE POESIE
25 décembre 2006, 13:15

Chère Alégria , je t'annonce que je n'ai pas reçu ton Email mais l'essentiel c'est que je te retrouve !
Je voudrai te dire que j'ai été très touché par ton geste de m'avoir immédiatement annoncé la mort de ton père et celà m'a poussé à écrire aussitôt le poème suivant que j'ai intitulé " Amitié Profonde " car c'est ce que j'ai ressenti .
J'espère qu'il te plaira .

Yossi

Une Amitié Profonde

L’amitié ne s’exprime pas seulement par les cadeaux :
Les cadeaux, gardés dans les armoires deviennent des fardeaux !
L’amitié sincère c’est de soutenir ses amis
En des moments de malheur avec patience et sans ennuis.
Ton père, qui a maintenant trouvé sa sérénité
Au sein des Moïse et des Aaron, près de la divinité,
Ton père, heureux aux larmes , te regarde de la haut,
De ton geste, après la cérémonie et le caveau !
Oui, sitôt après , ta réaction était de m’écrire
Pour m’annoncer ton malheur . Moi non plus je ne pus retenir
Une larme d’émotion , un frisson de fierté
M’envahit d’avoir mérité une si profonde amitié !
« Pourquoi pleures-tu Aaron », s’inquiétèrent les anges ?
« Aidez- moi à trouver pour ma fille des mots de louanges.
Cette fille qui, dans sa peine, réconforte ses amis
Venus la soutenir. Mais elle n’a pas omis
De sa mémoire cet ami d’outre mer égaré
Pendant cinq décades mais soudainement repéré »

Prier je ne puis mais cet homme je révère
De t’avoir éduquée si douce, pas du tout sévère.
Ton humour n’égale que ta bonté et ton humeur .

Les larmes de ton pères étaient des larmes de bonheur
D’avoir laissé une fille comme toi sur terre ,
Des larmes d’amour pour cette noble héritière,



Capable de donner une amitié si profonde
Et devient ainsi une raison d’être dans ce monde.
Toi Alégria, tu es parmi ceux qui, pour être heureux,
Pour le bonheur des autres seraient toujours chaleureux.
Pour eux l’amitié devient qualité naturelle.
Ce don d’amour, de respect leur est donné par l’Eternel.

Là-haut, toi Aaron retrouve ta sérénité,
Grâce à l’amour de ta fille tu l’auras méritée !
Sèche tes larmes, sois heureux jusqu’à la fin des jours,
Prie pour ta fille pour qu’elle prolonge en nous son séjour !
La vie devient plus belle dans ce monde
Car, de bonté et d’amitié, Alégria tu l’inondes !


YOSSI OHAYON

27/11 – 05/12/2006







Re: LE COIN DE POESIE
25 décembre 2006, 13:34
Yossi,

A la lecture de ton pôème je n'ai pu retenir mes larmes, l'émotion m'a envahie, non pas pour mon père défun, qu'il repose en paix, mais
surtout pour la profonde amitié dont du m'honore.Merci

Re: LE COIN DE POESIE
01 janvier 2007, 09:19
Yossi,

Comme airgela j'ai été saisie par ce poème tellement émouvant surtout lorsque tu parles de soutenir ses amis en ces moments et aussi "elle n'a pas omis cet ami d'outre mer égaré, c'est trop bien dit !!
Yossi encore un bravo de plus , malia
Re: LE COIN DE POESIE
27 janvier 2007, 12:53

La seconde guerre du Liban nous a causé des soucis qui nous rappellent ceux de la veille de la guerre des six jours . Il m'a pris du temps de pouvoir m'exprimer à ce sujet tant la situation était grave et inquiétante et c'est ce que j'ai essayé de dire dans ce poème .


LA MUSE FIGEE


Les canons ont cessé de gronder depuis longtemps,
Ma Muse n’a pas cessé de se taire pour autant.
Elle est restée figée par cette guerre décevante
Dont les résultats et encore plus les conséquences l’épouvantent.
Sans l’aide de ma Muse, paralysée par l’angoisse,
J’écris quelques mots sur des papiers que bientôt je froisse
Et que je jette au panier. Ma pensée est rivée sur cette guerre
Si mal menée et qui nous a coûté si chère !
Dans cette guerre nous avons gagné aux points, nous dit-on,
Pas une fois nous n’avons été sur le parquet, nous rassure-t-on !
Oui, mais le moral du peuple est knock out depuis
Et la panique y règne, le cacher je ne le puis.
Bientôt pour le second round le gong va sonner
Mais de nos conceptions nous sommes toujours prisonniers.
Arrogance et prestance sont nos deux grands défauts,
Nous n’apprenons jamais la leçon comme il faut.
Nos ennemis excellent à tourner une défaite
En victoire. Gagner aux points, pour nous, c’est perdre au fait
Le combat. Nous en sommes sortis gravement blessés
Sans avoir atteints nos buts que nous avons délaissés.
Nous vivons encore notre victoire des six jours
Mais nous n’avons rien appris de la guerre de Kippour !
Nos ennemis de nous expulser n’ont pas perdu l’espoir :
Dans une guerre ouverte ils n’auront jamais le pouvoir
De nous battre. Alors, par leurs fortunes fabuleuses
Ils ont financé et acquis des armes monstrueuses.
Cachées dans des tunnels, fusées et roquettes
A tout un pays ont fait baissé la tête
Ey l’ont coincé dans les abris. Leurs intentions étaient connues,
Il fallait nous y préparer, rien ne nous a retenu
Mais nous ne l’avons pas fait. Fatigués de tant de guerres
Nous avons perdu le courage de lutter comme naguère.
Nous avons préféré teindre et voir la vie en rose,
Nos ennemis se fortifiaient, riant de nous et pour cause !
« C’est l’apocalypse, ce n’est pas de la poésie »
Me dit, horrifiée, ma Muse de mes paroles saisie.
« Oui, malheureuse, notre situation est si critique
Que toute poésie tourne à la politique » !

Yossi Ohayon

01/01 – 24/01/07





Re: LE COIN DE POESIE
28 janvier 2007, 06:03
Yossioch je vais vous faire partager un petit haiku de ceux que j'affectionne particulierement.

Meme poursuivi
le papillon
jamais ne semble presse.
Re: LE COIN DE POESIE
28 janvier 2007, 10:11
Clémentine,

J'aime beaucoup cette image du papillon , elle donne à réfléchir.

Amitiés

LESTERO
Re: LE COIN DE POESIE
28 janvier 2007, 13:27
Yossi,


Malheureusement je partage ton analyse sur la guerre du Lihan: mal préparée.

Comme toi je suis inqiette

Dans ton poème tu fais bien ressortir l'engoisse et un peu de lassitude: "Fatigués de tant de guerre, nous avons perdu le couurage de lutter"

Mais cela est juste un mauvais passage, Israêl doit se reprendre, il doit continuer à lutter, surtout pour faire la PAIX.

Amicalement Alégria
Re: LE COIN DE POESIE
29 janvier 2007, 00:15

A Clémentine ,

Tout d'abord je te remercie d'avoir réagi à mon poème .

Cependant je ne sais pas d'où as-tu pris le mot "haiku " : je suppose que celà veut dire dicton ou proverbe que je ne connaissais pas d'ailleurs bien qu'il soit interessant. Compares-tu par là Israël à ce papillon ? si c'est vrai je crois que cette comparaison est un peu enfantine ou alors ironique . Sinon , explique toi stp !


A Alégria , je suis heureux de te retrouver . Je crois que j'ai exprimé l'avis de la plupart des Israeliens et de ceux qui s'inquiètent du sort de ce pays .

Yossi
Re: LE COIN DE POESIE
29 janvier 2007, 06:14
Merci Lestero d'avoir apprecie cet haiku j'en mettrai d'autres si ca plait.
Yossioch bonjour, le haiku est une forme classique de la poesie japonaise parmi les plus repandues, comme le tanka et le renku et meme le haibun.
Elle repond a des regles precises, elle doir comporter 17 syllabes sur 3 lignes qui respectivement sont copmposees de 5,7 et 5 syllables.
C'est une poesie intuitive, qui doit avoir dans son contenu un mot direct ou indirect lie aux moments de la vie, aux instants de la nature rappelant une saison.
Bien entendu quand le haiku est traduit il comporte parfois plus ou moins de syllabes.

Le haiku sur le papillon n'a strictement rien a voir avec votre derniere poesie, c'est un partage d'un genre de poesie que je lis beaucoup plus que la poesie classique europeenne.
Re: LE COIN DE POESIE
29 janvier 2007, 13:20
Ma Chère Clémentine,

Je pense que pour lire "ce partage d'un genre de poésie" le haiku, il faut avoir beaucoup de finesse, de patience et d'imagination lorsqu'on lit le texte.

Cela permet de se poser un moment, et de réfléchir à chaque mot et à la tournure de la phrase.

A mon humble avis, cette gymnastique intellectuelle n'est pas donné à tout le monde.

C'est un exercice extrêment difficile et bravo de l'apprécier.

LESTERO

Re: LE COIN DE POESIE
01 février 2007, 12:02
Alin, je faisais partie d'un club de haiku en langue francaise, je ne posterai jamais les miens, je n'en suis pas tres fiere, mais comme vous l'ecrivez, je fais faire de la gym a mes neurones, des que le temps et le silence me le permettent.

Et comme c'est TOU BICHVAT, la fete des plantes et des arbres, et que l'on a tendance a montrer de belles photos de cerisiers ou d'amandiers en fleurs, j'y vais de mon petit haiku pour le week-end.

Qui se soucie de regarder
la fleur de la carotte sauvage
au temps des cerisiers?
(SODO)
Re: LE COIN DE POESIE
01 février 2007, 13:43
Chère Clémentine,

C'est LESTERO qui te répondait, mais j'avais quelque difficulté, j'ai pris le pseudo de mon mari "alin".

LESTERO
Re: LE COIN DE POESIE
01 février 2007, 14:32
Bonsoir,

J'ai écris il y a très longtemps quelque textes. Je ne sais pas si on peut dire poésie. Je ne suis pas un poète.

Voici mes quelques "poèmes"...

--------------------------

LES SAISONS

Saison d'hiver
Toujours avant l'heure
Et pleine de froideurs

Saison du printemps
Mois des passions
Et des fleuraisons

Saison d'été
Journée ensoleillée
Mais trop vite passée

Saison d'automne
Feuilles fanées Nuits
vite arrivées

----------------------------

VOYAGE VERS LE REVE

J'irai vers de nouvelles passions
Au carrefour des milles horizons
Je rêverai d'un monde parfait
Où tous les hommes seront en paix


A la frontière de l'iréel
Je choisirai la passerelle
Qui m'emmènera sans trêve
Au pays de tous les rêves

-------------------------------

CASA BLUES


Je marche sans fatigue avec mon angoisse
Seul, au milieu des tours, rien ne s'y passe
Un ruban de lumière illumine vers l'Est
Tout est pareil sous l'averse qui vient de l'Ouest

Casa Blues, Who are you ?
Casa Blues, Where are you ?


Il pleut encore ce soir place de l'insomnie
Casablanca m'agace et m'enlace sans bruit
Il vente encore ce soir boulevard de l'infini
Casablanca s'éteint et ma blanche s'assombrit


Mon corps martelé par le rêve m'enfonce dans mes songes
Casablanca mon ange, pourquoi es-tu si blanche ?
Mon ange aux pays des oranges me mange
Casa la nuit, ce soir est une autre Histoire

--------------------------------

L'AME S'EN VA

Mon âme me quitte sans aucune joie
Et ma conscience, mon état d'existance
N'est plus qu'une étincelle sans importance
Mais au plus profond de moi, j'ai la Foi

J'ai le désir, cette Folle envie de Partir
Mais à l'heure de l'au revoir, j'ai Peur
Et chaque seconde qui reste n'est que Terreur
Je souffle mon dernier soupir pour en Finir

La mort qui me hantais durant toute la vie
Est venue frapper à ma porte une nuit d'automne
Ce jour là, rien ne comptait, tout était si monotone
Mais à présent j'aperçois la lumière du Paradis

----------------------------------

Bon week end à tous le monde
Re: LE COIN DE POESIE
02 février 2007, 00:52

Rachid B

J'ai bien aimé et apprécié tes poèmes . Ils expriment des sentiments , tes senitments , tu as peut être ce que les poètes appelaient le vague à l'ame .Moi j'ai connu Casablanca plus gaie , pas du tout angoissante ni ennuyeuse, bien au contraire .

Pourquoi as-tu envie de mourir , il ne sera jamais trop tard pour le faire !Il vaut mieux continuer à écrire des poèmes , tu sais bien le faire !

Yossi
Re: LE COIN DE POESIE
02 février 2007, 10:16
Merci beaucoup Yossi pour ton message.
Non, rassure toi, je n'ai aucune envie de mourir. J'avais écris ces textes à une époque durant ma transition adolescence/age adulte.
Pour moi, il était plus facile d'écrire des textes sombres que joyeux.

Je suis d'accord sur le fait que Casablanca n'est ni angoissante, ni ennuyeuse. Dans ce texte, je marche et je suis seul peut être à la recherche d'un amour (?).

Merci beaucoup pour tes compliments.

Bon week end

Rachid
Re: LE COIN DE POESIE
06 février 2007, 09:52

UNE AVENTURE SOUDAINE

« Bonjour Monsieur », dit à mon dos une voie féminine.
Je me retournai et aperçus ma jolie voisine.
« Où as-tu l’intention de voyager », me demanda-t-elle ?
Sans répondre à sa question ma réponse était telle :
« et toi, où veux-tu arriver par ce beau soir » ?
« j’ai une amie malade et je vais la voir ».
Après m’avoir expliqué en deux mots son adresse,
J’ai dit que c’était sur mon chemin, à cette déesse.
« Oh que tu es gentil, je vais gagner le temps du bus »
Me dit ma rousse voisine et d’origine russe.
Nous voilà embarqués et ce petit espace roulant
Se trouva embaumé de parfum comme d’un flacon coulant.
Pas haute mais parfaitement sculptée,
C’était un modèle que, pour Eve, Dieu aurait adopté !
« Arrête » dit-elle, « là, à côté mon amie habite ».
« Non » lui dis-je,« jusqu’au bout j’irai, Arrêter là c’est stupide » !
« Tu es un grand amour » et soudain elle me colle
Un grand baiser sur la joue, se retire et rigole.
« Tu es un ange » me dit-elle, tu l’as mérité » !
Sans réfléchir je lui pris le visage et sans hésiter
Je lui pose un long baiser sur ses lèvres rouges.
Elle ne s’y oppose pas ni retire sa bouche.
Mais après, on se sépare et elle me dit furieuse :
« Qui te l’as permis ? Tiens, reprends ton baiser et sérieuse
Elle me colla ses lèvres, sans trop m’y attendre !
Elle avait feint sa colère, qui suis-je pour me défendre !
Je l’attire à moi, fortement l’enlaçait,
Non, cette statue vivante n’était du tout glacée !
La langue russe a toujours été influencée
Par la langue française, bien avant les tsars au passé.
Jusqu’en ce moment où j’en ai eu la preuve éloquente !
De mes mains j’explorai cette femme si provocante.
Les plombs du moteur n’ont pas sauté, il était éteint.
Mais boutons et fermetures furent très vite atteints !
Mes doigts et mes lèvres se promenaient sur ce corps,
Ce qui augmentait notre désir encore et encore.
Je me renversai sur elle et rendit en lit son siège
Et maintenant il va falloir vraiment que je l’assiège !
Elle aussi contribua son plein pour cette conquête
Alors nous y avons perdu nos sens et nos têtes.
Bientôt je pénétrai dans ce terrestre Paradis
Où je m’y promenai lentement mais hardi.
Elle gémissait en russe, je répondais en français,
Mais continuai ma promenade sans m’en lasser.
Alors un long tremblement nous secoua ensemble.
Là, nous avons parlé la même langue, il me semble !
Après, nous nous sommes calmés et tout en ordre remis,
Je l’accompagnai cette fois jusque chez son amie.
Elle avait gagné autrement le temps du bus
Mais pas comme elle se l’imaginait, cette Russe !
Quant à moi, la tête vide à la maison je revins
Sans même pouvoir penser à ce moment divin.
Aujourd’hui j’avais décidé de m’occuper de ma voiture,
Bien sûr, je ne pensais pas du tout à une aventure.
Je voulais simplement huiles et eaux vérifier,
L’air dans les pneus, et les tuyaux vérifier.

YOSSI OHAYON 26/01 – 02/02/07







Re: LE COIN DE POESIE
08 février 2007, 07:41
ou etes vous les poetes ???.
ne soyez pas avare, on adore lire vos poemes c'est une bouffee de printemps dans ce forum.(yossioch- clementine-rachid B.) merci pour les bons moments que vous nous faites passes en vous lisant.
Re: LE COIN DE POESIE
11 février 2007, 16:25

man bata bi7obin 3abra l a2atiri ya7lamo bihi
inama bata bi al a7lami massroura


celui qui s endore en revant d un amour aquit via le net
il s est endormi heureux qu avec des illusions

(traduction mediocre je sais !)
Re: LE COIN DE POESIE
13 février 2007, 04:53
bonjour clementine
je t'applaudit ,c'est tres beau.
Re: LE COIN DE POESIE
13 février 2007, 08:47
Yossi,
je viens de lire ton poème "une aventure soudaine" , et comme d'habitude je te dirai : je pense que cette aventure tu l'as vraiment vécue , bravo encore pour ces poèmes qui font rêver !!!
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2022 - DAFINA - All Rights Reserved