Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

LA MUSIQUE ANDALOUSE

Envoyé par rbati boukroune 
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
19 avril 2008, 06:34
LE LIVRE SUIVANT INSPIRE DU LIVRE D' EL HAYEK a été rassemblé par un

grand érudit et connaiseur Rbati , qui m'a appris énormément de choses

sur l'art musical andaloussi et le panégyrique "madih" pendant la fin des

années 60 et dans les années 70.


il s'agit du maître ABDELLATIF BENMANSOUR très connu à rabat , chef du

madih aux fêtes religieuses animées par feu majesté HASSAN 2.

Ce monsieur est une encyclopédie et une source intarissable.

Pièces jointes:
RBA ABDBNM.jpg
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
19 avril 2008, 13:57
un exemple architectural, style ANDALOU ,des belles maisons marocaines

traditionnelles où nous avons eu la chance de grandir , jouer ,fêter

les mariages et les fêtes de la famille AUX RYTHMES SAVOUREUX DE

NOTRE BELLE MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE à Rabat , salé, fès, tétouan,

tanger , chefchaouen, marrakech,.........,oujda, Tlemcen.

la beauté de l'architecture et de la musique se conjuguaient à tous les

temps ! QUELLE RICHESSE.

Pièces jointes:
rba dar.jpg
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
19 avril 2008, 14:12
pour mon cher KAMAL cette photo de la fameuse association SLAM de

TLEMCEN avec mes amitiés.

Dr...rbati el andaluz..france

Pièces jointes:
rba slam.jpg
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
20 avril 2008, 22:08
CHER AMI DR R'BATI,
jE TIENS A TE FELICITER POUR TA RICHE RUBRIQUE, A TRAVERS LAQUELLE
TU NOUS ENSEIGNES LA FABULEUSE HISTOIRE DE LA MUSIQUE ANDALOUSE.
LE NOMBRE DE LECTEURS TEMOIGNE DE L'INTERET GENERAL QUE TU AS BRILLAMENT SUCITE.A TRAVERS CELA, ON RESSENT TES QUALITES D'UN ETRE HUMAIN QUI EMET AUTOUR DE LUI LA LUMIERE. ALLAH IKHALLIK OUINASRAK.
UN BON WEEK-END A TOI ET TA
thumbs up
FAMILLE.
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 01:57

Baraka allaho fik mon cher ami maghroum.

votre rubrique aussi est richissime et " very successful" ,et le nombre

de visiteurs en témoigne largement.

ALHAMDOULILLAH on essaie de partager ce que le BON DIEU RABBO AL 3ALAMINE

HA SHEM nous a enseigné......." al moumino an youhibba li akhihi ma

youhibbo li nafssih "....je traduis le hadith :le croyant c'est celui qui

aime pour lui exactement ce qu'il aime pour les autres.


amities à toutes et à tous...........sabah mabrouk




EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 03:27
Bonjour amis d'El-Andalous.

En cherchant un auteur du Melhoun, je suis tombée sur cette liste,poètes Marocains et Algériens du Melhoun. J'ai copié-collé sans vérifier la véracité des noms, dates, lieux ....A vous Dr. !

Poètes Marocains du Mel hun

1-AbdeLaziz EL Maghraoui Abou Mohamed AbdeLaziz Ben Ali EL FiLaLi EL Merkni EL Maghroui,fut grand Qadi de Fès, originaire de Talifilet, mort en 1014 Hejri (1605-1606),sa grande taille son savoir et sa piétée ont donne lieu au proverbe suivant: Tout ce qui est long est vide ,excepte le palmier et EL Maghraoui=kouL TouiL Khaoui,siwa nnakhLa w'elmaghraoui.
il a laisser derrière lui un grand d’iwan, il est l'auteur de la populaire "Ma YchaLi".

2-EL Fqih Amiri Mohamed: Meknès XVIII/XIX. Maitre de Kaddour EL alami(ce dernier avait deux maitres ,EL BaqaLi et EL fqih Amiri)

3-Hadj EL Baqali(mokhtar el baqali):Meknès ,auteur d1 chant erotico-mystique,tres caractéristique du genre et très intéressant par les 23 grands maitres de la poésie et de l'amour(mystique ou non) invoques par EL Baqali et parmi lesquels les plus grands noms de la poésie maghrébine
( Maghraoui Benkhelouf,ben msayeb,Ali koura.....)

4-ALami Kaddour: Meknès,1742-1850,l'un des plus grands noms du Mel hun maghrébin: poète érotique ,moraliste et mystique auteur de EL Maknasia, TaouasouL, Saqi(rah elil w'3lem el fjer taj soubh raqi ya saqi,Touf ala el hadra b Fnajlek Tezyan EL mousiqa,w'ezra3 Lesahi yfiq....)
aussi l'auteur de la populaire "Laab men doun chtara fouq rouss Herbat....."

5-Ben Ali Chriff oueld Rzin EL Oumrani :Fès l'un des plus grands maitres du melhun marocain, mort vers 1822 auteur de Zenouba(existe déjà un poste bien détailler sur ben ali)

6-Ben slimane: Fès XVIIIe siècle, génie précoce du Mel hun marocain disparu a l'âge de 33 ans(peu être 35/37 ans).Guendouz (élève) de Ben Ali puis de Cheikh Mohamed Ennajjar
auteur de la populaire Saqi Baqi,Ya EL Ghouri fi denia, Goumriatt Lebrouj(son 1er qsid qu'il a composer alors qu'il ne dépasser pas les 18 ans), MersouL Fatma, Ezin EL Fassi.....

7-EL Bourachidi Belqacem:Fes XVIII / XIXe auteur de la populaire" Hadjou Lefkar" au Maroc cette qasida ikoulelha "SeLouania",mais y'en a qui attribue ce poème a cheikh Mohamed Ennajjar(cm il existe des poèmes attribue a AbdeLaziz EL Maghraoui alors que le vrai poete est AbdeLaaziz EL Ouazani EX:qsid Wassaa EL Khzayen.

8-Cheikh EL Masmoudi(Mohamed EL Mesmoudi):Originaire de TafiLaLet,il succeda a Maghraoui et inventa une nouvelle formule pour composer appelée "Agbah" ou "Goubahi",auteur de "EL Hifa"

9-Cheikh Medaghri Touhami: Le plus grand poète érotique du Mel hun au Maroc, il était le compagnon du prince-poete Sidi Mohamed Ben Abderahman(1859/1873).Mort vers 1856,auteur de "EL BatouL" et "Ghader Kass Rah..." "MaL men qasem qelbi men syouf Lechfar, Haz 3aqli werma dati bla rjou3"

10-Cheikh M'Thired DjiLaLi: Marrakech, grand poète rénovateur du XIIIe.son ouvre constitue un sommet et une nouvelle étape dans l'évolution du Melhun au Maroc.IL mourut probablement au début du XIXe, auteur de la populaire "Ya diff ELLah" qsid rouhani

11-Soussi Mbarek :Fès XIXe auteur de chansons érotique très en vogue telle la populaire "youm EL Jemaa kharjou Ryam"


*Cheikh Hadj EL Baqali est l'auteur de la fameuse qsida "Ma sbani weda 3aqli ghir el khed el ouerdi" qsid ala el mekka el moukarama et des le début de cette qsida il cite les noms des grands poètes du chi3r el melhun.


Poètes Algériens


1-Ben khelouf Lakhal ,Région de Mostaganem XVIe appelé aussi Lakhdar, grand panégyriste du prophète auquel il a voue son art a l'exclusion de tt autre thème mis a part deux textes sur la bataille de Mazagran contre les Espagnols en 1558 et quelques poèmes prophetiques.son œuvre vieille de plus de quatre siècle est tjrs vivante et connue dans le Maghreb.son mausolée se trouve a Mzila ,appelé aujourd'hui Sidi Lakhdar Ben Khelouf, à environ 60 km a l'est de Mostaganem ,auteur de "el khazna sghira" et "el khazna el kbira"

2-Said EL Mebdassi: poète tlemcenien du XVIIe exilé au Maroc vers 1650 ou il fréquente la cour des sultans alaouites, connu dans le milieu du melhun maghrébin comme l'auteur de la 23 qiqiya",longue qasida sur les lieux saints, mort vers 1737 a SijiLmassa

3-Ben Triki Ahmed, grand poète de tlemcenien du XVIIe élève de cheikh EL Mendasi, exilé au Maroc vers 1673
auteur de "Abouya Hnini"

4-Ben Msaib Mohamed grand poète du Hawzi Tlemcenien XVIIe/XVIIIe ,auteur de "EL wahdani"

5-Cheikh Bettobdji Abdelkader de Mostaganem(19e-20e siècle),a chanté Le Wali SaLeh Sidi Abdelkader DjiLani (Irak) et pas Djilali comme prétend certain, il est aussi l'auteur de la populaire" B ELLah ya ELi 3adrouni rani Nsa3eff el mektoub",sans oublier le bayt syah"ah ya ouelfi" a la fin du qsid iqouL: cheikh Abdelkader Mestghanem bladi zahya fi L'ammane...
son fils Laaredj s'est aussi adonne au MeLhun.

6-Ben Brahim Mustafa de Sidi Bel Abbes ,1800-1867,grand poète érotique du bédouin dont certains chants font partie du répertoire des chanteurs citadins comme qsid "Lqit anaya khoudatt,yawm el djemââ kherjou zayratt el wali..."et aussi la fameuse chanson "hada el youm s3id Mbarek fih wefitek ha yamina"

7-Ben Guittoun Mohamed de Sidi Khaled(Biskra),fin 19e siècle, connu pour sa fameuse "Hiziya"(3azouni ya MLah fi Rayes Lebnat, seknet taht EL Lhoud Nari meg-diya...)

8-Bey Hussein, Constantine, XVIII(18e siècle),fils du fameux SaLah Bey, dont L'exécution en 1792 a été immortalisée par un chant "qalou Laareb qalou, walaw Na3tou Salah wela MaLou(fortune) walaw Neqetlou wetih Lerqab 3an rqab..."*Hadj Tahar EL Ferhgani la chante à merveille .

9-Abdelkader Khaldi: Mascara-Oran 1886-1964,l'un des dernier grand représentants du melhun bédouin oranais(poésie érotique),auteur du poème "Bakhta"

10-Koura Ali :Région de Relizane, XVIII, chantre de l'amour exclusif et platonique(Houb EL 3oudri) pour EL ALLiA

11-Cheikh Hadj Aissa Laghouati :Ne a TLemcen en 1668,mort en odeur de sainteté a Laghouat en 1739.connu pour ses poèmes cynégétique et prophétiques, auteur de la populaire "ana B ellah we chra3 tahder aani ah ya EL Hadi,ki Nemdah bik ma Nkhib sidi Mohamed el hbib...."

12-Cheikh Qaddour Ould M'hammed dit Bounagab,d'EL Bordj(Mascara),contemporain de L'émir Abdelkader contre lequel il composa des satires qui lui valurent la prison ,mort en 1850

13-Cheikh Hadj Tahar, TLemcen XIXe(19e siècle) auteur d'une très belle qsida "EL Baz w'EL Hmama "La Légende du Prophète Moise, du faucon et de la colombe".

*Trois grands poètes Algérois .

A-Cheikh Benqbabti (Mustapha Benqbabti) Ne a Alger en 1769,mort en exile au Caire en 1860,était un Mufti Malikite, auteur de la populaire "Men Ybati yra3i Lahbab"

B-Cheikh Ben Ismail (Mohamed Ben smaiL),D'Alger,1820-1870 auteur de la fameuse qasida Frak Ben smaiL(ya ELLahi welteff ya d'el krim biya tallet Liyam el hejra w'enhyaw Lejrah...)
son fils Kouider est connu aussi comme poète(auteur, entre autres, d'un hymne a Sidi Sahnoun, L'ancêtre de la famille)

C-Cheikh Ben Omar, surnomme EL Hadby(le bossu),Alger, mort vers 1898,auteur de "TLata zahwa wemraha menhwahoum mani sahi...."

halkoma.
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 03:36
hooooooo chapeau HALKOMA

TU EN CONNAIS UN RAYON DANS LA MUSIQUE ANDALOUSE
SAHA ALIK MA BELLE AMIE;;;;laura
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 03:46


GUNAYDIN HALKOMA.....TESEKKURLAR ........AFIYET OLSUN


EL ANDALUZ
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 04:03
mustafa skandrani




LE GRAND PIANISTE ALGEROIS......



Décès de Mustapha Skandrani à l’âge de 85 ans
Le pianiste s’en va piano piano

Skandrani, l’enfant de La Casbah qui l’a vu naître, est parti hier pour rejoindre sa dernière demeure. Après une longue maladie, celui qui fut, et restera, le grand pianiste devant l’Eternel, a fait ses adieux en traversant son Alger de bout en bout.

De Bologhine où il résidait depuis assez longtemps, au cimetière de Sidi M’hamed où il repose en paix, Mustapha Skandrani a passé en revue plus d’un demi-siècle au service de la musique. Le pianiste, le compositeur, le footballeur, le monument de la musique algérienne est parti à l’âge de 85 ans non sans laisser derrière lui une grande page d’histoire qui le lie à l’art auquel il a tant donné. Skandrani a tellement donné à la musique qu’il était inimaginable de voir un orchestre chaâbi ou andalou sans que les doigts magnifiques de ce chef d’orchestre viennent donner ce plus rythmique aux chansons. Son visage, qui ne change que rarement de ton, deviendra une image habituelle qui impose le sérieux, le travail et l’amour de la musique. Les orchestres qu’il mena à travers les années, dans et à l’extérieur du pays, resteront un modèle du genre tant la présence du maître était imposante, majestueuse, voire grandiose. De la guitare au piano en passant par la mandoline et la kouitra, Skandrani deviendra, tout au long des années, un symbole qui saura, des décennies durant, mener des groupes musicaux grâce à un doigté qui donnera une touche plus romantique à l’andalou et plus vivace au chaâbi. Il accompagnera les grandes stars de la chanson algérienne. El Anka, Guerrouabi, El Ankis, Fakhardji, Fadéla Dziria et beaucoup d’autres ont goûté l’œuvre de ce chef d’orchestre de grand talent. Skandrani n’hésitera pas non plus à diriger les jeunes pour leur donner le coup de pouce nécessaire pour réussir la partition. Aujourd’hui, beaucoup de musiciens, de chanteurs et d’artistes s’en souviennent. Ils se souviennent de Skandrani comme un artiste complet qui a vécu pour et par la musique, d’un artiste qui donnait cette impression d’un homme renfermé alors qu’il avait un grand cœur plein de générosité. Ceux qui l’ont côtoyé de plus près peuvent témoigner de ce personnage qui n’a jamais eu de mépris pour autrui, qui se dépensait pour les stars et pour les jeunes, qu’il dispensait avec jalousie son savoir aux autres, qu’il encourageait, qu’il entourait tous ceux qui avaient comme objectif la sauvegarde d’une musique chaâbi confrontée, faut-il le dire, aux aléas et aux humeurs des tenants de décisions qui, en plusieurs endroits et en plusieurs moments, ont relégué la culture et tout ce qui va avec à leur plus simple expression. Les dégâts ne se sont pas fait attendre et bon nombre de nos artistes ont dû ranger leurs aspirations. L’histoire retiendra cette parenthèse. Skandrani est né le 17 novembre 1920 à La Casbah d’Alger. Il ne pouvait donc échapper à ce destin de tous les enfants de La Casbah, à savoir le chaâbi et le Mouloudia d’Alger. C’est ainsi que dès son jeune âge, il s’intéresse à la musique, le chaâbi bien évidemment, mais aussi au football. Ses oncles étant des membres fondateurs du glorieux Mouloudia d’Alger, il signe une licence au sein de ce club, mais ce sont plutôt les instruments de musique qui intéressaient le plus Mustapha Skandrani. Il grattera alors de la guitare, il jouera de la mandoline, de la kouitra, bref tout ce qui pouvait le rapprocher du monde de la musique était le bienvenu. Mustapha Skandrani fera partie de plusieurs orchestres pour animer des soirées au Padovani (aujourd’hui Kettani), au music hall d’Alger, à l’Opéra d’Alger, des soirées familiales. Au fur et à mesure, Mustapha se familiarisera avec les instruments de musique, mais sa passion était le piano, soit un instrument très peu utilisé dans les orchestres algérois. Skandrani l’imposera pour en faire un incontournable instrument auquel beaucoup d’autres jeunes sont venus s’initier. Des pianistes, il y en a eu beaucoup, mais l’histoire de la musique algérienne retiendra que le piano appartient à Mustapha Skandrani.

extrait de la presse...article de 2005


EL ANDALUZ
Pièces jointes:
RBA SK.jpg
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 06:14
Bonjour Docteur R’bati.

Merci pour la belle et flatteuse photo.

En effet la S.L.A.M (Section Littéraire, Artistique et Musicale) est une association et en même temps une école. Elle a été fondée en 1935 par un groupe d’étudiants. Parmi son palmarès qui est assez riche, en Novembre –Décembre 1968 elle a été classée hors concours au deuxième festival de la musique classique andalouse qui s’est tenue à Alger.

Le vendredi 28 mars de cette année a eu une émission sur la chaîne satellitaire algérienne consacrée à la ville de Tlemcen et Nédroma dans une émission intitulée ‘’El Ka3da’’.

L’association s’est produite en directe avec la même tenue que sur la photo que tu as mis sur le sujet en plus de deux jeunes filles.

Une émission qui a durée deux heures et un peu plus avec la présence aussi de Kouffi Nouri et Cheikh Ghaffour.


Bonne fin de journée l'Ami.

kamal.

Pièces jointes:
La S.L.A.M DAFINA.JPG
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 07:27
2 personnalités tangéroises très emblématiques :


- au piano, feu Mohammed larbi Temsamani , le maître incontesté de cet
instrument, chef d'orchestre du fameux " ma3had tetouani ".

- à ses côtés , le très jeune - à l'époque - de nos jours , le Docteur
en pharmacie Omar Metioui, très actif à tanger , au maroc et à l'
étranger , pour promouvoir et faire connaître cet art et cette
civilisation de plusieurs siècles.


EL ANDALUZ
Pièces jointes:
RBA TMSMT.gif
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 07:44

l'orchestre du conservatoire de tétouan " jawq al ma3had at-tétouani "
de la musique andalouse des années 70 , 80 et début des années 90.

on reconnait les 2 grands( rahmatouallah 3alayhem ) , mohammed larbi
temsamani et abdessadek chekkara.

à leurs côtés, mohamed el amine al akrami , l'actuel chef d'orchestre.

la première personne assise à gauche est Ahmed HARAZEM , Mashallah ,
une voix en or qu'on retrouve régulièrement sur les enregistrements de
la RADIO ET DE LA TV Marocaines.



Pièces jointes:
rba tet.jpg
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
21 avril 2008, 12:57
une belle maison araboandalouse Marocaine dont le cadre et le style

riment avec note belle musique envoûtante.


? QUE C'EST BEAU ?


Dr...rbati el andaluz............france






Pièces jointes:
rba msn.jpg
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
22 avril 2008, 05:56
Hayirli aksamlar,
ben de hafiyet olsun ve çok tesrkkular.

trad : Bonsoir,
bon appétit de même et merci beaucoup.

halkoma
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
22 avril 2008, 07:45
halkoma.

youk ba'ba d'jil, ey goum zamzala. hihhi!!.
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
22 avril 2008, 12:54
heeeee bonsoir
lamak et halkoma
c est quoi ca!!!!je n ai rien compris! traduction svp!!!!!
ana brit anarf koulchi,,,,hahahahah
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
23 avril 2008, 07:56
HAYAT BOUKHRISS

UNE BELLE VOIX DE MEKNES , excellant aussi bien dans la ala marocaine que

al gharnati.

MEKNES mérite qu'on s'attarde sur ses prodiges musicaux andalous que bon

nombre d'andalouphiles ne connaissent pas.


A SUIVRE.


EL ANDALUZ
Pièces jointes:
rba bkh.jpg
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
23 avril 2008, 13:43
Bonsoir Rbati, je voulais mettre les 2 chansons de Mahièddine Bachtarzi sur votre rubrique : LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ pour vous remercier,par habitude, j'ai été à orchestre .......

Amicalement
halkoma.
Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
24 avril 2008, 08:07
Mr. Abdelaziz BENABDELJALIL DE MEKNES

UN MEKNASSI HORS DU COMMUN, UN GRAND OUSTAD EMERITE DE LA
CULTURE ET DE LA MUSIQUE ANDALOUSE





Musicologue confirmé, membre de l'Académie de la Musique Arabe, ayant déjà écrit plusieurs livres fondés sur des recherches dans le domaine musical, le professeur Abdelaziz Benabdeljalil a donné, dernièrement à Dar M'rini à Rabat, une conférence intitulée: "Image de la Femme dans la Musique Andalouse". Celle-ci fut merveilleusement illustrée par l'Orchestre de l'Association de la Renaissance de la Musique Andalouse de Meknès dirigée par le professeur Mohamed Taoufiq Himmich.

Un exposé historique très instructif au cours duquel le conférencier Abdelaziz Benabdeljalil a mis en évidence la participation de la femme musulmane dans la création de ce qu'on appellera "La Musique andalouse" depuis l'avènement des Omayyades à Cordoue au VIIIème siècle jusqu'à la fin du XVe, date de la chute de Grenade, dernier bastion de l'Islam dans la péninsule Ibérique. En effet, tout chercheur qui se penche sur le patrimoine musical andalou, qui fut nommé "Al-à la" jusqu'à la troisième décennie du XXe siècle, constatera la présence permanente de la femme dans les poèmes rassemblés vers la fin du XVIIIe siècle par Mohamed Ben Al Houcein Al Haik.

C'est pour cette raison que notre musicologue ne s'est pas contenté, uniquement, de relater les poèmes amoureux (Nasib) dans le but de reproduire l'image de la femme dans la musique andalouse, mais il a tenté de mettre en valeur le rôle de celle-ci dans la création de ce genre musical en parallèle avec l'évolution de sa forme, de sa structure et de sa rénovation métrique, surtout que la femme arabe en Andalousie a eu le privilège de participer efficacement à la propagation de cette musique au-delà de la péninsule Ibérique.

Cependant, M.A.Benabdeljalil n'a pas omis de noter, dans sa communication, le manque d'ouvrages propres à l'action artistique féminine en Andalousie et à l'indifférence presque totale des dictionnaires bibliographiques consacrés à la femme, sauf dans quelques cas où il s'agit d'auteurs de livres ou de femmes connues à travers leur supériorité dans les séances jurisprudentielles (fiqh) ou linguistiques.

Mais, malgré cette injustice qui porte préjudice à la femme arabe en Andalousie, d'autres ouvrages de nature littéraire ou à caractère d'information ont joué un rôle important pour dénombrer les femmes ayant acquis un niveau élevé dans le domaine de la poésie, du chant et de la composition musicale.

Des Poèmes et des Chants d'Amour
Certaines sources sont même allées jusqu'à attribuer à ces femmes leur contribution à l'élaboration de la théorie propre à la musique andalouse. Ces sources font preuve d'une largesse d'esprit à l'égard d'un des sujets, les plus épineux, qui ne cesse de susciter la controverse entre les puritains, d'une part, et les tolérants, d'autre part, à savoir la pratique de la musique par la femme musulmane. Ce qui n'a pas empêché une large diffusion de la musique, dans tous les milieux, en terre andalouse, à travers des orchestres qui envahissaient les Palais et les demeures des Princes Oumayyades, Almoravides et Almohades et où figuraient plusieurs éléments féminins, dont des chanteuses atteignant des sommes considérables.

Pour appuyer cette réalité, le conférencier s'est référé à un grand savant du VIIIe siècle, à savoir Tifachi Sfaqsi qui précise que "la pratique de la musique à cette époque était l'apanage de la seule ville de Séville, où des vieilles femmes enseignaient le chant à leurs esclaves, puis les vendaient aux Rois du Maroc et de la Tunisie au prix de mille dinars marocains pour leur savoir-faire plutôt que pour leur beauté", ajoutant que "l'acheteur consulte le curriculum vitae de la chanteuse mise en vente, l'interroge selon son choix et lui demande de jouer l'instrument mentionné dans son carnet. Des fois, la même chanteuse joue avec habileté plusieurs instruments et exerce la danse tout en se faisant accompagnée par ses collègues qui tambourinent et jouent de la flûte. Ce qui élève son prix à des milliers de dinars."

Pour sa part, Mohamed Ibnou Hazm (mort en 454/1063) cite dans son livre "Taouq al hamama Al Mafkoud" (le Collier Perdu de la Colombe) le cas d'une chanteuse esclave d'origine orientale qui a pu émerveiller le cadi de Cordoue après que celui-ci l'avait entendue réciter le Coran, puis répéter des chants d'amour.

Quant à la participation féminine dans l'élaboration de la théorie de la musique andalouse, Abdelaziz Benabdeljalil s'est contenté de faire allusion à certains théoriciens qui ont attribué à deux chanteuses esclaves la découverte - ou plutôt l'utilisation pour la première fois- de deux "tabaâ" ou autrement dit, deux modes, sachant que la musique andalouse au Maroc est fondée sur 24 modes et non seulement le majeur et le mineur, comme c'est le cas dans la musique européenne. Les deux chanteuses en question sont "Ghariba" (l'étrangère) et sa sœur.

La première, qui était à la fois chanteuse et poète, finit par devenir l'esclave du Prince musicien Al Houceine d'où le nom qu'on lui avait attribué: "Gharibat Al Houceine". Celle-ci fut l'auteur d'un nouveau mode qu'elle présentait à son Seigneur le jour de l'Aïd pour lui faire plaisir. La seconde qui n'est autre que sa sœur ne tardait pas, elle aussi, à satisfaire son maître, Al Houceine, en lui chantant, lors d'un cercle littéraire, un nouveau mode musical. Une prestation qui lui a rendu sa liberté et elle fut appelée dès ce jour, elle et son mode, "Al Ghariba L'Moharrara" (l'étrangère libérée).

Par ailleurs, le chercheur A. Benabdeljalil nous fait aussi savoir, au cours de son exposé, que la femme était toute proche de Ziryab au moment de son installation à Cordoue où il fonda une école destinée à l'enseignement des règles du chant. Parmi ses disciples figuraient, en premier plan, ses enfants et des jeunes femmes venant de différents coins de l'Andalousie.

D'autre part, l'Andalousie a connu un grand essor concernant les multiples femmes musiciennes et poètes en Andalousie, dont des artistes d'origine orientale telle Al Ajfaee, Fadl et Kamar, puis celles d'origine andalouse comme Kalam, Jijane, Tarab, Hofna Al Amiriya, Hind et Sarah Al Halabiya.

Outre les chanteuses esclaves que nous venons de citer, l'Andalousie a aussi connu des femmes de la grande société qui pratiquaient le chant et la poésie avec beaucoup d'adresse dont Ouallada Fiffe du Calife Al Mustakfi.

Concernant la deuxième partie de son intervention, celle-ci a visé à exposer, à partir des poèmes insérés dans le recueil d'El Haik, l'image de la femme, son aspect et son comportement en tant que sujet d'amour dans les poèmes cités et dont chaque partie fut illustrée par l'Orchestre de l'Association de la Renaissance de la Musique Andalouse
de Meknes.


extrait sur le web.





Re: LA MUSIQUE ANDALOUSE PAR LE DR.RBATI EL ANDALUZ
24 avril 2008, 08:17
UN CHEF D'OUVRE DE L'ART ARABO-MORISCO-ANDALOU A MEKNES

DAR JAMAI ou JAM3I ( il a un jumeau du même nom à fes).


EL ANDALUZ
Pièces jointes:
RBA MKN.jpg
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2021 - DAFINA - All Rights Reserved