Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Contes en jud?o-arabe

Envoyé par david bensoussan 
Re: Contes en jud?o-arabe
26 mai 2010, 01:42
DE LA PART DE DAVID BENSOUSSAN
Elskwila dzenka
Mishael Yams


Ana ras ganga. Kelomar, smek, dihayno, ras kasha dimat t’allem hta haza di feha si feyda. Kaloli bas nmsi lTalmoud Tora. Msit! Dowroni bin Rbi Yossef Der’i, Rbi Merdkhai Bensabat, Rbi Ms’eud Yflah oRbi Ya’kob Chriqui. Behq frassi kont tankhemmem ghir kif enmsi onserk si macla felkoma deltaht. Melhit keunt zi’ane bzaf. Tsemeumni «’am haarets» o‘amelt shehehiyano m’a saout olfalaka kel nhar.

Behq fla’ssiya, mnora ditqadat skwela omnora sla, rza’t za’ma hakham gadol. Askeun fhalk? ykololi trabi. Leulad kano ylsko biya fhal reht lbsla felqa’ delqdra. Kano ybosso fidi wizriw mnoraya fhal elghnem okant en’almehom Tora:

Wayhi dibellawi,
olhmar tay selli, bssisit elbalia,
Dar boh elkhalia.

Ololad y’awzo dak elpassok m’a te’amim:

Wayhi mikes osfenz erkhess
Ana nakel wiyba tiykhelass
Rial ogers
Qentar dzbib oqentar delkermos
Omrat par’o labsa elbernous

Wayomer dara dara
Ola’ros tayqra elgmara
Wayomer Mikikito Mikikito
Ola’ros kayakel elbeskito.

Mhit elrbi yzbed bas ytiyyer elma, leulad kano yghouto:

Okam ‘Amalek otwal
Omed ido elbhar
Ossiyed hota khenza
Oswaha f’in sems okelha

Lhaftara kant hta hiya ldida:

We’ami telouim:
Tel’ouni elznanat,
Telqoni sb’a,
Ohda taqa, tkon omok hza..

Wiy’awdo had elpassok delhaftara:

Hna gadyin elJenaa
Sbna Rabbi Meussi kayikra
Fiydo qliyem delnkra
Zab ellah amino
Otora felsano
Bayidah obayidah
A Meussi bel liyheudi

On’arf elmsna olgmara fhal zit y’arf elftata:

Shnaim ohazim batalit
Oswab felt osopa deleft tkadit
Hada massi dyalk houwa diali
Hti mzyane,
Mahtiss ydeuz ‘alik tonobil.

Kel yom, kano nfiko bhadik Modé ani:

Esbah lik onbay’ a sidi Rbi
Elli biytina miytin
Osebhtina ‘ayssin…

Ot’almna lberakhot:

Baroukh motsi tapa qbel ma na’mlo lgifin,
‘Al hamahya otqelya mnora lmakla, Oshehakol derb okol dayza lkelhoum..

O’it sebt, ntfelaw bhakdak

Lekha dodi,
Yderbok belferdil
Likrat kala,
Yederbok belmqhla
Pene Shabat,
Yderbok besbat
Shamor wezakhor
Abo lhmar (lqra’) lakhor…

Ofsebt, mnora sla, keuna ntsenaw mol ferrane yzibna skhina, ‘amerha twil:

Haskhina zat
Zat belkemeul
Belker’a mzemra
Skeun za fiha
Barokh elmhbeul!

Sifer dsla diali frassi o’andi slawat del’am kelo. Keunna nbdaw nhar kppor ‘al lhen di lekha Éli:

Abyad liqda kppor bkri
Kppor hada wana nzri
Msit srit dzaza dzbat li bibi

Mssit festa orza’t festa
Hta kersi kbert fiha elherayta
Dzaza Tanya keltha elketta
Sibah laïl daz kppor mzyane

Msit ana ozit ana
Hta krsi tgheni fhal terboka
Dzaza libkat zatha skhana
Sibah lail daz kppor mzyane

Ofslihot, sla kunt thezz elsma:

Waya’abor
Was ‘amer kppor ta iji fadar?
Stok stok ya hakham
Matbzis bdabar
Hadenass hamorim gmorim ma y’arfo as makayn

Fen’ila dikppor keunt fhal lconductor dlorcestra:

El nora ‘alila
Tkeun ‘inik menfokha,
Besha’at hane’ila.

Mi el kamokha,
Tkon omok femhila,
Besha’at hane’ila.

Mnora sla, birkat halevana tbda:

Haliloyah hemra
Haliloyah khdra
Haliloyah sfra
Amine amine amine
Sila, sila sila

Melhit na’mlo tikoun hageshem fsoukkot, sta tenzel ‘alina belqentar okeunna ntsenaw adone ‘olam bas enkolo:

A sta tata tata
Awlidat elherrata
Elm’alem bouskri
Tah fel bir ka izri

Omnora ska, keunna nzeum’o elkseb mendior bas na’mlo el’affia diTabrianeut fhal dilag ba’omer. Ongheniw btaselhit:

A Tamzgraneut n rabbi
Str igran a tgwizin
And issoutl ousgass

Onterzmoha haqdak:

Ya Tabrianeut dellah
Hder ‘ala fdanna obhaymna
Hta sof el’am

Mnora mankemlo, nkolo btaselhit:

A Tamzgraneut n rabbi
Smatr tarma mn’a
Snou sirdn de tumzin
Sagoug mn gign’a imxarn
D’iyarasn d’Imekhzen

Dehayeno:
Ya tamzargeut dellah
Bark oladna
Tiyyeb elkemh os’ir
Fqna men sarkine omelmkhzen

Elkrada dipourim keunt jemaa dialna, afilou msat ‘and elqwartiya dityla’bo kel merra wiykolo: bwahed, zeuz omissa: kemo cheneemar:

El fleus d’Eikha ol fleus di Mikamokha ma fiheum brakha.

Ofpissah qono ngheniw:

Halahma ‘ania,
Odzaza ‘amia
Olfqrone ‘awar
Msa izib skhina tke’wor

Ot’aqelt bdik recitation mtowla di had gadia:

Wahd zdiwa, wahd zdiwa, dizabli baba, bzeuz delgers

Onkemlo belghania di hayba sellom Onkadiw belghenia:

Nbda belwahed, Wahed houwa ellah, Hbib llah Eliyaho…

Ofelmimouna, keunna ntkhlo eldior onsiyho:

A Lala Mimouna
Fetouha safdona
Eldar elkhir bghina nmsiw!
A lala Mimouna
Mbarka ms’euda
Yambark Ya Ms’eud
Ya derrab elqitra ol’eud

Bin Pissah lsabo’ot kan zmane dipirke abot ohna nbdaw la’bat delkora onqolo:

Moche kibel kora misinaï
O’taha liyhochoua’
Wiyhochoua’ el zkenim…

Melhit qona nzoro fait Bayod, kenna tfdaw bhadik:

Ahia Rebbi yismeh felila….
Bzkhout sadikim la’zaz

Omnora si lgiymat delmahia, na’mlo toast:

Zkhouto tkeun m’ana
Hna wiysrael khwana
Hodou ladonai ki tob
Ki le’olam hasdo…

Odik elghenia twila bzaf:

Menjdida l’Azemmour
Wana ‘ala rzliya
Wana ‘ala rzliya
Onzoro Rbi Braham
Olhaza mqdiya
Ana Adonaï Ana Adonaï
Sidi Bar Yohaï

Mnasfi hta lMtel
Wana ‘ala rzliya
Onzoro Rbi Haron
Olhaza mqdiya
Ana Adonaï Ana Adonaï
Sidi Bar Yohaï

Menswira l’ayt Bayod
Wana ‘ala rzliya
Onzoro Rbi Nsim
Olhaza mqdiya
Ana Adonaï Ana Adonaï
Sidi Bar Yohaï…

Fsabou’ot enl’ab m’a lma del bir wengheni:

Sabou’ot a sidna,
‘Attina ‘awaydna!
Had dar ama ‘alaha
Yi’iss meulaha
Tajer Ms’eud a sidna
‘Attina ‘awaydna!

Fsefa, keunt felbhar ona’mel hnak dak saut de msieur Moto, hadik sklayba di ya’mel Peter Lor fsilima. Hta wahi maqders yghelbni melit ‘amelt sklayba double fha ltiyara del harb. Keunt fhal lweld!
Sa’a daba kaloli bas nmsi nt’alem elfrances. Obdit m’a l’alphabet:

Sopa di batata A,A,A
Tiyakloha trabi B, B, B, …

Swisso Ben Paloma A, A, A
Derbih Rbi B, B, B
Heress ‘alih kersi C, C, C
As hadsi Awdi, A, B, C, D

Asenkolk awdi! ‘atawni tazz delhmar fdik skwila belheq bzaf dlolad t’almo ‘andi dak l’ABC. Tferkni bhadik, dit’alemt ‘ala loha m’amra bdok elkouakht melskine bel ‘alk delfarina omkteubine bsmagh:

Taw holam To
Res Qames, Ra
Tora m’a elhé, Torah

Mem holem, Mo
Sin sereh sé
Mosé m’al hé, Mossé

Omhit zat sa’a delrecreation, kounna nla’bo «À delivrer!» oqbel mendkhlo nghiyto:

Iya pas de Comera
Ya sardina
Iya pas de sardina
Ya lkabina!

Dok elfrancis, zaw bla ‘arda ogulseuna ‘ala qerda. Obzaf dlihoud bdaw ybano mzouwkin melberra bhadak elfrancis elmerka’. Kalolna bass hna man’arfo walo obdaw yrbiwna.

Jadis la France s’appelait la Gaule Izik elghol
et nos ancêtres les Gaulois
Iitzik ghelba!

Ot’amlana dik recitation La Cigale y la formi dLa’wina

J'y conni one cigale qui tojor y rigole
Y chante, y fir la noce, y rire comme one folle…

Olsba’ otbana:

Vatan, inn al oualdik, bogri di salopri!
Ci comm'ça qui parli, afic on' pitit' moche
La Lion di l'Atlas. «Ji ti touill' si t'abroche,
Ispic di grand salti. L'argeann' ti m'la tot'pris.

Omdarba delSid:

La honte, à la fugure, elle me monte.
Faut que je vas khsel l'injure et nmsah l’affront…

Ozat dik t’alma ‘ala zandarc mkewha matrabass. elmalik lwi sta’s dimsa kapara mathders. Mnora dak oraw lana hadak diteylbess lfaltita m’a l’araba ‘ala rasso ou ‘ando hta sapo m’ouwez houwa Napoleon. Odak Hna ma’arfna mel frança ghir di bas tkhlaw mel lalimane hta tahelhom serwalhom. Olihoud kano ygheniw:

Fleil larba’, tank igerba’,
Hitler mkhba, derbo ya moulana!

Omnora dak tahtelhom elgana mhit elmaricane ghelbo ‘alehom. Ohna keunna nzerriw mnorahom ongheniw:

Za lmaricane,
kal houki houki (OK)
Komonobyby (Come on and Bye Bye)!.

Omnora ma sawdo dik elbomba, konna ngheniw:

Ça c’est la bombe atomic
Ç’est pas du trafic
Ç’est une chose de magnific
Ça vient d’Améric!

Odok la’skar elfrancess ghiaro bzaf bihoum, belchwingum, osklada olgaro dialhoum wiygheniw:

Nous les pommés,
Nous ne sommes pas aimés!
La tenue française, ça fait moche!
On n’a pas de pèse dans les poches!
Allons voir Johnny!…

Ofskwila bghao i’almeulna thsabat fhal ila bghina bas enhsbo nzeum. Wana nqolkem bas kemmar fhali ma keins felblad. Kolt elmaitre bas il’ab m’aya ronda. Mnora zoz delminoto ma’arfts ila ydhak ola ybki. Kalli: ‘Alas endhok? Mabkali ‘alass! Ma’andi matsalelk ya ben lkemmar lakhor! Limit? Mabkalos gers bas il’ab! ‘arrito Ouhida bohida! Houwa daba ymsi wisbar felbola dikhemsine. ‘Alass nhdaz dik jiometri otrigonometri oza’etarmetri? Ana hdazt dak talk erass? Ila hti ta’mel bi’osra, ‘inik mizank. Khemmem, ‘alas waymta yghla zra’, dber rask, ohdi rask, kewen osket oderb matderb lfleus!

Behk ma kans ‘andi sbar eldik elgramer. Ana ntkellak onfouah hta lein. La’do diali hiya lgramer. Kalo lsahbi iya’mel elconjugaison del mot ohowa ykeul:

Je meurs bar minane,
Tu meurs incha’allah,
Il meurt layrhmo..

Mhit sksani lm’alem bas na’mel l’analyse grammaticale, fiqt oqeltlo:
Je printemps, tu printemps, il printemps…

Bda lmaitre dlalliance yzri ‘aliya oqoltlo:

As‘abbani ozabni fdik elflawka dskwila lmskodra?
Yn’al lbabor lizab dok elmshaf dimasaws belgha lbalia!
Derb Z’af obaraka!

Daba ana nfhem ‘alass lgramer wa’ra: khasha elghenia. Felmellah kant ‘andna ghenia. Ma yhbos ifhmo dok elfrances bas ana n’arf asen’arf belghnawat obt’awda delpassok. Bla hem wala hmam! Hti lpermis?

Yadayim bagidane weraglayim bapidale
Wila barnminane ‘amelti axidan ‘assor ‘al lfrane!

Fhemti?

Odok elfrances may’afo had eltecnic ghir bas yt’almo dik table delmultiplication:

defwain 2 defwade 4 defwatrwa 6…

Kaloli bas skwila hiya fhal kneuz. As had khsara! ‘ayit dghya biha! Kbert omsit nt’alem sen’a. Oma nsit di ‘almloni fTalmoud Torah. Manthiaf ‘ala di ma’andiss, mankheliss l’a’wor ti’atter, marbeht fleussi btsalfat, mswa disdaka ‘aziza ‘aliya, makelts elhram o’atit elkabod lima olboya diali okent ‘ala khatri. Mnora sen’a, msit fdak el lycee di Francis. Douazt el bac omsit fluniversita odaba ana maestro. Talmidim diali mgendrin otantwahs dok liyamat dshabab olhoriya. Otansma’ frassi dok tlamadat dizman:

Wayhi mikes osfenz erkhes,
Wana nakel oyba tay khelas.
Waydaber teh fel bir,
Bzkhout Iba lkbir”…

Yahsra dok liyam!
Re: Contes en jud?o-arabe
26 mai 2010, 01:53
DE LA PART DE DAVID BENSOUSSAN
Traduction
L’école des cancres
Mishael Yams


J’ai la tête dure. C’est-à-dire, bouchée à l’Emery. Incapable d’apprendre quoique ce soit de fortiche. On m’a dit de me pointer au Talmud Thora. J’y suis allé. On m’a entouré de rabbins: Jossef Dery, Mardochée Bensabat, Messod Yflah et Jacob Chriqui. Mais ma caboche n’était pas aux études, car elle se triturait à concevoir moult plans pour chiper de la boustifaille de la cantine de l’étage du dessous. Car j’avais toujours la graille. On m’a appelé le plébien et j’ai étrenné le fouet et la fallaqa chaque jour!

Mais le soir, après l’école et la prière, je devenais un grand rabbin pour mes ouailles. Qui est aussi fortiche que toi, de me demander les moufflets? Ils se collaient à moi. Ils me baisaient le revers de la pince et couraient derrière moi tel le troupeau de Panurge alors que je leur enseignais la Thora:

C’était au temps des vieilleries.
L’âne priait dans son vieux talit.
Dans la baraque dévastée de son dabe.

Et les gavroches poursuivaient avec ce verset cantilé de la Parasha:

Sept ans après cette ère,
Le beignet était peuchère
Moi je bouffe et mon père casque
Un Rial puis un sou.
Des raisins et des figues à la pelle
Pour la bourgeoise de Pharaon qui porte le burnous

Puis il dit dara dara
Et le futur lit la Gemara
Et il dit Mikikiti Mikikito.
Et le futur se farcit de gâteaux

Quand l’prof sortait au ptit coin, on chahutait ainsi:

Amalek s’est hissé et s’est corsé
Il s’est trempé la louche dans la grande tasse
Il a chopé un poiscaille dégueulasse
Qu’un coup de soleil a grillé et il s’en est bourré.

La Haftara m’était bonasse:

Mes chums sont accros:
Ils m’ont fait monter aux nuées
Les lions m’ont plaqué
Que ta mère devant la fnêt
Fasse du vent quand elle …

Et ils ânonnaient ce verset de la Haftara:

Nous sommes allés au Paradis
On y trouva Moïse bouquinant
Dans sa paluche un calame d’argent
Dieu a amené son allié
La Thora dans son râtelier
Un œuf puis un œuf
Pour Moïse le juif.

Et j’étais imbibé de Mishna et de Gemara comme de la mie imprégnée d’huile:

Deux personnes se chicanaient à propos d’un châle
La politesse s’estompa et la soupe de navet s’épuisa.
Ceci n’est point à tézigue, c’est à mézigue.
Tu veux c’est bath, sinon, qu’une tire t’emboutisse.

Chaque jour, on se réveillait avec Modé ani:

Nous te rendons grâce Ô Meg des Megs
Qui nous a chloroformé quelques plombes
Et nous a rallumés bien allant…

On nous inculqua les berakhot pour le pinard, les biscuits et tutti frutti:

Béni celui qui fait sortir le bouchon itou
Béni soit-il pour la mahia et les ragoûts
Béni soit-il et engloutis tout.

La veille du Sabbat, on s’tordait avec:

À toi coco,
Qu’on t’assène d’un flingot
Vers ta cocotte,
Qu’on t’allonge d’un colt
Pour ta bouille du sabbat
Qu’on te rosse d’une savate
Souviens-toi et n’oublie pas
Tronche d’âne pelé à ras.

Le samedi, après la sainte jactance à la choule, nous rongions notre frein à mirer le mitron porteur de la fumante shkhina qui s’fait tant désirer

Elle a aboulé
Avec du cummin
Du jarret brasillé
Qui s’y planque?
Baroukh le schlingue!

Le recueil de culte qui gite dans mon disque mou incorpore les hymnes de l’année. Depuis Kippour sur la musiquette de Lékha Éli:

Heureux qui achève kippour à la sauvette
C’est kippour et j’ai pris la poudre d’escampette
J’ai acheté dinde au lieu d’une poulette

J’suis parti sans pépin, j’suis revenu alors qu’il mouille
Mon estome a enflé comme une citrouille
Minou se gava de la seconde poule
Dieu merci, Kippour s’passe bien.

J’suis parti et suis r’venu en fanfare
Mon estome jouait de la guitare
Le délire emporta la dernière poule sans crier gare
Dieu merci, Kippour s’passe bien.

Durant les selihoth, l’effervescence régnait dans la choule:

Et Il s’est barré dare-dare
Kippour peut-il survenir en Adar?
Ferme-là le zouave saint
Ne radote pas en vain.
Ces bonnets d’âne n’y pigeront rien.

J’étais le conducteur d’orchestre durant la Néila

Au nom du terrible dabe de l’au-delà,
Que t’aie un œil au beurre noir tout tralala
En ce soir de Néila.

Au nom de l’ineffable,
Que ta mère accouche et crie O là là
En ce soir de Néila.

Puis on bénissait l’astre nocturne:

Merci mon Dieu! Il est rougeâtre
Merci mon Dieu! Il est vert
Merci mon Dieu! Il est jaunâtre
Amen, bis et ter.

À Soukkot, au moment de bénir la nouvelle saison qui caille, les nues pleuvassaient sur nous à grands seaux. Nous attendions Adon Olam pour entamer la rangaine:

Tatata tatatatata tutu!
Pour les mômes champêtres
En courant, Bouskri le maître
Dans l’fin fond du puisard a chu.

Puis, après Soukkot, on faisait l’tour du quartier pour démonter les cabanes et ramasser les bois pour le bûcher de Tabrianeut, tout comme à Lag Ba’omer. On s’égosillait en chleuh:

A Tamzgraneut n rabbi
Str igran a tgwizin
And issoutl ousgass

Ce qui se déchiffre comme suit:

Tabrianeut divin
Protège nos hôtes et nos ovins
Jusqu’à l’été prochain

Puis on reprenait en chleuh:

A Tamzgraneut n rabbi
Smatr tarma mn’a
Snou sirdn de tumzin
Sagoug mn gign’a imxarn
D’iyarasn d’Imekhzen

C’t’à dire:
Divin Ttamzargeut sacré
Bénis nos gosses et nos bébés
Sois prodigue en orge et en blé
Et sauve-nous des arnaqueurs du Makhzen

La krada de Pourim, on en faisait notre foire, même si on se faisait escroquer par des pros aux cartes qui raflaient la mise en débitant: Et d’un et de deux, tapis! Fatalitas!

Il n’y a pas de veine avec les ronds d’Eikha
Ni d’aubaine avec ceux de Mikamokha

À la Pâque, on cantilait:

Ce pain de galérien,
Si la caille n’y voit pas bien
La tortue, elle n’y voit rien
Qui avec la skhina s’en vient
Y zyeutera encore moins.

Il me souvient de la rengaine de had gadia:

La biquette, la biquette, que mon dabe m’avait casqué pour deux sous…

Suivaient les couplets du Compère Salom, puis ceux de:

Y en a un, y a un Dieu, et Élie est son chouchou…

À la Mimouna, on se pointait dans les bahuts en clamant:

A Lala Mimouna
Aboulez la prospérité
Allons aux maisons huppées.
A Lala Mimouna
Ms’euda est vernie
Ms’eud est veinard
Martelons elqitra ol’eud

Entre la Pâque et la Pentecôte, c’était le foot du Traité des vioques:

Moïse reçut le ballon au Sinaï
Il fit une passe à Josué
Qui le renvoya aux Anciens
Qui le transmirent aux mecs des grands gradins…

En pèlerinage à Aït Bayod, on se régalait avec:

Xcuses Seigneur pour cette nuit…
Au nom des potes sympas

Après quelques lampées d’eau de vie, on toastait:

Que Son mérite nous chaperonne
À nous et à nos frangins d’Israël
Tirez-lui votre chapeau
Car chic sont ses atours
Car ses mamours durent toujours.

Ou encore, on poussait des dizaines de couplets de la chansonnette:

D’El Jadida à Azemour,
J’trottine sur mes panards
J’invoque Rbi Braham
Ce qui botte bien
Ô Dieu, Sidi Bar Yohaï

De Safi à Mtel
J’trottine sur mes panards
J’invoque Rbi Haron
Ce qui botte bien
Ô Dieu, Sidi Bar Yohaï

De Mogador à Aït Bayod
J’trottine sur mes panards
J’invoque Rbi Nsim
Ce qui botte bien
Ô Dieu, Sidi Bar Yohaï…

À la Pentecôte, on s’balançait d’la flotte en braillant:

Sabou’oth notre sire
Ne nous laisse pas dans la cire
Donne-nous de tes biens
Ce qui nous revient
Voilà la maisonnette
Que vive son propriétaire
Maître Messod ne nous laisse pas en l’air
Donne-nous notre salaire

En été, je faisais des sauts de Monsieur Moto sur la plage et les cabrioles comme Peter Lord au cinéma. Personne ne pouvait imiter ma double culbute aérienne excepté les coucous de l’aéronavale. J’étais un héros.
Puis on m’a envoyé à l’école françaouie, pour y apprendre l’abécédé:

Un jour la troupe campa A A A
La pluie s’mit à tomber B B B…

J’ai revêtu le bonnet d’âne plus d’une fois, mais c’est grâce à moi que beaucoup ont appris l’ABC. Avant cela, nous avions des tablettes de bois avec des feuilles encrées appliquées à la colle de farine sur lesquelles on serinait:

T et O To
R et a Ra
Tora et h Torah

M et o Mo
Sh et é Shé
Moshé et h Mosheh

Au moment de la récréation on jouait "À délivrer!" et on se mettait en rang en chantant:

Iya pas de Comera
Ya sardina
Iya pas de sardina
Ya lkabina!

Les Hexagonaux se sont campés chez nous et beaucoup parmi nous se mirent à jaser à la française. On nous a pris pour des têtes creuses qu’il fallait farcir:

Jadis la France s’appelait la Gaule
Que t’emportent les Ghouls
Et nos ancêtres les Gaulois
Que t’emportent les oies!

Nous pataouétions ça et là en singeant la Fontaine:

J'y conni one cigale qui tojor y rigole
Y chante, y fir la noce, y rire comme one folle…

Ou:

Vatan, inn al oualdik, bogri di salopri!
Ci comm'ça qui parli, afic on' pitit' moche
La Lion di l'Atlas. «Ji ti touill' si t'abroche,
Ispic di grand salti. L'argeann' ti m'la tot'pris.

Sans oublier Le Cid:

La hshouma, à la bouille, elle me monte.
Faut que je vas décrotter l'injure et torcher l’affront…

On a étudié Jeanne D’Arc la pôvre. Et le malheureux roi Louis XVI parti en expiation, Dieu préserve. Et aussi celui qui met la djellaba avec des lauriers sur la tête et aussi un chapeau biscornu, Napoléon. Nous savions de la France qu’elle s’était fait prendre par les Boches le froc baissé. Et on chantonnait:

Le mercredi, le tank s’enroue,
Hitler se cache, applatis-lui la gueule Moulana!

Puis les Amerloques tinrent le haut du pavé. On leur courait après en chantant:

L’amerloque est arrivé
Il dit OK, OK
Salut et Bye Bye!

Après que les Amerloques aient lâché leur bombinette, on exultait:

Ça c’est la bombe atomic
Ç’est pas du trafic
Ç’est une chose de magnific
Ça vient d’Améric!

Quant aux bidasses de l’armée française, ils ne pouvaient concurrencer les Yankees en chewing gum, en chocolats et en clopes. Ils chialaient:

Nous les pommés,
Nous ne sommes pas aimés!
La tenue française, ça fait moche!
On n’a pas de pèse dans les poches!
Allons voir Johnny!…

On nous nous fit turbiner le calcul comme s’il s’agissait de dénombrer les étoiles. Basta! Un joueur de ronda comme moi, y en a pas deux. J’ai invité le prof à un match. En moins de deux, il roulait des yeux désorbités. À ne plus savoir s’il fallait s’poirer à s’fendre la gueule ou en chialer à s’en gondoler. Il me dit: ‘Pourquoi je me marrerais? J’radine pas, j’suis lessivé! Bravo, petit bandit! La vérité? Il n’avait plus un traître rond pour jouer! j’l’avais déplumé fissa et il était kékse! Qu’avais-je à faire du casse-tête que sont la géo, la trigo et la zozométrie? Pour bûcher dans le négoce, tout est question de timing. Juge à vue de naze: À quand s’attendre à la plus-value du prix du blé? Manie-toi, fais gaffe et empoche l’oseille!

La grammaire était ma bête noire. J’y baillais aux corneilles. Quelle poisse! On demanda à mon voisin de conjuguer clamser et il rétorqua:

J’prends la tangente Dieu préserve,
Tu crèves Incha’allah,
Il passe l’arme à gauche, Dieu ait son âme.

Réveillé pour faire l’analyse grammaticale, je déballai:

Je printemps, tu printemps, il printemps…

Le prof se mit à m’courir après et j’lui lâchai:

Qu’ai-je à foutre de cette galère réale?
La peste soit du navire qui nous a refilé cette cabale
Ces boniments crado qui valent que dalle,
J’en ai rien à cirer! Faut pas charrier!

J’pige mainant pourquoi la grammaire est si raide: elle manque de musicalité. Au Mellah, on rossignolait pour chaque chose. Ces Françaouis veulent pas piger que j’sais cqu’je sais grâce aux rimailleries et aux rabâchages. Sans m’faire du mourron! Veux-tu un permis pour piloter une bécane?

Les paluches sur le guidon et les guiboles sur les pédales
Et si par manqué de pot tu te ramasses, pèse sur le frein!

Tu piges?

Les Françaouis ne savent pas cette technique sauf pour apprendre la table de multiplication:

defwain 2 defwade 4 defwatrwa 6…

On m’a dit que l’école était une cage dorée. M’en dites pas tant! Je sature rapido! J’ai grandi et ai bouloté. J’ai jamais oublié le baratin du Talmud Torah. J’envie pas ce que j’n’ai pas, j’ai pas fait de croche-pied à l’aveugle, j’m’suis pas enrichi en banquant les fauchés, j’ai mis ma pièce devant l’obole tendue sans rechigner, j’ai pas bouffé d’boudin, j’étais dévoué à la mater et au pater et j’étais bienheureux. Le bachot et la fac ont suivi et mainant j’suis une grosse légume. Mes étudiants sont crâneurs et étriqués et j’languis les temps de jeunesse et d’insouciance. J’prends mon pied en me remémorant les leçons d’antan:

Sept ans après cette ère
Le beignet était peuchère
Moi je bouffe et mon père casque
Puis il dit, plante-toi dans l’puisard
Graciosité du Grand Dabe…

C’était l’bon temps!

NB: Merci à Nessim Sibony dont l’bouquin L’enfance juive au Maroc a pistonné quelques souvenirs
[www.editionsdulys.com]

Re: Contes en jud?o-arabe
26 mai 2010, 05:34
vraiment david excellent c'est bien de chez nous sa
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2023 - DAFINA - All Rights Reserved