Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT, discution, photos, temoignages.....etc...

Envoyé par royrol 
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
04 octobre 2014, 01:20
Suite...
Guy,
Remplis toi de sfinjs,ici en médina c'est les meilleurs,



Tu longes les remparts de la médina de Rabat et tu arrives ici à l'intersection qui descend vers le bou-regreg.



Tu continues et tu arrives sur les marches des Oudayas.



Pas besoin de te dire va à la médina de Rabat sentir les odeurs de menthe fraiche, des épices et du jasmin.



Si tu rencontres Charles Aznavour, ne pleure pas...il va te chanter sa chanson : NON JE N'AI RIEN OUBLIE.



Comme moi.



A suivre...

roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
04 octobre 2014, 01:38
Suite,
Guy,

Direction Rabat.



Au café des Oudayas va manger des cornes de gazelle, c'est leur spécialité.



Si tu cherches une rue ou un quartier,

C'est bien triste, on a changé tous les noms des rues de la ville vers les années 70.
Pourquoi ?
J'ai quitté ma ville de Rabat en 1967.
Plus tard en voyage, j'ai cherché ma rue, mon quartier, mes coins, mes repaires.
J'ai tout retrouvé, sauf le nom des rues.
La rue qui m'a vu naitre s'appelait :
autrefois la rue Henri Popp,
aujourd'hui c'est l'avenue Moulay Ismail.
rue du Capitaine Petit Jean.....rue Abdel Moumen.
rue de Marseille.....rue Dar Al Bayda.
rue de Bordeaux.....rue Melilya.
rue de Grenoble.....rue Al Hoceima.
rue du Chellah.....avenue du Chellah.
rue de Lyon.....rue Laqsar Lakbir.
Remarquez que c'est beaucoup de noms de villes françaises.


Pas trés loin le jardin triangle des vues , le centre ville , l’église Saint Pierre , L’Agdal , le quartier de l’Océan , les Oudayas , les Portes et les Murailles, Salé, Le Chellah , La Medina , le Mellah , le Palais Royal, le ciel, le soleil, la mer.
Voici d'autres noms de rues changés...
rue de Lyon.....rue Laqsar Lakbir.
rue du Chellah.....avenue du Chellah.
rues de Valence et d'Avignon.....rue Al Adarissa.
rue de Perpignan.....rue Aknoul.
rue de Barcelone.....rue Sebta.
rue de Grenade.....rue Boured.
rue Jeanne Dieulafoy.....rue Al Mouwahidine.
rue de Messine.....rue Al Brouj.
rue de Pau.....rue Qcaiba.
(c'est mon école primaire qui se trouvait ici. Ecole de Pau que j'ai fréquenté de 1955 à 1960)
rue de Séville.....rue Ar-rich.
rue de Malaga.....rue Mahdina.
rue des Almohades.....rue Asila.
rue de Rouen.....rue Al Mariniyene.
rue du Lanquedoc.....rue Al Mourabitine.
rue de Madrid.....rue Chaouen.
rue de Volubilis.....rue Al Akbar.
Bd du Bou-Regreg.....Avenue Mohammed Lyazidi.
Bd Théodore Steeg.....Avenue Ar-Rahba.
rue du SEbou.....rue Idriss Al Azhar.
rue de Taza.....rue Taza.
Bd de la Tour Hassan.....avenue Saw Maat Hassan.
rue de la Marne.....rue Patrice Lemumba.
rue Vollenhouen.....rue Moulay Rachid.
rue de Versailles.....rue Mouhamadia.
rue de Nancy.....rue Marj.
rue de Rouen.....rue Al Mariniyene.
rue de Oujda.....rue Oujda.
rue de Sefrou.....rue Sefrou.
rue de Tunis.....rue Touns.
rue de Ouezzane.....rue Ouazzane.
rue de Nice.....rue Zagorh.
rue de Bayonne.....rue Tafraout.
Vous, anciens de Rabat.....vous avez retrouvé votre ancienne rue.

A suivre.

roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
04 octobre 2014, 02:04
Guy,
je te parlai de la chanson d'Aznavour, la voila, clique sur ce lien:







Si tu trouves quelques bouteilles de mahia, garde m'en une.



Prend un taxi bleu, il te fera revisiter Rabat.



En passant par le jour et nuit, n'y va pas la nuit, c'est mort.

Petite blague:

C'est un gars qui accoste un taxi, il demande:Il y a t-il des frais pour une valise.

Le gars répond:C'est gratuit.

Combien pour un aller pour l'aéroport?

L'autre répond 35Dh .

Alors le gars lui dit je vais prendre le bus jusqu'a l'aéroport et venez me la porter pour 2H.

Ne cherche pas des gamins pour te cirer les pompes, ils ont tous grandi.



Ne vas pas à la plage de Salé à la paillotte des Ruimy, elle n'existe plus.



Cherche pas à écouter des chansons de rock d'Elvis dans les rues et chez les commerçants, c'est fini.



Si tu cherches Soly, elle est peut-être cachée derrière un pilier de la tour Hassan.




Et n'oublie pas qu'à chaque coin de rue, il y a de la misère et des mendiants, alors laisse une pièce.



A suivre.

roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
04 octobre 2014, 02:41
Suite.
Ce marchand se trouvait tous les jours à l'entrée du jardin Triangle de Vue à Rabat, en face de l'immeuble Mondoloni et de la rue du Capitaine Petit Jean. Années 50 et début 60.
Le marchand transportait ses oublies, petits gâteaux type gaufrettes très fragiles en faisant tourner dans une main une petite planchette avec une poignée qu'il agitait et qui faisait clac clac clac...



Voici les fameuses gaufrettes et j'en ai encore le goût à la bouche.

Donc si vous passez vous les habitants de Rabat à l'entrée du jardin Triangle de Vue à Rabat, en face de l'immeuble Mondoloni et de la rue du Capitaine Petit Jean, prenez une photo.
Mais hélas ce petit marchand n'existe plus.

On ne verra plus Burt Lancaster dans les westerns au cinéma Vox de notre enfance.



On ne verra plus non plus au cinéma Vox et au Royal de notre enfance la charmante ouvreuse.



On ne verra plus Elvis dans les westerns au cinéma Vox de notre enfance.



On ne verra plus Gary Cooper dans les westerns au cinéma Vox de notre enfance.



On ne verra plus le film des 7 mercenaires dans les westerns au cinéma Vox de notre enfance.



A suivre.

roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
04 octobre 2014, 03:52
Guy, en cherchant bien dans les rues de Rabat, tu trouveras ce marchand de jabane.



Et puis ne cherche plus tes souvenirs d'enfance, on l'a en nous, c'est notre nostalgie de chacun.
Suit ton chemin dans les rues, les ruelles, les quartiers...
Si tu entends un sifflement derrière toi et que tu suis des rails de chemins de fer, retourne-toi c'est un tramway.
C'est nouveau depuis pas longtemps.Fais un grand tour.



Alors je te dis Guy, profite de tes 70 ans à Rabat.
Ne cherche pas SM Mohamed V et SM Hassan II, il y a un nouveau roi qu'on a pas connu à notre époque.

roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
07 octobre 2014, 01:17
Ou est passé notre lieu de rendez-vous à l'agdal de Rabat.
Très souvent notre lieu de rendez-vous le samedi à 14 heures précise, c'était rendez-vous devant l'église Notre Dame Des Anges
de l'agdal à Rabat avec tous les copains.C'était les années 63-64-65.
Nous avions 15-16-17 ans et on se retrouvait tous ici avec notre vélo, notre mobylette et moto là-devant.
Nous étions des copains du collège des Orangers, du lycée At Tadily et autres pour se rencontrer et bavarder.
Mais ce jour-là nous sommes en octobre 2009, j'avais rendez-vous avec mon passé, mes souvenirs, ma nostalgie de ma jeunesse.
J'avais encore une fois rendez-vous ce jour là avec du vide et des fantômes après ces 40 années d'absence.
Je pensais voir mes amis et rien n'y fait, personne n'est venu.
Que se passe-t-il ce jour là?
Je réalisais enfin que les années ont passé!
Je cherchai en vain ce quartier de l'agdal, tout à changé.
Je trouvais cette place Jeanne d'Arc dont le nom à changé.
Je cherchai l'église qui se trouvait là devant moi, non elle n'y est plus.
Je demande, où se trouve ce lieu de culte de christianisme, on me dit, Monsieur vous êtes en retard de
plusieurs années.
Effectivement elle était ici dans le prolongement de cette avenue Jeanne d'Arc devenue avenue Dadés.



C'était un quartier dans les années 50- 60-70 plutôt chic, européen, loin du centre de Rabat.
Il y a le lycée Descartes, l'école Paul Cézanne, et il y avait à l'époque ici toutes les familles, françaises, portugaises,
italiennes, yougoslaves, israélites, corses,espagnoles...



Déçu, très déçu ici devant moi un grand bâtiment, un centre commercial. Plus d'église mais du business.
Située au coeur du quartier de l'Agdal, à proximité de l'office du tourisme marocain, la galerie commerciale Kays
comprend plusieurs magasins de vêtements, de décoration, des parfumeries ...
Sacrifions des lieux saints pour du commerce.
Un lieu ancien où des fidèles venaient chaque jour pour prier.
Fini les baptêmes, communions, mariages et obsèques.
Fini les chants religieux que l'on entendait à l'extérieur.
Je pensais que le Maroc, le seul pays musulman protégeait tous les lieux de culte.
C'est vrai qu'aujourd'hui il n'y a presque plus de chrétiens, protestants et israélites ici.
Mais au centre de Rabat se trouve la cathédrale Saint Pierre qui est toujours en activité.



Rabat, place du Golan, une majestueuse construction élance ses deux tours en forme de minarets dans le ciel.

La cathédrale Saint Pierre de Rabat domine tous les édifices de ce quartier chic qui abrite la « Tour Hassan », le mausolée où reposent les Rois Mohammed V et Hassan II.

Le quartier de l'agdal à Rabat aujourd'hui:

C'est essentiellement le secteur de l'Agdal qui a connu ces dernières années une véritable transformation.

Quartier relié au centre par Bab Rouah, séparé des Orangers par l'avenue de la Victoire, des quartiers populaires de l'Akkari et de Yacoub par la voie ferrée, relié à l'Aviation par la voie rapide du Hilton, l'Agdal n'a pas véritablement de centre historique, mais il connaît une vitalité, certes essentiellement marchande, mais que peut lui jalouser le centre-ville de Rabat.

Le quartier bénéficie de la proximité du Jardin d'Essai et de la forêt du Hilton, donc de deux espaces verts importants. Il dispose de nombreux clubs sportifs, le stade marocain, le club de tennis et la piscine des Cheminots et de la REDAL, la salle omnisports de la place Bourgogne.

On y trouve l'important équipement de santé, l'hôpital Ibn Sina, la maternité, le CHU, l'Université, des écoles... De nouveaux ministères s'y sont installés. Ancienne zone villas passant à une zone d'immeubles, l'Agdal a réussi en partie sa transition. Dans les environs du lycée Descartes, des cafés et des enseignes ont vu le jour. Le café Paul est devenu un lieu de rendez-vous incontournable.

D'un côté, l'avenue Ibn Sina, avec quelques cafés et restaurants, « Le Trianon », « L'empreinte du temps »... De l'autre, l'avenue Fal Ould Oumeïr, épine dorsale hérissée de boutiques, de cafés et autres enseignes.

Fréquenté et apprécié par les lycéens, les étudiants et les populations de différentes catégories socioprofessionnelles, l'Agdal est considéré comme un nouveau centre urbain. Ce qui manque encore, comme dans la majorité des quartiers, c'est l'animation culturelle. Il y a quelques années, on a détruit sans état d'âme le beau cinéma de l'Agdal, on a rasé l'église et sa bibliothèque bien fournie pour construire un complexe de boutiques, « la Cité Kaïss », qui survit médiocrement avec quelques enseignes.

Cette place, qui fut l'un des noyaux vivants de l'Agdal, avec, dans son prolongement, la Place Bourgogne, est aujourd'hui passablement à l'abandon. Rien ne paraît pouvoir l'égayer. Le marché couvert existe toujours.

Bien achalandé, beaucoup viennent s'y approvisionner. Mais la place ne vit pas pour autant. C'est un des seuls endroits non attractifs du quartier. L'Agdal, avec son animation, son atmosphère mixte, peut-il supplanter le centre-ville?


Déçu, pas déçu, c'est le progrès qui est en route, je vais de ce pas voir le quartier où je suis né, la rue Henri Popp, la place Triangle de Vue, le jardin, la rue du Capitaine petit jean, et surtout le cinéma de mon enfance LE VOX.

Le fameux cinema VOX, cinema de la jeunesse de nos familles et qui s'appelait auparavant Cinema Variètés, endroit où tous les chanteurs Français célèbres des annees 30 et 40 y venaient chanter, comme Charles Aznavour, Charles Trénet et Gilbert Bécaud et devenant plus tard le Vox ,propriètaire Mr. Pagés,et qui nous passait les films à la demande unanime des habitants du quartier.

Est-il toujours debout, en vie ???
Je vous raconterai.



Photo ancienne du cinéma Vox à Rabat.


roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
07 octobre 2014, 03:26
RENDEZ-VOUS AVEC MON PASSE AU VOX A RABAT.


Commentaire de jean-pierre B (22/04/2012 12:38) :
Bonjour, j'ai vécu à Rabat de 60 à 66, la dernière année Mr Pagès était parti se faire soigner en France, son fils Bernard le remplaçait.
Je lui ai donné plusieurs fois un "coup de main" pour tenir la caisse du Cinéma le Samedi soir.
L'ambiance était très populaire, le guichet de vente des billets était installé dans une sorte de "cabane" en bois qui se déplaçait parfois sous la poussée de la foule...
-----
Ou est passé notre lieu de rendez-vous au cinéma Vox de Rabat.
Lors de mon voyage à Rabat en octobre 2009, j'ai revu ma Rue Henri Popp, renommé Moulay Ismaïl, là où je suis né et grandi. Rue, ville et pays que j'ai quitté en 1967.

Je cherchais le CINEMA VOX, le cinéma que je fréquentais dès mon plus jeune âge.

Je demande à un jeune, il ne sais pas et m'envoie à un vieux commerçant
et me montre avec sa canne les immeubles en face.
Où ?
En face.
Il a été détruit il y a 10 ans pour en faire ce groupe d'immeubles modernes.
Et je suis reparti malheureux.
A cette époque , années 50-60, on fréquentait notre cinéma de quartier LE VOX et qui
s’appelait auparavant Cinéma Variétés, endroit où tous les chanteurs Français célèbres des années 30 et 40 venaient chanter. Charles Aznavour, Gilbert Bécaut, Maurice Chevalier, Charles Trénait...

Petit cinéma et très bruyant . Les films étaient du genre westerns, Richard Widmark que j’admirais , John Wayne ,Burt Lancaster ,Gary Cooper…et les films de Jerry Lewis avec Dean Martin.Zoro.
Les films de Péplum avec le colosse de Rhodes, Spartacus ou Tarasboulba.
Emplacement du cinéma Vox aujourd'hui (photo).



Des paraboles qui remplacent l'ancien cinéma Vox.

Avant on allait au cinéma, aujourd'hui le cinéma vient à vous.
QUE SONT DEVENUS NOS CINEMAS D'AVANT ?
Démolis, abondonnés, fermés, oubliés.
Vous vous trouvez à Rabat, la capitale du royaume. Et l’envie soudaine vous prend d’apprécier un film sur grand écran !
Vous serez déçu, car la capitale ne compte plus que 2 salles de cinéma. Oui, deux salles pour une ville de près de 2 millions d’âmes !
Et pourtant, il fut un temps – pas si lointain – où chaque quartier de la ville avait son cinéma.
Alors, Rabat, où sont donc tes cinémas d’antan ?
Certains ont été tout simplement démolis, et remplacés par des immeubles, bien plus rentables, ou bien simplement abandonnés.
L’ AGDAL, salle mythique quand le quartier appartenait encore aux étudiants et aux intellectuels, a cédé la place à un immeuble d’habitation quelconque!
Le STAR, l’ABC, le VOX, cinémas populaires au public nombreux et enthousiaste, ont disparu également sous les attaques des marteaux piqueurs !


roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
09 octobre 2014, 06:15
RENDEZ-VOUS AVEC MON PASSE RUE HENRI POPP A RABAT.

Aujourd'hui j'avais rendez-vous avec mon passé dans la rue et le quartier qui m'a vu naitre, la rue Henri Popp, renommée Moulay Ismaïl.
Nous sommes en octobre 2009, depuis le mellah de Rabat entouré de ses hauts remparts, je suis en train de traverser cette rue Henri Popp que j'ai quitté en 1967.
Presque un demi siècle a passé.
Je redécouvre cette rue, la rue de mon enfance.
J'habitais avec mes parents, mon frère et mes deux soeurs ici, dans cette impasse du même nom.
Photo prise en 1953.



Photo prise en octobre 2009.



Depuis ce balcon enfant je me souviens.
Nous étions heureux ici dans notre enfance entouré des miens.



Dans les années 50-60 c'était une rue de terre où nous les enfants s'amusaient.


Voici une photo prise en 1959 lors de la bar-mizvah de mon frére Charles.
A droite le Rabin David Gabaï regarde notre logement au 1er étage.



De cette terrasse, nous avons une vue exceptionnelle sur la Tour Hassan.



Le logement qu’on occupait était au 1er étage à droite au fond de l’impasse.
On passait notre temps, avec mon frère et sœurs au balcon pour voir et discuter avec les copains de la rue.

Les jeux de notre enfance se résumaient ainsi:
les noyaux de dattes et d'abricots qu'on lançait dans un trou creusé à terre, le jeu de billes de toutes les couleurs, la toupie avec la ficelle, le jeu du ballon, qu’on lançait vers le mur en chantant, à la balle, jolie balle,au ballon, joli ballon.

Le jeu des osselets, les capsules de bouteilles,le jeu de la marelle, le marteau-ciseau: la feuille tombe dans le puits, le ciseau coupe la feuille, le marteau casse le ciseau, le marteau tombe dans le puits.

On récitait: il était une fois, un marchand de foie, qui vendait du foie, dans la ville de Foix, il se dit ma foi, c’est la dernière fois, que je vends du foie, dans la ville de Foix.

On jouait au jokari; à cache-cache; le saute mouton; au cerceau: on courait dans l‘impasse en poussant avec un bâton un très grand cerceau;
à l’élastique; aux osselets; on fabriquait des carrosses avec des planches et des gros roulements à billes et on descendaitles petites côtes de notre quartier en évitant les passants.

Les scoubidous: des carrés et des ronds , des courts et des longs, des bleus , des rouges , de toutes les couleurs.
Sacha Distel nous chantait: des pommes des poires et des scoubidous bidou ah.



Mes copains d'enfance lors de mon anniversaire à Rabat en 1958.
En haut et à gauche : alice aflalo, jacquy sabah , jacqueline azuèlos , rachel baruk, sonia assayag . dessous: raphaël baruk , daniel benharrosh , moi roland , ma soeur michèle la tête tournée , michel trojman , claude benharrosh , dessous: serge azuèlos , évelyne chichportiche ,michèle azuèlos , lucienne sabah , sam benharrosh , gabriel baruk , assayag , clarisse baruk.

Petit, pendant plusieurs années, j’invitais mes cousins, cousines et amis voisins de mon quartier pour fêter mon anniversaire.
Aujourd'hui je pense à ce petit monde.
Je ne verrai plus mes copains d'enfance,
je ne verrai plus les gnaouas, cette troupe de musiciens-acrobates qui venaient danser en bas,
je ne verrai plus ce groupe de fanfare qui venait nous annoncer l'arrivée du cirque Amar,
je ne verrai plus l'épicier Rhali du coin de ma rue,
je ne verrai plus jouer les enfants de ma rue avec leurs cris,
je ne verrai plus la boulangère Madame Barboza,
je n'irai plus au four à pain avec la bonne porter la dafina le vendredi,
je ne verrai plus les scouts partir en tournée depuis l'école Talmud Torah,
je n'entendrai plus les chants hébraïques sortir des fénêtres de l'école Talmudique à coté,
je n'entendrai plus les cloches de la cathédrale Saint Pierre, place Piétri,
je n'entendrai plus les muezzins des minarets de la ville,
je n'irai plus me promener au parvis de la tour Hassan et tourner autour des 400 piliers avec mes copains d'enfance,
je n'irai plus au cinéma Vox voir mes westerns préférés avec mes acteurs préférés, John Wayne, Richard Widmark et Gary Cooper,
je n'irai plus aux galeries lafayette à noël pour voir les nouveaux joujoux et poser pour la photo avec le père noël,



je ne jouerai plus avec mes jeux d'enfance,
je n'irai plus fréquenter ma plage de Rabat en traversant ma rue Henri Popp et longer le mellah pour y arriver.
Je suis né près de la mer, l'air marin coule dans mes veines.
Voila pourquoi je suis salé, alors que d'autres sont fades.
La plage, une chance pour moi.



En famille en 1955.
je n'irai plus acheter les sfinjs au fond du mellah le dimanche matin,
je n’entendrai plus les cris des marchands de chiffons, du vitrier, du remouleur, du vendeur de lait et de miel, etc...
je n'irai plus avec mon père le samedi pour la prière au mellah du rabi chalom zaoui,
je n'irai plus avec ma mère faire son marché le vendredi avant le chabbat,
je n'irai plus à l'école de la rue de Pau en primaire,
je ne verrai plus tous ces handicapés mentaux et physiques, des idiots, des débiles, des vagabonds, des ivrognes, des clochards, des sans abris, qui se baladaient en toute liberté.
je n'irai plus déguster une bonne glace gervais à la vanille à la Ibense chez Monsieur Ruimy,
je n'irai plus le samedi soir au restaurant chouaye de Mr Meyer où l'on y servait les meilleures grillades, boulettes, saucisses de foie et râtes farcies,
je n'irai plus au coin de ma rue chez l'épicier Rhali, c'est ici la première fois que j'ai bu mon premier coca cola, mon pepsi, mon judor et mon crush orange,



Rhali à l'époque en 1959



Rencontre avec Rhali en 2009

Il est à la retraite depuis 2013 à l'âge de 78 ans.

50 années après je retourne boire mon dernier coca cola et revoir ma rue, mon quartier et ma ville.
Ma tête commence à tourner dans tous les sens comme une boussole.
Je recherche des noms, des prénoms, des noms de familles qui ont habité ici comme moi.
Je regarde les boites aux lettres, aucun nom familier.
Mes copains étaient les enfants des familles:
Baruk ,
Tordjman ,
Assayag ,
Dahan ,
Sabah ,
Benaïm ,
Chichportiche ,
Polatchèque ,
Mechali ,
Attias ,
Aflalo ,
Mamane ,
Azuèlos ,
Abehsséra ,
Benitah ,
Benzaken, nous
et les Autres .

Aujourd’hui et depuis plus de 42 ans aucunes de ces familles n’y habitent.
Toutes ont quittés définitivement le Maroc pour d'autres horizons.

j'adore me souvenir de cette enfance passée dans cette rue.

La mémoire c'est quelque chose de miraculeux.


roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
10 octobre 2014, 00:47
Le prince Charles visite la Synagogue Aben Danan à Fez.

Début avril 2011, le Prince Charles, Prince de Galles et Prince Héritier du Royaume-Uni a visité, la synagogue Aben Danan de Fès , datant du 17e siècle et qui est classée, avec trois autres synagogues de Fès, comme «monuments historiques d'intérêt universel» par l'Unesco.





Le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles sont arrivés pour une visite de trois jours au Maroc. A Rabat, ils ont été accueillis par le prince Moulay Rachid du Maroc. Le couple princier s’est ensuite recueilli devant la tombe du roi Hassan II du Maroc. Le prince de Galles a eu différentes audiences notamment avec le roi Mohammed VI pendant que la duchesse visitait une école de Rabat.



Une coutume remontant au XVIIIe siècle aurait conduit à circoncire les membres actuels de la famille royale britannique.

L’information, peu connue en France, risque d’en surprendre plus d’un. Bien que de religion anglicane, la famille royale britannique aurait recours à la circoncision depuis au moins cent cinquante ans. D’où la question, qui reste entière pour William et Kate, de savoir s’ils perpétueront la coutume avec leur fils nouveau-né.

Les fils de la reine Elizabeth, Charles, Andrew et Edward auraient été soumis à cette tradition à leur naissance. «Il y a de très fortes chances que les fils d’Élizabeth II aient été circoncis. Beaucoup de jeunes garçons de l’aristocratie, si ce n’est la majorité, étaient circoncis dans les années 1940-1950», explique au Figaro Judith Rowbothan, professeur d’histoire à l’université de Nottingham-Trent. De plus, «aucun d’eux n’a nié les faits lorsque les rabbins ont revendiqué publiquement la circoncision du prince Charles en 1948 dans la Chronique juive, journal le plus lu de la communauté, fondé en 1841.

Quant aux fils de la princesse Diana, Harry et William, l’histoire est un peu moins claire. Leur mère était fermement opposée à la circoncision, mais le couple aurait finalement tenu à respecter la tradition, croit savoir la rédactrice en chef et spécialiste des affaires de la couronne britannique du magazine Majesty, Ingrid Benson. «Malheureusement, je n’ai pas de preuves incontestables», a-t-elle confié au Figaro.

La tradition, elle, remonte à bien plus loin. George Ier, un Allemand de la dynastie des Hanovre qui conquit le trône britannique en 1714, aurait été le premier circoncis, comme semblent l’indiquer plusieurs sources, du London Evening Standard aux tribunes du Guardian. Plusieurs historiens, entre autres Geoffrey Alderman, professeur à l’université de Buckingham, et Judith Rowbothan, s’accordent à dire que la reine Victoria avait une position plutôt favorable envers la communauté juive. En effet, les textes de l’Église anglicane confèrent une place importante à David, premier roi de Jérusalem – ce qui a ensuite nourri la rumeur selon laquelle la souveraine aurait été persuadée qu’elle descendait de David.

Aujourd’hui, pour Kate et William, qui souhaitent incarner la marche vers la modernité, le choix est ouvert.

Sources:

Est ce vrai que Le prince Charles, héritier de la couronne britannique, et son épouse Camilla Parker Bowles vont se convertir au judaïsme?
La reine Victoria prétendait descendre du Roi David.Ses fils ont ete circoncis comme Charles et Williams
sa belle fille,Kate Middleton Très intéressant à connaître l’arbre généalogique de la famille de Kate Middleton, l’épouse du prince William.

Carole Middleton la mère de Kate, est née de Roland Goldsfit et de Dorothy Harrison (tous deux Juifs).

Les parents de Dorohy Harrison sont Robert Harrison et Elizabeth Temple (tous deux Juifs).

Ils descendent de la famille Myers, des Juifs qui vivaient en Angleterre au 19ème siècle.

Pour résumer, la princesse Kate est juive par sa mère et par conséquent son enfant qui pourrait accéder au trône d’Angleterre est un Juif la tradition et la loi religieuse dit qu'on est juif par la mère.

Il y a même un rabbin orthodoxe séfarade d’Israël qui insiste sur le fait que les parents de Kate sont tous les deux Juifs.

Et, en parlant de princesses juives, une autre source affirme que la mère de la défunte princesse Diana, Frances Shand Kydd, était juive et se nommait en vérité Frances Ruth Burke Roche.
C'est a dire qu'ils peuvent bientôt compléter le miniane au palais royal d'Angleterre. Source: Soly Anidjar facebook
.


Aux Oudayas à Rabat.Le Prince Charles et la Duchesse de Cournailles dans les ruelles des Oudayas (kasbah de Rabat).



LE FOURIRE D'UN PRINCE CHARLES.



Selon une étude britannique, rire diminue la sensation de douleur, grâce aux molécules opiacées qui inondent alors le cerveau.



Le "ah ah ah" pour atténuer le "ouille ouille ouille".

il s'éclate, sa mère non!



Ah ça y est quand même!



Allez à bientot quand je ne serai jamais Roi.



roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
11 octobre 2014, 05:07
RENDEZ-VOUS AVEC MON PASSÉ, C’ÉTAIT ICI A RABAT.

Aujourd'hui j'avais rendez-vous avec mon passé dans la rue et le quartier qui m'a vu naître, la rue Henri Popp, renommée Moulay Ismaïl (photo voyage en octobre 2009).



Nous sommes en octobre 2009, depuis le mellah de Rabat entouré de ses hauts remparts, je suis en train dans ma tête de traverser cette rue Henri Popp que j'ai quitté en 1967.
Presque un demi siècle a passé.
Je revois cette rue, la rue de mon enfance.
J'habitais avec mes parents, mon frère et mes deux sœurs ici, dans cette impasse du même nom.



Depuis ce balcon enfant je me souviens.
Nous étions heureux ici dans notre enfance entouré des miens.



En haut et à gauche : alice aflalo, jacquy sabah , jacqueline azuèlos , rachel baruk, sonia assayag . dessous: raphaël baruk , daniel benharrosh , moi roland , ma soeur michèle la tête tournée , michel trojman , claude benharrosh , dessous: serge azuèlos , évelyne chichportiche ,michèle azuèlos , lucienne sabah , sam benharrosh , gabriel baruk , assayag , clarisse baruk.
Petit, pendant plusieurs années, j’invitais mes cousins, cousines et amis voisins de mon quartier pour fêter mon anniversaire.
Aujourd'hui je pense à ce petit monde.
Je ne verrai plus mes copains d'enfance,
je ne verrai plus les gnaouas, cette troupe de musiciens-acrobates qui venaient danser en bas,
je ne verrai plus ce groupe de fanfare qui venait nous annoncer l'arrivée du cirque Amar,
je ne verrai plus l'épicier Rhali du coin de ma rue,
je ne verrai plus jouer les enfants de ma rue avec leurs cris,
je ne verrai plus la boulangère Madame Barboza,
je n'irai plus au four à pain avec la bonne porter la dafina le vendredi,
je ne verrai plus les scouts partir en tournée depuis l'école Talmud Torah,
je n'entendrai plus les chants hébraïques sortir des fenêtres de l'école Talmudique à coté,
je n'entendrai plus les cloches de la cathédrale Saint Pierre, place Piétri,
je n'entendrai plus les muezzins des minarets de la ville.
Les noms des rues, alors, ont été effacés à tout jamais et finalement aujourd'hui les anciennes épiceries, les appartements, les balcons, les coiffeurs, les pâtisseries, les boulangeries, les tailleurs, cordonniers, marchands de journaux et hebdomadaires, marchands de glaces et gaufrettes, auront leurs lieux de commerces et d'habitations complètement ensevelis par les bulldozer.
Je n'irai plus me promener au parvis de la tour Hassan et tourner autour des 400 piliers avec mes copains d'enfance,



je n'irai plus au cinéma Vox voir mes westerns préférés avec mes acteurs préférés, John Wayne, Richard Widmark et Gary Cooper,
je n'irai plus aux Galeries Lafayette à noël pour voir les nouveaux joujoux et poser pour la photo avec le père noël,



je ne jouerai plus avec mes jeux d'enfance,
je n'irai plus fréquenter ma plage de Rabat en traversant ma rue Henri Popp et longer le mellah pour y arriver.
Je suis né près de la mer, l'air marin coule dans mes veines.
Voila pourquoi je suis salé, alors que d'autres sont fades.
La plage, une chance pour moi.



En famille en 1955.
je n'irai plus acheter les sfinjs au fond du mellah le dimanche matin,
je n’endenterai plus les cris des marchands de chiffons, du vitrier, du rémouleur, du vendeur de lait et de miel, etc...
je n'irai plus avec mon père le samedi pour la prière au mellah du rabbi chalom zaoui,
je n'irai plus avec ma mère faire son marché le vendredi avant le chabbat,
on ira plus acheter mes chaussures chez Bata et Chaussures Simon (Marciano),
je n'ai plus le goût des piroulis vert, jaune et rouge,
je n'irai plus à l'école de la rue de Pau en primaire,
je ne verrai plus tous ces handicapés mentaux et physiques, des idiots, des débiles, des vagabonds, des ivrognes, des clochards, des sans abris, qui se baladaient en toute liberté.
je n'irai plus déguster une bonne glace gervais à la vanille à la Ibense chez Monsieur Ruimy, ni les polos, genre de glace à l'eau à l'orange et au citron,
plus de piruline Galvez, délicieuses sucettes à la menthe, goûts banane, orange, citron, fraise,
je n'irai plus le samedi soir au restaurant chouaye de Mr Meyer où l'on y servait les meilleures grillades, boulettes, saucisses de foie et rates farcies,
je n'irai plus au coin de ma rue chez l'épicier Rhali, c'est ici la première fois que j'ai bu mon premier coca cola, mon pepsi, mon judor et mon crush orange,
Ma tête commence à tourner dans tous les sens comme une boussole.
Je recherche des noms, des prénoms, des noms de familles qui ont habité ici comme moi.
Mes copains étaient les enfants des familles:
Baruk ,Tordjman , Assayag ,Dahan ,
Sabah ,Benaïm ,Chichportiche ,Polatchèque ,Mechali ,
Attias , Aflalo ,Mamane ,Azuèlos ,Abehsséra ,Benitah ,
Benzaken, nous et les Autres .
Aujourd’hui et depuis plus de 42 ans aucunes de ces familles n’y habitent.
Toutes ont quittés définitivement le Maroc pour d'autres horizons.
Des familles entières qui ont vécu leurs vies dans ces quartiers de Rabat cessera d'exister...
je n'irai plus au ciné club à Rabat le jeudi après midi,
je ne verrai plus mes films préférés aux cinémas Le Marignan, La Renaissance, Le Colisée et Le Royal.
je ne mangerai plus de maïs grillé à l'entrée de la médina,
je ne boirai plus de thé à la menthe, fini cornes de gazelle au café maure des Oudayas,
plus de figues de barbarie non plus,
plus de bonne pour faire notre ménage, courses, etc...
je n'irai plus voir les fantasias avec les tambourins bruyants, les danseuses du ventre et les femmes hurlant avec leur youyous,
je ne monterai plus au sommet de la Tour Hassan,
je ne pêcherai plus au Bou-Regreg,
je ne me baladerai plus avenue Mohamed V,
je n'élèverai plus de vers à soie,
je ne soufflerai plus les bougies pour mes anniversaires d'enfant, plus de projection de films à ces occasions, avec Charlot et Laurel et Hardy à notre grand bonheur de rigolages,



je ne m'émerveillerai plus aux couchers de soleil sur l'horizon atlantique le soir tombé,
je n'irai plus au jardin Triangle de Vue,
je n'irai plus voir les ruines au Chellah,
je n'irai plus au hammam avec ma mère et ma sœur au fond du mellah,
fini les pâtisseries à la Grande Duchesse et chez Gerber,
plus de yoyo, genre de sucre cuit attaché à un élastique,
fini les plateaux de biscuits ramené du four de Mr Agoumi,
je ne verrai plus le cirque Antonio avec ses chevaux nains, les clowns Bobo et Cricri, les lions de l'Atlas, les trapézistes et acrobates.
C'est un peu de ma vie, de votre vie, vous les anciens R'batis peut être même une bonne partie de ma vie à Rabat, qui est finalement mon Maroc, qui sera assommée et brisée en milliers de morceaux.
Plus de collection de noyaux d'abricots et de dattes,
plus de jeux de billes, osselets, capsules de bouteilles,
plus de jeu de marelle sur cette terre battue de l'impasse Henri Popp avec les copains et copines,
jamais plus je ne jouerai à chicha fava,
plus de jokari, fini la carriole de planche à roulettes où on descendait les petites côtes de notre quartier en évitant les passants.
Le passé c'est ce qui nous rattache à notre présent et nous guide, sans lui nous sommes des orphelins...
Je ne goûterai plus une larme de la mahia, c'était une boisson à base de figues, c'était une boisson clandestine, quelle eau de vie! quelle eau de figue! quelle mahia!!!
non plus, plus de mehlaba, raïb ou lait caillé,
je ne verrai plus ces beaux cavaliers de la garde royale,
et ainsi une page de notre histoire et de ces jeunes années passées et vécues à Rabat, mes années d'enfance se ferment pour toujours...
mais les souvenirs de tous ces visages familiers, de ces coeurs pleines de vies et de joies de vivre seront toujours dans nos mémoires collectives.
C'était une belle époque, innocente, et les liens communautaires se mélangeaient aux liens d'amitié pure et de fraternité entre voisins, entre amis intimes...
nous étions alors une grande famille.
Notre passé dans ces rue de mon enfance et de toutes les rues de Rabat réduit en poussières par la boule destructrice de cette grosse machine qui ose s'appeler le modernisme...
Je n'irai plus à ma plage, ni passer les dimanches d'été à notre cabanon de Sables d'Or, ni me baigner au Val d'Or, ni à Skirat, ni aux Contrebandiers, ni à Salé,
je ne sentirai plus ces odeurs de menthe fraîche au petit marché, ni la coriandre, et le parfum des orangers, plus les odeurs d'eucalyptus, de cèdre et de miel,
fini le jasmin et partout l'odeur de l'encens qui nous enveloppait,
je ne contemplerai plus ma tour Hassan depuis la terrasse de notre logement,



je ne verrai plus les anciens habitants juifs au mellah de Rabat, tous sont partis, plus d'espagnols et portugais au quartier de l'Océan, plus de corses, plus d'italiens au quartier de l'Aviation.
Comment avoir des racines et n'être plus un vagabond récitant à qui veut l'entendre que oui! nous avions un véritable passé?
Fini la ballade au phare, plus de tour autour des remparts,
je n'achèterai plus mes fournitures scolaires à la librairie de Pierre Cousin et Elkaïm,
on ne m'enverra plus en colonie de vacances à Ifrane, ni monter sur ce lion de pierre,



je ne sucerai plus un bâton de réglisse,
je ne mâcherai plus de bazooka, ni pirouli,
je n'irai plus les dimanches d'hiver à la fôret du Chaperon Rouge,
fini la toupie, l'élastique et la corde à sauter, fini aussi colin maillard et marteau-ciseau,
plus de belles Chevrolet et américaines dans les avenues,
plus de jeux de cerceau et hulla hoop, plus de cartes ronda,
je n'irai plus aux boums et surprises party,
plus de barbe à papa, esquimaux Pingoin.
Oui! nous avions eu une magnifique enfance avec de vrais petits garçons et de vraies petites filles que nos parents surveillaient avec des yeux tendres...si le processus d'élimination de notre histoire au Maroc d'autrefois avait déja commencé au début 1960.
Je ne me pèserai plus sur la balance de la pharmacie Vedel,
plus de bonbon-caramel-esquimau-chocolat à l'entracte du cinéma,
je ne lirai plus la revue Tartine, pim pam poum, Spirou, les Pieds nickelés, Tarzan et Coq Hardy,
je n'irai plus aux remises de diplômes de fin d'années primaires,
je ne verrai plus les petits cireurs de chaussures,
je n'irai plus voir les nouveaux jouets dans les vitrines du magasin le Nain Bleu,
je ne mangerai plus de glaces à la vanille et chocolat avec cornet au marchand ambulant,
plus de Teppaz pour écouter mes chanteurs favoris,
je n'entendrai plus Dalida chanter Bambino, Gondolier, Itsi Bitsi petit bikini et t'aimer follement, Charles Trénet, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, criaient à travers les fenêtres de ma rue,
je ne goûterai plus les marrons chauds à la sortie du cinéma, ni barbe à papa, ni pomme d'amour, ni jabane, ni pop-corn, ni pépites, ni cacahuètes, ni glands grillés, ni pois-chiche et fèves bouillis, ni escargots, ni gâteaux à la noix de coco,
je ne collectionnerai plus les buvards,
je ne boirai plus d’antesite, ni de bière la Cigogne, crush orange et fanta citron, ni de judor,
plus d'achats à Chicago à la médina, petites échoppes qui vendaient des vêtements et chaussures mode pas chers,
je me pose aujourd'hui cette interrogation, comment ces deux communautés, juives et musulmanes ont-elles pu cohabité. Pourquoi cette soudaine séparation et définitive.
plus de rires avec les films de Jerry Lewis et Dean Martin, plus de films de péplum avec le Colosse de Rhodes, Spartacus et Tarasboulba,
je ne reconnais plus les rues de ma ville, pas plus les immeubles, mais en réalité un immeuble de quelques étages, combien même chéri de beaux souvenirs, ne peut rapporter le même gain que vingts étages de béton,
je n'entendrai plus Léon Noel et Marie-France à radio rabat,
plus de ballades en solex, à mobylette, à moto rumi et flandria,

je ne vivrai plus la période ' yéyé ', j’écoutais:
Johnny avec son 'souvenirs souvenirs' et 'let's twist again',
Sylvie avec 'je serai la plus belle pour aller danser',
Sheila 'vous les copains je ne vous oublierais jamais',
Cloclo 'belles belles belles',Richard Anthony 'j'entends siffler le train',
Françoise Hardi 'tous les garçons et les filles',Franck Alamo 'biche oh ma biche',
Eddy Mitchell 'toujours un coin qui me rappelle', les Chats Sauvages et les autres.
Coté anglais, les Beatles en 62 'love my do', les Rolling Stones 'satisfaction'.
Coté usa, Elvis Presley, Paul Anka, les Beach Boys.
Coté italie, Gigliola Cinquetti remporte l'eurovision 1964 avec 'no,no,leta'.
On dansait le twist, lançé par Chubby Checker, ensuite le jerk en 66,
le madison (Billy Bridge) le locomotion (Sylvie Vartan) le hully-gully (sheila)
le mashed potatoes (Claude François) le surf (Trini Lopez) le slop, le letkiss.
je n'achèterai plus la revue salut les copains,
je ne collectionnerai plus les cartes-photos de mes chanteurs et groupes de rock préférés,
je ne danserai plus le twist, le madison, le locomotion, le hully-gully, le mashed potatoes, le surf et le letkiss, non plus le rock'n' roll,.....



Je n'ai rien oublié mais je ne revivrai plus ces bons moments de mon enfance et de ma jeunesse.

Celui qui n'a pas la nostalgie du passé, n'a pas d'avenir.


roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
16 octobre 2014, 00:05
Bonjour Roland

Voila de retour après un séjour super, plein de soleil et un acceuil chaleureux . Seul petit bémol en pleine fêtes de l'Aid impossible de boire un verre dans la marina de Salé en l'occurrence au restaurant : la Pescaderia...très très bon...!!!
Par contre n'ayant lu tes conseils qu'au retour (je t'en remercie) je n ai pas tout appliqué mais tu sais depuis le temps ou je retourne a Rabat ,j'ai vu le changement plein de nostalgie.....ou sont mes amis et la famille ?
Ci joint une photo de ma maison toujours debout rue de Tunis en 1960 et maintenant.Non je n'arrive pas a la diminuer....mais je vais faire suivre,amicalement Guy
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
16 octobre 2014, 06:17
Citation
guylecoq
Bonjour Roland

Voila de retour après un séjour super, plein de soleil et un acceuil chaleureux . Seul petit bémol en pleine fêtes de l'Aid impossible de boire un verre dans la marina de Salé en l'occurrence au restaurant : la Pescaderia...très très bon...!!!
Par contre n'ayant lu tes conseils qu'au retour (je t'en remercie) je n ai pas tout appliqué mais tu sais depuis le temps ou je retourne a Rabat ,j'ai vu le changement plein de nostalgie.....ou sont mes amis et la famille ?
Ci joint une photo de ma maison toujours debout rue de Tunis en 1960 et maintenant.Non je n'arrive pas a la diminuer....mais je vais faire suivre,amicalement Guy

Pièces jointes:
Scan.jpg
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
18 octobre 2014, 01:12
Et bien tant mieux que tu as passé un bon séjour au bled, Guy.



Tu as du voir ça de tes yeux.
C'est ici à Rabat médina, les cireurs de pompes n'ont jamais vu une femme ?
Femme élancée habillée de jeans, femme moderne. Ils baissent la tête pour travailler et lèvent le cerveau de temps en temps pour s'amuser.

roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
26 octobre 2014, 03:30
OBJET:

Il faut contacter les responsables de L'AMICALE DES RBATIS pour organiser une réunion des anciens de RABAT et de Salé.
A Paris ou en région parisienne.

Objet : promouvoir les retrouvailles et les rencontres entre les anciens R’batis ;
entrer en relation avec les anciens de Rabat et Salé résidant en France et à l’étranger, pour renouer le contact ;
réunir par le truchement de diverses manifestations les anciens de Rabat-Salé, toutes générations confondues,
désireuses de se retrouver.


ALLO, Loulou, peux-tu te charger de cette rencontre? Ce serai sympa.Merci.




Affiche de l'ancienne réunion.
Faire ces rencontres avant que nous soyons tous des chibanis ou centenaires.



Ceux qui seront intéressés pourront téléphoner aux numéros de téléphones.
Nous reverront surement VIGON ET ZADOC.

roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
26 octobre 2014, 05:04
Des souvenirs de chansons arabes qu'on écoutait ainsi que nos parents et grands parents à Rabat
lors de soirées de mariages et surtout des soirées de hénné.



Abderrahim Souiri . Koddam Al Hijaz Al Akber.

Lien Youtube:





ou:

Abderrahim Souiri . Chams Al 3achiya.





ou:

Abderrahim Souiri . Al Fiyachiya.





ou:

Abderrahim Souiri sahra Andalossiya Maghribiya fi Fes.





ou:

Abderrahim Abdelmoumen & Le groupe Temsamani .





Bonne écoute.


roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
26 octobre 2014, 10:13
Vous allez tous rigoler.
Une belle chanson arabe qui va rappeler nos souvenirs de soirée de mariages et hénné au Maroc.

Chanson chantée par Shrek.



Lien Youtube:





roland benzaken



Modifié 1 fois. Dernière modification le 26/10/2014 10:17 par royrol.
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
29 octobre 2014, 09:51
JE SUIS PRES DE LA TOUR HASSAN DE RABAT.
Là était mon quartier dans les années 50 et 60.
Je reviens faire un petit tour par ici.Le décor a changé complètement.

Aujourd'hui pour les musulmans l'heure de la prière du vendredi approche.

Voici des photos qu'à l'époque ce n'était pas possible de prier ici.

Je suis sur le site alors que de plus en plus de monde converge vers la mosquée,
tapis de prière à la main. Je m'installe dans un coin et observe.









A 14h, la prière est déjà terminée et l'accès au mausolée possible quinze minutes plus tard.







Bientot pour le chabbat les juifs qui résident encore à Rabat (une poignée) iront prier à la synagogue de
Mr Ménahem Dahan au mellah de rabi Chalom Zaoui. J'irai faire un tour.


Je passe ces portes et c'est tout au fond du mellah.



Le rabbin attend les fidèles, il est vendredi 17 heures.



roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
29 octobre 2014, 10:01
Le mausolée à Rabat abrite la tombe de Mohammed V, et de ses fils Moulay Abdellah et Hassan II.

Un très bel édifice en marbre où reposent Mohammed V au centre (dans un sarcophage en onyx blanc du Pakistan), Hassan II et son frère sur les côtés.
"Le mausolée abrite la tombe de Mohammed V, et de ses fils Moulay Abdellah et Hassan II. Il a été construit entre 1961 et 1971, soit 10 ans de travaux. L'architecture du mausolée a été conçue par l'architecte vietnamien Eric Vo Toan, caractérisé par un style classique arabo-andalou selon l'art traditionnel marocain.

Depuis 2012, il fait partie de l'ensemble des sites de Rabat inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en tant que bien culturel."













Très belle coupole d'acajou et de cèdre du Liban dorée à la feuille.



Haute de 44 m elle devait servir de minaret à la mosquée du même nom, inachevée à la mort de son instigateur, le sultan Yacoub El Mansour (XII°) en 1199. Ce dernier avait dans l'idée de bâtir la plus grande mosquée du monde musulman, soutenue par 312 colonnes et 42 piliers de marbre (visibles sur l'esplanade) et dotée d'un minaret qui aurait du mesurer 80m de haut.





roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
31 octobre 2014, 04:46
C'ÉTAIT LES JUIFS DU CAP VERT.

Comme de nombreux Juifs marocains faisaient du commerce à Gibraltar, territoire britannique avoisinant, certains y avaient obtenus la nationalité et ont voyagé à Cap-Vert avec un passeport britannique.
Les inscriptions en hébreu et en portugais sur les pierres tombales dans les petits cimetières juifs à travers les îles indiquent que la majorité venait des villes marocaines de Rabat,Tanger, Tetouan, et Mogador (aujourd’hui Essaouira), portant des noms sépharades distinctifs tels que:

Anahory, Auday, Benoliel, Benrós, Benathar, Benchimol, Brigham, Cohen, Levy, Maman, Pinto, Seruya et Wahnon.

La République du Cap-Vert, un archipel de dix îles, est située dans l’océan Atlantique à environ 483 km des côtes du Sénégal, en Afrique de l’Ouest. À la suite de plus de 500 ans de domination coloniale portugaise, les Cap-Verdiens sont majoritairement catholiques. Cependant, quelques nouveaux Chrétiens ou Juifs qui s’étaient convertis au Christianisme entre 1391 et 1496 se trouvaient sans doute au Cap-Vert avec les Portugais dès le 16e siècle.

Comme ils avaient caché leur identité juive de peur de l’Inquisition, aucun vestige de ces «conversos» ne demeure. Vers le milieu des années 1800, les Juifs marocains ont émigré ouvertement au Cap-Vert, souvent via Gibraltar, à la recherche des débouchés économiques. Alors que les Juifs avaient vécu plus ou moins paisiblement au Maroc depuis plus de 2 000 ans, la détérioration des conditions économiques au milieu des années 1800 a incité certains à partir pour le Cap-Vert qui était un important centre commercial transatlantique à cette époque.

Le Projet du patrimoine juif du Cap-Vert, Inc. se concentre sur la deuxième vague plus vérifiable de l’immigration juive vers le Cap-Vert. Ces Juifs séfarades se sont librement installés au Cap-Vert après que le Portugal a aboli l’Inquisition en 1821 et qu’il a signé un traité de commerce et de navigation en 1842 avec la Grande-Bretagne.

Ces familles se sont principalement installées dans les îles de Santo Antao, Sao Vicente, Boa Vista et Sao Tiago et se sont lancées dans le commerce international, le transport, l’administration et d’autres activités commerciales. Les Juifs vivaient, travaillaient, et prosperaient au Cap-Vert. Pourtant, comme ils étaient peu nombreux par rapport à la population catholique majoritaire, le mariage mixte étaient très répandu. Suite à cette assimilation, il n’y a pratiquement aucun Juif pratiquant au Cap-Vert de nos jours. Pourtant, les descendants de ces familles, que ce soit au Cap-Vert, aux États-Unis, au Portugal ou au Canada, sont très fiers de leur ascendance juive.

Ils souhaitent honorer la mémoire de leurs aïeux en préservant les cimetières et en documentant leur héritage. Le premier Premier Ministre démocratiquement élu du Cap-Vert, S.E.M. Carlos Alberto Wahnon de Carvalho Veiga, est d’origine juive. Beaucoup de descendants des familles juives se sont livrés activement à collaborer aux divers volets de la mission du CVJHP, tels que fournir des témoignages oraux et offrir du soutien technique et financier.

















roland benzaken
Re: DE TOUT ET DE RIEN UNIQUEMENT DE RABAT,discution,photos,t?moignages.....etc...
03 novembre 2014, 10:12
SOUVENIRS...
Je me souviens à Rabat de ma jeunesse il y avait une grande esplanade du coté du Chellah plantée d'arbres,
dont des jacarandas en fleurs (qu'on peut voir un peu partout dans la ville même aujourd’hui.).

Voila à quoi ça ressemble.







Au Maroc, les jacarandas sont souvent utilisés comme élément décoratif au bord des routes comme dans la ville de Fès qui voit ses allées se revêtir d’un tapis de fleurs bleu violet au printemps, mais également à Marrakech dans les rues de Guéliz et de l’Hivernage ou à Agadir. Ce sont les Français qui les importèrent au début du 20e siècle.

Il y avait aussi partout les bougainvilliers.



roland benzaken
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2022 - DAFINA - All Rights Reserved