Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Rabat d'avant 1920 ........ 1

Envoyé par jean-marc 
Re: Rabat d'avant 1920
10 octobre 2007, 14:09
Bonsoir cigalou.

Autant pour les crosses.

Concernant la poste du Bd el Alou, ni ta photo du 15/09/2007, ni la mienne du 27/09/2007 ne représentent cette poste.

fanfan13 a raison: cette poste existait dans le medina.

Par contre, la photo suivante représente bien la poste du Bd el alou.



debdoubi.
Re: Rabat d'avant 1920
10 octobre 2007, 14:22
Salut Debdoubi...tu es un fin limier...Bvo...Félicitations à Fanfan...Si je comprends bien il y avait une Poste rue Souika en Médina(précedemment en photo)...En revanche elle n'apparait plus dans le guide de 1930 de notre ami Elie...Ce guide mentionne par contre une Poste dans le Mellah(sans précision de rue)...
Re: Rabat d'avant 1920
10 octobre 2007, 14:55
Rebonsoir cigalou.

Et pour avoir le coeur net, voici le contexte dans lequel se trouve cette poste.

Le grand bâtiment en face de nous est l'hôtel transatlantique.



debdoubi.
Re: Rabat d'avant 1920
10 octobre 2007, 15:08
Belle photo d'El ALOU ...je pense que la Poste Française de la rue(Souika?) en Medina était l'une des premières...mais l'Histoire postale du Maroc est trés complexe...il existait même,semble t il, des sociétés postales privées...et ce dés la fin du 19ème siècle...Là pour trouver des photos ça risque d'être difficile...Cordialement
Re: Rabat d'avant 1920
10 octobre 2007, 16:16
Encore moi cher cigalou.

Si on doit se fier à la légende de cette image, vieille comme elle l'est, nous pouvons dire que la première poste à Rabat était bien en médina.

Plus exactement où? Dieu seul sait.



debdoubi.
Re: Rabat d'avant 1920
11 octobre 2007, 02:41
Cher Debdoubi...Finalement en regardant les différents messages et photos relatifs aux bureaux des Postes de l'ancien Rabat...Je trouve que le tour d'horizon est assez complet...La carte postale de la rue de la Poste est trés intéressante car logiquement il ne peut s'agir que de la rue SOUIKA où se trouvait la Poste française à côté de la papèterie COUSIN...j'ai l'impression,peut etre à tort, qu'à l'époque (en France je connais de tels cas)on appelait dans l'usage courant,par facilité et sans aucun caractère officiel certaines rues par leur centre d'intérêt(la Poste,Palais de Justicewinking smileyavant 1922...) ou leur situation géographique(par exemple la rue Centrale et la rue Principale en Medina,légendées sur des cartes postales...et qui,officiellement, portaient, probablement, un autre nom)...bon ceci étant dit la seule question qui ,de mon point de vue ,reste en suspend c'est la Poste au Mellah signalée dans le guide Bleu de 1930 mis en ligne par Cohenelie...Si personne trouve il va falloir un ou une volontaire pour chouffer au Musée de la Poste de Rabateye rolling smiley
Re: Rabat d'avant 1920
12 octobre 2007, 01:58
Le guide bleu de 1925 nous signale hormis la poste centrale (dar el maghzen) les annexes sises bd el alou,au mellah (sans préciser le nom de la rue ) et aux touargas.A cette époque il n'y aurait pas d'annexe dans la médina à proprement parler.
Tartanpion
Re: Rabat d'avant 1920
12 octobre 2007, 03:31
Bienvenue dans la discussion Tartanpionlecture...je crains malheureusement que ton guide bleu soit incomplet...nous l'avons déja dit les guides sont des indicateurs mais pas des sources fiables à 100%...qui plus est il convient de tenir compte de l'espace temps...Toutes les Postes qui ont été citées ont bien existé...pourquoi,par exemple, dans ton guide n'y a t il pas la poste de l'Agdal qui existait pourtant déja en 1922?...en ce qui concerne la Poste du Mellah...je cale...je suis assez étonné qu'il n'y ait pas eu un bureau des Postes rue des Consuls...peut etre faut il chercher par là...Cordialement
Re: Rabat d'avant 1920
12 octobre 2007, 12:42
Bonsoir cigalou.

Moi aussi j'ai pensé à la rue des consuls, mais non. La rue des consuls est proche de l'entrée du Bd El alou par souk el-ghezel où il y'avait dèjà une poste. En plus elle est moins large que la rue de la poste que j'ai posté plus haut.Ce n'est même pas la rue Souika caratérisée par la présence inévitable de l'un de ses deux minarets qui figurent presque dans toutes les photos de cette rue.

La rue de la poste se trouve sur un terrain plat, elle est large et toutes ses constructions sont basses contrairement à la rue des consuls.

A mons avis la porte du mellah se trouve derrière le photographe et cette rue va nous conduire jusqu'à l'intersection de la rue Souika et la rue des consuls.

Il me semble que nous sommes bien au mellah.

debdoubi.
Re: Rabat d'avant 1920
12 octobre 2007, 17:14
Bonsoir cher Debdoubi...je n'ai aucun élément sur ce point...je constate que tu exclus que la rue dénommée sur une carte postale "de la Poste" puisse etre la rue Souika où se trouvait la trés ancienne Poste Française au motif que l'on ne voit pas de minaret...mais peut etre que cette rue est dans l'autre sens( vers Bab El Had)...n'est ce pas envisageable?...en tout cas si c'est bien la rue de la Poste du Mellah...la boucle serait ainsi bouclée...Avant 1930 cela ferait donc trois bureaux des Postes répertoriés dans la zone Medina-Mellah-El Alou...La Grande Poste...celle située aprés l'église St Pierre en descendant vers la rue du capitaine Petitjean(qui apparait sur le plan de 1922)...celle de la nouvelle Résidence Générale à Touarga...celle enfin du petit Agdal...soit au total sept bâtiments des Postes répertoriés avant 1930 à Rabat...pas mal... et on ne peut exclure qu'il y ait eu,en plus,au début du siècle,des bureaux de la Poste Allemande,Anglaise...
Re: Rabat d'avant 1920
20 octobre 2007, 09:56
A tous ceux qui ont participé aux investigations du "Service Enquêtes et Recherches" de Dafina sur l'histoire des anciens bureaux des Postes de Rabat...Fanfan,Debdoubi,Tantanpion etc...je pense que l'emplacement du bureau des Postes du Mellah signalé sur les guides bleus de 1925 et 1930 était en fait situé dans le prolongement de la rue des consuls(rue OUDESSA?) à l'angle du Bd JOFFRE(N°41 sur l'extrait de plan ci joint)...par ailleurs la Poste du Bd El Alou située initialement prés de la prison civile,non loin des Oudaias(elle y était encore en 1922)...parait avoir migré (carte américaine de 1942) vers la porte El Alou en allant vers le quartier de l'océan...laissant apparemment la place à une école(à moins qu'il y ait eu deux Postes Bd El Alou...ce qui me semble improbable...).Quant à la fameuse et trés ancienne Poste de la Médina elle était ,semble t il, située à l'angle de la rue Souika et de la rue Sidi Fatah(n°22 sur plan ci joint)...cordialement
Pièces jointes:
rabat42bis.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
21 octobre 2007, 02:27
Le 11 octobre il a été fait allusion à l'appellation courante et non officielle de certaines rues notamment dans le vieux Rabat...dénomination usuelle liée au centre d'intérêt de la rue(métiers,bâtiment administratif...rue de Poste en Medina)) ou géographique(rue centrale ,rue Principale...)...ces dénominations non officielles d'usage courant apparaissaient sur les cartes postales de l'époque...evidemment pour les recherches cela pimente un peu plus...voici la "Rue Principale" qui semble correspondre à la rue El Gza...
Pièces jointes:
rueprincipaleelgza.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
25 octobre 2007, 08:52
Le marché de Bab El Had peint par Mathilde Arbey à la fin des années 1920...en face il y avait la première gare de Rabat(rail 0,60 à usage militaire puis progressivement civil...jusqu'en avril 1923 où de la nouvelle gare sur Dar El Makhzen on pouvait se rendre à Salé-Knitra-Sidi Kacem...puis à partir d'avril 25 à Casa par la nouvelle voie ferrée dite normale)
Pièces jointes:
babelhad.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
25 octobre 2007, 08:54
Toujours par notre amie Mathilde le fameux café avec vue sur le Bou Regreg que chacun reconnaitra...
Pièces jointes:
cafeoudias.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
03 novembre 2007, 06:32
QQ NOTES DE L'HISTOIRE DE RABAT

SELON WIKIPEDIA




Près de huit siècles séparent l’édification, sur la rive gauche du Bouregreg, du noyau initial de la ville, le Ribat d’Abd al-Mumin, de celle de la résidence générale du protectorat français dans la nouvelle capitale du Maroc.

De ces époques, le même site allait porter et préserver de manière forte et durable, jusqu’à nos jours, d’une part, les témoignages d’une cité grandiose, restée inachevée et, d’autre part, ceux de principes pionniers en matière d’art urbain au début du siècle. Sur l’océan Atlantique, à l'embouchure du Bouregreg, une haute falaise s’élève à pic, à plus de trente mètres au-dessus du niveau de la mer et surplombe le fleuve dont elle commande l’entrée.

C’est sur cette position de défense naturelle que Abd al-Mumin, fondateur de la dynastie almohade, fera édifier, en 1150, un ribat ou une forteresse, lieu de rassemblement des combattants de la foi, point d’étape dans l’épopée almohade pour la conquête de l’Andalousie et le contrôle du reste du Maghreb. Yacoub el Mansour se disait désireux de concevoir pour la position du Bouregreg des projets plus vastes [1]. Aidé des nombreux captifs ramenés d’Espagne lors de la bataille d'Alarcos, il fera construire les remparts de la future capitale et commencer, non loin du fleuve, une mosquée aux proportions grandioses ; mais cette dernière ne sera pas érigée ; seul, se dressera son superbe minaret qui servira de repère aux navigateurs pour le franchissement de la ville. À ce camp retranché, sera d'abord appliqué le nom de Rbat de Salé, puis celui de Rbat El-Fath après la victoire des armées almohades en Espagne [1].

Cette construction, qui s’identifie en gros à la partie ouest de l’actuelle Kasbah des Oudaïa, fut appelée à fois Ribat al Fath, le Camp de la Victoire, pour commémorer les victoires almohades, et al-Mahdiyya, en souvenir d’al-Mahdî Muhammad ibn Tûmart, fondateur du mouvement almohade. À partir du Ribat d’Abd al-Mumin, son fils Abu Ya'qub Yusuf, puis son petit-fils Yacoub el Mansour, héritiers d’un empire allant de la Castille à Tripolitaine, allaient fonder une cité grandiose, couvrant plus de quatre cents hectares, enceinte de murailles imposantes percées de portes monumentales et dotée d'une mosquée gigantesque, Tour Hassan (pour cause de tremblement de terre), restée inachevée, mais qui eût été l'un des plus grands sanctuaires du monde musulman.

Ainsi, bien que Ribat al Fath ne reçut jamais la population que son enceinte eût pu abriter, les grandes orientations de la ville étaient tracées. Les remparts et les portes monumentales de l’époque témoignent aujourd'hui encore de l’ampleur de la ville almohade. Tout comme en témoignent le minaret et les vestiges de la mosquée de Hassan, sur un site dont le caractère sacré a été accentué et revalorisé par l'édification du mausolée Mohammed-V, symbole de piété filiale, qui, de par sa décoration exceptionnelle, œuvre d'art collective, est un hommage au souverain qui y repose et un témoignage de la renaissance de l'artisanat traditionnel.

De la fin de la période almohade, vers le milieu du XIIIe siècle, jusqu'au début du XVIIe siècle, l’importance de Rabat diminue considérablement. De cette période date la nécropole du Chella, édifiée à l’extérieur des remparts, de même que Jama' el Kbîr et Hammâm ej-Jdîd. La localisation de ces équipements publics permet d’affirmer que la vie citadine n’était pas concentrée uniquement aux abords immédiats de la Kasbah et que plusieurs quartiers de la médina actuelle étaient habités.

À partir de 1610, Rabat reçut une forte population de réfugiés musulmans chassés d’Al-Andalus qui s’établirent dans la Kasbah et à l'intérieur de l'enceinte almohade, dans la partie nord-ouest, qu'ils délimitèrent et protégèrent par une nouvelle enceinte, la muraille andalouse. Les descendants de ces Andalous, qui portent souvent des patronymes à consonance castillane tels que Mouline (Molina), Bargach (Vargas), Moreno, Balafrej, Ronda, etc., sont toujours considérés comme les Rbatis dits [de souche ».[/size]

Pendant quelques dizaines d’années, Rabat, alors connue de l’Europe sous le nom de Salé-le-Neuf, fut le siège d'une petite république maritime, la République du Bou Regreg, jusqu’à l’avènement des Alaouites qui s’emparèrent de l’estuaire en 1666. Sa principale activité était, alors, la course en mer contre les Chrétiens qui lui procurait la totalité de ses ressources et Salé-le-Neuf devint le premier port du Maroc.

Culture [modifier]

EL ANDALUZ
Re: Rabat d'avant 1920
24 février 2008, 07:58
Bonsoir...on en a déja parlé lorsqu'il a été nommé en 1912 Résident Général le général Lyautey a installé les services administratifs("l'usine"winking smileyau centre ville de Rabat...parmi ses notes et courriers compilés et publiés par son neveu Pierre Lyautey on trouve ceci...
Pièces jointes:
rabatresidence.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
24 février 2008, 08:05
La première Résidence Générale sur un vieux plan...il semblerait que sur ce terrain se trouvait autrefois le consulat d'allemagne...
Pièces jointes:
rabat1913bis.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
24 février 2008, 08:22
Sur le même plan qui montre Rabat en 1913 on distingue clairement le bureau des PTT sur le boulevard El ALOU...et ce qui est intéressant le bureau TSF(télégraphie sans fil) rue Oukassa dans le prolongement de la rue des consuls...CE BUREAU TSF deviendra un bureau PTT...Rappelons que la TSF a vu le jour à Rabat le 15 mai 1908;c'est le fameux POPP qui l'a mis en place...rue Popp à Rabat cela vous rappelle des souvenirs?...le 1 octobre 1913 les PTT remplacent les bureaux "Poste Française" et TSF...la Poste Française de Rabat créée en 1899 devait se trouver rue Souika...
Pièces jointes:
rabattsfposte.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
24 février 2008, 08:27
LYAUTEY à l'étroit dans son "usine" envisage dés 1913 un déménagement...il opte pour les TOUARGAS...plus de 26 hectares de terrains...
Pièces jointes:
rabatresidence2.jpg
Re: Rabat d'avant 1920
24 février 2008, 08:31
La nouvelle Résidence et les principaux services administratifs du Protectorat seront complétement terminés vers 1922...les voici représentés sur un plan de Rabat de 1922...
Pièces jointes:
touarga.jpg
Désolé,vous ne pouvez pas répondre à cette discussion, elle est fermée.





DAFINA


Copyright 2000-2022 - DAFINA - All Rights Reserved