Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Monastere Benedictin de Toumliline

Envoyé par VILLECERF 
Monastere Benedictin de Toumliline
19 septembre 2010, 07:55
Bonjour,

Jusqu'en 1968, il y avait à Azrou le monatère bénédictin de Toumliline dont le dernier Prieur a été Don Denis MARTIN.

Le roi ayant demandé aux moins de déménager pour s'installer en ville, Ceux ci ont décidé de quitter le pays car cette demande n'était pas compatible avec leur mission.

Certains moines sont partis vers ce qui était encore la Haute Volta; d'autres se sont installés dans un petit village du sud de la Seine et Marne.

Ce village s'appelle Villecerf où j'habitais.

Je sais que le Monastère de Toumliline et en particulier Don DENIS que nous avons suivi jusqu'à sa mort à En Calcat (Monastère français de la région de toulouse - fondateur de Toumliline en 1952) , avaient un grand rayonnement intellectuel au Maroc.

J'aimerais avoir toutes sortes de témoignages sur le monastère de Toumliline et la vie des moines : photos, vidéo, écrits, témoignages oraux.

Merci d'avance.

Jean-Marie



Modifié 1 fois.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
19 septembre 2010, 09:17
bonjour Villecerf

tu trouveras pas mal d'infos et des photos sur la rubrique AZROU à partir des pages 5 ou 6 . rechercher sur la page 2 des forums, AZROU

Vancouver , Cigalou , Leberbere (hélas absent du site)pouront te donner plus d'informations!

amicalement

alain76
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
19 septembre 2010, 12:47
Bonjour Villecerf,

Elisabeth des ALLUES a publié en 1963, aux éditions du Cerf ! série "rencontres" un ouvrage intitulé "Toumliline A la recherche de Dieu au service de l'Afrique" qui relate l'histoire de la fondation du monastère, la vie et l'action des moines à Toumliline et leurs relations tant avec les autorités françaises et marocaines.
L'ouvrage se termine par un chapitre "perspectives africaines" qui explique ce qui a amené les moines sept ans après leur arrivée au Maroc, à fonder aussi en Afrique Noire.
Pièces jointes:
Toumliline 30001 a.jpg
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
19 septembre 2010, 17:57
Bonjour Georges 29,

As tu trouvé,à travers tes lectures, des éléments fiables concernant le début de la présence des moines bénédictins à TIOUMLILINE ?

Je pose cette question car dans le sujet AZROU tout comme dans ce sujet ouvert par Villecerf je vois toujours apparaitre l'année 1952...alors qu'à la lecture de journaux officiels leur présence parait antérieureconfused smiley...

En effet il apparait qu'une institution religieuse existait déja à Tioumliline en 1950...avec une école de garçons(internat et externat) d'abord dirigée par Mme Jacquemard Aline puis en 1951 par le bénédictin René de Taffanel de la Jonquière...puis à la fin de 1952 par le père Jean Marie Martin...

Cordialement
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
19 septembre 2010, 20:38
Bonsoir,
je vais essayer de répondre aux questions de Cigalou concernant la fondation du monastère de Toumliline à partir des éléments que j'ai.

Le début de l'histoire du monastère de Toumliline semble débuter en 1945 quand le président du patronat français à Casablanca, Jean Imberti, adresse à l'Abbé d'En Calcat, Dom Marie de Floris, une lettre le pressant d'essaimer au Maroc. Il se fait fort d'obtenir capitaux et autorisations administratives indispensables à l'installation d'un monastère. Le Père Abbé demande à réfléchir.

En 1947, un jésuite le Père Guilloux lui repose la question; en effet le P.Guilloux, directeur de l'école supérieure d'agriculture d'Angers veut créer à Témara un centre de formation spirituelle doublé d'une école technique agricole. Il offre donc aux bénédictins de venir s'établir sur son terrain.

Le père Abbé, ne refuse pas explicitement cette proposition mais répond que la fondation d'un monastère est une oeuvre de longue haleine et qu'un délai de 2 à 3 ans lui est nécessaire pour permettre d'envisager de former un premier « essaim » de moines.

Entre temps, un projet hâtivement conçu sous la pression de certains chrétiens du Maroc, échoue à Sefrou (cet embryon de monastère était situé sur les hauteurs de Sefrou). Cet échec a retardé la décision d'En Calcat qui attendait le résultat de ce projet ne voulant pas installer une fondation qui aurait pu apparaître comme une rivale de celle de Sefrou.

L'archevêque de Rabat, Monseigneur Lefèvre, insistant à son tour, Dom Marie de Floris se rend à Rabat en octobre 1950 pour rencontrer les autorités religieuses et les chrétiens qui veulent faire venir les Bénédictins au Maroc. Il veut essayer de comprendre leurs motivations.

A l'issue de ce voyage, le Père Abbé donne son accord de principe à Mgr Lefèvre mais laisse en suspens la question de l'emplacement de la fondation jusqu'à l'arrivée des moines d'En Calcat chargés d'étudier les diverses solutions possibles.

En janvier 1951, deux Bénédictins viennent examiner les propositions de l'archevêché qui propose aux moines d'acquérir un bien d'évêché: il s'agit d'une maison pour enfants convalescents, comprenant une école, établie à Toumliline, fondée et dirigée par un prêtre du diocèse le Père Gérard.
Je n'ai pas la date de la fondation de cette école mais ceci explique probablement que l'on évoque Toumliline avant la création du monastère. Cette école doit cependant avoir quelques années d'existence car le domaine est déjà grévé d'une dette de sept millions !

D'autres difficultés font hésiter Dom Marie de Floris: outre les dettes, les bâtiments sont mal conçus et font l'objet d'un litige entre l'évêché et l'entrepreneur (on comprend mieux que l'évêché souhaite se débarrasser des lieux), les limites du terrain sont confuses et les Eaux et Forêts et les Domaines revendiquent en partie le terrain. Enfin le sol pierreux paraît impropre à la culture !

La situation géographique séduit davantage le Père Abbé et il envisage une installation provisoire des Pères désignés pour la fondation à Toumliline de façon à leur donner le temps de chercher tranquillement ce qui conviendrait.

Pendant la Semaine Sainte du Carême de 1951, la veuve d'un riche homme d'affaires marseillais fait don au Père Abbé des sept millions nécessaire à la liquidation de la dette et la veille de Pâques la décision est prise d'acquérir Toumliline ...mais toujours comme emplacement provisoire de la fondation.
La généreuse bienfaitrice continuera à financer par ses dons et jusqu'à sa mort en août 1959 le monastère de Toumliline.

En avril 1951 lors d'un nouveau voyage au Maroc, il est convenu de maintenir provisoirement la petite école fondée par le Père Gérard et en juillet 1951 Dom Pierre de la Jonquière prend la direction de l'école. Il cessera sa mission en octobre 1952 à l'arrivée des 20 moines fondateurs. Je n'ai pas d'info sur le devenir de cette école.

Dom Denis Martin est nommé prieur de Toumliline ; les moines arrivent le 7 octobre 1952 et commencent immédiatement leur installation: la rentrée scolaire de la vingtaine d'enfants de familles chrétiennes a lieu le 24 octobre et la bénédiction du monastère le 26 octobre.

L'histoire de Toumliline commence et sera marquée par l'évolution de la situation politique marocaine et ses incidences sur le comportement des français.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
19 septembre 2010, 21:53
Bonsoir Georges 29,

A la lecture de ton message je constate que la présence des bénédictins à TIOUMLILINE est antérieure à cette fameuse date de 1952...puisque tu confirmes qu'en juillet 1951 le bénédictin "Dom Pierre de la Jonquière" prend la direction de l'école religieuse de TIOUMLILINE...

En fait,au vu des journaux officiels de l'époque,le nom exact de ce moine bénédictin serait "René de Taffanel de la Jonquière"...

En ce qui concerne la date de création de cette école privée pour garçons(externat et internat)...la demande d'ouverture a été formulée en avril 1950 par Madame Jacquemard née Duchesse Aline qui en a été directrice en 1950/51...

Aprés avoir laissé la place de directeur en 1951 au bénédictin René de Taffanel de la Jonquière...Madame Aline JACQUEMARD s'est rendue à IFRANE où elle a ouvert et dirigé une école religieuse dénommée Notre Dame des Neiges...

En 1952 c'est le bénédictin Martin Jean-Marie(dans ton message tu parles de Denis Martinconfused smiley) qui a succédé au bénédictin René de Taffanel de la Jonquière...Dans le sujet "AZROU" un intervenant a parlé du "père-maître Martin Jean-Marie"......
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
19 septembre 2010, 22:52
http://www.abbaye-liguge.com/uploads/110.pdf


Jacques Gadille
Professeur retraité d’histoire contemporaine
Université Jean-Moulin-Lyon III

Pour vous permettre de « situer » mon propos, je ferai état de mon attention
d’historien de l’Eglise contemporaine à l’oeuvre monastique, attention jalonnée par les
colloques de Maredsous en 1972, Solesmes en 1975, après la parution de l’ouvrage de dom
Soltner, par les commémorations de saint Benoît, patron de l’Europe, en 1980…. Mais
surtout, c’est mon orientation vers l’histoire et la théologie de la Mission à partir de cette date,
qui m’a fait découvrir le véritable « sursaut » qui est à l’origine de la formidable expansion
monastique dans le monde, à l’initiative des moines d’En-Calcat, dom Robert de Floris et
Denis Martin, fondateurs de Tioumliline au Maroc en 1952,
puis de Bouaké en Côte d’Ivoire
en 1961. Je vous rappelle que l’Aide Inter Monastique (AIM, devenue Alliance
Intermonastères) a été décidée par les Abbés généraux bénédictin et cistercien, précisément à
Ligugé en cette année 1961.2 Il en est résulté un extraordinaire élan de fondations outre-mer
qui aboutit en 2000 à plus de 350 implantations monastiques dans les continents du « Sud » et
en Asie.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
19 septembre 2010, 22:53
Les différences dans les prénoms peuvent venir des changements de prénoms que l'on constate parfois chez les religieux ou religieuses.

Il y avait même deux bénédictins en 1951:

"En juillet (1951), Dom Marie envoya son Sous-Prieur, le Père Pierre de la Jonquière, et un autre moine enseignant, Dom Jacques de Charry, à Tioumliline pour prendre en charge l'école dont on héritait, et aussi pour préparer l'arrivée des moines l'année suivante". (extrait d'un document que m'a donné un moine du monastère de N.D. de l'Atlas).

La date de 1952 souvent citée est celle de la fondation effective du monastère, avant il ne s'agissait que d'une école et d'un "détachement précurseur" de 2 moines

Je ne suis pas certain que le P. Denis Martin se soit directement occupé de l'école car en tant que prieur il avait d'importantes obligations.

En relisant les documents en ma possession je vois que le sous-prieur était le P. Jean-Marie, est-ce le Père Martin Jean-Marie (Dieu seul le sait !) dont tu parles. Il y avait également un Père Jacques en charge des enfants.

J'ai également retrouvé qu'à la rentrée 1955-1956 les bénédictins donnent congé à leurs élèves : " Azrou est devenu le centre d'incidents et de troubles. La région du Moyen-Atlas zone d'insécurité. De plus, le P.Denis estime manquer de professeurs valables. Dans les milieux religieux, dit-il, trop souvent, les bonnes intentions dispensent de la simple honnêteté. Ce serait malhonnête de persuader les parents qu'une bonne éducation suffit à tenir lieu d'études poussées. L'enseignement des mathématiques et des langues vivantes lui paraît insuffisant". L'école est fermée.

Plus tard il semble que les moines ont eu des orphelins marocains sous leur "tutelle morale" : " en 1959, soixante orphelins sont sous la tutelle morale des moines, contre quarante-deux en 1958; sur ce nombre, quinze font leurs études primaires à Azrou; les autres sont disséminés dans divers établissements du secondaire ou du technique. Plusieurs anciens ont trouvé place au sein de l'administration marocaine, dans la police ou les centrales de travaux agricoles"

Un centre d'accueil est ouvert en permanence pour les jeunes de passage et comporte une bibliothèque. Un ciné-club, un camp d'été où des moniteurs bénévoles viennent encadrer les enfants, des bourses de vacances en France complètent l'organisation à destination des enfants d'âge scolaire.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
20 septembre 2010, 10:06
bonjour à tous!!

Villecerf, tu as relevé ce sujet trés interéssant mais tu ne te manifeste pas ! ou es tu???

l'intérieur de la chapelle

amicalement alain76
Pièces jointes:
monastere 1.jpg
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
20 septembre 2010, 12:22
vue d'ensemble du monastère

alain76
Pièces jointes:
azrou monas 2.jpg
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
20 septembre 2010, 12:49
En complément du post de Maurine

Entre décembre 1959 et mai 1960 , Toumliline « prête » sept moines à la Côte-d'Ivoire. Les moines avaient commencé à entrevoir que leurs responsabilités s'étendaient au-delà du Maroc, au continent africain où il n'existait à cette époque que neuf monastères bénédictins et neuf cisterciens.

En même temps des circonstances locales - augmentation des vocations, revenu limité des terres dont dispose le monastère de Toumliline, nécessité d'user avec discrétion de l'hospitalité des marocains en évitant de leur imposer une présence trop lourde - vont amener le P. Denis et un autre moine a entreprendre en janvier 1959 un voyage de plusieurs mois à travers l'Afrique.

Deux aspects se dégagent de ce voyage: l'insistance des évêques à demander des fondations et un nombre important d'africains désireux d'entrer dans la vie monastique. Plus d'une douzaine d'évêques des pays d'Afrique de l'Ouest souhaite une fondation.

Dom Denis Martin hésite: où s'installer, dans le Fouta-Djallon, à Bouaké, à Bobo-Dioulasso et surtout quelle sera la vie de ces moines- en nombre restreint- détachés de Toumliline. Elle risque de perdre son caractère monastique car il faudra mettre en valeur le domaine choisi, organiser la vie au monastère etc... ce qui laissera peu de temps pour les offices et satisfaire à la règle. Faut-il confier à des laïques ces tâches de gestion, d'organisation et de développement du domaine ?

Finalement fin 1959, le sénateur-maire ( musulman d'origine voltaïque) de Bouaké offre aux bénédictins de Toumliline une terre qui n'est autre....qu'un ancien terrain d'aviation de 80 hectares devenu inutilisable car légèrement bombé.

Original d'offrir à des hommes qui aspirent à gagner le ciel un terrain d'aviation !!

La baraque du goniomètre est transformée en monastère, la cuisine et le réfectoire sont abrités dans une hutte au toit de chaume construite par les habitants du village voisin. C'est Dom Jacques de Charry (encore une fois dans le détachement précurseur ) qui avec deux autres pères de Toumliline inaugure la vie monastique en Côte d'Ivoire.
Ils seront rejoints en mai 1960 par quatre moines de Toumliline. La communauté compte désormais sept moines et les travaux de construction commencent.

Ce monastère en chantier sera baptisé par les gens du pays Niamien Soule Kro « le village où l'on adore Dieu »
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
20 septembre 2010, 13:42
les moines dans la salle de lecture

amicalement

alain 76
Pièces jointes:
azrou monastere de toumliline les moines.jpg
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
13 novembre 2010, 22:05
Salut à tous

Pour info le film des hommes et de dieux à été tourné dans ces lieux.

Lien Wikipedia :

[fr.wikipedia.org]

voir fin du chapitre Scénario et tournage.

Amicalement.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
13 novembre 2010, 23:46
Certains anciens moines de Tioum sont encore au Burkina.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
14 novembre 2010, 16:22
Delgato
Je n'ai pas trouvé dans wikipedia la page où on mentionne que "des dieux..." a été tourné à Toumliline.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
14 novembre 2010, 18:40
bonsoir
qu'est devenu ce monastère?
J'y avais fait la retraite de communion solennelle en 1967 ou 68 , et c'est un moment extraordinaire que j'ai vécu. On s'est éclaté comme des fous avec les copains-copines et en même temps c'est un lieu qui favorisait la méditation.
J'en ai en tous les cas un très bon souvenir
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
14 novembre 2010, 21:53
Bonjour à tous

Je n'ai pas suivi ce fil car c'est seulement maintenant (14 novembre 2010) que je reçois des réponses à ma question initiale (19 septembre).

Merci à tous pour ces excellentes informations.

Quelques compléments :

1°) Pour TASMIT : C'est dans le générique du film "des dieux et des hommes" qu'il est indiqué que certaines scènes ont été tournées à Toumliline.

2°) J'ai connu à Villecerf (donc dans la période post Maroc) un moine qui s'appellait le Père Jean-Marie. Il était basé en Côte d'Ivoie ou en Haute Volta. Je ne sais plus. Il venait en repos à Villecerf. Je me souviens d'avoir eu avec lui une conversation sur un voyage qu'il venait de faire en Terre Sainte et qui l'avait enthousiasmé.

3°) Pour Jean Marc : Cette retraite devait être en 67 car à ma connaissance tous le smoines ont quitté Toumliline au printemps 1968.

4°) Les moines de Toumliline se sont répartis entre Villecerf (en France et c'est là qu'est venu le Père Denis Martin) , entre Bouaké (en Côte d'Ivoire et à Koubri (en Haute Volta aujourd'hui le Burkina Faso). Ces monastères sont faciles à trouver sur Internet. En plus de Don denis Martin, j'ai très bien connu le Père Bernard Poupard (petit en taille) qui était professeur de philosophie ainsi que le frère Hubert Saint Georges Chaumet qui s'est malheureusemment tué en mobylette en Seine et Marne à l'âge de 35 ans environ.

Certains des moines de Toumliline sont enterrés au Cimetière de Villecerf où j'ai une résidence secondaire. Lors de mon prochain passage (le WE prochain) j'y ferai un saut pour noter les noms de ceux qui sont enterrés là.
Il me semble aussi avoir connu un Frère Jacques mais je n'en suis plus si sûr qui nous faisait des répétitions de chants.

Je me souviens qu'un vieux moine que nous aimions beaucoup s'appelait Fulcran.

Il y a un Père Gabriel (vendéen) qui est maintenant retiré qui exerce encore un certain ministère à Veneux les Sablons (Seine et Marne - proche de Villecerf) C'est le Père Gabriel qui a dit la messe de funérailles de ma mère en 2002. Je l'ai revu assez récemment.

Le monastère de Villecerf a eu des "heures de gloire" avec cette équipe de moines improbables dans notre campagne. Mais l'expérience n'a pas duré. Certains moines sont devenus prêtres ouvriers avec un certain engagement à gauche et les plus anciens qui étaient encore capables de partir sont repartis en Côte d'Ivoire et en Haute Volta

A la fin de sa vie, Don Denis Martin est revenu à En Calcat où il à fini sa longue et pleine vie. Je suis allé le voir une fois avec ma mère.

Je suppose qu'il y est enterré.

Le monastère de Villecerf (qui fût jadis une maison de Carmélites de Campagnes) ets maintenant une maison d'handicapé géré par une association (Les amis de Karen et Notre Dame de Joye). les murs appartiennent au Diocèse de Meaux.

Merci à tous.

A bientôt.

Jean Marie
Pièces jointes:
Monastère de Villecerf 3.jpg
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
15 novembre 2010, 23:47
@tasmit

C'est dans le paragraphe 3.2 Scénario et tournage à la fin ; copie ci dessous :

Scénario et tournage [modifier]
Sabrina Ouazani, joue une des habitantes de Tibhirine.

En avril 2006, le producteur Étienne Comar voit le documentaire Le Testament de Tibhirine, réalisé par Emmanuel Audrain, sur la disparition des moines[Note 1]. Cela lui donne le désir de consacrer un film aux moines de Tibhirine. En 2007, il propose ce sujet au réalisateur Xavier Beauvois, « parce qu'il a toujours une empathie très forte pour ses personnages, tout en gardant un souci presque documentaire »[8],[Note 2]. Tous deux rédigent ensemble le scénario, dont l'angle d'attaque est la volonté, de la part des moines, de rester en Algérie malgré les risques que ce choix représentait. Ils se sont inspirés des écrits de deux des moines assassinés, Christian de Chergé et Christophe Lebreton[9].

Les acteurs du film ont préparé le tournage en faisant un séjour à l'Abbaye Notre-Dame de Tamié, où quatre des moines de Thibirine étaient passés avant d'aller en Algérie. Ils y ont logé une semaine dans une cellule monastique, et se sont formés au chant grégorien et liturgique auprès de François Polgár, ancien chef de chœur à l'opéra de Paris et chef de chœur des Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly[8],[9],[10].

L'équipe du film a également reçu l'aide d'Henry Quinson, traducteur et auteur d'ouvrages sur les moines de Tibhirine, qui a vérifié la pertinence du scénario, des décors, des costumes et des chants du point de vue de la vie monastique. Il a aussi conseillé les acteurs jouant les rôles des moines. Le scénario a été présenté aux familles des victimes et aux moines de l'abbaye de Tamié. Les conditions de sécurité n'étant pas réunies dans le monastère de Tibhirine, le tournage a eu lieu au Maroc, dans le monastère bénédictin de Tioumililine, situé à 1600 mètres d'altitude[8],[9].
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
16 novembre 2010, 05:50
Pour ceux que cela pourrait intéressé, le Père Bernard Poupard, philosophe ancien de Toumliline que je cite plus haut, est maintenant moine au Monastère de Clerlande en Belgique près de Namur.

www.clerlande.com.

Sa photo figure sur le site web du monastère.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages de philosophie religieuse.

Son adresse mail est :

fr.bernard@belgacom.net

Il est donc un témoin de tout ce dont nous parlons ici, même s'il était assez jeune à l'époque (environ 35 / 40 ans en 1970).

Cordialement.
Re: Monast?re B?n?dictin de Toumliline
16 novembre 2010, 11:31
Bonjour,

J'ai encore deux questions :

Dans état le monastère de trouve-t-il désormais et quel est son usage ?

Peut-on aller facilement et librement aller dans cette région ?

Merci d'avance.

Cordialement

Jean Marie
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2018 - DAFINA