Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V

Envoyé par Jean-Francois.RABATI 
HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
25 septembre 2019, 08:39
HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V

Ceux qui ont fréquenté la famille royale du Maroc ont très vite discerné, outre la grande ambition, le désir impérieux d’Hassan II d’accéder au pouvoir.

Ceci a été documenté aussi bien du côté marocain, notamment par les nationalistes, que du côté français, notamment ceux en soutien à Mohamed V comme des membres du Comité France-Maghreb.

Depuis toujours, j’ai cette appréciation en mémoire. Voilà que je viens de lire sur Wikipedia cette même remarque concernant l’impatience d’Hassan II à gouverner.

Je cite:
Le futur Hassan II, ambitieux et aspirant à succéder au plus vite à son père Mohamed V, presse ce dernier de renverser le gouvernement d’Abdallah Ibrahim et de s’octroyer
les pleins pouvoirs.

Wikipedia : sur Medhi Ben Barka. [fr.m.wikipedia.org]

Pour les plus anciens d’entre vous, aviez-vous eu dans votre entourage cette appréciation sur l’impatience d’Hassan II à arriver au pouvoir ?
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
26 septembre 2019, 00:46
Licencié en droit,il était surtout pressé de moderniser son pays enfermé dans la conception islamique du pouvoir.Malheureusement;comme encore aujourd'hui,il eut contre lui ceux qui non seulement purent perséverer
dans l'application de cette conception mais tentèrent de le tuer.Et celà persiste encore aujourd'hui dans tous les pays islamiques.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
26 septembre 2019, 08:37
Votre post ne concerne pas l’ardente volonté manifesté maintes fois par Hassan II pour accéder au pouvoir.

Mais débattre est intéressant.

Je suis assez d’accord avec la fin de votre propos, mais pas du tout sur la modernisation du pays.

Hassan II a entraîné le pays avec son père vers un état féodal, choisissant même dans la constitution de 1962, taillée sur sa vision du pouvoir, une formule et un principe qui auront les plus funestes conséquences quant à l’islamisation tous azimuts que nous voyons aujourd’hui au Maroc.

Le concept nouveau mis dans la constitution au moment où Hassan II accède au pouvoir : Le Roi, ‘’personnalité inviolable et sacrée’’, proclamé ‘’Commandeur des Croyants’’, ancrera ainsi définitivement le pays dans un état musulman ne tolérant pas l’athéisme ou la conversion pour un musulman.

Comme auront été acceptés et encouragés rapidement les imams venus du Golfe propageant leur idéologie rétrograde, loin de celle qui prévalait précédemment pour l’Islam sunnite du Maroc, le pays s’éloignera pendant maintenant deux générations d’une société moderne. (Évidemment, ce qui s’est passé au Maroc a aussi existé ailleurs avec les imams financés par les pétrodollars. Les extrémistes musulmans sont maintenant partout et en grand nombre).

Alors que les mouvements d’indépendance, dont faisaient partie le Palais avec Mohamed V et Hassan II, avaient un souffle très puissant entraînant vers la modernisation et la démocratisation, Hassan II qui voulait le pouvoir a rapidement fait tourner le dos à un projet de monarchie constitutionnelle pourtant annoncée par Mohamed V pour son futur retour.

Hassan II a très vite bloqué les réformes, par exemple celle agraire en faveur des petits paysans, s’est accaparé des richesses du pays (phosphates, terres des colons), allant plus tard limiter les investissements étrangers par la ‘’marocanisation des affaires’’, fermant le pays sur lui-même.

Même s’il a eu raison de combattre les excès idéologiques pro-soviétiques de certains nationalistes, Hassan II a bloqué et combattu les nationalistes et résistants qui avaient permis le retour de Mohamed V et l’indépendance du pays, allant même rapidement jusqu’aux assassinats politiques (les ‘’années de plomb’’).

Ce peuple marocain qui avait un réel potentiel pour la modernisation a été freiné, bloqué par Hassan II dans cette voie.

Ceux qui ont tenté de tuer Hassan II (Oufkir) n’agissaient pas contre la modernisation du pays mais contre la répression qui s’était abattue lourdement sur les mouvements sociaux et contre les blocages des réformes politiques et sociales, trahissant une partie des idéaux communs de la résistance qui avaient conduit à l’indépendance du Maroc.

Il est dommage qu’Hassan II. n’ait pas utilisé autrement son génie, bloquant une modernité à portée de main et anéantissant toutes les figures qui pouvaient lui faire de l’ombre.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
26 septembre 2019, 13:10
Le constat de la derive du pouvoir de Hassan 2 est une description exacte.Mais les causes de cette derive lui furent imposées par l'influence des tenants de la loi islamique qui l'entouraient ,utilisant les habituelles menaces qui restent la marque de la coercition de la religion islamique.Je fus le temoin de sa volonté initiale ,mais il n'imaginait pas la force d'inertie des peuples soumis depuis des siècles à la charia dite sacrée.Même sa sanglante lutte armée contre les fidèles de son père a échoué.


Le Chah d'Iran en fut la victime la plus evidente,et le retour des Talibans une preuve supplementaire.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
27 septembre 2019, 00:14
Si le Maroc aujourd’hui joue avec le feu avec un très puissant courant islamiste largement guidée par l’idéologie des Frères Musulmans, la situation était tout autre sous Mohamed V et ensuite Hassan II à partir de l’indépendance du Maroc.

Comme réelle force religieuse les Oulémas ne pèsent plus grand chose. Mohamed El Mokri a sans doute encore un poids mais il disparaît en 1957. Ensuite la constitution du Maroc fait du Roi le Commandeur des Croyants, ayant donc pouvoir sur les Oulémas et tout ce qui se réclame de religieux dans le pays.

Ce ne sont pas les sensibilités religieuses qui on freiné Hassan II dans les réformes. S’il a tenu des discours ou des discussions privées où il exposait le frein ‘’des tenants de la loi islamique qui l’entouraient’’ c’était se moquer du monde. Hassan II avait tous les pouvoirs. La constitution marocaine de 1962 a même été vécue comme une trahison par ceux des mouvements d’indépendance et de résistance, comme par les tenants marocains d’une démocratie. (Des centaines de morts par balle chez les jeunes manifestants).

Certes, il a joué de la même manière que les Résidents du Protectorat en s’appuyant sur les campagnes contre les villes où les syndicats de travailleurs n’avaient que peu d’influence et les partis étaient peu implantés, mais c’était plutôt dans ses discours au peuple. Hassan II avait tous les pouvoirs.

Là où je vous rejoins totalement c’est la situation actuelle qui n’est pas celle sous Hassan II bien qu’il ait laissé un Maroc beaucoup plus pratiquant qu’au début de son règne. Au moment de sa mort en 1999, et bien avant, dans les années 80 les mosquées débordent de fidèles.

Il avait préféré laisser venir les imams issus du Golfe, payés par les pétrodollars du,Golfe, leur laisser faire leur propagande rétrograde pour pouvoir dépenser moins et prélever plus au profit de sa cagnotte personnelle considérant sans doute qu’il contrôlerait toujours la situation par la police et les mouchards. Évidemment c’est faux. Il aurait dû se souvenir des résistances à la pénétration française au Maroc.

Comme Hassan II. acceptait volontiers les aides financières en pétrodollars du Golfe, il lui était difficile de refuser les imams qui allaient avec. Les gens du Golfe en ont profité en venant au Maroc s’encanailler en achetant notamment quantité de pucelages et en payant des prostituées qu’ils pouvaient tabasser sans craindre la police marocaine.

Hassan II a voulu protéger la dynastie alaouite en soulignant continuellement à la télévision et dans ses discours que le Roi du Maroc était descendant du Prophète Ali et Commandeur des Croyants. Il n’a cessé à partir des années 70, après les attentats qui l’ont visé, de se montrer à la prière du vendredi.

L’Etat policier est très puissant au Maroc, mais la pensée islamiste aussi. Un livre de deux journalistes français (2006) portait pour titre ‘’Quand le Maroc sera islamiste’’. Si le Roi du Maroc devait être un jour renversé, je ne crois pas le modèle de l’Iran possible, plutôt à une situation à la Taliban mais adoucie par un habillage parlementaire.

Idéologiquement, nous ne sommes pas dans la situation de 1967, mais il faut reconnaître que dans le monde, chez le petit peuple musulman, montent fortement les sentiments anti-Israel et antisémites.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
27 septembre 2019, 03:20
je ne tiens pas à imposer mon opinion sur l'action de Hassan 2.Mais je reste convaincu que c'est l'influence de l'interpretation des sourates sur des populations en majorité peu instruites du Maroc ( et d'ailleurs ) qui les poussent à rejeter toute évolution vers une coexistence pacifique laicisée et moderne.En 1967,Hassan 2 n'a pas pu empêcher les marocains musulmans de vouloir eliminer leurs compatriotes juifs.Il fut même accusé de les avoir vendus contre du blé americain (Hassan el crâa bâa l'yaoud be zrâa)
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
27 septembre 2019, 03:51
En 1967, heureusement les juifs du Maroc étaient peu nombreux car l’attitude des Marocains était des plus hostiles. Cela a incité presque tous les juifs restants à partir du Maroc.

Pour ma part, je reste totalement convaincu qu’Hassan II a totalement gâché l’immense élan vers les valeurs de la démocratie, de la modernité, de la laïcité dont il disposait au moment de l’indépendance.

Ces valeurs qui existaient, au sein d’une partie de l’élite et dans le mouvement national marocain, auraient pu autrement prospérer si Hassan II l’avait voulu. Comme il s’intéressait plus que tout au pouvoir, et à l’acquérir le plus tôt possible, il a tout fait pour écraser cette composante politique qui visait les valeurs de la modernité.

Nous serions aujourd’hui avec une société marocaine beaucoup plus ouverte.

Cela n’aurait pas éliminé une partie des valeurs un peu ou très rétrograde de la pensée musulmane.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
27 septembre 2019, 08:45
HASSAN II PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V

Avant l’expulsion de Mohamed;V, le Prince Moulay Hassan consacrait du temps à sa joyeuse vie à Rabat.

Il roulait en Studebaker rose (voiture américaine) et avait à sa disposition une villa à Souissi où il n’était pas consommé que du thé et du tabac.

J’avais une source, malheureusement décédée, qui était très proche de la bande qui entourait Moulay Hassan.
Cette source avait quitté le Maroc et cet entourage début 1958.


Du côté politique, nous avions des sources qui sont entrées dans plusieurs gouvernements du Maroc indépendant.
J’ai toujours des liens avec certains de leurs descendants.


En tout cas, Hassan II aura très tôt manifesté son impatience à arriver au pouvoir, ceci avant août 1953 date de l’expulsion du Maroc. Le Prince Moulay Hassan avait 24 ans au moment du départ de Mohamed V pour l’exil.


Hassan II sera Roi du Maroc à 29 ans, succédant en mars 1961, au Roi Mohamed V décédé à 51 ans seulement,
alors que ce dernier assurait aussi, depuis mai 1960, la fonction de Président du Conseil de Gouvernement du Maroc. Donc Roi et Premier ministre en même temps.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
28 septembre 2019, 08:50
Quelques soient les aspects discutables de la vie de Hassan 2,son desir de faire evoluer la société marocaine vers
les valeurs occidentales de la France ,que ses dirigeants n'avaient pas su enseigner à la majorité des habitants en leur refusant l'accès aux écoles publiques et aux professions administratives,son desir fut tenu en échec par l'élite instruite
qui voulait garder le pouvoir,que seule une théocratie pouvait lui garantir.Les propos que j'eus le privilège d'echanger avant son accès au pouvoir n'étaient pas ambigus.Il a enormement souffert de son incapacité à convaincre et a fini par renoncer.
Et je ne fus pas surpris,lorsqu'il mit en garde le President français sur le fait que jamais les immigrés d'origine marocaine et leurs descendant n'accepteraient jamais de devenir de vrais citoyens français.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
28 septembre 2019, 16:23
Précédemment aussi, j’avais bien lu l’existence de cet entretien privilégié que vous aviez eu avec le futur Hassan II et la teneur du discours qu’il contenait.

A cette époque, peut-être avait-il une très forte envie de faire bouger les choses en pouvant introduire de la modernité dans un pays où les mentalités anciennes prévalaient.

Vous dites qu’il avait ‘’fini par y renoncer’’.



Je souligne tout de même que Mohamed V , qui n’était pas un moderne, avait demandé dès 1947 à sa fille Lalla Aïcha de prononcer le discours de Tanger.
Énorme charge symbolique qui faisait plus que bouger les lignes et qui aura un retentissement énorme auprès des Marocains et surtout des Marocaines. Tout le pays s’en souvient encore.
A cette époque, ce discours prononcé par une princesse de 17 ans avait donné aux femmes du Maroc un énorme coup de modernité alors qu’elles étaient jusqu’alors cantonnées dans la sphère privée s’occupant des enfants et des travaux ménagers.

Il renonce vite le futur Hassan II, alors qu’il n’est pas encore au pouvoir. Cela, je l’appelle une décision.
.
Hassan II était pressé de remplacer Mohamed V mais pas de moderniser le pays.
.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
29 septembre 2019, 14:29
"Hassan II était pressé de remplacer Mohamed V mais pas de moderniser le pays."

J'affirme pour l'avoir entendu de la bouche du Roi Mohammed 5 ,qu'il desirait depuis son retour se consacrer à refléchir sur la nature des rapports politiques que son pays indépendant devait instaurer avec la France,en pressant son fils Hassan
de le remplacer en étant parfaitement d'accord avec sa vision liberant le peuple de la pression etouffante d'un islam qu'il savait incompatible avec la liberté ,contraignant les individus à ne penser que selon ses preceptes desuets.

Sa mort prematurée n'a pas permis de realiser ce projet d'association avec la France,laissant son fils aux prises avec des nantis uniquement interessés à garder leurs privilèges en l'empêchant d'agir sans contraintes de toutes sortes.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
30 septembre 2019, 04:40
Loin de moi la plus petite idée de douter de quelque manière que ce soit de ce que Mohamed V vous avait déclaré personnellement.

Ce que vous dites sur la mission qu’avait confiée Mohamed V à son fils le futur Hassan II va exactement dans le sens que j’indiquais en soulignant que leurs entourages marocain ou français avaient constaté l’impatience du prince à accéder au plus tôt au pouvoir et à remplacer le Roi Mohamed V.

Mohamed V a très tôt répondu à cette attente en donnant des titres à Hassan II et en lui confiant des missions officielles.

Hassan II sera nommé dès l’indépendante du Maroc en 1956 chef d’etat-major des forces armées royales alors qu’il a à peine 27 ans.

Et il faut se rappeler que Mohamed V avait limogé en 1959 le premier ministre Abdallah Ibrahim (nommé en 1958) qui mettait le Maroc sur des bases économiques et sociales modernes avec la création de la sécurité sociale, la création du dirham, la réforme agraire au profit des petits paysans, la création des premières industries nationales.

Par le limogeage d’Ibrahim et la reprise directe du pouvoir par Mohamed V (et Hassan II) la modernisation du pays pouvait attendre.

Il y a les mots et il y a les actes !

Mohamed V n’a rien fait pour conduire le pays à une pratique de la religion plus ouverte. Son fils Hassan II fera bien pire en matière de religion.

Concernant les rapports avec la France après l’indépendance, Mohamed V a laissé le territoire marocain accessible aux Français pour des opérations contre les indépendantistes algériens qui s’y réfugiaient. Mohamed V a aussi fait réprimer par les forces royales l’armée de libération marocaine qui avait pour revendication le départ des troupes françaises qui disposaient toujours de bases au Maroc.

Le Général de Gaulle annonçait, dès l’accession au trône d’Hassan II, la libération des bases militaires françaises du Maroc.

J’ai beaucoup d’affection pour Mohamed V mais aucune admiration sur les politiques religieuse, économique et sociale qu’il a menées de 1956 jusqu’à sa mort en février 1961.

C’est vraiment dommage et aujourd’hui la situation religieuse est bien plus rétrograde qu’à l’époque.
.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
30 septembre 2019, 06:17
Vos doutes rejoignent ceux de tous les temoins qui ont vécu les évènements.Le père et le fils avaient une conception de la gestion du Maroc indépendant qui remettait en question le pouvoir de castes que leur exil avait permis de croire qu'elle pourrait conserver longtemps.Le Glaoui et ses partisans d'un part,protégés des français,les caids enclins à adopter les méthodes de pouvoir local ,les Riffins en revolte seculaire,les riches commercants desireux de reprendre un pouvoir economique ,les communistes encouragés et financés par l'internationale soviétique imposant sa force à l'occident affaibli d'autre part.A cette coalition ,seule une armée fidèle aurait pu permettre de règner en paix ,mais les généraux étaient issus de ces castes corrompues .
Seuls les Juifs qui ont apporté un soutien indefectible ,se sont trouvés menacés par l'internationale islamique dès 1948 ,qui ont obligé le Maroc à s'allier aux pays qui ont declaré et perdu la guerrre contre Israel,et ont quitté plus ou moins pacifiquement leur pays.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
30 septembre 2019, 08:14
Sur bien des points de votre dernier propos, je ne serais pas d’accord avec vous. Mais nous pouvons nous rejoindre.

Nous sommes d’accord sur le fait que la création d’Israel a excité les musulmans des pays arabes, du Maghreb. Le panarabisme n’a pas aidé à la vie pacifique entre musulmans et juifs dans les pays où ils vivaient ensemble depuis des siècles et s’est traduite par des heurts parfois sanglants. Le paroxysme a été la guerre de 1967 où Israel a humilié la coalition des pays arabes qui avait attaqué.

Entre la Shoah qui a fait prendre autrement conscience de la fragilité du juif en terre musulmane, le sionisme et les mouvements sionistes qui ont travaillé de l’intérieur les communautés juives, les difficultés économiques nées des bouleversements opérés à cause de la guerre 39-45, l’indépendance du Maroc, les juifs du Maroc ont trouvé d’excellentes raisons pour quitter ce pays où ils étaient nés.

Mais une fois le Maroc indépendant, le Glaoui ne pesait plus grand chose. Les caïds aussi ont fait allégeance à Mohamed V. Seul le Rif pouvait bouger encore un peu.

Donc, à l’indépendance le pouvoir de castes est celui du Roi et ses obligés qu’il désignait. Les castes c’est le Roi. Les plus grands corrompus sont en fait le Roi qui s’est servi pour enrichir sa cagnotte personnelle qui a grossi de manière exponentielle. Avant l’indépendance la fortune du Roi du Maroc n’était pas bien grande.

Et le Roi a permis, voire organisé, un système de corruption et de prébendes au profit de ses courtisans et de ceux à qui il avait donné du pouvoir. Tous ne se sont pas servis.

La corruption au niveau du Palais et de tous ces courtisans, c’est ce qui a provoqué l’attentat contre Hassan II en 1971. Les généraux n’étaient pas issus de castes corrompues. Ils venaient de tous horizons.

Que les juifs du Maroc aient une reconnaissance indéfectible en la personne de Mohamed V est un fait incontestable, mais ils étaient de moins en moins nombreux quittant leur pays de naissance.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
30 septembre 2019, 10:19
A mon avis et par ma connaissance de l'evolution du rôle du Roi,Hassan fut obligé,devant la puissance de ses contradicteurs ,obligé je répète de soudoyer,de créer un clan qu'il a cru capable de le protéger.La richesse qu'il a accumulé fut une necessité vitale,car il savait que ce clan ne le defendrait pas en cas de renversement .C'est la raison pour laquelle elle fut expédiée en France et en Suisse.
Les guerres fratricides entre musulmans,dont celle d'Algérie se perpetuent devant nos yeux,elles ont debuté entre les premiers califes,même quand ils massacraient les "infidèles",dont les premières victimes furent les hebreux yéménites qui étaient majoritaires au temps du Prophète.
En se réclamant descendant direct de celui-ci,il a cru pouvoir eviter d'être victime du clan islamiste,et ce fut le jour de la declaration, une journée très amusante au Palais.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
30 septembre 2019, 12:22
Hassan II , homme de très grande intelligence, s’est largement mis à l’abri des islamistes en se réclamant de descendants du prophète Ali et en sanctuarisant la personne du Roi en tant que ‘’personnalité inviolable et sacrée’’.

Un coup de maître !

Vous dites que ce jour-là était une journée très joyeuse au Palais.

Racontez-nous !
.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
30 septembre 2019, 14:29
Aux quelques privilegies interessés et anlystes des religions auxquels il confiait son opinion sur les similitudes ,plutôt ce qu'il apppelait transcriptions de la juive,il annonça avoir trouvé qui était son ancêtre.Ce fut un éclat de rire général suivi d'un serment de silence accompagné d'un repas et de pâtisseries .Nous avions cru à une plaisanterie,mais quand l'annonce fut officielle,nous avons compris le sens de cette démarche et ultérieurement ses conséquences
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
30 septembre 2019, 22:01
Très intéressant votre récit de cette joyeuse réunion avec Hassan II.

Je ne sais pourquoi, je retrouve dans vos propos la personnalité d’Hassan II telle que mon père pouvait la décrire lorsqu’il venait en famille et s’arrêtait dans notre campagne près de la forêt de la Mamora.

Cette campagne qui était très jolie est devenue propriété de Moulay Abdallah et appartient désormais, avec beaucoup de terres autour, à Moulay Icham qui vit aux USA, cousin du Roi actuel.

Puisqu’il y a eu une annonce officielle ensuite, peut-on savoir quelle était cette annonce ?

Vous pouvez me l’adresser éventuellement en message privé.

Bien cordialement.
.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
01 octobre 2019, 02:56
Merci de proposer MP,mais je crois que pour les lecteurs eventuels de nos conversations,c'est une chance de pouvoir mieux connaître nos Rois.
Ceci dit, le terme "officiel"est erroné,ce ne ne fut pas une annonce publique mais un celle d'une responsabilité avec "Commandeur des croyants" qui incluait "defenseur des mosquées" de Jerusalem,valable encore aujourd'hui,ignorée superbement par les pays musulmans comme elle fut dans les sourates.
Un des moments qui fut deprimants pour Hassan,fut le sort de ses amis juifs pendant l'avilissante visite de Nasser.Tout le monde s'en souvient.
En octobre 1942,son père reçut une delegation qui vint s'informer de decisions qu'il pouvait prendre pour protéger ses sujets juifs de la menace nazie qui préparait la venue au Maroc de responsables chargés de leur deportation que Nogues,resident général approuvait .La réponse fut celle d'un musulman convaincu de son rôle : rien d'autre que sauver les enfants en les confiant à des familles qui les convertiraient.Ce n'était pas un genocide physique mais un genocide culturel preconisé par le Coran.
Après la mort de son père,c'est Hassan qui me confia la presence du mien ,qui ne nous le dit jamais pour ne pas ternir l'image du sien
Ce que je voudrais,c'est que Hassan ne fut pas jugé sur son comportement visible,mais qu'il fut dans l'incapacité de convaincre pas plus d'imposer sa vision de l'evolution necessaire de la loi religieuse.


C'est une tâche que je saurais mener à son terme,le plus triste pour moi est que mes propres enfants ne veulent plus rien savoir du Maroc.,et encore moins de son histoire.
Merci de votre amitié virtuelle.
Re: HASSAN II. PRESSÉ DE SUCCÉDER À MOHAMED V
01 octobre 2019, 05:24
Il est très émouvant de lire le récit d’une partie de vie familiale exceptionnelle et touchante. Gloire aussi à Mohamed V pour ses protections de juifs.

Au Maroc, depuis Mohamed V il existe une composante réelle de protection des juifs marocains et de la culture juive notamment au travers de la restauration de quelques synagogues ou la création autorisée du Musée du Judaisme marocain à Casablanca en 1997. Je crois qu’il n’existe rien de comparable dans les autres pays musulmans.

Ce musée a été créé du vivant d’Hassan II et aujourd’hui encore, sous Mohamed VI, il me semble que cette politique est continuée.

Je vois que vous faites un pont entre cette protection par Hassan II du Judaisme au Maroc et ce titre de ‘’défenseur des mosquées de Jerusalem’’, très méconnu, en effet.

Hassan II était un homme cultivé, d’une grande intelligence, complexe, plein de contradictions. Je considère qu’il a mal géré ces potentialités énormes qui étaient à sa disposition. C’est bien dommage pour le Maroc.

Je peux avouer qu’Hassan II m’avait impressionné lorsque j’étais adolescent au point que je considérais le ‘’despotisme éclairé’’ comme la meilleure forme de gouvernement pour le Maroc et au-delà. Ayant pris conscience des carences et des déviances du personnage, j’ai changé d’opinion plus tard.

De ma famille, je suis celui qui est le plus attaché au Maroc.

Je trouve dommage que vos enfants ‘’ne veulent plus rien savoir du Maroc et encore moins de son histoire’’. Ils sont nombreux ceux à avoir coupé les ponts avec le Maroc et son histoire. Nous avons tous des racines plus ou moins glorieuses. C’est pour moi une grave erreur que de se couper une partie de ses racines. On se construit avec ses racines ou contre, mais en les connaissant.

Vous me m’avez pas éclairé lorsque Hassan II a annoncé ‘’avoir trouvé qui était son ancêtre’’.
;
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2020 - DAFINA - All Rights Reserved