Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Deces du Rav Itzhak Kadouri, le plus grand Cabbaliste du XXeme siecle..

Envoyé par cohenelie 
Deces du Rav Itzhak Kadouri, le plus grand Cabbaliste du XXeme siecle..
29 janvier 2006, 10:12
Bonjour,

Hier s'est eteint a Jerusalem un des plus grands rabbins de notre epoque, Tres grand Cabbaliste et un puits sans fond et inepuisable de savoir et de mysticisme juif.

J'ai eu le tres grand privilege de l'avoir rencontre a deux reprises a sa synagogue et a son domicile en novembre 1989 lorsque je traversais moi-meme une profonde crise dans ma vie personnelle.
A ma premiere rencontre a sa synagogue apres le Arbite le Rav m'avait tout simplement beni ainsi que mes enfants ( qui n'etaient pas avec moi) .
A ma seconde rencontre a son bureau ( domicile) dans un vieux quartier de jerusalem , le Rav Kadouri a ecoute le recit de mes serieux ennuis ,et a travers la traduction instantanee de son secretaire -interprete car il me parlait dans une langue qui m'etait inconnue, peut etre de l'arameen que son filleul , secretaire me traduisait en hebreu, il me dit de ne pas m'en faire et que ma situation s'ameliorera dans un proche avenir et que je devrais accepter ce que le destin me reserve, car Hakol hou le Tova, c-a-d que tout ce qui m'arrivera , je devrais l'accepter sans resistance, meme si a prime abord les reponses a mes problemes ne sont pas evidentes.
Je suis sorti de sa demeure tres optimiste et je ressentais avec le recul une sorte d'invulnerabilite...j'avais aussi en poche quelques instructions en Arameen de sa main ( avec traduction en hebreu dans une autre feuille) a suivre. Tres mystiques ces instructions, mais aussitot de retour au Canada, je les ai suivies a la lettre, et etait tres etonne de n'avoir pas recu les resultats que j'avais esperes...
J'ai du "souffrir" encore plus , et ce pendant un an, puis ma vie a pris un tournant que je ne pouvais prevoir un an et demi plus tot, et j'ai alors compris ce que le Rav m'avait dit:

La reponse que nous attendons n'est pas souvent ce que l'on espere, elle est bien souvent d'une autre nature , chose que je n'aurais decouvert sans cette crise.Tout compte fait ..ma vie a repris son cours d'antan mais avec en plus une maturite d'esprit et une comprehension des voies complexes de D.ieu que je n'aurais jamais imaginees auparavant.
Mes rencontres avec Le Rav Kadouri m'ont marque.
A son cabinet, ou plutot a son etude j'ai ressenti toute la force mystique que le judaisme et son mysticisme pouvait engendrer , en presence d'un de ses plus grands disciples et maitres .
Cette reunion qui n'a dure que 30 a 45 minutes , ecoutant cet homme frele, fumant ses cigarettes par l'intermediaire de ces longs filtres que les dames utisaient dans les annees 1950's , m'avait semble sur-reelle et ce malgre toutes mes difficultes de l'epoque.
Tout compte fait, grace a ma crise personnelle j'ai eu droit a un tres grand privilege...
...car sans cet evenement difficile dans ma vie a la fin de 1989, le mari de ma jeune soeur de Jerusalem dont le papa est d'origine irakienne ne m'aurait jamais propose de rencontrer ce grand Rabbin de sa synagogue, ce Rabbin dont j'ignorais l'existence jusqu'alors..
Mes connaissances de la Cabbalah se resumaient a ce que j'avais entendu a la synagogue de Dar R'bi ( Rabbi Chalom Zaoui a Rabat ) les samedis soirs et aussi les etudes devant le tombeau de Rabbi Shelomo Belhenss a l'Ourika pendant les annees 1950's, annees de ma tendre jeunesse.Mais et je le repete assez souvent que c'est grace a ces rencontres occasionnelles avec des Cabbalistes du Maroc que mon pere frequentait des fois que j'ai toujours eu un esprit ouvert au Mysticisme juif et a sa force spirituelle qui transcende toutes les logiques que nos maitres cartesiens ont essaye tout le long de nos annees scolaires laiques a nous inculquer.

J'ai trouve chez ce grand maitre Cabbaliste des reponses mysterieuses qui a prime abord etaient obscures et indechiffrables mais qui au long des annees qui allaient suivre m'ont ouvert des optiques et des certitudes que je ne connaissais pas ...

Je vais reproduire plus bas le reportage du deces de ce grand homme, cet homme faiseur de miracles...



elie cohen







Pièces jointes:
p169_kadouri.jpg
Re: Deces du Rav Itzhak Kadouri, le plus grand Cabbaliste du XXeme siecle..
29 janvier 2006, 10:15


Décès du Maître de la Kabbale

Rolland Duperry pour Guysen Israël News

Samedi 28 janvier 2006 à 22:16


Le Rav Itzhak Kadouri s'est éteint le samedi 28 janvier à Jérusalem vers 22h10. L'inhumation aura lieu dimanche à 13h30 au cimetière de Guivat Shaoul dans la capitale.

L'état de santé du vénérable kabbaliste, hospitalisé depuis une quinzaine de jours à l'hôpital Bikour Holim, s'était dégradé cette semaine.


Pourtant samedi soir dernier, dans un sursaut, ce dernier aurait transmis aux proches qui se trouvaient à son chevet un dernier message des plus surprenants.

Selon des proches qui se trouvaient parmi eux, le rav Kadouri aurait déclaré en Hébreu : "Les kabbalistes analyseront mes récentes déclarations concernant la rédemption et Mashiah et révéleront le nom secret de Mashiah qui m'a été dévoilé le 9 Hechvan 5764 (4 novembre 2003)". Le Rav Kadouri a affirmé avoir rencontré personnellement le Mashia'h. "Il n'arrivera pas en disant " Je suis le Mashia'h, donnez-moi les rênes ".
Ce seront plutôt les cabalistes qui découvriront son nom secret au travers de codes que j'ai dévoilé, et la nation lui demandera de la diriger ".

Après ces déclarations, une cérémonie aurait eu lieu en présence de 4 personnes au cours de laquelle le Rav Kadouri aurait murmuré à l' une d'entre elles des codes cabalistiques. Le nom de cette personne n'a pas été dévoilé.

Il est évident que le décès du Rav Kadouri laissera un vide important au sein du peuple juif, et dans le monde spirituel.

En 1990, avait eu lieu une mémorable rencontre entre le Rav Kadouri et le Rabbi de Loubavitch, au cours de laquelle les deux grands saints avaient échangé une interminable poignée de main, et s'étaient ouvertement entretenus de l'imminente venue de Mashia'h.

Le Rabbi de Loubavitch avait rappelé au rav Kadouri, que la signification même de son nom évoquait une influence spirituelle sur l'ensemble du monde. ['Kadour' en hébreu signifie globe. NDLR]

Alors qu’il était âgé de 16 ans, le Ben Ich Haï, l’un des maîtres du judaïsme séfarade du 19e siècle, l’avait béni en lui promettant une longue vie. Même si personne ne connaît son âge exact, il était considéré avoir entre 106 et 113 ans.

Le Rav Kadouri, arrivé en Israël à l’âge de 17 ans a étudié avec les plus grands maîtres de la Kabbale dont Rabbi Salman Eliahou, père du Grand Rabbin d’Israël, Mordekhaï Elyahou. Ce dernier était d’ailleurs présent au côté du Rav jusqu’à son dernier souffle.

Le Rav Kadouri était considéré comme l’un des plus éminents kabbalistes du XX siècle et l’on lui attribue de très nombreux miracles et une vingtaine d’exorcismes.

Pour autant, le Rav a toujours fait en sorte de rester dans l’ombre et consacrait la majeure partie de son temps à l’étude et à la prière et laissait peu de place aux heures de sommeil ni même aux repas. Il se levait chaque nuit pour prier et étudier jusqu'aux premières lueurs sur jour. Il se reposait jusqu'à environ 7 heures du matin, heure à laquelle il se rendait à la prière dans la synagogue de la Yéchiva 'Nahalat Ytzhak' à Jérusalem.

C’est seulement après la guerre de Kippour qu’il a été reconnu par tous comme un véritable maître de la Kabbale pouvant se servir de cette dernière pour réaliser des ''miracles'' . A cette époque, les familles des soldats disparus pendant la guerre venaient le voir pour savoir si leurs enfants étaient encore en vie.

Malheureusement il n'aura pas vu la réalisation de sa dernière grande requête. Elle s'adressait au Président Bush et consistait en la demande de libération immédiate de Jonathan Pollard.




Pièces jointes:
p90_kadouri3.jpg
Re: Deces du Rav Itzhak Kadouri, le plus grand Cabbaliste du XXeme siecle..
29 janvier 2006, 10:31
Plus de deux cent mille personnes, juifs et disciplies du Rav Itshak Kadouri ont acconpagne ce Tsadik a sa derniere demeure, au cimetiere de Guivat Shaoul a Jerusalem,

..c'est a ce cimetiere aussi que reposent mes parents , deux de mes freres et certains autres membres de ma famille. Il surplombe l'autoroute Jerusalem-Tel Aviv et toute la belle vallee et les montagnes de cette partie des alentours de la capitale que nous appelons Harei Yehouda, les Monts de Judah.

Pour cet homme si pieux,si sage,si venere,et si proche de D.ieu, les Hauteurs de Jerusalem sont ce qui a mes yeux se rapprochent le plus sur cette Terre de l'endroit ou sa depouille mortelle puisse se reposer et son ame benie puisse encore proteger de sa saintete la Terre Sainte et les Habitants d'Israel.


Beni soit son nom a tout jamais...


elie cohen





Pièces jointes:
i250_enterrement_kadouri.jpg
Re: Deces du Rav Itzhak Kadouri, le plus grand Cabbaliste du XXeme siecle..
29 janvier 2006, 12:04
Le Rav Kadouri a dit....

....J’ai rencontré le Mashiah!

-------


le 30/10/2005 17:40:39, A7fr a écrit :


Le Rav Kadouri : j’ai rencontré le Mashiah

L’éminent kabbaliste, le Rav Itshak Kadouri, continue de surprendre ses élèves en leur révélant des secrets de Kabbala : cette fois-ci, c’est lors d’un cours donné durant Shabbat sur la personnalité du Mashiah, qu’il a annoncé l’avoir rencontré il y a près d’un an.

Après avoir annoncé bien à l’avance les nombreuses catastrophes naturelles qui frappent le monde ces derniers mois, le rabbin centenaire continue de diffuser de nombreux secrets de Kabbala liés à la Délivrance et aux temps messianiques.

Selon le Rav Kadouri, nous nous trouvons déjà dans la première période de la délivrance finale. Le Mashiah se charge aujourd’hui de ramener les juifs vers la Torah.

Le site NFC, qui rapporte ces informations, a obtenu confirmation du site officiel du rabbin et de son petit-fils, Yossi Kadouri. Ce dernier a rappelé que, lors d’une rencontre entre son grand-père et le Rabbi de Loubavich z’’l, l’Admour lui avait assuré qu’il vivrait assez longtemps pour voir le Messie.

NFC a rapporté en condensé le cours, qu’un des élèves du rav Kadouri s’est chargé de rendre compréhensible.

Nombreuses sont les personnes qui ont du mal à accepter la possibilité que les grands changements qu’ils espèrent seront réalisés par un homme de chair et de sang, a indiqué le rav. La Délivrance, rappelle-t-il, qui nous mènera à une paix mondiale, sera dirigée par un homme qui se verra confié le pouvoir. Le Mashiah parviendra à mener Israël vers la Torah par amour et à ramener les dispersés de Diaspora vers la Terre d’Israël. Ses paroles et son enseignement seront acceptés par une grande partie des hommes et il ne sera lié à aucune forme de politique.

Selon le rav Kadouri, qui se base sur les écrits de Maimonide, il se servira des médias pour faire passer son message : les instruments qui ont servi à profaner le monde serviront à le purifier.

Nombreux sont ceux qui auront du mal à croire qu’il s’agit véritablement du Mashiah, affirme le rabbin, mais, ce seront justement les personnes éloignées de la Torah qui le reconnaîtront facilement, car ils ont soif de spiritualité. Le Messie ne parlera pas d’ailleurs en termes de ‘’religieux’’ ou ‘’laïcs’’.

Deux phases précéderont son dévoilement : la première, durant laquelle il agira pour renforcer son statut de ‘’Mashiah potentiel’’, sans savoir encore qu’il l’est. La deuxième, durant laquelle il se révélera à certaines personnes, pas nécessairement des rabbins. C’est alors qu’il se révèlera pleinement, a déclaré le Rav Kadouri, qui a ensuite affirmé qu’à ce stade, "nombreux sont ceux qui s’étonneront : «C’était lui ?», car il connaît de nombreuses personnes et de nombreuses personnes le connaissent".

Le rabbin a conclu en répondant à la question d’un élève qui lui demandait qui était le Mashiah : «Celui qui le connaît ne dit pas son nom et celui qui dit un nom prouve qu’il ne sait rien». LD


[www.a7fr.com]


Pièces jointes:
ravkaduri.jpg
Re: Deces du Rav Itzhak Kadouri, le plus grand Cabbaliste du XXeme siecle..
29 janvier 2006, 12:12
dimanche 29 janvier 2006 - 29 Tevet 5766

Près de 300 000 personnes aux obsèques du Rav Cadouri zts"l
Claire Dana Picard
dimanche 29 janvier 2006 - 15:27






Le Rav Cadouri, zatsal, qui s’est éteint samedi soir à l’hôpital Bikour Holim à l’âge de 104 ans, était vénéré de tous. Une foule impressionnante composée de près de 300 000 personnes, d’après les estimations de la police, a tenu à accompagner dimanche, en début d’après-midi, le cortège funèbre qui a pris son départ devant la yechiva de l’éminent kabbaliste, située dans le quartier de Boukharim, à Jérusalem. L'assistance a prié avec ferveur en souvenir du Juste qui vient de quitter ce monde.

Les obsèques se sont déroulées en présence des deux grands rabbins d'Israël, le Rav Shlomo Amar et le Rav Yona Metzger, et du président de l'Etat, Moché Katsav.

Après la lecture des Psaumes, le convoi a pris la direction du cimetière du Har Hamenouhot, à Guivat Shaoul, où le Rav Cadouri a été inhumé.

La police a pris ses dispositions dans la matinée, fermant plusieurs artères du quartier pour éviter des embouteillages et conseillant aux automobilistes de garer leur voiture dans le parc de stationnement de la Guivat Hatahmoshet. Malgré ces précautions, la circulation à l'entrée de la ville était saturée lors du passage du cortège.

Le président de l’Etat Moché Katsav a prononcé l’une des oraisons funèbres en souvenir du grand sage. Il a notamment déclaré que "l’une des plus grandes sommités de cette génération venait de disparaître". Il a rappelé qu’il s’agissait d’un des guides spirituels les plus respectés de l’époque contemporaine. S’adressant au défunt, il lui a demandé d’intercéder en faveur du peuple juif.

Moché Katsav a rappelé en outre que "le Rav Cadouri se distinguait par sa discrétion, sa simplicité et son train de vie modeste". Il a ajouté : "Il servait d’exemple à tous par son désintéressement face aux biens matériels et par son attachement aux valeurs spirituelles, morales, humaines et juives qui accompagnent le peuple juif tout au long des générations."

Le Rav Moché Cohen, qui dirige la synagogue de la Yeschiva, a déploré à son tour la perte immense que venait de subir le peuple juif. Il a évoqué la grandeur de son maître, rappelant que de nombreux malades avaient été guéris grâce à ses prières et que des femmes stériles avaient pu mettre au monde des enfants après son intervention.

Le rabbin Reuven Elbaz, directeur de la Yechiva Or Hahayim, a prononcé son discours en sanglotant, soulignant que le Rav Cadouri était l’un des plus grands kabbalistes de l’époque contemporaine.

Le leader du parti orthodoxe séfarade Shass, Elie Ishaï, a demandé dimanche matin aux membres de son mouvement de cesser toute activité politique pendant la semaine de deuil et de consacrer ces journées à l’étude de la Tora en souvenir du grand Tsaddik.





Pièces jointes:
rabbinkaduri_s.jpg
Re: Deces du Rav Itzhak Kadouri, le plus grand Cabbaliste du XXeme siecle..
09 février 2006, 06:53
LE DOYEN ET LE PLUS GRAND DE NOS CABALISTES N'EST PLUS !

Par le Rav Arié Levy pour Guysen Israël News

Lundi 6 février 2006 à 23:05


J'ai eu cette semaine l'honneur d'assister au dialogue entre le rav Mordékhaï ELIYAHOU et son frère aîné, rav Naîm ELIYAHOU. Qui d'autre que ces deux grands cabalistes pouvaient avec tant d'émotion, faire revivre 70 années de la vie du rav Its'haq KADOURI ?



Alors qu'ils étaient encore enfants, ils ont admiré ce jeune 'Hakham arrivé de Bagdad, dont la volonté de fer ne connaissait aucune limite lorsqu'il s'agissait d'apprendre et d'élargir ses connaissances.

Rav Mordékhaï : Lorsque nous sommes arrivés Motsaé Chabbat auprès de son lit, les médecins hésitaient encore à se prononcer sur son état. Je pris à part le médecin en chef du service, Dr Kleinman, qui le soignait avec beaucoup d'abnégation, et je lui dis : son état n'est pas bon. Nous avons une méthode pour le savoir, c'est de toucher les pieds afin de voir s'ils refroidissent. Le docteur Kleinman consulta le matériel médical auquel le rav était branché, craignant que la nouvelle de la dégradation de son état n'arrive aux oreilles des centaines de personnes qui s'étaient groupées à l'entrée de l'hôpital Bikour 'Holim à Jérusalem.

Deux semaines plus tôt, je lui avais rendu visite à un moment où il paraissait absent. Je m'adressai quand même à lui : Rabbi Its'haq, comment désires-tu que nous procédions ? " Ana békoa'h ", " Yochèv bésétèr " ou " Chir hamaâlot " ? Il s'agit de trois façons différentes de dire le vidouï qui se lit au moment où l'âme quitte le corps. A la grande stupéfaction des médecins, il souleva sa main et me fit signe en me montrant trois doigts. Ce qui voulait dire qu'il désirait que nous agissions selon les trois méthodes. Cette image reste gravée dans ma mémoire.

Rav Naïm : Vingt minutes plus tard, son âme pure a quitté son corps. Nous avons agi selon ses instructions et nous avons commencé la lecture des versets. Je dois vous dire que ce fut un moment particulièrement unique et émouvant, et je pense que ceux qui étaient présents ne l'oublieront jamais.

J'ai eu le grand privilège de m'occuper avec six autres de ses disciples de la purification de son corps. Je dois vous dire que pendant tout ce temps, son visage était lumineux comme la lumière du jour, et si quelqu'un était entré dans la pièce, il aurait eu du mal à croire que Rabbi Its'haq n'était plus parmi nous.

Rav Mordékhaï : Il est écrit que " celui qui recherche les honneurs les voit fuir devant lui ". Sa mort et son enterrement nous ont donné une image de ce que peut être l'honneur dû aux Sages, lorsque plus de deux cent mille personnes lui ont rendu l'hommage qu'il méritait.

La longue et très forte amitié qui nous a liés au rav KADOURI a vu le jour dans la prestigieuse Yéchivat PORAT YOSSEF il y a quelques décennies. Notre famille logeait dans l'enceinte de la yéchiva, où un appartement nous avait été alloué par la direction. A la famille du rav KADOURI ainsi qu'à celle de Rabbi Avraham Yé'hèzqel avaient été allouées des dépendances, comprenant également un atelier où 'Hakham Its'haq ainsi que nous l'appelions, s'occupait de relier les livres de la yéchiva. Il ne se contentait pas seulement de relier les livres abîmés, il les étudiait à fond. Et il a ainsi continué tout au long de sa vie lorsqu'on lui apportait un livre précieux pour son détenteur. Il l'étudiait d'abord, il prenait des notes, puis il le reliait. On l'appelait " Its'haq hakorèkh-Ists'haq le relieur ". Il avait une méthode particulière pour préparer la colle, utilisant des morceaux de cuir qu'il laissait cuire jusqu'à l'obtention d'une colle particulièrement forte. Un livre relié par lui pouvait être utilisé pendant des années par les étudiants sans que les pages ne se décollent.

Un soir, nous avons découvert que la capacité du relieur ne résidait pas seulement dans ses mains, mais aussi dans sa parole. La direction de la yéchiva avait décidé d'ajouter au programme un cours de Moussar (morale, éthique) une fois par semaine, qui serait donné en alternance par le Roch Yéchiva, le directeur et l'un des professeurs. Ce jeudi-là on nous a annoncé que le cours serait assuré par le rav KADOURI. Nous étions étonnés ; le relieur allait-il nous donner un cours de Moussar ? Nous étions tous présents à ce cours, et la façon dont 'Hakham Its'haq nous l'a transmis nous a prouvé qu'il n'était pas seulement un maître en matière de reliure.

Rav Naîm : Pourquoi assurait-il ce travail ? Lorsqu'il arriva de Bagdad, il se présenta à la Yéchivat Porat Yossef de la Vieille Ville afin d'y être reçu. Devant le refus de la direction par manque de place, il s'était proposé de s'occuper également de l'entretien de la bibliothèque et de la reliure des livres. On le reçut. Nous aimions le voir travailler, il me demandait quelquefois ainsi qu'à rav Avraham RAFOUL d'aller l'aider et nous le faisions avec plaisir. Il exécutait ce travail avec beaucoup de sérieux et de précision. Mais bien sûr, en dehors de ses heures d'étude. Il étudiait la guémara toute la journée et le soir, il étudiait la cabale avec mon rav et maître, notre père Rabbi Salman ELIYAHOU.

Rav Mordékhaï : Le bâtiment de la yéchiva PORAT YOSSEF était ainsi conçu : au rez-de-chaussée, les appartements ; au premier étage les salles d'étude et la synagogue ; au second étage, l'appartement du trésorier, rav Ben Tsion 'HAZANE. Dans la synagogue, une aile était consacrée à l'étude de la cabale, où mon père et son disciple 'Hakham Ephraïm HACOHEN étudiaient avec d'autres cabalistes. Le Ben Ich 'Haï a déclaré un jour qu'une néchama comme celle de notre père n'était pas encore descendue en ce monde.

Losque Rabbi Its'haq est entré pour la première fois dans l'enceinte de l'aile réservée aux cabalistes, tout le monde a souri et s'est demandé ce qu'il venait chercher là. Mais le rav KADOURI était un homme sérieux. Mon père, qui avait pressenti la volonté de son élève, investit tous ses efforts et il ne fut pas déçu. 'Hakham Its'haq KADOURI devint le meilleur élément de ce cours, puis il devint un grand cabaliste et j'ai eu le privilège d'étudier avec lui tous les vendredis soir avec le grand Gaon que fut le rav Ben Tsion ABBA CHAOUL et le non moins grand Gaon que fut le rav ADDES. Lorsque nous échangions nos réflexions, il émettait quelques sons, il écoutait nos questions. Puis il nous disait : vous avez tous raison, mais je vais à présent vous donner la solution complète.

On m'a demandé quelles étaient les méthodes employées par le rav CADOURI et s'il utilisait la cabale pratique. Ainsi que son nom l'indique, cabala en hébreu (du verbe léqabèl : recevoir) veut dire recevoir de son rav. De la même façon que Moché Rabbénou a reçu la Torah de D., Rabbi Chimône bar Yo'haï a été choisi pour recevoir la compréhension de l'essence de la Torah également des Cieux. Le rav KADOURI a commencé à écrire des camées après avoir quitté la Vieille ville lors de l'occupation par la légion jordanienne. Au début, il écrivait un camée sur une pomme, avec les instructions au malade de la consommer et de lire tel et tel Psaume à des jours précis. Lorsque réflexion lui fut faite que l'encre pouvait être nuisible, il se mit à écrire sur des langues de papier qu'il découpait lui-même, et les instructions en général étaient d'enrouler ce papier, de le tremper dans un verre de thé et de boire ce thé. Je dois dire que j'ai souvent assisté à la visite chez le Tsadiq de couples stériles, de malades ou de personnes qui avaient perdu tous leurs biens, et qui venaient lui annoncer qu'ils avaient été exaucés.

Il possédait des livres très anciens sur les camées et les prières particulières selon les cas. Déjà à la yéchiva, il étudiait ces livres minutieusement et il les recopiait pour lui-même. Il ne distribuait pas de camées dans tous les cas qui lui étaient exposés.

Savez-vous ce qu'est la cabale pratique ? C'est transformer un verre en eau. Il ne s'est jamais occupé de cabale pratique. Ses extraordinaires possibilités de voir très loin lui venaient des comptes qu'il savait effectuer selon le nom de la personne, sa date de naissance et le nom de ses parents. Ce qui n'a rien à voir avec la cabale pratique.

Rav Naîm : Nous avions un frère, rav Ménaché, qui a participé à la guerre du Sinaï. Un jour, nous avons reçu un télégramme nous annonçant qu'il avait disparu. Notre famille était dans une grande détresse et nous nous sommes tous rendus chez le rav KADOURI. Il a demandé à notre mère d'écrire son nom complet, et il lui dit : ne crains rien, il reviendra à la maison. Moins de deux semaines plus tard, nous avons reçu un second télégramme nous annonçant que notre frère avait été fait prisonnier et qu'il se portait bien.

Rav Mordékhaï : A l'époque où le poste de Grand Rabbin d'Israël (Richone léTsione - le Premier de Sion) me fut offert, je le refusai, craignant toutes les contraintes d'une telle charge. Un matin, le rav KADOURI me rendit visite et il me dit : je tiens à ce que tu acceptes ce poste. Je lui répondis que mon étude en serait perturbée, et il me dit alors : nous allons faire un pacte : toutes les misères qu'on viendra t'exposer, envoie-les moi, et toi, tu t'occuperas des charges inhérentes à ton ministère.

On m'a demandé qui pourrait aujourd'hui lui succéder. Je pense que 'Hakham Naîm ici présent est le seul qui soit le plus apte à lui succéder. Mais devant l'humilité de mon frère qui refuse d'acquiescer à ma remarque, je dirai que Baroukh Hachèm notre peuple n'est pas orphelin. Le rav Bénayahou CHMOUELI ainsi que son père sont les successeurs de Rabbi Mordékhaï CHARÂBI. Le rav David BATSRI et le rav Yaâqov HILLEL sont également des gaonim en cabale.

Le jour anniversaire de notre maître et père rav Salman ELIYAHOU tombe le second jour de Roch haChana. Chaque année en ce jour, rav Its'haq venait prier avec nous. Lorsque ses forces ne lui permirent plus de faire le chemin à pied, nous nous déplacions et nous priions selon les Kavanot et les remarques qu'il y avait faites. Le livre le plus précieux que nous possédions était le livre des Kavanot avec les remarques de notre père, mais ce livre disparut. Je suppliai le rav KADOURI de me diriger vers celui qui l'avait pris. Il refusa d'abord puis il me cita un nom et il me dit : va vérifier s'il l'a pris. J'hésitai. Va, me dit-il, enquête et tu trouveras. Je me rendis chez cet homme qui nia avoir pris ce livre. Quelques années plus tard, un livre parut avec pour auteur le nom de ce même homme, et je remarquai que les kavanot et les remarques citées étaient celles de mon père. Je me rendis chez lui et lui dis : rends-moi immédiatement ce livre. Ce qu'il fit.

Rav Its'haq avait un esprit d'une grande subtilité, et c'était un grand Gaon. Deux vertus ont dirigé sa méthode d'investigation : sa droiture et son intégrité.

Lorsque le Sidour du RACHACH (Rabbi Chalom CHARÂBI, un grand Maître de la cabale) a été édité, on le présenta au rav KADOURI afin d'obtenir sa dédicace. Où sont les remarques du rav Salman ELIYAHOU demanda-t-il. Elles figurent à part lui répondit-on. Tant qu'elles ne figureront pas en place honorable répondit-il, le livre ne pourra pas paraître.

Rav Naîm : Lorsque j'étudiais avec lui les nuits au Beit haKénéssèt " Chochanim léDavid ", il me prenait à part quelquefois et il me disait : cette question tu ne peux pas la poser. Pourquoi lui disais-je. Lorsque tu grandiras, tu comprendras me répondait-il. Chaque groupe et sa manière d'étudier. Chacun selon son âme. La voie que tu dois suivre est celle que ton père t'a enseignée.

Il aimait citer et raconter les merveilles de la Création du Ben Ich 'Haï. Que son âme repose au Gan Eden. Nous avons perdu un grand Tsadiq, il était la couronne des cabalistes. C'est vrai, ainsi que mon frère rav Mordékhaï l'a dit, Israël n'est pas orphelin, il y a aujourd'hui beaucoup de cabalistes, mais ils sont tous d'un même niveau, la distance qui les sépare de lui est aussi grande que celle qui sépare l'orient de l'occident.



Pièces jointes:
p90_kadouri5.jpg
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2023 - DAFINA - All Rights Reserved