Share |

La Techouva expliquee

 

 

La Techouva expliquee

 

La techouva, c’est le repentir, et on peut y parvenir en 3 étapes :

Pour commencer sa techouva, il convient tout d’abord d’exprimer verbalement ses fautes [dans sa prière, face à Hachem et à personne d’autre; sauf pour poser une question à un Rav].

Abandonner les mauvaises attitudes constitue la deuxième étape cruciale de la techouva.

Enfin, il faut bien sur regretter ses fautes.

Dans le second chapitre sur les lois de la techouva écrit par le Rambam (Maimonide), on retrouve plusieurs conseils pour nous aider dans notre processus de techouva.

Extraits des Lois de la techouva : Chapitre Deux

  1. Qu’est-ce qu’une techouva complète ? Quand la personne qui a fait techouva se retrouve dans la même situation qu’auparavant, avec l’opportunité de commettre la même faute, et se refuse à celle-ci du fait de sa techouva, non par crainte, ni par faiblesse. […]
  2. Qu’est-ce que la techouva? C’est [pour le pécheur] abandonner sa faute, en libérer sa pensée, et se résoudre à ne jamais récidiver, comme il est dit : « Que le pervers abandonne sa voie, etc. ». De même, il doit regretter le passé, comme il est dit : « Après m’être retourné, j’ai regretté ». Et Celui Qui connaît les secrets témoignera qu’il ne commettra plus jamais cette faute, comme il est dit : « et nous ne diront plus “nos dieux” » à l’œuvre de nos mains ». Il faut se confesser verbalement, et dire les résolutions que l’on a prises. […]
  3. Parmi les chemins de la techouva: que le repenti ne cesse d’implorer D.ieu dans les pleurs et les supplications, qu’il dispense la charité selon ses moyens, prenne ses distances de l’objet de la faute, change son nom, comme pour dire : « Je suis quelqu’un d’autre, je ne suis pas l’homme qui a fait ces actions », amende sa conduite vers le bien et le droit chemin, et s’exile de son endroit. […]
  4. Le jour de Kippour est le temps de la techouva pour tous, pour un particulier comme pour la communauté ; c’est l’achèvement du pardon pour le peuple juif. C’est pourquoi, il incombe à tout un chacun de faire techouva et de se confesser le jour de Kippour. La mitsva de faire techouva et de se confesser le jour de Kippour veut que l’on commence la veille avant le repas, de crainte que l’on s’étouffe pendant le repas avant de se confesser. Bien que l’on se soit confessé avant le repas, on se confesse de nouveau le soir de Kippour, puis, durant la prière du matin, la prière de Moussaf, la prière de l’après-midi, et la prière de clôture (Néila). À quel endroit [de la prière] se confesse-t-on ? Un particulier [se confesse] après la prière, et le ministre officiant [se confesse] au milieu de la prière, dans la quatrième bénédiction. […]

Contenu Correspondant