Share |

Cinema

Un documentaire fiction réalisé par Mohamed Zeghou dans le cadre des projet de fin d'année de l'ISMC.

L'homme est salué comme étant celui qui a fait connaître la créativité du cinéma israélien en France

Ma prochaine vie, je veux la vivre à l’envers. On commence par la mort, et ainsi on s’en débarrasse une fois pour toutes. Ensuite, on se réveille dans une maison de retraite en se sentant en meilleure forme tous les jours. 

Extrait du film Polisse sur le droit de marier sa fille contre son gré : une audition de parents maltraitants apres les dépositions des enfants et une policiere revoltee.

Des étudiants ont rencontré des résistants de la seconde Guerre Mondiale, qui habitaient ou fréquentaient Cureghem, à l'époque (35-45) un quartier juif et ont appris pourquoi et comment ces jeunes juifs ou non-juifs se sont insérés dans la résistance. 

Mardi matin, Gare de Lyon à Paris. Avant d’embarquer dans le train qui doit l’emmener à la rencontre de producteurs, l’humoriste en convalescence de Covid19 déguste son café. Téléphone à l’oreille, il nous décrit les gens qui passent devant lui: «Super les visières, c’est entre l’apiculteur et le cosmonaute». Sa voix évoque immanquablement le comédien en scène avec sa gestuelle de clown de charme. Et quand on lui dit Toulouse, il répond Nougaro.

« Des gens du monde entier ont dit qu’ils pouvaient s’identifier à Esty, qu’ils avaient pleuré pour elle et qu’elle leur rappelait leurs propres traumas. » La star de la nouvelle série à succès parle de célébrité soudaine, de la vie en confinement, et de se faire raser le crâne dès le premier jour du tournage.

Tout homme a le droit de reconstruire sa vie en reconnaissant la faute commise, en en payant le prix, comme c’est le cas pour Roman Polanski.

Le film commence ainsi. Devant un large parterre de soldats et d’officiers, dans la cour Morlan de l’Ecole militaire, à Paris, quatre artilleurs marchent au pas. Ils escortent un capitaine de l’armée française, du nom d’Alfred Dreyfus. Puis, il se place devant un huissier qui lit un jugement. Nous sommes le 5 janvier 1895.

Une compilation des meilleurs images de la grande Sophia Loren qui a berce notre enfance par sa beaute legendaire.

Charlie Chaplin est décédé à l'âge de 88 ans.
Il nous a laissé 4 déclarations:

À l’instar de la série à succès « Game Of Thrones » tournée en partie dans les villes d’Essaouira et Ouarzazate, d’autres productions étrangères ont été tournées au Maroc notamment « Mission impossible 5 » de Tom Cruise ou encore la mini-série « The Spy » (l’espion), tournée dans plusieurs quartiers de Casablanca, qui raconte la vraie histoire d’Élie Cohen, un espion israélien d’origine égyptienne, envoyé en dans la Syrie des années 60.

Une belle lecon de morale. Une denree qui a tendance a manquer

Organisé en collaboration avec le consulat du Maroc et le centre culturel Dar Al Maghrib à Montréal, des partenaires institutionnels marocains et canadiens et des associations de la société civile de la communauté marocaine à Toronto de confession musulmane et juive, cet événement sera l’occasion de braquer les projecteurs sur l’artisanat du Royaume, les villes impériales, le tourisme et l’apport de la communauté juive en Afrique du Nord.

On ne s’attendait pas à voir autant de détails dans le décor et une telle performance des acteurs qui ont rendu passionnant ce film. Ce “j’accuse”, évidemment, raconte l’Affaire Dreyfus, scandale majeur de la IIIe République (1894-1906). Mais attention ! Sous un angle inédit qui fait toute l’originalité de ce film : toute l’affaire Dreyfus à travers le personnage du lieutenant-colonel Marie-Georges Picquart. 

Pour sa part, Gabriel Attias, juif d'origine marocaine, a relevé que le message de ce film constitue un revers cinglant "à ceux qui croient qu'entre l'Islam et l'Occident il y a des murs plutôt que des ponts".

Izza Génini, productrice et réalisatrice internationale, née à Casablanca dans une famille juive, assistera à la projection de son film, «Nuba of Gold and Light» en sa qualité d'invitée d'ouverture du festival.

Née le 19 Juillet 1967, Yaël Abecassis est d'origine marocaine par sa mère. Passée au cinéma en 1990 sous la houlette d'Alexandre Arcady, dans Pour Sacha (film relatant la Guerre des Six jours), elle tourne plusieurs films en Israel, dont Kadosh d'Amos Gitaï qui la révèle en 1999 sur le plan international avec le rôle de la douce et réservée Rivka, soumise aux traditions religieuses.

Emmanuelle Chriqui est venue faire la promotion de la sortie du film Entourage. L’occasion pour elle de parler de ces origines marocaines et d’inviter Jimmy Kimmel à boire un thé à la menthe.

Sorti en salles le 10 avril dernier, le dernier film de Saâd Chraibi raconte l’histoire d’un trio d’amis marocains dont le prénom commence par la lettre M: Malika la musulmane, Moïse le juif et Mathieu le chrétien

Magnifique ! Oui si on veut changer le monde, ça commence par soi. Très beau scénario...

La semaine dernière, les habitués de l'ancien Palais de Justice de Paris, sur l'île de la Cité, ont eu quelques échos du tournage du film "J'accuse", consacré à l'affaire Dreyfus – révélée en 1898 par le célèbre article d'Emile Zola dans "l'Aurore". 

Ce film, de près de deux heures, retrace l’histoire de trois enfants nés à Casablanca le même jour, dans le même quartier et de confession différente, puisque Moïse est juif, Mathieu est Chrétien et Malika est Musulmane.​

L’Israélien Menahem retourne dans la communauté juive orthodoxe où il fut violé durant toute son enfance. Un documentaire puissant.

Contenu Correspondant