Share |

France

On est le 8 mars, c'est la Journée Internationale pour le Droit des Femmes. Mais ça, je ne leur ai pas encore dit, je voulais juste commencer par les entendre, recueillir ce qui leur passait par la tête. 

La kippa se voit et se reconnait de loin et interpelle les passants a Paris et dans les banlieues chaudes.

Les technophobes craignaient, il y a peu encore, qu’avec l’ère du numérique, le réel fût pour ainsi dire « dématérialisé » au profit du virtuel.

France, tu ne m’as jamais aimé comme je t’aime.  France, tu n’as jamais su me proteger.  France, tu n’as jamais su dire au monde entier, ouvertement, que sans moi tu ne serais pas ce que tu es. 

S’engager dans la tentative de définir « l’antisionisme », c’est pénétrer dans une zone d’ambiguïtés, de malentendus et de manipulations rhétoriques, liés à des conflits de divers ordres. Un différend surgit entre deux camps, celui de l’antisionisme revendiqué et celui de l’antisionisme dénoncé. 

La France cache-t-elle qu'elle est antisémite? Les statistiques d'actes antisémites, que certains découvrent aujourd'hui, étaient déjà là depuis longtemps.

Le gouvernement français va, semble-t-il, renoncer à rapatrier tous les djihadistes qui ont rejoint l’Etat Islamique et qui ont été capturés. Une poignée d’entre eux a été livrée aux autorités irakiennes, et ceux-là seront jugés en Irak. Mais le gouvernement français a aussitôt fait savoir qu’ils ne devaient en aucun cas subir la peine de mort.

Le président de la République a dénoncé ce mercredi soir dans un discours poignant les attaques contre les Juifs. Et détaillé un arsenal inédit de mesures pour freiner la propagation du fléau.

La foule – plusieurs centaines de personnes selon la police – commence à s'énerver. Une dizaine d'individus s'acharnent sur le véhicule. Ils tapent avec leurs poings, avec des cannes. Un homme saisit une rampe d'éclairage, tape sur la vitre qui vole en éclat. Blum est blessé. 

On assiste depuis quelques temps à la multiplication des actes antisémites. Dernier exemple en date, les insultes proférées dans la rue, à Paris, contre Alain Finkielkraut par une poignée de « gilets jaunes »

Ce phénomène est appelé "l'alya". Pour fuir les attaques antisémites, des dizaines de familles ont choisi de quitter leur logement, leur travail, leurs amis pour s'installer dans une autre ville ou même un autre pays, d'après le rabbin de Grenoble. 

Yann Moix exprime sa colère face aux antisemites et jure qu'il n'a peur de rien, sauf de la mort et des chagrins d'amour

La proposition émane du parti Agir. Un portrait de l'ancienne ministre a été vandalisé et recouvert par une croix gammée.

Les macroniens ont insulté la population de multiples façons. Ils ont répondu à la révolte des gilets jaunes, à laquelle ils ne s’attendaient visiblement pas, en redoublant d’insultes à leur endroit, dans la gamme “factieux”, “chemises brunes”, “fascistes”, et en n’écoutant pas une seule seconde les doléances qu’ils expriment.

La violence et l'antisémitisme sont "au coeur" du mouvement des "gilets jaunes", a estimé ce lundi 18 février l'écrivain Bernard-Henri Lévy en dénonçant trop de "mais" dans les condamnations des insultes antisémites contre le philosophe Alain Finkielkraut.

J’ai vu et entendu comme tout le monde la vidéo des injures prononcées aux dépens du philosophe Alain Finkielkraut, mais cela n’a suscité en moi aucune surprise. Les gilets jaunes procèdent d’un rassemblement hétérogène dans lequel toutes les composantes de la société françaises peuvent exprimer les revendications qui les caractérisent. 

Le vandalisme qui s’est produit lundi nuit dans le cimetière juif de Quatzenheim dans le Bas-Rhin, avec près de cent tombes renversées et des graffitis antisémites, est sans aucun doute lié à l’expression de l’antisémitisme qui s’est une nouvelle fois réveillée en France avec les débordements de certains Gilets Jaunes

"Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une solution", a déclaré le président, en réaction à une proposition de députés après la récente multiplication des actes antisémites en France.

Résignation pour certains, peur pour d'autres. "Il y a aussi tous ceux qui ne vont pas déposer plainte parce qu'ils ont peur (…) parce qu'ils connaissent ceux qui les harcèlent

Il n’est ni exact ni judicieux de présenter les Français d’origine ou de confession juive comme une entité homogène et à part des autres Français, argumente le chef d’entreprise et essayiste*.

La famille Rothschild est la cible de rumeurs populaires qui ont été reprises par le site de la banque française. Un cas d’école du succès ordinaire des théories conspirationnistes.

Les insultes sont violentes : « Sale sioniste de merde », « bâtard », « grosse merde », « nique ta mère »… Le philosophe Alain Finkielkraut, pris à partie ce samedi après-midi par des Gilets jaunes à Paris, raconte avoir été ciblé en raison de ses positions vis-à-vis d’Israël mais dit ne pas avoir entendu l’insulte de « sale Juif ».

Dans le mouvement des « gilets jaunes », il ne faut pas sous-estimer le rapport à l'autre. Une fraternité, symbolisée par le même vêtement, ou survêtement, qui représente une communauté de frères et soeurs, unis dans le même mouvement, les mêmes revendications, qui se reconnaissent entre eux, et qui vivent, des moments exaltants, et reconnaissent en l'autre un autre soi-même, pour reprendre l'expression de Hegel.

Face aux gilets jaunes infiltrés par des antisémites, l'artiste épingle ceux "qui utilisent le désespoir des gens pour attiser le fantasme sur le juif".​​​​​​​

Contenu Correspondant