Share |

Histoire

Le documentaire trace l'histoire de l'indépendance du Maroc, annoncé le 2 mars 1956 par Mohammed V au peuple marocain. Le sultan Sidi Mohammed ben Youssef prend le titre de roi en 1957, son fils Hassan II lui succède en 1961, puis son petit-fils, en 1999, Mohammed VI.

Au début du XXe siècle, l’officier de l’armée anglaise Montague Parker alluma l’imagination des Britanniques lorsqu’il proposa d’entreprendre une expédition pour découvrir le trésor du roi Salomon. Bien des investisseurs souscrivirent à cette chasse au trésor. 

Libres et estimés au milieu d’un peuple, jeune, actif et intelligent, ils montraient que le métier des armes leur était aussi familier qu’à toute autre nation et qu’ils savaient se battre avec un admirable courage. Il n’était pas rare de voir des Juifs à la tête des tribus arabes. 

Comment peut-on prétendre, sans balancer entre la consternation et le rire, que l'antisémitisme était « inconnu au Maroc avant l'ère coloniale » ?

Pour les juifs d'Algérie, ce fut l'assassinat en juin 1961 de cheikh Raymond (aimé de tous, Raymond Leyris -beau-père d'Enrico Macias- chantait en arabe lors des célébrations familiales) qui sonna le départ. Durant l'été 1961 également, comme la France refusait de rendre la base navale militaire de Bizerte à la Tunisie, on assista à une brutale flambée d'antisémitisme dans ce pays.

Installés au Maroc depuis 2 000 ans, bien avant la conquête arabe, avec un  poids démographique considérable : plus de 250 000 Juifs y vivaient encore au milieu du siècle passé.

Au VIIIe siècle, les conquérants arabes s'établissent en Espagne. Musulmans, Juifs et Chrétiens cohabitent alors pacifiquement dans la péninsule. Joseph Pérez remet pourtant en cause la vision traditionnelle et idéale de l'Espagne des trois religions : les souverains catholiques, pas plus que les émirs musulmans, n 'avaient renoncé à chasser de leurs terres l'infidèle.

Que reste-t-il de l’Andalousie ? Comment expliquer la fascination qu’exerce (encore aujourd’hui) cette partie du monde sur plusieurs millions d’Arabes et de musulmans, partout dans le monde ?

Voici l’histoire de ces milliers d’individus qui ont fui leur maison, qui ont connu les camps de réfugiés et qui gardent aujourd’hui, en silence, la mémoire d’une civilisation détruite. Ce film raconte l’histoire et la destruction de ces communautés juives orientales, certaines d’entre elles ayant existé pendant plus de 2500 ans. 

La profonde ignorance dans laquelle vivait à cette époque la plus grande partie des Israélites de l'Orient et de l'Afrique avait fait sentir la nécessité urgente de les relever par l'instruction ; mais rien ne pouvait laisser prévoir que l'Alliance israélite deviendrait, moins de quarante ans après sa fondation, une des plus grandes oeuvres d'éducation populaire

Montage d'archives évocant la carrière de Mehdi BEN BARKA depuis sa collaboration avec Allal El FASSI dans le parti de l'Istiqlal, puis la constitution de son propre parti (Union nationale des forces populaires) jusqu'à son opposition à Hassan II après la mort du roi Mohamed V. 

En l’espace d’une seule génération, le monde arabe s’est débarrassé de ses 900.000 Juifs. Aujourd’hui, il n’en reste pas plus que 5.000. Pourquoi sont-ils partis ? Telle est la question à laquelle l’historien Georges Bensoussan s’efforce de répondre.

Le Maroc, vers l'an mille avant JC devient, dans sa partie septentrionale, le lieu d'établissement de comptoirs phéniciens puis carthaginois. Rome sur-plante Carthage et fait du Nord du Maroc une province romaine. Au III ème siècle, celle-ci progressivement réduite à la frange côtière de la Méditerranée, est totalement christianisée.

David est l’exemple du roi qui règne parce qu’il est agréé par Dieu... Parce qu’il est «oint»! La pratique de l’onction chez les anciens Juifs, qui s’est perpétuée chez les Chrétiens, consiste à consacrer une personne à Dieu en lui versant une huile parfumée sur les cheveux et en l’en essuyant. 

L’Afrique du Nord a eu un roi peu commun: Juba II. Esthète, bâtisseur, auteur d’une quantité d’ouvrages naturalistes et historiques notamment, il dirigeait la Maurétanie. Son royaume s’étendait du Maroc oriental jusqu’à la Tunisie, en passant par tout le nord de l’Algérie. 

Mogador, ce mouillage utilisé par le navigateur carthaginois Hannon en 500 av. J-C, protégé des alizés et riche en eau potable, servit pendant plusieurs siècles de poste avancé sur la route du Cap-Vert et de l'Équateur.

D'une bonne qualité pour l'époque, ce document video nous donne en images, quelques traits de la vie quotidienne du Judaisme en terre Marocaine. 

Cette video date de 1925 et montre les details de la ceremonie du premier mariage du défunt roi Mohammed V, qu'on appelait à l'époque le sultan Sidi Mohammed ben Youssef. 

Après la Seconde Guerre mondiale, le criminel de guerre nazi Adolf Eichmann s'enfuit d'Autriche et parvint en Argentine, où il vécut sous le nom de Ricardo Klement. En mai 1960, des agents du Service de renseignement israélien, s'emparèrent d'Eichmann en Argentine et le transportèrent à Jérusalem pour qu'il soit jugé par un tribunal israélien. 

Le documentaire trace l'histoire de l'indépendance du Maroc, annoncé le 2 mars 1956 par Mohammed V au peuple marocain. Le sultan Sidi Mohammed ben Youssef prend le titre de roi en 1957, son fils Hassan II lui succède en 1961, puis son petit-fils, en 1999, Mohammed VI.

Les hébreux appartiennent à un peuple qui a marqué l’histoire de l’humanité. C’est le premier peuple monothéiste de l’humanité. C’est à dire qu’ils ne croient qu’en un seul dieu. Le support de leur croyance est la Bible.

Dans ces pays, où existaient un enseignement coranique et talmudique et déjà des écoles chrétiennes, les autorités françaises créent, dès la fin du XIXe siècle, des établissements publics pour contrecarrer ces influences religieuses. Ils ont pour fonction première de scolariser les enfants des militaires, des fonctionnaires et des colons. Mais aussi de franciser les enfants des communautés européennes présentes sur ces terres d'Afrique: Espagnols, Italiens, Maltais

Les départs des juifs du Maroc se déroulent dans un contexte qui diffère de celui des autres pays arabes, nombreux à procéder à de véritables expulsions. Seuls la Tunisie et le Liban peuvent être comparés au Maroc

Décrétée le 30 mars 1492 par rois catholiques d'Espagne (Isabelle de Castille et son époux Ferdinand II d'Aragon) au palais de l'Alhambra de Grenade, l'expulsion des Juifs d'Espagne met fin au foyer majeur du judaïsme médiéval.

Contenu Correspondant