Share |

Daniel Horowitz

avril 13, 2017

Le monothéisme selon  Maïmonide est avant tout le rejet de la superstition sous toutes ses formes. Mais l’idée d’un Dieu unique n’est pas forcement synonyme de monothéisme. 

Dieu est une question dans le judaïsme, pas une réponse

 

 

Le monothéisme selon  Maïmonide est avant tout le rejet de la superstition sous toutes ses formes. Mais l’idée d’un Dieu unique n’est pas forcement synonyme de monothéisme.  Si les peuples de l’Antiquité avaient révoqué leurs multiples divinités pour n’en garder qu’une seule cela n’en aurait pas pour autant fait des monothéistes.

mars 8, 2017

Lors d'une mémorable conférence de presse tenue en novembre 1967, de Gaulle déterminait que les juifs étaient « un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur ». Raymond Aron, intellectuel du même bord que le Général, fut sidéré et se demanda « pourquoi le général de Gaulle avait solennellement réhabilité l’antisémitisme ».

 

février 6, 2015

Il y a selon les "Réflexions" deux catégories de juifs: d'une part les authentiques qui subissent leur condition de paria avec stoïcisme, et d'autre part les inauthentiques qui cherchent a se fondre dans la masse, mais sans jamais y parvenir. 

Réflexions sur les Réflexions sur la Question Juive de Sartre

 

 

 PAR DANIEL HOROWITZ

 

 

"Réflexions sur la Question  Juive" est un essai publié en 1946 par Jean-Paul Sartre qui a souvent été décrié dans des milieux juifs parce que ceux-ci estimaient que sa définition du juif était par trop sommaire et manquait de profondeur.  

mai 15, 2014

Pour ceux qui s'étonnent qu'Israël se définisse comme État Juif il est parfois problématique de concilier cela avec la notion de modernité dans la mesure où cette définition est comprise dans son acception religieuse. Cela peut conduire — à tort — à assimiler Israël à une théocratie comme par exemple l'Iran ou l'Arabie Saoudite. Israël est au contraire une démocratie de type occidental, même si la religion y bénéficie d'un statut officiel.

La confusion entre identité et religion juive

décembre 24, 2013

L’avènement de l’Etat d’Israël à travers le sionisme est l’aboutissement d’un projet magnifique, d’une aventure humaine hors-normes qui ne s’est faite au détriment de personne. Pourtant Israël ne survivrait pas quarante huit heures si certains de ses voisins avaient l’assurance d’être les plus forts.

 

Précis de Palestine

 

par DANIEL HOROWITZ

juin 18, 2012

Etre juif consiste à faire partie du peuple juif sans que la religion soit un facteur déterminant. La majorité des juifs sont d'ailleurs non-pratiquants.

La laïcité à la juive

janvier 17, 2012

L'Etat Juif tel que le voyaient les fondateurs du sionisme était essentiellement laïc. La laïcité était pour eux une synthèse entre l’humanisme et le judaïsme. Quant à la pratique religieuse, le mouvement sioniste des origines la considérait comme faisant partie du patrimoine culturel, mais pas comme une condition essentielle de la judéité.

Israel et la laïcité

novembre 14, 2011

Certains observateurs de la politique israélienne déclarent de bonne foi être antisionistes, tout en se défendant d'être antisémites. À ceux qui leur disent que l'antisionisme n'est qu'un antisémitisme recyclé, ils opposent qu'il est injustifié de taxer ainsi une opinion qui ne fait somme toute que récuser le sionisme en tant que projet politique. Ils estiment donc que l'antisionisme relève de la liberté d'expression.

juin 14, 2011

Cependant, tout en étant juif de stricte observance, Leibowitz ne considérait pas le judaïsme comme une vérité universelle. Il partait du point de vue que toute valeur humaine était tautologique, c’est-à-dire qu’elle reposait sur un raisonnement en circuit fermé. Il appliquait cela au judaïsme en disant que la Thora avait été écrite par les juifs, et qu’ensuite les juifs l’avaient déclarée sacrée, et la boucle était bouclée.

Yeshayahou Leibowitz ou l’extrémisme de la raison

 

 

Contenu Correspondant