Share |

Robert Benha

août 11, 2019

C’était l’époque de Tutti Frutti de Little Richard, d’Only You des Platters, de «Diana» de Paul Anka, des robes sacs et des chignons pièces montées. Celles des baisers et des pommes volées dans le jardin, près de la place Bel Air où nous nous retrouvions toute la bande. Celle des amis maintenant oubliés, éparpillés, diasporisés encore une fois aux quatre coins du monde. Charlie Amiel qui sortait avec Suzie. Tu sais de qui je veux parler, son père avait la villa Boulevard de Bordeaux, ingénieur à Beauvais. Jojo Benzaquine, à Paris.

PREMIER AMOUR

-Alors? Tu les aimes mes histoires de quatre sous, mes historiettes de rien du tout moitié-rire moitié-pleur moitié-soupir moitié bonheur.-Oui, j’aime, j’aime, raconte Bob ! Ça me rappelle ma propre jeunesse, les couleurs, les odeurs et l’atmosphère de ce temps-là. Chaque fois que tu écris, c’est moi-même qui écris, et tu évoques nos souvenirs communs.

Alors, ne te fais pas prier davantage et raconte !

Contenu Correspondant