Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Hava nagila-Recit de Penina Elbaz

Envoyé par felix abenhaim 
Hava nagila-Recit de Penina Elbaz
17 avril 2007, 06:28
Cher Penina
Je viens de lire ton récit émouvant au sujet de l'arrestation des jeunes juifs de Safi, tout comme partout au Maroc dans cette période.

C'est si bien raconté que l'on croit vivre avec vous cette injustice et incompréhension qui régnait dans ce temps au Maroc. Cette histoire trouvera sa place dans la future brochure que nous pensons faire sur Safi.

A cause de ces actes déplorables, les communautés juives du Maroc se sont vidées subitement et graduellement est arrivée au nombre cité dernièrement de 2800 juifs dans tout le Maroc.
Les marocains ne comprennent pas comment cela est arrivé, comment une communauté de plus 300000 personnes s'est évaporée en un quart de siècle. Pour OU majoritairement ? pour Israël, qu'on leur a appris a détester.
Ton récit me captive, car justement nous sommes a la recherche de l'histoire qui des fois est personnelle, mais il s'avère qu'elle est de nous tous.

Je me permet de transmettre ce mail a Haim et Stella Israël qui ont du vivre cette histoire du coté de la famille.
Haim et Stella et leur famille pourront enrichire l'épopée !

Merci aussi au nom des copains de l'avoir dédié a Daniel Israël qui fut un ami très cher a nous tous.

Continue a nous écrire ! merci

Soly Azran



Havah Naguilah a SAFI en 1967 et en ISRAEL en 2007

A la memoire de Daniel Israel,

En 1967, un mois apres la Guerre des Six jours, nous nous sommes finalement decides a aller a la plage apres plusieurs journees de sequestration, car des musulmans fanatises par les informations en provenance du Moyen-Orient, fracassaient notre maison a coup de pierres chaque fois qu’ils passaient dans notre rue pour se rendre a la mosquee. Ils etaient surs que les Israeliens seraient jetes a la mer. C’est ce que le president Nasser leur promettait dans les emissions de radio qui resonnaient a tue tete chez eux et dans les epiceries. Cette promesse ne s’÷tant pas realise. Le deferlement de colere qui a suivi la victoire eclaire d’Israel dans cette campagne fulgurante de Six jours a cree une vague de fonds dont les victimes furent les juifs.

Sur la plage, des marins hollandais de passage, bavardaient avec des jeunes filles. Ils se sont mis a chanter Hava naguilah. À quelques pas de la alors que je m’appretais a monter sur une balancoire, je me suis arretee, observant cette scene avec le pressentiment qu’un evenement irreel aller se passer. Je ressentis tout d’un coup, de l’apprehension et de la curiosite melee a un sentiment d’angoisse.

Quelques instants a peine et nous ations entouras par les agents de la police marocaine, pointant des mitraillettes et criant « Tous les juifs dans la fourgonnette ». Quelques personnes tenterent de nous sortir de ce petrin en essayant d’intervenir en vain. Alors on obeit. Les policiers n’ecoutent pas ils ordonnent. Comme nous sommes en maillots, on nous autorise a nous habiller. Je rentre dans une cabine, je me change avec lenteur comme si je savais que c’etait un moment d’eternite qui m’appartenait, avant qu’ils ne me prennent.

Je suis arretee a Safi, a l’age de quatorze ans avec un groupe de Safiots juifs, accusae d’avoir chante Hava naguilah en public pour celebrer la victoire d’Israel. Nous sommes aussi inculpes d’etre des espions sionistes. Dans mon groupe, se trouvaient Raquel, Simone, Daniel Israel, Poupee, Armand, Suzy Lison, Dolly, Ruby avec ses bebes, des jumelles et Eleonore. Celle-ci explique qu’elle est sourde et muette mais l’inspecteur de police lui dit qu’elle a fete en tapant des mains et donc, elle est sioniste.

Dans la fourgonnette, nous sentions que nous etions engloutis dans une situation terrible. Arrives au poste de police, les Hollandais qui en ressortaient blemes furent renvoyes dans leur pays.
2
Nous sommes en rang. L’inspecteur Berrada me convoque en premier.
De nature, je deteste l’injustice, je suis donc directe. Il me demande si je parle l’hebreu je dis que non mais qu’on l’apprend a l’Alliance israeite. Il est tres choque et me demande ou se trouve cette ecole. Un secretaire tape l’interrogatoire a toute vitesse. Tres vite, je perds mes moyens et l’angoisse me prend a l’idee que j’ai trahi les miens.

Pendant douze jours, on dort sur le ciment froid, on mange ce que nos familles nous apportent tous les soirs. À mesure que les journees passent, on attend avec une angoisse croissante le sort qu’on nous reserve. On nous menace de nous placer dans des institutions pour delinquants. Ruby, mere de famille perd le controle et elle crie face a l’absurdite de la situation. Elle veut retrouver ses enfants et son ecole de secretariat. La police la punit en l’isolant dans un cachot d’un metre carre avec un trou au milieu en guise de toilette. La police consent de remettre les bebes au pere.

Daniel Israel, age de 17 ou 18 ans, est particulierement chatie pour son nom de famille. Comment peut-on expliquer qu’il restait tres digne, droit et si gentil ?

On nous photographie et on prend nos empreintes digitales comme si nous etions des criminels. Avons-nous un casier judiciaire ? Il parait qu’on n’en a pas puisqu’il n y a pas eu de proces.

De l’autre cote des portes de la prison, des musulmans fanatiques clament leur haine alors que nos familles et citoyens juifs souffrent. Mon frere Edmond et Monsieur Merran partent pour Rabat plaider notre cause afin qu’on nous libere. Tout cela devait se faire avec discretion. On ne pouvait pas denoncer publiquement cette injustice afin d’eviter que les foules fanatiques ne s’enflamment davantage.

Au bout de douze jours, un policier vient nous annoncer que deux personnes seront relachees, ma cousine Poupee et moi en plein milieu de la nuit. On est prises de panique de sortir seules. Nos compagnons nous donnent des serviettes de plage pour nous couvrir et nous encouragent.


3
La prison se trouvait loin. Je voulais aller chez moi mais je ne savais pas ou se trouvait ma famille car par mesure de securite, sous les menaces et les brutalites constantes, ils avaient demenage lors de notre arrestation.

Dehors, en pleine nuit, Poupee ne perd pas sa coquetterie. Elle laisse paraître ses cheveux blonds alors que je la supplie de les couvrir. Je ressens une peur profonde, convaincue que ses cheveux blonds vont etre la cause de notre perte. Un taxi s’arrete enfin et nous emm÷ène chez ses parents. Poupéee se fait vilipender par sa mere qui lui dit « Mzrouba yak kolltec matzebedss » « Malheureuse, je t’avais bien dit de ne pas sortir cette journee- la»

Quarante ans plus tard, nous organisons une reunion internationale de personnes originaires de Safi en Israel. Des musulmans de Safi se joignent a nous et lors de la soiree de gala qui reunit 1200 personnes, le 6 mars 2007, j’ecoute cette fois Hava naguilah en presence des musulmans qui dansent la Hora a Ashdod. Ces derniers visitent Tel-Aviv, Jerusalem, la Mer Morte et d’autres endroits. Ils nous temoignent de la chaleur et du respect. Pendant tout le sejour nous retrouvons nos affinites et nos valeurs culturelles communes. Comme par exemple le fait que dans notre vocabulaire arabe, nous disons souvent « Mktoub, c’est écrit » « Hchouma, c’est honteux » « Elkdah, l’attachement »

J’aime la musique israelienne mais chaque fois que cette chanson fut jouee pendant ces quarantaines annees, je ressentais la meme blessure. Cette fois je ressens un sentiment de satisfaction de l’ecouter en Israel, entouree des miens. Cependant, nous savons que ce sentiment de reconfort et de serenite est menace chaque jour en Israel par des ennemis implacables tels que le Hamas, le Hezbollah et par l’Iran d’Ahmanidinijad.

Les musulmans marocains qui nous accompagnes, epris par le respect des autres religions et cultures sont conscients qu’ils sont aussi menaces par ce courant de fanatisme islamique contre lequel ils sont peu prepares.
Penina Elbaz



Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2019 - DAFINA - All Rights Reserved