Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc





La revolte de Bouhamra

Envoyé par Dafouineuse 
La revolte de Bouhamra
08 octobre 2005, 15:22
Bonjour

recherche, précisément, toutes informations sur les causes et l'arrivée de colonnes "d'israelites", fuyant les conséquences des révoltes de Bou Hamara (fin 1902-1904,notamment à Taza (Maroc), trouvant refuge à Tlemcen et ses environs. livres? articles de presse? etc... pourquoi pas listing de réfugiés "israelites" marocains sur Tlemcen?... Merci.

Benguigui




Modifié 2 fois.
Re: La revolte de Bouhamra
08 octobre 2005, 19:45

Bou-Hmara (L´homme à l´ânesse) était appelé aussi le rogui car il voulait profiter de l´impopularité du Sultan Moulay abd-el-Hafid pour lui voler le trône..
Il s´était fait passer pour le frère de Moulay Abd-el Aziz.

Il était l´ancien secrétaire de Moulay Omar, le khalifa à Fez. Impliqué dans une intrigue au palais, Bou-hmara devra passer la prison et n´en sortira pas avant 1900.

Il revient d´Algérie et se présente comme prétendant au tône, profitant du mécontentement populaire envers le sultan.

Son vrai nom était Jilali Ben driss Zirhouni el Youssefi, du village Oulad Youssef de Zerhoun.
Il avait environ 40 ans lors qu´il était à la tête de l´nsurection des tribus du Nord entre 1902 et 1903.

Il sera capturé par les troupes du Sultan et transporté dans une cage à travers le royaume avant de finir ses jours (en 1909) comme la proie des Lions du sultan....

"A"




Pièces jointes:
Bouhmara, 1909, 1.JPG
Re: La revolte de Bouhamra
08 octobre 2005, 21:25
" Angad" un mot qui dans l'oriental marocain signifie "plaine, étendue"…

Pour l'administration "Les angads" désignent la partie située au nord d'Oujda, au-delà des berges de l'oued Isly jusqu'aux premières pentes du massif des Beni-Snassen ; cette région, véritable couloir entre le Maroc et l'Algérie a vu passer les armées, les troupes, les bandes et les groupes sans pitié qui ont joué du "Sif" ou du fusil pour s'imposer et profiter de leur force.



La tribu "Angad" regroupe tous les habitants de cette région ; elle se subdivise en trois fractions : les Mezzaouir, les Oulad Ben Brahim et les Oulad Ali ben Talha. Cette tribu arabe fut invitée à occuper la région, au milieu du XIVème siècle, par le souverain zianite de Tlemcen Abou Hammar II. Ses hommes eurent alors pour mission de surveiller les entreprises venues de l'ouest et servirent, en quelque sorte, de douaniers, rôle qui fut encore le leur au début du XXème siècle quand ils furent chargés d'intercepter les troupeaux que le Rogui, Bou Hamara, faisait passer par là pour tenter de les vendre sur le marché de Marnia ; ainsi s'enrichirent certaines familles, de la sous-fraction Atsamna des Mezzzaouir, qui profitèrent de cette manne pour acquérir des terres dans les Triffa.

Les tribus maraboutiques des Beni Hamdoun et des Beni Hamlil situées entre le Ras Asfour et le massif des Beni Yala, à l'est de Guenfouda, se rattachent à la Tribu "Angad".



En 1902, Bou Hamara el-Roghi (l'homme à l'ânesse),
un notable de la cour du sultan Abd el-Haziz revenu sous une fausse identité au Maroc aprés avoir connu 1'exil en Algérie, se fait proclamer chérif de Taza. Sous couvert de pieux sentiments, il conduit les Berbères de la région à se révolter contre le sultan
Bou Hamara el-Roghi
reste maître de la ville pendant sept ans mais, après avoir vendu aux Espagnols des concessions minières, il perd le soutien des tribus de la montagne. I1 sera capturé en 1909 puis livré aux fauves, fusillé et brûlé à Fès sur ordre du sultan Moulay Hafid. Conformément au traité signé le 30 mars 1912, Taza est placée sous protectorat français le 10 mai 1914 et demeure sous son influence jusqu'à l'indépendance.

soly


Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter




DAFINA


Copyright 2000-2016 - DAFINA