Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

L'IRAN, Ahmadinejad

Envoyé par clementine 
Re: Ahmadinejad a New York
17 octobre 2007, 16:43
Vladimir Poutine, ancien colonel du KGB s'évertue toujours à contrer les Etats-Unis un peu comme au temps de la guerre froide. Peine perdue. On verra ce que fera le camarade Vladimir pour Ahmadinajad au cas ou les Etats-Unis décideraient d'effectuer un raid sur les installations nucléaires iraniennes.
Re: Ahmadinejad a New York
02 novembre 2007, 02:50
Les états pro Bush du Golf se portent volontiers de fournir à l’Iran de l’uranium enrichi ; exactement même offre faite par la Russie en décembre 2005. Mauvaise nouvelle donc pour Ahmadinejad ! Et un point pour Bush. Ce qui relève le score à 0/1 ; 0/1 ; 1/0 donc
Bush …1
Ahmadinejad …2
Néanmoins Ahmadiejad conserve toujours son avance sur Bush
Paradoxe iranien
01 novembre 2007, 11:52
À Téhéran, une nouvelle série télévisée s'intéresse à la question peu médiatisée des quelque 1 000 Juifs de France sauvés par l'Iran du génocide allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. Et en profite, en même temps, pour faire délibérément la différence entre la position du gouvernement iranien sur le judaïsme et son attitude envers Israël.

Les appels répétés de Mahmoud Ahmadinejad à « rayer Israël de la carte » et ses mises en doute de l'ampleur de la Shoah ont fini par se muer, vu d'Occident, en un sinistre feuilleton. Mais à Téhéran, les Iraniens ont droit, depuis la rentrée, à un feuilleton d'un tout autre genre : une série télévisée, diffusée tous les lundis soirs sur la première chaîne étatique, et qui s'intéresse, elle, au génocide juif pendant la Seconde Guerre mondiale et à la cause des victimes du nazisme. Surprenant dans un pays où les cris de « mort à Israël » rythment tous les vendredis la grande prière hebdomadaire ? « Non », insiste Hossein Bechekoucheh, le producteur de cette nouvelle série grand public. « Il s'agit, au contraire, de montrer que si nous sommes antisionistes, nous ne sommes pas antisémites. »

Intitulée Virage à degré zéro (« Madar-é sefr daradjé »), la série de 22 épisodes cherche, d'une certaine façon, à clarifier la position des autorités iraniennes, en faisant la distinction entre la question du judaïsme, qui est acceptée par les leaders religieux au pouvoir, et celle de la création de l'État d'Israël, régulièrement condamnée. Elle raconte comment le héros, Habib, jeune étudiant iranien à Paris dans les années 1940, sauve sa dulcinée d'origine juive, Sara, des camps de concentration nazis grâce... à la complicité de l'ambassade d'Iran en France qui accepte

de lui fournir un faux passeport. Cette production télévisée fait référence à un événement historique rarement mis en avant par la République islamique, car appartenant à l'époque prérévolutionnaire : l'aide d'Abdol Hussein Sardari, ambassadeur iranien en poste à Paris à l'époque du Shah, à plus de 1 000 Juifs. Pour sauver leur peau, il fit falsifier des papiers et leur accorda la nationalité iranienne. « À l'étranger, on accuse l'Iran de faire pression sur les juifs. Mais dans ce feuilleton, on montre justement que dans toutes les religions, il existe des bons et des méchants », note Hossein Bechekoucheh.

Grande première : l'association juive d'Iran, qui avait fermement condamné, il y a deux ans, les propos d'Ahmadinejad sur la Shoah s'est empressée de faire l'éloge de la série. La thématique abordée par Virage à degré zéro tranche, en effet, avec l'image véhiculée par Téhéran au cours de ces deux dernières années. En comparant, dès son élection en 2005, Israël à une « tumeur » qu'il faut « effacer », le président iranien s'est rapidement mis à dos la communauté internationale, qui s'inquiète, en parallèle, des ambitions nucléaires iraniennes. Plus tard, l'organisation d'un concours de caricatures, puis celle d'une conférence sur la « réalité » et le « mythe » de la Shoah, en présence de grandes figures du négationnisme, dont le Français Robert Faurisson, n'ont fait qu'empirer les choses.

Et pourtant, paradoxe mis en exergue par la série, la communauté juive iranienne, la plus importante du Moyen-Orient en dehors d'Israël, se trouve plutôt bien lotie. Ses quelque 20 000 membres disposent, à l'instar de la minorité chrétienne et de la minorité zoroastrienne, d'un représentant au Parlement iranien. Ils sont libres de prier dans leurs synagogues, de faire leurs courses dans des épiceries kasher. Ils possèdent leurs propres hôpitaux, leurs écoles et peuvent consommer de l'alcool pour le besoin de leur culte. « Tant qu'on ne se mêle pas de politique, on est relativement tranquille », souffle Joseph, un commerçant juif de la capitale. Il n'a pourtant pas oublié l'arrestation, en 1999, à l'époque du président réformateur Mohammad Khatami, de treize Juifs de Shiraz et d'Ispahan, accusés d'espionnage au profit d'Israël. « Mais c'est une tactique également utilisée par les forces conservatrices contre des intellectuels iraniens musulmans pour étouffer les voix qui se prononcent en faveur de la démocratie », reconnaît-il.



«Cette série a l'avantage de mettre les points sur les» i * et d'éviter les amalgames », explique Kambiz, un médecin iranien de 38 ans, spectateur assidu. « Elle permet de rappeler qu'au-delà des slogans provocateurs de façade, les Iraniens n'ont jamais tué de Juifs, et que au contraire, ils les ont sauvés, par le passé, de la brutalité des Allemands ». Le succès de Virage à degré zéro, tourné entre Paris et Budapest, tient également, concède-t-il, « à la qualité cinématographique de son réalisateur, Hassan Fathi », connu en Iran pour ses fictions historiques. Dans un pays où de nombreux films occidentaux sont bloqués par la censure, les gros moyens utilisés par Hassan Fathi permettent aux spectateurs de découvrir des paysages européens et d'apprécier les tenues féminines à la mode dans les années 1940. Et tranchent donc avec les voiles obligatoires et austères des speakerines de la télévision iranienne.

La réussite de ce programme vient d'ailleurs d'inspirer le tournage, par un autre réalisateur, Hossein Samieizadeh, d'une nouvelle série intitulée Gilad, narrant l'histoire de Ben Hur, un jeune homme juif qui émigre en Iran à l'époque nazie. En parallèle, la télévision d'État ne manque pas de poursuivre son autre objectif, celui de « dénoncer le sionisme », en diffusant, à l'occasion de chaque regain de tension avec Israël, ses fameux spots publicitaires appelant la population à ne pas consommer de « Pepsi », acronyme, disent les autorités iraniennes, de Pay Each Penny to Save Israel (littéralement : « Payez chaque penny pour sauver Israël »).

Cette approche à double vitesse est, en fait, récurrente en République islamique d'Iran. En 1987, le grand cinéaste Massoud Kimiaï s'était déjà intéressé à la différence entre « antisionisme » et « antisémitisme ». Son film Sorb racontait l'histoire de Daniel et Munes, un couple juif iranien de Téhéran, cherchant à émigrer vers la « Terre promise », en 1948. Leur demande est rejetée à cause de l'oncle de Daniel, Yaghoub, accusé « d'activités antisionistes ». Ce dernier sera finalement tué par des « agents » d'Israël... Vingt ans plus tard, Virage à degré zéro reste sur la même longueur d'onde. Sauvée par Habib le musulman, la belle Sara ne manque pas de décliner l'offre de mariage d'un cousin. Raison avancée : il préconisait la création d'Israël.
Re: Paradoxe iranien
01 novembre 2007, 22:10
Merci Rali pour cet interessant article, dont l'essentiel a ete largement diffuse dans tous les medias israeliens.

"Tant qu'on ne se mele pas de politique", dit le commercant juif-iranien, "on est relativement tranquille".

Cette phrase illustre bien la sinistre mascarade des regimes totalitaires, en general, et du regime iranien, en particulier. C'est un "remake" du statut de "dhimmi", citoyens non molestes, mais citoyens de seconde zone. "Ne pas faire de la politique", cela veut dire accepter passivement TOUTE politique du gouvernement actuellement en place, sans piper mot.

Encore une preuve de la specificite du regime marocain, hors-norme, par rapport a la norme des pays arabo-musulmans, dont l'Iran est l'archetype. Au Maroc, les juifs peuvent "faire de la politique", dans la limite des regles imposees par le regime monarchique-musulman-constitutionnel.

Ceci dit, je maintiens ma position concernant tous les juifs vivant hors d'Israel: la Diaspora ampute le Juif d'une part importante de son Etre.
Re: Paradoxe iranien
02 novembre 2007, 13:03
Souiri a écrit:
-------------------------------------------------------
> Ceci dit, je maintiens ma position concernant tous les juifs vivant hors d'Israel: la Diaspora ampute le Juif d'une part importante de son Etre.


winking smileyL’auto-émancipation passe obligatoirement par la confrontation.
Re: Paradoxe iranien
03 novembre 2007, 01:02
Pour Nicht:

Merci pour la lecon d'existentialisme que tu veux bien donner aux Juifs. "L'auto-emancipation, ecris-tu, passe obligatoirement par la confrontation".

Je releve ce joli mot: "confrontation". Tu y resumes des siecles de massacres, de pogroms, d'Inquisition, de vexations, et de "solution finale"...

Non, merci, Nicht, l'Etat d'Israel me permet de me passer de cette "confrontation" quotidienne avec les non-juifs. Cela me laisse le temps d'essayer de me realiser en tant qu'individu et en tant que citoyen sans avoir a me justifier ni a me cacher d'etre Juif.
Re: Paradoxe iranien
03 novembre 2007, 12:16
SOUIRI...Ce n’était pas une leçon, encore moins une lecon sinon ça serait con ! Seulement un point de vue. La question de s’émanciper est un problème commun de toutes les minorités sans exception. On le sait…

Bien sûr tu n’as pas à te justifier ni à te cacher d’être ce que tu es, ni à te laisser amputer dans ton être...etc... Ce qui prouve bien qu’il faut s’émanciper de son passé, de ses souvenirs liés à cette situation… dans ce sens, une confrontation organisée est inéluctable. C’est " 100 % " certain.
Re: Paradoxe iranien
03 novembre 2007, 12:16
Pour Souiri.

A mon tour de te dire que concernant ce sujet (qui me tient d'ailleurs beaucoup à coeur), je suis totalement d'accord avec toi. Moi qui suis marocain arabe né musulman,je défends becs et ongles tout juif qu'il soit d'origine marocaine ou autre contre ce statut de citoyen de 2è classe,contre "les confrontations",les humiliations qu'il a connu dans presque tous les pays et particulièrement dans les pays arabes.

Et je fais mienne la déclaration de Théodor Herzl que tu as cité selon laquelle le juif dans le pire des cas,il est pourchassé, massacré,et dans le meilleur des cas, il est toléré...
Re: Paradoxe iranien
03 novembre 2007, 14:05
Vrai Mr Souiri,

il m'arrive des fois de cacher que je suis juive de peur de "choquer" mon interlocuteur -
Re: Paradoxe iranien
03 novembre 2007, 15:05
POUR HAIFA,


« lol » du paradoxe iranien au paradoxe juif… !


-sans hésitation et en toute logique, je me joins comme toute personne raisonnable à ta position de défendre les Juifs contre tous ces malheurs au nom de notre chère humanité. Ceci dit, le statut que tu cites de 2ème classe du Juif n’est bien ancré qu’à cause du sionisme qui faisait tout et le continue d’ailleurs de le faire, pour faire venir le maximum de Juifs afin de peupler Israël. On sait très bien que le rôle d’un citoyen où il se trouve et quel qu’il soit c’est de s’affirmer en imposant son existence qu’on le veuille ou non. Lorsqu’on arrive à vivre, qu’on estime ou non, et respecter en temps que citoyens des homosexuels, le monde du x…comment peut-on dire que pour les Juifs, communauté respectivement religieuse, ne peuvent être considéré…et qu’il faut fuir pour seul solution… !!!
Re: Paradoxe iranien
04 novembre 2007, 05:27
AAMIR,

si le sionisme a fait venir le maximun des juifs en Israel, c'est qu'Israel appartient au peuple juif, Israel est la terre des ancêtres juifs - les patriarches et matriaches juifs y sont ensevelis sur cette terre, n'est ce pas une preuve, où alors le monde est aveugle.


Laissons aux juifs UN TOUT PETIT PAYS -
Re: Paradoxe iranien
04 novembre 2007, 07:04
Orchidée a écrit:
-------------------------------------------------------
> AAMIR,
>
> si le sionisme a fait venir le maximun des juifs
> en Israel, c'est qu'Israel appartient au peuple
> juif, Israel est la terre des ancêtres juifs - les
> patriarches et matriaches juifs y sont ensevelis
> sur cette terre, n'est ce pas une preuve, où alors
> le monde est aveugle.
>
>
> Laissons aux juifs UN TOUT PETIT PAYS -


Supposons que tous les juifs ont rejoint Israël. Supposons par hypothèse. Que demeura-t-il de la mission du sionisme ? Le sionisme n’a donc un sens que si la diaspora existe. Il s’appuie sur elle pour se définir en un mouvement politique utile. Mais sans aller jusqu’au bout, sinon il perd son sens. Bref, il en faut toujours de la diaspora. Une diaspora mesurée. C’est un fait.

Supposons cette fois-ci que la diaspora est mal et une situation à résorber. Ce qui doit être logiquement le cas pour justifier la mission du sionisme dans son exercice. Pourquoi tous les juifs n’ont-ils pas tous rejoint le pays, le lieu de refuge? Pourquoi y a-t-il aujourd’hui plus de juifs vivant aux USA qu’en Israël même ?!

Ces romains responsables de cette diaspora n’ont-ils pas des comptes à rendre ? Qu’est ce que donc la diaspora au juste aujourd’hui? Est-elle une assimilation d’une histoire ? Est-elle une description spécifique d’un état d’existence d’un peuple à une époque donnée et révolue ? Est ce que cette définition s’attribue aussi bien au passé qu’au présent ? Mais où sont-ils ces romains?

Le sionisme n’a-t-il pas besoin de réactualiser sans cesse la définition de la diaspora pour se maintenir lui-même en vigueur ?


P.S. seuls qui savent rester ZEN sont autorisés à répondre à ces questions. Les autres sont priés de s’abstenir. Merci.
Re: Paradoxe iranien
04 novembre 2007, 08:57
En toute objectivité,en toute franchise, en toute logique et bon sens,je rends ici hommage aux premiers pionniers du sionisme qui ont rassemblé les juifs et leur ont rendu leur dignité sur la terre de leurs ancêtres.
Re: Paradoxe iranien
04 novembre 2007, 15:00
Cette discussion me fait dire que le type d'intégration à la Francaise est le moins pire de tous.
l'Iran
03 juin 2007, 01:01
Le président iranien Ahmadinejab (que son mon soit effacé de la surface de la terre..amen) a félicité Bachar El Assad(lui aussi..) pour sa victoire aux éléctions.

Dommage que le ridicule ne tue pas...

Vraiment dommage....
vive la démocratie arabe.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12/07/2007 17:55 par clementine.
Re: Le pr?sident iranien...
03 juin 2007, 03:08
Voilà encore une déclaration du NAIN qui fera plaisir sans doute à la rue arabe :

"Le compte à rebours pour l'éradication d'Israël aurait débuté, à en croire M. Ahmadinejad. Dans un discours tenu à l'occasion de l'anniversaire de la mort de l'ayatollah Ruhala Khomeini, fondateur de la révolution islamique, le président iranien a précisé que le compte à rebours avait débuté avec l'attaque du Hezbollah l'été dernier, et qu'avec l'aide de tous les combattants libanais et palestiniens, le ''régime sioniste disparaîtrait bientôt''. "

Il ne sait pas qu'il est assis sur un siège ejectable , le con.

<font color=green>Croassez et multipliez</font color>
<a href="[www.hiboox.com&quot]; target="_blank"><img alt="Image hébérgée par hiboox.com" src="[images0.hiboox.com]; /></a>
Re: Le pr?sident iranien...
03 juin 2007, 03:30
Le compte à rebours a commencé pour éliminer ce nazillon de terroriste ainsi que sa clique d'islamo-faschiste....
Faisons en sorte de renverser ce pouvoir autoritaire afin de liberer le monde de ce mal islamiste...
Re: Le pr?sident iranien...
03 juin 2007, 03:45
Déclaration de l'AMBRASSADE de France
concernant la menace iranienne

[www.ambafrance-ua.org]
" Pour la France, il est sûr que le système anti-missiles est destiné à s’opposer aux missiles provenant du Moyen-Orient ?

’’Ce sont des sujets différents. Il y a le Traité FCE qui porte sur les forces conventionnelles et il y a le système de défense anti-missiles. De notre côté, nous n’établissons pas de lien entre ces deux sujets. Ce sont les Russes qui ont tendance à établir un lien.

Pour ce qui est de la défense anti-missiles, il y a eu une réunion la semaine dernière du conseil OTAN/Russie, qui a permis de débattre de cette question. Elle a également été débattue à Oslo à la réunion ministérielle de l’OTAN.

Ce qui a été expliqué par ceux qui sont à l’origine du projet, c’est-à-dire les Américains, est que ce projet est destiné à faire face à <b>une menace balistique venant du Proche-Orient</b>. Toujours selon les Américains, ce système n’a pas vocation à être dirigé contre la Russie. Pour des raisons techniques, le nombre d’intercepteurs et la nature du système ne permettrait pas de l’utiliser efficacement à l’égard de la Russie.

Nous avons pris note de ces explications données par les Américains qui sont à l’origine du projet, sachant que, comme nous l’avons expliqué à de nombreuses reprises, nous ne sommes pas partie prenante à ce projet de défense anti-missiles américain.’’"

&lt;font color=green&gt;Croassez et multipliez&lt;/font color&gt;
&lt;a href=&quot;[www.hiboox.com&quot]; target=&quot;_blank&quot;&gt;&lt;img alt=&quot;Image hébérgée par hiboox.com&quot; src=&quot;[images0.hiboox.com]; /&gt;&lt;/a&gt;
Re: Le pr?sident iranien...
03 juin 2007, 16:13
Rassurons nous : le président iranien a autant de pouvoir que le président Israelien!
Re: Le pr?sident iranien...
03 juin 2007, 16:47



Même s'il paraît être un pantin ou sans pouvoir, ce qu'il dit lui est dicté par les vrais maîtres de l'Iran,les grands fkihs enturbanés.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2023 - DAFINA - All Rights Reserved