Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

la reine DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe

Envoyé par toufitri 
la reine DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
06 avril 2006, 02:51


Belle comme le soleil, malgré sa cinquantaine passée, elle avait encore un visage divin, avec des yeux qui airaient ensorcelé César s’il l’avait connue, des cheveux longs d’un liseré d’azur, éclatant, une bouche rose tellement bien dessinée, qu’on aurait cru une alliance en or, un petit nez, si droit qui témoignait d’une fierté millénaire.

De plus elle était grande, svelte, marchait avec orgueil, telles les vagues de l’océan qui arrivaient paisibles avant de montrer aux rochers, la force qui les animait. Elle s’appellait "Damya Tadmut" c’est à dire "la belle gazelle" de Djawara.

Elle avait tout d’une reine, et le peuple, des Aurès à l’Anti- Atlas, la vénérait, pour sa justice et sa justesse, pour l’âme amazighe qu’elle portait en elle, et donnerait ses beaux yeux pour conserver, ce don de la nature.

- Dites à Ibn Nouamane, que j’ai toutes les saintes écritures y compris le coran d’Othmane, que je m’appelle Damya Tadmut ,La reine des Aurès et de l’Atlas, que je connais votre prophète et la religion qu’il a apporté aux qoraichites, que mon peuple est libre, et fier comme les cimes des Djurjura et du Tobqal.
Mon peuple est Israélite, chrétien, musulman et que sais-je encore, si vous etes pour la paix et le respect des croyances de mon peuple, vous etes le bienvenue, si c’est pour nous soutirer nos terres notre culture, notre liberté, et nous faire payer la Jizia pour garder nos confessions, eh bien, nous vous combattrons jusqu’aux dernier souffle et si nous sommes battus on brûlera tout, on démolira tout.
Enfin, dites à Ibnou Nouamane, que d’autre peuple sont passé par là, nous les avons combattu lorsqu’ils nous ont offensé et nous les avons aidé lorsqu’ils nous ont sollicité.
Chez nous on paye pas pour ses convictions religieuses, et mon peuple est unis quelques soient ses confessions, salut à toi.

L’émissaire de Salman tremblait devant l’ardeur de cette majestueuse femme, recula jusqu’à la porte et partit au galop, effrayé par la puissance de Damya.

Khaled son fils adoptif qu’elle a libéré après une capture, était arabe, et il lui a appris beaucoup de choses sur les arabes leurs mœurs et leurs langue il lui dit:
- Yemmi, tu sais, le calife de Damas, ne te laissera jamais, régner sur le territoire même s’il doit t’envoyer l’armée la plus immense de tout les temps.
Et puis les tribus en ce moment, ont peur après la mort de Oqba à Sousse.

- Mais tu es toujours si prudent, nous avons accueilli les kharijites, et se sont fendus dans nos tribus, il y en a même qui sont convertis au christianisme, d’ailleurs, Ibn ou nouaman a été écrasé à Ceuta et Léontios a repris la ville.
Je ne suis pas hostile à la religion de Mahomet, mais ces bédouins me répugnent tellement que je ne puis les accepter dans mon royaume, ils sont polygames, ils ont enterré leurs filles vivantes, héritent de leurs belles-mères, et c’est eux qui ont vénéré les statuettes, jamais un amazigh, n’a vénéré une statuette.
Et puis à Sicile ils font payer même les convertis à l’Islam, ce n’est pas moral vis-à-vis de leurs prophète.

Ifran, son autre fils lui dit :
-Yemma, Yezdya ( son autre fils) et moi, nous allons leur jouer un petit tour, pour mieux connaitre leur vraie mission, nous allons leurs faire croire que nous sommes convertis et rentrerons dans leurs armées, pour les noyauter, qu’en penses- tu ?
-Une reine n’engendre que des rois, si vous réussissez vous etes des rois, si vous échouez vous étes des leurs.

Hassan Ibn Nouamane, dans son immense tente bédouine dressée près de Serte, et gardée par l’élite de ses chevaliers : tournait en rond :

- Mais elle est folle, n’est-ce pas Zayed ?
- Mais prince, il n’est pas facile de faire la guerre à une femme, si tu l’a vaincs, on dira que tu as vaincu une femme, si elle te vainc, ce qui peu probable, ça sera la honte pour la campagne de Damas. Dans tous les cas tu n’est pas dans une meilleure position, ensuite il va falloir expliquer à son peuple qui l’aime tant.
- Cette femme me fascine, j’aurai aimé ne pas être converti en ce moment et Abdelmalek Ibnou Marouan, attend de moi, la conquête de La lusitanie.
Cette femme ne peut être qu’une Kahena, je l’aurai épousé s’il le faut, mais je dois pacifier la région, je veux dire, la soumettre au califat de Damas. Je n’ai pas la solution, je dois la combattre, mais pour la loyauté, envoyez lui un émissaire pour la prévenir de notre offensive.

La Reine Damya, dans son bain, dit à ses servantes qui lui badigeonnaient le corps avec de l’Henné d’Inde :

- faites moi belle, encore plus belle que jamais, car je pars à la guerre, j’ai envie de mourir belle, pour la cause de mon peuple qui est le plus beau de l’univers.
Belle, je vais défendre ses croyances, ses libertés, car c’est mon devoir, ah, Tamouda, qu’ y- a –t-il de plus beau que de mourir belle ?
-Majesté, c’est ta beauté qui les dérange c’est aussi ton savoir immense, tu parles les langues des chrétiens, des arabes et des Imazighen, tu as étudié la poésie, et les livres saints, tu es immortelle.
- Tu es gentille Tamouda, même, mes fils ne me flattent pas comme tu le fais, et je sais que ce petit Khaled est plus dévoué qu’eux, mais quand il faut combattre, il faut combattre, mets moi un peu du Kohl d’Ispahan et de l’eau de rose de Tambouctou.

-Amdyaz, rassemble moi tous les dignitaires du royaume, et dis leurs qu’ils forment l’armée la plus scindée ; les hommes les plus durs on va combattre les bédouins, de toute façon même vaincus on sera vainqueurs, et dis leur ce n’est pas la nouvelles religion que je combats mais ceux qui l’utilisent pour opprimer, piller et soumettre les peuples.
Dis leur que je donne l’ordre de tout détruire : nos écrits nos arts, de démolir nos forteresses, et brûler les champs, les plus fertiles, nous nous sommes pas des Grecs, on gardera nos richesses en nous même, que cela soit fait avant le duel suprême, je l’écraserai ce polygame.


L’armée de Damya, renforcée par des combattants sédentaires et nomades, rencontra celles des conquérants de Damas sur les bord de la Miskiyana.
Les Imazighen prirent place derrière la reine, et attendaient.
Damya lança un appel retentissant vers son adversaire :

-Ibnou Nouaman, retourne à Damas, dis à ton Calife, que nous n’avons rien contre l’Islam, que mon peuple est libre de ses croyances !!!!

Hassan Ibnou Nouaman, dit à ses commandants :
-il a raison Zayed, c’est une sorcière une vraie kahina, mais elle est si belle de loin, j’aimerai tellement la voir de près !
-Qu’est-ce qui vous arrive prince, a tu oublié la mission sacré dont tu es chargé ?
- De toute les façon je suis déjà vaincu.

Le combat fut sanglant, Damya, du haut de son cheval blanc, effrayait toute l’armée adverse, combattait telle un déesse sur son Pégase.

De loin Hassan, dit :
-Soubhane Allah, cette femme est surnaturelle.

Il perdit le combat et choisit de rebrousser chemin en Tripolitaine, ce fut une humiliation qu’aucun des disciples et émissaires n’a connu.

Damya, rentra dans sa forteresse des Aurès, le peuple l’acclama, et sortit en leur disant :
- Peuple adoré, nous n’avons pas vaincu l’Islam, mais des conquérants, ils ont déjà déposé le coran, en Afriquia, on l’a accepté et respecté, mais nous avons combattu un ennemi qu’on connaît, vous savez leur prophète a souffert, même après sa mort ils ont transgréssé les limites de leurs foi en quête de la gloire et du pouvoir!
Ibnou Marouwan, ne va pas s’arrêter là, nous le savons, nous seront les martyrs de notre âme l’âme Amazighe, qui, elle seule restera éternellement en nous, maintenant partez vous avez fait incliner les Umayyades, brûlez tout démolissez tout, et transmettez tout par le cœur.

Tamouda, la servante dit à la reine :

- Vous voyez Majesté, vous etes la meilleure, la plus forte et la plus belle
- Mais cette fois-ci, Tamouda, ça sera la fin, je mène mon peuple vers la perte, mais aussi vers la dignité, nous sommes libres et je sais que les générations à travers les siècles à venir, vont garder le serment jusqu’à la fin des temps, c’est ma fierté, car les bédouins ne franchiront jamais les neiges, ça leurs fait peur, transmet ça à tes enfants !!!

Ibnou Marwane est entré dans une colère noire, convoqua Ibnou Nouaman.

- Comment, une femme, une barbare des montagnes, vous met à genou ?
Où est le courage des Compagnons ? Et ceux qui ont pacifié la Perse, et le Sham, où nous résidons maintenant, avec la grâce d’Allah, ramenez moi la tête de cette sorcière.

Les Imazighen et les grecs, les chrétiens et les juifs, saccagèrent les plantations, détruirent les forteresses, et se préparèrent à affronter de nouveau l’armée d’Ibn Anouaman.

Damya, mit ses meilleurs bijoux, et empreinta l’un de ses meilleurs chevaux blancs, et se rend avec son armée cent fois plus petite que celle de Damas.
La bataille eut lieu à Tabarqa. Les combats étaient d’une violence inouïe.
Damya, tomba de son cheval, et fut entourée de soldats arabes.

- Tuez moi, si vous etes fidèles à votre calife cria –t-elle, vous n’aurez jamais mon peuple, même si vous épousez nos les femmes, l'Amazigh vous défiera, l’histoire vous montrera.

L’un des soldats sortit son sabre et la décapita : sa tête immortalisa un sourire triomphant et une larme sur l’œil gauche, qui a fasciné l’assistance.

Ibnou Nouaman, arriva au galop, afin d’apercevoir cette créature, descendit de son cheval et lui ferma les yeux en se recueillant longuement devant son corps et dit à ses compagnons :

- Cette femme restera dans les mémoires à jamais! Enterrez la dans la dignité, et honorez sa famille.

Telle fut la déesse d’un peuple qui reste mythique dans les lignes écrites d’une histoire plus que vraie, les arabes l’ont baptisée par pudeur la Kahena : pour en finir avec sa belle réputation, alors qu’elle fut un ange.

Ibnou Khaldoun, s’autocensura à son sujet, se contentant de quelques lignes sur ses origines.

Damya Tadmut fut enterrée sous les youyous à dans une forteresse des Aurès. Ses deux fils obtinrent le gouvernerat de ce qui va devenir des siècles plus tard : le Maroc.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 05/09/2007 12:19 par clementine.
Re: MORT D'UNE REINE
06 avril 2006, 13:33

J'aimerai bien un jour avoir la chance de contribuer à l'élaboration d'un scenario pour un film, qui parle de cette reine: qui évoque aussi l'hitoire des juifs Imazighen!
Bouteille à la mer!
Re: MORT D'UNE REINE
26 juillet 2006, 02:56
supere g tro aimée j'espere ke salama a lue cette article il est supere beau cette reine on l'appeler aussi de different nom ca depend des regions on l'appeler diyha dahya dimya c mon idol je d'ailleur c pour cette raison ke je met son nom comme pseudo winking smiley



Modifié 1 fois. Dernière modification le 05/09/2007 12:20 par clementine.
Re: MORT D'UNE REINE
27 juillet 2006, 01:39
je vé ajouter la photo de cette belle et precieuse reine
Pièces jointes:
Kahena01.jpg
Re: MORT D'UNE REINE
27 juillet 2006, 01:42
sur cette photo c sa statut dans les aures
Pièces jointes:
dihya.jpg
DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
22 février 2007, 20:26
Ame de la résistance amazigh à la conquête arabe

Kahina " prêtresse, devineresse" est le surnom par lequel les historiens arabes désignent cette reine berbère du 7-8 ème siècles de l'ère chrétienne. Selon les mêmes historiens, son véritable nom serait Dayhia fille de Matiya ben Tifan ou encore Damiya fille de Yunafiq. On trouve encore Dihiya et Dîyya.
On a beaucoup polémiqué sur la religion de Dihiya. Certains auteurs pensent qu'elle est juive, à cause de sa tribu, les Djerawa, qui, selon Ibn Khaldûn, était largement judaïsée au 7ème siècle. D'autres pensent qu'elle était chrétien tirant en cela argument de sa filiation (Matiy et Tifan sont des déformations de Mathieu et Théophane) mais aussi du nom de Damiya qui était sans doute un diminutif du nom latin
Damiana. En fait, en l'absence d'informations précises, on ne peut trancher ni pour l'une ni pour l'autre de ces hypothèses et Dihiya pouvait être juive, chrétienne et même païenne. D'ailleurs, un auteur musulman, al Malikî, écrit que pendant sa retraite, Dihiya était accompagnée d'une grande idole en bois, transportée sur un chameau. Il pourrait s'agir d'une divinité berbère et non forcément, comme on l'a écrit, d'une statue du Christ ou de la Vierge Marie.
Quoi qu'il en soit, Dihiya était une reine authentiquement berbère. Quand elle apparut sur la scène, elle devait être déjà âgée. Elle aurait régné près de trente cinq ans sur les Aurès et serait morte à 120 ou 127 ans. Cette longévité est peut-être exagérée mais elle n'est pas invraisemblable quand on sait la vigueur et la force des Berbères.
Selon AI Waqidî, c'est la mort de Kusila qui détermina Dihiya à livrer la guerre aux Arabes. Mais elle avait déjà participé, aux côtés du prince berbère, à la bataille de Tehuda au cours de laquelle fut tué 'Uqba Ibn N'afi'ê (683).
Le calife 'Abd al Mâlîk chargea le gouverneur d'Egypte H'asân ben Nu'mân, de réduire la révolte au Maghreb. Il se mit en marche en l'an 69 de l'Hégire (688-689) et, après avoir pris Carthage et chassé les Byzantins, il prit la route des Aurès.
"H'asân, écrit Ibn Khadûn, demanda qui était le prince le plus redoutable parmi les Berbères, et ayant appris que c'était la Kahina, femme qui commandait à la puissante tribu des Djerawa, il marcha contre elle et prit position sur le rebord de la rivière Miskiana."
La rencontre eut lieu sur l'oued Nini, au nord de Khenchla : les troupes berbères qui se trouvaient en aval se jetèrent sur les Arabes qui étaient en amont et les taillèrent en pièces. En souvenir de cette défaite, les Arabes surnommèrent l'oued Nini, Nahr al bala', la rivière des malheurs. Et les preuves n'étaient pas finies pour eux. Après les voir forcés à prendre la fuite, Dihiya les poursuivit et les combattit de nouveau. Elle les obligea à quitter l'Ifriqya et à se réfugier, sur l'ordre du calife 'Abd al Malîk, dans la province de Tripoli.
Dihiya rentra chez elle et, dans un geste de générosité, elle prit sous sa protection l'un de ses prisonniers arabes, Khâlid ben Yâzid. Elle lui donna le sein et, simulant l'allaitement, elle fit de lui son fils adoptif.

En 698, H'asân ben Nu'mân revint avec des renforts, il dispersa les troupes de Dihiya et s'empara de Carthage. Le général arabe sema la discorde parmi les Berbères, poussant une partie d'entre eux à abandonner la vieille reine. Celle-ci, loin de se décourager, continua la lutte avec les hommes qui lui restaient fidèles. Sentant la fin approcher et voulant sauvegarder 1'avenir, elle recommanda à ses fils de se convertir à l'Islam et de changer de camp. L'historien Ibn al Hakîm rapporte qu'elle s'adressa en ces termes à Khalîd ibn Yâzid :
"Je vais périr et je te recommande de t'occuper de ton mieux de tes deux frères que voici. Je crains, répondit Khâlid que si tu dis vrai, ils ne puissent échapper à la mort -Que non ! l'un d'eux même jouira, chez les Arabes d'un prestige plus grand qu'il n'en a aujourd'hui. Pars, assure- toi de la vie de mes fils!"
Elle ne savait pas qu'en ce moment là, Khâlid allait la trahir. Alors qu'elle s'apprêtait à livrer de nouveau combat, il avait averti H'asân de ses positions, en lui envoyant un message dissimulé dans du pain.
Le combat eut lieu au pied des Aurès. Dihiya, sur le point d'être battue, tenta de se réfugier dans une citadelle byzantine de la région de Biskra mais son adversaire la talonna et la poussa plus avant. La dernière bataille se serait déroulée à Tarfa, une localité à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tobna. Selon la tradition, Kahina fut tuée devant un puits qui porte depuis son nom: Bîr al Kahîna, le puits de la Kahina.
Sa tête fut tranchée et envoyée comme trophée de guerre au calife. Ses deux fils qui étaient passés à l'Islam eurent la vie sauve et Ibn al Nu'mân nomma l'un d'eux commandant de ses troupes, réalisant ainsi la prophétie de sa mère. Les Arabes purent ainsi se concilier les Berbères qui se convertirent en masse à l'Islam.
La Kahina fut accusée par les auteurs arabes d'avoir pratiqué la politique de la terre brûlée : sur le point d'être vaincue, elle aurait préféré brûler les villes, les villages et les récoltes plutôt que de les abandonner à l'ennemi. En fait la Byzacène, théâtre des combats de la Kahina et des Arabes, était depuis longtemps livrée au pillage aux incursions des Arabes. En accusant l'héroïne berbère de ce forfait les historiens arabes voulaient sans doute la discréditer et justifier surnoms de "prêtresse" et "sorcière" qu'ils lui avaient donnés.



Modifié 3 fois. Dernière modification le 05/09/2007 12:20 par clementine.
La reine Kahina
10 août 2007, 08:34
Bonjour a vous tous, je vient avec un sujet qui me passionne c'est celui de la reine Kahina. Et elle juive ou bérbere? Ses deux fils et ce qu'elle les a vraiment convertis a l'islam?
J'attend avec impatiance vos réponses.smileys with beer
Re: La reine Kahina
11 août 2007, 02:46
Salut Mrizia, un livre récent et intéressant sur la kahina à lire absolument pour connaître l'histoire de cette reine.

" LA KAHINA " de Gisèle HALIMI qui a fait des recherches dignes d'une historienne.

Passionnant !

Amitiés

Malika
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
20 août 2007, 08:16
Bonjour HMAMCH,

Que ce soit dans les forum où autres occasions de chercher la véracité sur la fameuse KAHINA, j'avais toujours été déroutée par les dires des uns et ceux des autres.
Mais une chose est sure, me concernant, je me sens satisfaite à la lecture de vos recherches concernant la grande dame que fut KAHINA. En effet je retrouve quand meme bcp d'approche avec les recherches des grands auteurs).

Mais pouvez vs approfondir les choses et tenter de trouver un écrit où son vrai nom pourrait figurer ?

Mci
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
03 septembre 2007, 20:46
Bonjour
ce qui me désole c'est que sur la tombe de Kahina à Baghai (Algérie) de celle qui fut notre reine au Maroc et en Algérie, c'est le fait qu'aucune inscription ne figure en hébreux et en tifinagh.
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
05 septembre 2007, 07:11
Bonjour... ce sujet apparait en page 5 de la rubrique "Culture" sous le titre "Mort d'une reine"...
Professeur... vous avez parfaitement raison de faire remarquer que la stèle de la reine Dihya ou Damya a été écrite exclusivement en arabe...cela suscite une vive polémique en Algérie et ailleurs notamment au moyen du net...Mais le nom de Kahena n'est-il pas déja une arabisation de Dihya ou Damya?...Certains n'ont-ils pas surnommé la martyre juive Solika..."Lalla Soulika"?...et le symbole de la Main plusieurs fois millénaire n'est-il pas, aujourd'hui,communément appelé "Main de Fatima"?...
Pièces jointes:
KAHINA_03-3.jpg
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
05 septembre 2007, 07:13
statue à Baghai
Pièces jointes:
Satue_Kahina-2.jpg
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
05 septembre 2007, 11:45
" de celle qui fut notre reine au Maroc "

elle n'etait pas reine du maroc elle a eté la chef d'un groupe de tribu
nomade au sud est de l'algerie, avec l'aide des berberes sedentaires
de la tunisie elle a defait les arabes

je ne pense pas que kahina a ete juive ... apres sa defaite elle a conseillé a ses fils de rejoindre et s'allier avec les musulmans,
c'est cette alliance des berberes nomades qui a ouvert les porte du maghreb aux musulmans ...

el kahina par son conseil a rendu un bon service a l'islamisation puis l'arabisation du maghreb, et un mauvais service a la berberité et la judaité du maghreb.
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
05 septembre 2007, 15:24
Pour Slimane
Dihya régnait aussi sur une partie de l'atlas marocain et algérien. les frontières de l'époque n'étaient pas celles d'aujourd'hui. d'autant plus que romains, grecs... ne se sont aventurés que superficiellement dans les montagnes de l'atlas. ces derniers avaient leur système propre de régence et de vie socio-politique assuré par un système arborescent de pactes entre grandes tribus que Dihya coiffait.
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
06 septembre 2007, 02:00
Dihya régnait aussi sur une partie de l'atlas marocain et algérien
... regnait est un un peu fort, egalement pour coiffait
Dihya appartenait a la confederation de tribus zenetes, par le deces
de son mari qui etait chef ( pas reinne ), elle a assuré la regence pour
ces fils ... les arabes pointaient, ces enfants etaient mineurs et elle
est femme ... elle veux assuré la position sociale de sa famille ...
elle resiste , elle appelle le concourt des tribus nomades frere, elle
s'allie avec les autres berberes sedentaires ... elle voulait detruire
les villages des tribus berberes sedentaires pour assurer de bon paturage
au troupaux de sa tribu ... elle resiste juste le temps pour que ces enfants deviennent majeurs et les conseiller pour s'allier aux arabes, Dihya n'etait pas l'ame de la resistance amazigh ou juive elle etait intelligente et une tres bonne mere.
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
07 septembre 2007, 18:26
Pour Slimane
vous dites "elle voulait detruire les villages des tribus berberes sedentaires pour assurer de bon paturage au troupaux de sa tribu..."
alors là precisemment il y a discussion.
elle voulait détruire ce qui interessait les arabes. et là je m'étalerai.
de Tripli à Tanger, le long de la cote, ce n'était qu'une suite d'ombrages de cités peu distantes .. si bien par exemple que Ibn Idhari du XIV, écrivant l'histoire du Maghreb la définit ainsi :"nul pays au monde n'est aussi favorisé, aussi continuellement béni, n'a autant de villes et de forteresses". Vous savez que Omar a interdit à Amr Ibn el As de s'aventurer au Maghreb. ce n'est que sous le regne de Othmane qu'il autorisa ce que Omar avait interdit sous la conduite de Abdallah ben saad en 647.


l'expédition en "Ifriqyia" connait la bataille de Suffetula (Sbeitla de nos jours) , les arabes mettent la main sur une fortune incroyable: imaginez que chaque cavalier avait eu 3000 dinars et chaque fantassin 1000 dinars. toutefois cette expédition n'avait pour but que le pillage et les arabes repartiront. Par exemple, 12 ans plus tard en 669, Moawiya Ben Hodaij entreprendra une meme expédition qui ne visait pas plus que le pillage. ils s'étonneront d'ailleurs des richesse trouvées et la raison en était l'agriculture: par exemple l'huile d'olive qui était l'aliment le plus précieux de l'époque et qui était vendu aux grecs... je sute l'arrivée de Oqba en 681, la révolte de Kosaila...

l'expédition de Hassan ibn Noaman (40 000 hommes) qui reprendra la ville de Carthage en 693 mais ce n'était plus qu'une ville pauvre. Kahina apprenant les victoire des arabes sur les roum descend de la montagne et s'empare des terres spoliées et repousse les armées au dela de la province de Gabés. Hassan se réfugiera en tripolitaine, pas loinde Barqua dans unnlieu qui porte aujourd'hui le nom de "kossour hassan". à l'issue de sa défaite, écrit il " ces peuples du maghreb n'ont pas de commencement et nul ne sait où ils finissent.si tot que l'un est détruit, plusieurs autres le remplacent..."

pendant 5 années , Kahina reste souveraine incontestée non pas des montagnes mais du Maghreb. en 695, l'emprereur de constantinople arme une nouvelle flotte et s'empare de carthage. entre temps, Kahina avait capturé 80 chefs arabes qu'elle relachera tous sauf un. et là vous connaissez la suite.


Kahina, animée de la bonne foi de défendre son pays, a voulu détruire ce qui interessait les arabes en terre maghrebine, tout ce qui était source de richesse: champs vergers... elle n'epargnera que ce qui touche l'alimentation de base et ainsi que les paturages.sauf que ce calcul a heurté les convictions des paysans sachant par exemple qu'il faut 25 ans pour qu'un olivier donne ses fruits...
Re: la reine DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
08 septembre 2007, 03:31
Merci pour cette fine analyse Professeur...Nul doute que Dihya a été une grande résistante face à l'invasion des pays berbères par les arabes...Il ne sert à rien de tenter de la salir...
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
08 septembre 2007, 04:11
Kahina, animée de la bonne foi de défendre son pays,

Pourquoi donc elle a conseillé ses fils a rejoindre ces ennemis ?

a voulu détruire ce qui interessait les arabes en terre maghrebine

c'est encore un peu fort le terme maghrebine ...

l'histoire de la kahina est entaché de legendes ainsi que la conquete du
maghreb, on peut pas vraiement connaitre ce qui s'est passé ...

ce que j'en pense c'est que la conquete du maghreb par les arabes a connue de grande difficultes jusqu'a le ralliement des zenetes ( le peuple de nomades a qui appartient la kahina : (le ralliement de ces fils ? ).
c'est dernier ont profité de la destruction des groupement sedentaires
berberes ... pour occuper leurs terres, tant que ca marche les affaires de conquetes et le pillages ... les zenetes et les autres berberes sont
alliés des arabes , apres l'arret des affaires a poitier ( charles martel ), et suite a la tentative d'exploitation des arabes du maghreb
ces meme zenetes et les autres berberes se sont revoltés et on chassé
les arabes du maghreb ... le califat omayades a epuisé ces forces
en envoyant armée apres armées pour ne pouvoir que se maintenir que difficilement en tunisie ...

les arabes n'ont pas vaincu les berberes au point de vue militaire
... mais ils ont gagné la guerre psychologique : d'abord l'argent
puis le paradis ...
Re: DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
16 septembre 2007, 00:12
Je me permets d'ajouter quelques lignes.
1- Il faut d'abord definitivement arreter de dire que Dihya-Kahina etait une reine juive. Si elle vecut au 7eme siecle, c'est seulement au 14eme siecle que le celebre historien Wali ad Din Abou Ar Rahman Ibn Mouhamad IBN KHADOUN ecrivit que PEUT ETRE la Kahina etait une reine Juive, car son nom est proche du nom juif Cohen. Mais c'est tout!!!

Ceci dit pour ceux qui desirent avoir plus de renseignememewnts en resumes, chercher sur internet" www.kahina.org/index.php? et chercher l'article de Michel Behagle.
Pour Ibn KHALDOUN: WWW.frenda.org/vieibnk.htm

Cordialement et coucou a Cigalou.
Re: la reine DiHIYA-KAHINA : Ame de la r?sistance amazigh ? la conqu?te arabe
16 septembre 2007, 01:04
Coucou Vidal Serfaty...merci pour ces précisions ...cordialement
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2023 - DAFINA - All Rights Reserved