Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Re: Contes en jud?o-arabe
06 avril 2005, 19:10
Je ne connais pas de recueil tel quel. Il y a un vieil ouvrage d'Henri Duquaire intitulé Anthologie de la litterature marocaine arabe et berbère (éditions Plon) dans lequel certains personnages juifs apparaissent.

Il existe aussi une haggada (texte traditionnel de la pâque juive) en judéo berbère compilé par Haim Zafrani et P. Goland-Pernet (comptes rendus du GLECS, 1970).

Il doit fort probablement exister un receuil de contes judéo-berbères en langue hébraïque
Nouvelle fable en jud?o-arabe
11 avril 2005, 19:56
Lzenbi lma'qeul


Wahd elzenbi1 kane itemsa bel'aqliya kbira. Mendikane izbor elgerga', kane ihers ikhbi si euhdine flard kbel mandiydoko. Hfira hina ohfira hina. Haqdaq 'amro mayt'adeb bzo' fekher dstwa.
Fqreb dpissah, sker fel'aqkliya dialo obda kay ihek wiygerred bas izbor elkhzen dialo. 'Aya mayftess, ma'aqels elmoda' elhkikin fein khba lmakla dialo, hta dilard rza't mkerbla fhal si moda' delgerra.
Meldi mabqass itkel 'ala tfkira dialo, elzenbi ersa bas mendaba elqdem, ya'ked elgerga' fdenba dialo, hakdak may ikhserhoms. Hadsi kane itkel 'aleh swiyess belhak nofors2.
Mdikane istara, tlakaw bih znabin lokhrin disksaw fein hiya mrato. 'Ala kibal kane ibane fhal 'ad zouwez. ''Besimane tob!'' kane isma' mekel ziha onass izgherto 'alih. Olhelka3 'azbha elhal bdaw kiysiybo 'aleh bellot, gerga', leuz orhot okhrene deldayde olfakia4.
Bhad eraht5 sahbna zenbi ma bqas irfed hta hem. Rza' ikbed rinta6. Okane ya'zbo elhal ya'mel elferha onzaha7 ftrik dyalo.


1. zenbi : écureuil (néologisme tentatif).
2. nofors : sans trop d’effort (de l’anglais no force)
3. helqa : la troupe
4. fakia : fruits secs
5. bhad eraht : de cette façon
6. rinta : la rente
7. nzaha : bonheur

Traduction :
L'écureuil prévoyant


Un écureuil agissait avec grande sagesse: Quand il trouvait des noix, il prenait soin d'en enterrer quelques unes avant même d'en goûter. Un ptit trou par ci, un ptit trou par là. Ainsi, il n'aurait pas à souffrir de la famine à la fin de l'hibernation.

Le printemps venu, il bénit sa pré@#$%& et se mit à gratter le gazon pour en déterrer son trésor. Il eut beau chercher, il ne se souvenait plus des endroits précis dans lesquels il avait emmagasiné sa pitance. Bientôt, le gazon eut l'air d'un champ de bataille, la terre retournée le rendant méconnaissable.

Ne pouvant se fier à sa mémoire, l'écureuil décida que dorénavant, il attacherait à sa queue les noix qu'il entendait préserver. Cela le ralentissait quelque peu, mais le jeu en valait la chandelle.

Alors qu'il se promenait, il se fit aborder par d'autres écureuils qui lui demandaient où se trouvait sa compagne. C'est qu'il avait l'air d'un nouveau marié! AMazaltov !@ entendait-il fuser de toute part. Et la foule amusée de lui jeter glands, noix, noisettes et autres victuailles de choix.

C'est ainsi que notre écureuil n'eut plus à s'en faire. Il était rentier. Et il n'était pas fâché de semer un peu de joie et de bonheur à son passage.




Modifié 1 fois. Dernière modification le 05/05/2010 02:02 par Dafouineuse.
Re: Contes en jud?o-arabe
11 avril 2005, 21:07
...et depuis il vend les stocks et enseigne le business et l'administration a l'universite...lol

Merci David pour le sourire, on en avait besoin!

Amities,

Re: Contes en jud?o-arabe
14 avril 2005, 20:00
cher Mr D. Bensoussan

Je suis nouveau sur ce magnifique navire "La Dafina" qui ne cesse de parcourir les oceans de notre passe Maghrebi grace a vous et a bon nombre de participants. Quand j'habitais Mogador que j'avais quitte en 1940 a l'age de 9 ans...mon voisin et ami etait Meyer Bensoussan..qui fit par la suite ses etudes d'Ingenieur a Grenoble. Etes vous par hazard de la meme famille que celle de Meyer? Je le chereche et j'espere qu'un membre de la Dafina puisse me fournir cette information. Mon cher Mr.Bensoussan..je suis mesmerize par votre eblouissant intellect qui ne cesse d'enrechir nos connaissances. Merci de tout coeur et au plaisir de vous relire.. Bravo Alik !! Trbeh !! P.H Ziri - Tovarex@aol.com



Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/05/2008 17:45 par clementine.
Re: Contes en jud?o-arabe
17 avril 2005, 09:33
Je ne suis pas parent de Meyer Bensoussan mais je vais tenter de retrouver sa trace

Amitiés,

David B
Re: Contes en jud?o-arabe
13 février 2008, 10:11
il la ldavid
pour ses histoires que je comprend a 95 pour cents dans les 2 dialecte qu'il a posté .


tbarkalah 3lik a l'akh !

be3dma rani kane n'fheme ledarija dial hade noukta li derti
rani jdide,fi hade site DAFINA chkouna ana ?

braite ngoulek,lguite hade lketba houdia 3arbia mo3tabare li nfahmou

klame kente nehdar bih meli counte sriware ( enfant )

khet mi la soeure a ma mere fi doukala kante bi lebhaim wo lbeer
a l'interne fi doukala


salam shalom 3likoum

depuis le début d'aprés midi,je lis les postes je retrouve beaucoup de mots de valeures que,je commençais a oublier( plutot qu'ils dormait )


ache ra n'guoule ? houwa rbi ye7fadna amine !

aziz

frança

a + al khoute
MYTHES, CONTES ET LEGENDES (LES HDAYET)
17 janvier 2004, 06:09
Les contes et legendes qui se racontaient dans les soirees en famille, comme El Malek Siff, Haroun Errashid, La fleur noire...

Et les histoires qui nous horrifiaient comme les Ghouls, le Ba'alalou, et Aisha Kandisha ect...

Ces histoires qui ne nous laissaient pas dormir , qui nous faisaient couvrir la tete a etouffer!

Je suis curieuse de savoir si cela se raconte toujours au Maroc par la jeune generation?

Moi, je passais des soiree assise avec les anciens de ma famille,
voisins et amis et ecoutais bouche bee ces histoires que j'adorais!

Bien entendu, ces contes etaient a suivre et ne finissaient JAMAIS! lol

A vous mes amis!





Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/05/2008 17:31 par clementine.
Re: MYTHS, CONTES ET LEGENDES (LES HDAYET)
17 janvier 2004, 12:31
Bonsoir

j'ai trouvé il a longtemps un ouvrage en hébreu appelé PITGAMIM c'est à dire les proverbes que l'on a ou avait l'habitude d'entendre chez de nombreux juifs marocains la question es de savoir si ces PITGAMIM ont été traduits en Français sinon je fais appel par l'entremise de cemail à tous les traducteurs en verve pour tenter de le faire et je pourrais eventuellement me procurer le livre. Pour exemple SID ELHAKEL, TEHEBEL trop de savoir peut rendre fou
ou encore KEL FERHA HANEDA SETHA



Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/05/2008 17:46 par clementine.
Re: MYTHS, CONTES ET LEGENDES (LES HDAYET)
17 janvier 2004, 14:12
Bonjour Sefarad13,

Je sais qu'il ya un livre sur les proverbes Marocains,
ecrit par Issachar Ben Ami qui etait mon premier intituteur
des mon arrivee en Israel (kita hey)

Mr Ben Ami est aujourd'hui Professeur de Folklore Nord Africain a l'Universite de Jerusalem.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/05/2008 17:32 par clementine.
Re: MYTHS, CONTES ET LEGENDES (LES HDAYET)
20 janvier 2004, 10:59
emreaude ! ah oui tu avais l'honneur d'apprendre chez notre grand penseur et hitorien marocain Issachar ben Ami '( né a casablanca en 1933 )

je suis entrain de lire son fameux livre , pelérinage judeo-musulman au Maroc .


je veux bien s'il est possible de me envoyer un autre livre de lui .

Yassar

Yassar Ben-Soly



Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/05/2008 17:46 par clementine.
Re: MYTHS, CONTES ET LEGENDES (LES HDAYET)
20 janvier 2004, 11:16
Cher Yassar,

Oui, c'est un grand honneur, il a aussi influence ma vie d'enfant etant nouvelle en Israel, et mon education quand je ne parlais pas un mot d'hebreu!


Je voudrais bien le revoir un jour et lui dire que je n'ais jamais oublie!
Ah, nostalgie! smiling smiley

Moi meme je n'ais trouve qu'un seul de ses livres
(en Anglais) intitule "Saint Veneration Among the Jews in Morocco (1998)"



Re: MYTHS, CONTES ET LEGENDES (LES HDAYET)
12 janvier 2006, 03:00
chere Emeraude , moi aussi j'ai ai ete bercee par tout ces contes 'les samedis soirs apres la havdalla tout le monde etait assis autour de bond gateaux ,the et confitures et mon pere racontait par episodes l'histoire du MALIK SIff qui a la longue j'avais trouve que c'etait l'histoire du ROI ARTHUR et chacun son tour ma mere racontait l'histoire de PETITE MAMAN et des fois mes grands meres nous racontait les histoires de demons horribles et bien entendu a l'ecole les filles se racontait ces histoires et j'avais des peurs bleues a chaque fois que j'entrais dans les toilettes et je regardais toujours derriere moi c'etait horrible et je m'etais juree que je ne ferais pas cela a mes enfants ,mais aujourd'hui il y a des histoures plus terribles a la t.v jacqueline
Contes berb?res
15 avril 2005, 00:47
L’Homme, la Vipère et le Hérisson
Conté par Abdesslam Ou Lahcen n'Id Bram en juillet 1949.
Alphonse Leguil, Contes berbères de l’Atlas de Marrakech, Ed L’Harmattan, 2000.

Bonne lecture
Amitiés/Abdelghani
a.balar@menara.ma
balar_a@hotmail.com


L’Homme, la Vipère et le Hérisson

C’est l’histoire d’un homme qui était en déplacement. Arrivé au bord d’un ruisseau, voilà qu’il trouva une vipère. Eh l’homme, lui dit-elle, je vous en conjure, faites moi passer. C’est ça, ma bonne dame, fit le voyageur, je m’en vais vous faire passer et alors ne voudrez plus descendre. Pour sûr, protesta-t-elle, je vous en vous en ferai promesse solennelle. C’est entendu, dit-il, où vais-je vous mettre ? Jetez moi simplement sur votre épaule. Il la prit donc sur son épaule. Et quand il l’eut fait passer, elle ne voulut plus descendre.

Elle lui signifiait qu’elle le citait en justice : Nous allons soumettre notre litige au chameau que voilà, lui dit-elle. Le chameau, lui, était vieux ; il ne se levait plus. Sil me condamne à descendre, ajouta-t-elle, je descendrai ; s’il vous condamne à me porter, vous ne porterez.

Quand ils furent près du chameau, elle dit à celui-ci : Pour ce qui est de ce fils d’Adam, partout où il me trouve, il me tue. Et vous, maintenant, comment allez-vous trancher entre nous ? Faites- lui un nœud coulant, dit le chameau. Tant que j’étais en bonne santé et que je transportais de lourdes charges, je vivais dans l’intimité de l’homme. Maintenant que j’ai perdu la santé, eh bien vous voyez dans quel état il m’a abandonné.

Ils partirent et se rendirent auprès d’un cheval. Voilà, lui dit la vipère, je vous ai amené cet individu, pour que vous nous fassiez justice. Il n’y a pas d’autre justice pour lui, dit le cheval, que celle-là même que vous lui avez faite là. Au temps où j’étais en bonne santé, il m’avait confectionné une selle et une rêne brodée, et il me faisait ferrer en temps utile ; et j’avais droit à toute sorte de fourrages et à tout ce qui me faisait besoin. Je le sauvais du milieu de l’ennemi et le ramenais dans le camp ami. Maintenant que j’ai perdu la santé, eh bien vous voyez dans quel état l’homme m’a abandonné. Serrez lui le nœud coulant à lui en faire jaillir les yeux des orbites.

En voilà deux, dit la vipère à l’homme, à qui nous avons soumis notre différend. Chez qui voulez-vous encore aller ? Je ne vous en demande plus qu’un seul, dit-il. C’est entendu, accorda-t-elle, mais à quelque personne que nous nous adressions, vous trouverez dans son arbitrage les conséquences de votre comportement.

Ils se rendirent chez le hérisson. Pour l’amour de Dieu, chef, dit l’homme, il faut que vous me rendiez justice avec cette créature. Elle m’a demandé de lui faire passer le ruisseau. Je l’ai fait. Elle ne veut plus descendre. Vos lois ne sont pas les miennes, dit le hérisson. Et pourquoi n’avez-vous pas les mêmes lois que nous ? demanda la vipère. Parce que, dit-il. Non, non, insista la vipère, prenez la décision qui vous semblera bonne, et faites nous la nous savoir. C’est que, dit le hérisson, les gens du ciel, ceux de la terre n’ont pas à les juger. C’est donc à moi que vous faites allusion ? demanda la vipère. Parfaitement, dit le hérisson, si en effet vous voulez obtenir justice, il vous faut descendre à terre afin que je prononce ma sentence. Et après, vous ferez comme il vous semblera bon. Elle descendit donc.

Et maintenant, lança le hérisson à l’homme, voilà le vivant par terre et vous, vous avez la mort dans la main. Qu’est-ce que vous attendez d’autre ? L’homme aussitôt frappa la vipère et la tua.

Quand il l’eut tuée, il se pencha sur le hérisson et lui dit : Je m’en vais t’emporter pour te donner à des gamins. Est-ce vraiment indispensable que j’aille avec toi ? demanda le hérisson. Absolument, dit l’homme. Au nom du ciel, supplia le hérisson, c’est que j’ai des enfants, et tu connais bien les droits qu’ils ont sur nous. En quelque état que je les laisse, c’est ainsi qu’ils resteront. Il faut que tu m’accompagnes pour passer les voir. D’accord, fit l’homme et il partit avec lui.

Ils arrivèrent à l’entrée d’un terrier dans lequel il y avait une vipère. Je t’en prie, dit le hérisson, il faut que tu m’aides. C’est que mes enfants sont assez désobéissants. Il suffit que je leur dise : "Allez", pour qu’ils me fassent des difficultés pour sortir. Toi, barre-leur la route, et le premier qui sort tu l’attraperas.

Le hérisson entra dans le terrier. Quand il arriva auprès de la vipère, il mit la tête contre les pieds, se roula en boule et piqua la vipère.

L’homme, de son côté, se coucha complètement sur le ventre et se mit à observer attentivement la venue des petits du hérisson.

Quant à la vipère, dès qu’elle sortit elle tomba sur l’homme qui était là à guetter. Et vlan, elle le mordit. Le hérisson, qui la suivait, eut la surprise de constater qu’elle en avait déjà terminé avec lui. Et voilà, s’écria-t-il , comment on joue un bon tour à quelqu’un !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/05/2008 17:47 par clementine.
Re: Contes berb?res
21 avril 2005, 15:26
Saluts à tte/ts

Entre le fqih et le berger

Un jour, le berger invita chez lui le fqih du village.

Après avoir mangé et longuement discuté de choses et d'autres, le fqih demanda à lire quelques versets du Coran. Ce qu'il fît. En le voyant ainsi lire, le berger qui semblait très ému laissait glisser le long de ses joues, quelques larmes. Après avoir terminé sa lecture, le fqih se retourna vers le berger et lui dit : "Tu semblais, pendant que je lisais, très ému ; La parole divine t'aurait touché ?"
Le berger lui répondit : "Non, d'ailleurs je n'ai rien compris à ce que tu disais, mais pendant que tu lisais, ta barbe qui tremblait me rappela celle de mon bouc que j'avais perdu l'hiver passé, alors je l'ai pleuré !".


Amitiés
Abdelghani Balar
a.balar@menara.ma
Re: Contes berb?res
25 avril 2005, 11:00
Bjr, bsr ttes/ts


Les mensonges du ciel


Ils étaient deux; Deux menteurs, qui voulaient gagner leur vie en coups de mensonges.
Ils décidèrent, un jour, de se rendre dans un village.
Le premier dit alors au second : "Ecoute-moi, je vais mentir, toi d'arranger les choses, de façon à ce que nos mensonges ne se fassent pas trop remarquer".
Ils entrèrent donc, dans le village et, pendant qu'ils dînaient avec d'autres villageois, le premier faisant semblant de tendre l'oreille, dit à l'assistance : "Ecoutez ! J'entends un chien aboyer dans le ciel !". Les villageois étonnés, lui firent remarquer que les chiens ne pouvaient pas voler, qu'ils n'avaient pas d'ailes et, qu'ils ne pouvaient pas aboyer dans les airs.
Le deuxième menteur, qui voulait adoucir les choses, rétorqua : "C'est vrai, je l'entends. C'est un chien qui a été enlevé par un vautour".
Les villageois, jugeant l'histoire plausible, affirmèrent même : "Il y a tant de rapaces qui passent par ici".
Et l'histoire fut crue par tout le monde.
En quittant le village, le deuxième menteur, dit à son ami : "Il était convenu que je t'arrange et, que je te justifie les mensonges de la terre, mais on a jamais parlé des mensonges du ciel".


Abdel
a.balar@menara.ma


Pièces jointes:
tahiri Souvenirs.jpg
Re: Contes en jud?o-arabe
01 mai 2008, 17:48
Qui peut me raconter l'histoire de :

EL HDITA DEL BRITAL

Je me souviens vaguement d'une jarre de SMEN dans laquelle il serait tombe?
Re: Contes en jud?o-arabe
11 mai 2008, 17:11
Bonjour Emeraude

ce dont tu as parlé se sont les mêmes histoires que nos grands nous racontaient

on commençait toujour par "kane ya makane fi qadimi zamane"
comme genre il y avait combien il y en avait ,il y a bien longtemps

il y avait aussi ce grand voyageur à travers le pays qui nous faisait vivre ses aventures
Re: Contes en jud?o-arabe
13 mai 2008, 06:38
Sahara!
Comment te dire? Ca c'est un beau souvenir!
J'ai le debut de ma hdita, contee tant de fois par mon grand-pere.
La hdita del brital commencait toujours comme tu l'as ecris par :
KANE YA MAKANE FI QADIMI ZMANE.
Je me souviens avoir a plusiseurs reprises demande ce que cette phrase voulait dire, je ne la connectais pas a l'histoire en fait..
Re: Contes en jud?o-arabe
13 mai 2008, 08:18
sahara a écrit:
-------------------------------------------------------
> Bonjour Emeraude
>
> ce dont tu as parlé se sont les mêmes histoires
> que nos grands nous racontaient
>
> on commençait toujour par "kane ya makane fi
> qadimi zamane"
> comme genre il y avait combien il y en avait ,il y
> a bien longtemps
>
> il y avait aussi ce grand voyageur à travers le
> pays qui nous faisait vivre ses aventures

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

"kane ya makane fi
qadimi zamane"...........Il était une fois ......et l'histoire se raconte.

un quatrain rhytmé populaire de cette formule avant de raconter une histoire...pour les petits et même pour s'endormir.

kane ya makane
kat(chat) ousmou (qui s'appelle) soussane
moussaheb ( liant amitié) el khouane (à un voleur).

et on continu à raconter les histoires des animaux. il y en a tellement et je les ai presque toutes oublier.
Re: Contes en jud?o-arabe
13 mai 2008, 12:01
le moment où nos grand nous racontaient des histoires, c'était des moments privilégier, il faut vraiment vivre ces fortes sensations sublimes pour en avoir une idée, et qui reste aggravé à jamais dans notre mémoire car à travers ces moments il y avait une meilleure relation humaine avec les nôtres qui défois nous faisaient des calins
Plus tard on a vu de meilleur film au monde mais on s'en rappelle pas autant

Ces moments magiques ont construit quelque chose en nous , en plus on vivait vraiment notre enfance dans l'innocence plein d'imagination et on créait nos jeu notre monde nous même à partir des choses simple de la vie de notre propre environnement

et on s'en laçait jamais de ses belles histoires liées à notre culture à notre monde
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2022 - DAFINA - All Rights Reserved