Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

AU CAFE DES POETES

Envoyé par CharlyDeJerusalem 
AU CAFE DES POETES
28 octobre 2004, 03:47
UNE PETITE RUBRIQUE POUR EPANCHER SON AME....POETIQUEMENT.

J'ai composé ce petit poême pour inaugurer la rubrique.
J'espère que d'autres me suivront ( Lily ...par exemple)

O MAROC BIENAIME

VOGUE MON AME VERS LE PAYS DE MON ENFANCE,
VERS LE PAYS MAGIQUE OU EST RESTE MON COEUR,
LOIN, LOIN....AU DELA DE LA MER.
VOGUE MON AME.

JE SERAI LA MOUETTE QUI SUIVRA TON BATEAU,
JE SERAI LA VAGUE ET L'HORIZON D'ESPOIR.
ALLEGE MA TRISTESSE, ASSOUVIS MA LANGUEUR.
VOGUE MON AME.

ET LORSQU'AU LOINTAIN JE VERRAI APPARAITRE,
COMME UN MIRAGE, UNE ILLUSION,
MERVEILLEUSE, RAYONNANTE DE BEAUTE,
LA VILLE BLANCHE QUI M'A VU NAITRE,
JE VERSERAI UNE LARME,
UNE LARME FRIVOLE :
UNE LARME DE JOIE.

***********************



Re: AU CAFE DES POETES
28 octobre 2004, 06:23
SUPERBE MAGNIFIQUE TOUS MES APLLAUDISSEMENTS QUELLE MERVEILLE EN TE LISANT MON CHER CHARLY J AI UNE LARME DE JOIE
AMITIES ALBERT E
Re: AU CAFE DES POETES
28 octobre 2004, 07:09
MON CHER CHARLY DE JERUSALEM, VOILA DEPUIS QUE J'AI APPRIS A FAIRE DES SIGNATURES,( C'EST MICHELLE MA SOEUR QUI M'A ENSEIGNE ELLE EST LA CHAMPIONNE DU MONDE)ELLE EN A DES CENTAINES PRETES) J'AI UNE POUR CHAQUE SUJET.




Pièces jointes:
MAROC.gif
Re: AU CAFE DES POETES
28 octobre 2004, 07:14
SANS PAROLES




Pièces jointes:
CC.gif
Re: AU CAFE DES POETES
28 octobre 2004, 12:33
Etant amateur de cafés et de kawaoua en particulier, de poésie également (bien que je déclame pas des vers dans les bars, par contre j'y réclame des verres) ta nouvelle rubrique m'invite à titiller le clavier de mon ordinateur pour contribuer à ce forum.
En te dédicaçant ces vers de Lamartine :
"Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour?"
A Casa bien sur.

Le coucher de soleil à Pont-Blondin, ou sur la corniche m'incite à citer les rimes suivantes (je ne me rappelle plus le nom de l'auteur comme quoi la mémoire est selective ou comme dirait Cloco "Ca s'en va et ça revient" (au fait à quand le retour à Casa ?
"Le soleil qui descend sous la vague profonde
A rougi l'occident que sa lumière inonde.
Le ciel étend sur moi son pavillon d'azur,
La vague en réfléchit l'éclat profond et pur"

Pour conclure, cher Charly et vous tous mes chers dafinistes :

Moi qui des jours passés gardant le souvenir,
Songe au pays lointain qu'il apprit à bénir
Et sur mon front le vent des souvenirs balance
pour réver de l'enfance et de l'adolescence.

Michel Castel
sk
Re: AU CAFE DES POETES
28 octobre 2004, 13:53
Salut Charly !!

Si tu permets je dédicace ces qq mots a mon ami Shlomo Elbaz - Militant pour la paix et le social qui est décédé l'an dernier en Israel .
''Les Marocains eux , semblent plus féconds en poèsie '' .

LE FOUR ET LE COUSCOUSSIER

Nous étions à peine arrivés en terre d'Israel
que ma mère voulut batir , dans la cour, un village natal.
Apportez -moi des branchages
et je vous ferai des couscoussiers
et nous les vendrons pour une lire
ou deux
et nous gagnerons décemment notre pain.
Mais comme on ne les vendit pas,
il y avait des couscoussiers de toute part,
sur les armoires et dans les malles ,
sur les lits et sous les lits.
Et nous, les enfants ,
les mettions parfois pour rire sur la tete , en guise de chapeau,
ou bien encore , comme par tendresse,
appelions le chapeau : couscoussier , sier, sier , sier .

Nous étions a peine arrivés en Terre d'Israel
que ma mère voulut batir , dans la cour , un village .
Donnez-moi de la terre
et je vous façonnerai un four
et nous en sortirons des petits pains et des pigeons rotis .
Mais comme le four se brisa en deux ,
il resta là, comme une bosse au milieu de la cour ,
et nous , les enfants, comme le font les oiseaux ,
nous nous asseyions parfois dessus ,
ou bien encore faisions nos besoins dedans
ou a coté
ou alors comme par gaterie
nous l'appelions : petit four, four , four
et nous y sentions des petits pains et des pigeons rotis.
Et moi , parfois, je dis a ma mère :
''Lala Sémha
si c'est ainsi , pourquoi n'as-tu pas apporté un village entier
sur ton dos ?
Ou es-tu , toi , et ou est la terre du pays d'Israel ?''
[ ... ]

DE EREZ BITTON

Petite cillection sépharade - 1982 - Dep. des communautés sépharades
Organisation sioniste mondiale - Revendication ou éveil culturel ?

Simon S.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2022 - DAFINA - All Rights Reserved