Dafina.net Le Net des Juifs du Maroc




Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

SEFROU .......... 3

Envoyé par Dafouineuse 
Re: SEFROU .......... 3
03 décembre 2014, 12:10
Donc le nom du cinéma Maghreb El Arabi existait déjà dans les années 60 , il y avait un français au guichet du cinéma puis si El baghdadi qui était aussi dans le bureau de ECHERQI. Puis m'hamed bensaada alors que son frère Hamid était le machiniste . Au balcon la placeuse avec son fameux pile c'était Habiba bouhdioui , et Aziz en bas dans l'orchestre, avec un monsieur âgé qui contrôlait les billets . En dehors pour les billets du marche noir belemonstre...et meklati pour vendre les pépites et les bonbons a l'entracte ..le vendredi samedi et dimanche on projetait 2 films avec souvent des chansons de Abdelhalim a l'entracte ..c'était le bon vieux temps
Re: SEFROU .......... 3
03 décembre 2014, 12:54
Bonsoir les amis de sefrou...
Merci ami sefroubis c'est vrais c'était le bon vieux temps ....
Pour toi et les amis de sefrou ce beau cadeau de moi ....smileys with beerhot smiley

Pièces jointes:
Sans titre 4.jpg
Re: SEFROU .......... 3
03 décembre 2014, 13:00
Salut à tous

Il n'ya pas à discuter sur ce qu'a dit Sefroubis,j'affirme tout ce qu'il vient de citer,le cinéma a été inaugurée en 62 ,et avait comme gérant le français qui possédait un berger allemand,et qui par la suite avait acheté ou loué la frénaie,tous les anciens sefriouis le savent,pour ce qui est de my ali (balemonstre),il etais le seul accapareur de billets de cinéma .
Re: SEFROU .......... 3
03 décembre 2014, 14:04
abdellatif

Bonsoir tout le monde ;

C'est vrai et vous avez raison Sefroubis , le nom de ce cinéma éxistait bien avant cette date (1989) mais ce que je sais c'est feu My.Ahmed Alaoui ex.Ministre de l'Information qui a donné ce nom de Maghrib Al Arabi et ce quelques années de son mise en marche ( peut etre 1967 ) .

Voici deux entre - actes des deux cinémas de Sefrou.smiling bouncing smiley
Pièces jointes:
ENTRACTE.jpg
Re: SEFROU .......... 3
04 décembre 2014, 01:57
Bonjour à tous,

Je trouve cette discussion sur l'Histoire des cinémas de SEFROU intéressante...

Donc si je me réfère aux messages de SEFROUBIS, ABDOULM et LAROUSS il ne fait aucun doute que le cinéma "Maghrib al Arabi a bien été construit et inauguré en 1961/62.

Est-ce que le nom de ce cinéma géré,à l'époque,par un français,est d'origine?...apparemment oui mais ABDELLATIF créé le doute en avançant la date de 1967(peut-être)...auquel cas pendant les premières années le nom du cinéma aurait pu être différent confused smiley ;

Dans l'annuaire de 1968(source Abdoulm thumbs up )...on parle du cinéma "OASIS" de Monsieur Mohamed Cherki...

Ce second cinéma serait donc préexistant...peut-être un lien avec Samuel HAMOU dans les années 1950?...ce cinéma serait devenu le "LYNX"...puis "CERISES"...là,franchement ça devient compliqué d'autant que certains intervenants il y a quelques d'années n'ont jamais parlé de l'OASIS mais du Lynx en précisant qu'il appartenait à la famille TOBALY...

Le problème de compréhension vient,peut-être,de l'absence ou l'approximation dans les dates...
Re: SEFROU .......... 3
04 décembre 2014, 03:39
En suivant la discussion entamée à propos des salles de cinéma de la ville de Sefrou et en cherchant aussi en vue d'enrichir ce débat, j'ai pu trouver deux interventions dans deux forums différents ayant trait avec le même objet des salles de cinéma, l'une traitant globalement le sujet dans les grandes villes (Fès, Meknés), l'autre parlant particulièrement des salles de cinema à Sefrou...Voici ce qu'a dit un intervenant ( Lacombe) dans une rubrique "le cinema de Sefrou" dans son unique intervention à "forum actif" voir ce lien : [sefrou.forumactif.com]

Sujet: Le cinéma de Sefrou Jeu 1 Mar - 10:05

Bonjour

En cherchant de la documentation sur internet au sujet du cinéma de Séfrou je suis tombé sur votre site. En fouillant dans mes vieux papiers j'ai retrouvé des informations concernant ce cinéma (s'il n'y en a existé qu'un seul). En effet il se trouve que mon arrière-grand-père Georges Lacombe a ouvert un cinéma dans cette ville en 1936 avec son associé Robert Lenté. Ils l'ont vendu l'année suivante pour en ouvrir un autre à Fès. Je me permets de recopier un article découpé dans un journal de l'époque :
Messiers Lacombe et Lenté, ont inauguré, vendredi dernier, à 21h., le " Ciné pour Tous ", qu'ils ont installé avenue de France, à Sefrou.
Cette inauguration fut plus qu'un succès puisqu'on refusa du monde. La salle était archi comble. Nous avons noté la présence de M. Vézine de la Rue, chef des services municipaux de Sefrou et de toutes les notabilités de cette jolie petite ville. Tous les membres du Comité du Club de Tourisme Aérien de Fez, accompagnés de leurs dames étaient présents.
A l'entra'cte M. Lacombe offrit le champagne et l'on trinqua à la prospérité du " Ciné pour tous."
Toutes nos félicitations à MM. Lacombe et Lenté, ainsi qu'à leurs dames qui l'une à la caisse et l'autre dans la salle collaborèrent à la réussite de cette soirée.
Ah ! si Sefrou voulait !..."


En recoupant j'ai pu trouver dans l'autre forum une confirmation que ce Mr Robert Lenté avait effectivement été à l'origine de la création du premier cinéma à Sefrou . Pour plus de détails voir absolument cet intéressant lien sur la création des premières salles du cinéma dans la ville de Fès et de Meknès aussi : [adafes.com]

" En 49 De Serpos quitte Fès pour la France où d'autres affaires l'attendent...Avant son départ, il avait vendu la Triomphe à Lentè déjà connu dans les milieux du cinéma: il avait été à l'origine de la restauration de l'ancien théatre Gagnardot à Boujeloud et de la création du Rex en 1938 (il avait également était à l'origine du cinéma de Sefrou). "
C'est là juste quelques éléments qui j’espère aideront a faire avancer cet intéressant débat
Re: SEFROU .......... 3
04 décembre 2014, 09:31
Bonsoir à tous,

Bonsoir AMIDOU,

Merci de ta pierre apportée à l'édifice de l'Histoire du cinéma de SEFROU...

Qui était le dénommé Georges Lacombe?...un homme d'affaires,un associé de Robert Lenté?...pas une seule fois il n'est cité sur le site adafes!...sur l'excellent site Dafina il y a eu une discussion sur l'historique d'hôtels,cinéma etc...de Fès...dans le sujet "Fez,Fès,suite 1" à partir de la page 79...à la page 92 le pseudo "Lortet" est intervenu affirmant être le descendant de Georges LACOMBE,créateur du cinéma "REX" de Fès...il a été contredit... il s'agirait plutôt de Pierre SEPTIER...il n'a pas réagi...

Donc prudence...en revanche Robert Lenté c'est du solidethumbs up...sur Adafes on parle de son associé dénommé "Guitner"(et non Lacombe)...

Robert Lenté qui habitait bien dans les années 1930 à Fès,48 rue de France où il gérait le commerce "La radio pour tous"...il était membre du Comité de direction du "Club de tourisme aérien de Fès",présidé par Monsieur ODDOU(aucun Lacombe n'apparait parmi les responsables de ce club)...

Le fassi Robert LENTE est connu pour être partie prenante dans le milieu cinématographique de Fès...à mon avis il n'a pas ouvert un nouveau cinéma en 1937 à Fès contrairement à ce qui a été écrit mais il a plus certainement racheté le cinéma "REGENT" à la famille SEIBERRAS,originaire d'Alger...le précédent propriétaire de ce cinéma avant 1927 s'appelait Lucien BAUDOIN...il semble qu'il(Robert Lenté) avait également des intérêts dans le cinéma fassi "Empire" qui fut aussi la propriété de Joseph Seiberras...le "Régent" est devenu le "LUX"...

Donc qu'en 1936 Robert Lenté,l'un des responsable du Club de tourisme aérien de Fès,soit venu à Séfrou dans le cadre d'une sortie club et qu'à cette occasion il ait monté un "Ciné pour tous",avenue de France,est tout à fait en rapport avec ses activités professionnelles au sein de l'entreprise fassie "La radio pour tous"...

Quid de ce cinéma après 1936...peut-être a-t-il été racheté par Simon Tobaly et qu'il a été dénommé cinéma "BIJOU"...



Modifié 2 fois. Dernière modification le 04/12/2014 09:39 par cigalou.
Re: SEFROU .......... 3
04 décembre 2014, 10:34
Et si "Ciné pour Tous" était une association(basée à Fès?) chargée d'organiser des projections cinématographiques dans des zones de la région sans salle de cinéma?...
Re: SEFROU .......... 3
05 décembre 2014, 14:13
Oui c'est comme tu dis, Robert Lenté c'est sûr comme le confirme le débat du forum "adafes". C'est une personne qui s'est impliquée dans le domaine des salles du cinéma à la ville de Fès et probablement à celle de Meknès...Je ne sais pas si ce Lacombe a réellement existé ou pas. Peut être était il un associé dans cette entreprise sachant bien que le cinéma à ses débuts était une affaire juteuse ...
Re: SEFROU .......... 3
06 décembre 2014, 06:55
Bonjour à tous,

Bonjour Amidou,

Si l'article de presse cité a bien existé en 1936...article de presse qui,malheureusement n'est pas montré, le mois n'est pas mentionné,et surtout le nom du journal n'apparait nulle part...il n'y a pas lieu de douter de la présence d'un dénommé Lacombe lors d'une séance de cinéma à SEFROU...la question qui se pose c'est qui était ce fameux Lacombe,quelle était sa profession? quel rôle a-t-il pu jouer dans l'histoire du cinéma au Maroc?

Je suis de plus en plus convaincu qu'aucune salle permanente de cinéma n'existait à Séfrou dans les années 1936/38...car dans des documents d'époque(guides,bottins,annuaires...) aucun cinéma n'est cité;

En revanche il est clair qu'au Maroc dés 1928,dans les zones rurales,une politique de développement de la radio(TSF) et de projections cinématographiques a été mise en place...la Direction Générale de l'Instruction Publique disposait à la fin de 1929 de 50 appareils pour la diffusion de films dans les écoles publiques...dans les institutions privées c'était la même chose...beaucoup d'appareils Pathé-Lux,Pathé-Baby etc. étaient achetés...

Comme tu l'as souligné l'activité cinématographique en pleine expansion faisait aussi partie du monde des affaires...Robert Lenté gérait à Fès l'entreprise "La radio pour tous"(qui deviendra "Radio Lux"winking smiley...il avait,peut-être,mis en place une activité "Ciné pour tous"...à la demande il organisait,peut-être, des séances de cinéma en plein air ou dans des salles publiques ou privées...c'est peut-être ce qui s'est passé à Séfrou en 1936...peut-être dans la grande salle de l'établissement "Les Cerises",avenue de France...Ce n'est qu'une hypothèse liée à une imagination fertilesmiling smiley ...mais bon cela permet,parfois,de faire avancer,d'approfondir une discussion...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 06/12/2014 06:56 par cigalou.
Re: SEFROU .......... 3
06 décembre 2014, 12:01
Bonsoir tout le monde,
très interessant ce sujet sur le cinema à Sefrou et d'autre villes du Maroc,pour ce qui conserne le cinema à Sefrou et en lisant les interventions des amis,vous n'avez pas cité le nom d'un controleur et qui n'est plus de ce monde,Abderrahmane qui habitait dans le riad Laila,j'ajoute aussi une petite remarque que j'ai faite quand j'étais petit,il sajit d'un client qui était presque abonné au cinema al maghrib al arabi,il voyait tous les films et plusieur fois,c'est feu mr Boubker el Bouhaddioui qui était directeur de l'école bab lmrabaa,je ne sais pas si les sefriouis des années 70 on aussi fait cette remarque.
puisque nous sommes dans le sujet du cinéma,et meme si c'est pas celui de Sefrou,je joins une photo des archives de famille,c'est mon père quand il travaillait au cinéma boujloud à Fez dans les années 40,sur le paneau à l'entrée on voit que ce cinéma boujloud avait un autre nom,c'est illisible,peut etre jawhara,mon père n'est plus là pour nous dire le vrais nom avant boujloud malheureusement.
Pièces jointes:
20141206_192639-1[1].jpg
Re: SEFROU .......... 3
07 décembre 2014, 04:05
Salut tout le monde

Bonjour Amidou,Cigalou,Sefroubis,Mjid,Abdellatif..
Cher ami M'jid,à ce que je sais c'est que ,feu Boubker L'3adlouni et non L'bouhaddioui était medecin,et celui qui était directeur de l'école Bab lamrabba3 et avant l'année 70,c'était feu Mr Omar El bouhaddioui pére de Said,Hamid,Najib,et Soukayna,et c'est l'oncle maternel des L'3adlouni,Hafid,abderrahmane,Rachid et feu Boubker,je dis bien ce que je savais.
Pour la question de la photo que tu viens d'insérer et qui présente le ciné Boujloud,jai fait de mon mieux pour arriver à clarifier le nom que portait et voilà le résultat,à qui peut voir mieux.
Pièces jointes:
Cinema Boujloud 1940.jpg
Re: SEFROU .......... 3
07 décembre 2014, 09:00
Bonjour tout le monde. Merci Larouss, pour l'agrandissement de la photo, hélas, malgré l'effort, l'écriture est vraiment illisible.
A propos du cinéma Boujloud, selon une intervention de ( Georges-Michel) au site [adafes.com] relative aux salles de cinéma de Fès de l'époque du protectorat, le cinéma de Boujloud s'appellait "Cinéma Médina" ou tout simplement "Cinéma Boujloud" selon les périodes disait l'intervenant. Je ne sais pas ce qu'il voulait dire par "selon les périodes"!
Re: SEFROU .......... 3
07 décembre 2014, 09:19
Toujours sur le même sujet je vous livre un excellent témoignage sur le cinéma de l’époque et l’ambiance qui y régnait dans les salles du cinéma. Un témoignage de Charles Tosi tiré de l’écrit : «CINÉ FÈS, la ville, le cinéma, 1896-1963 » de Pierre Grouix et Rachid Haloui. Collection Pour un Ciel désert.


Le Cinéma : un art populaire avant tout

Le cinéma était et est toujours une distraction éminemment populaire. Dans les années cinquante, c’était la distraction principale des Fassis comme celle de tous les autres Marocains.
Pour tous les gosses, le jeudi était une fête : on allait au ciné, voir des films qui alimentaient nos imaginations et nos jeux à la récré pendant au moins une semaine... Mais le vrai folklore du cinéma populaire, c’était le vendredi et le samedi après-midi.
Samedi soir et dimanche, c’était la sortie, ciné en famille, bien propre et bien léché. Il faut se replonger dans l’environnement qui a fait l’originalité et la culture de notre génération : on baigne, d’un côté, dans une interpénétration de cultures à la fois très différentes et très semblables : Arabes, Juifs, Méditerranéens de tous bords (Espagnols, Portugais, Italiens, Corses...) et, de l’autre, dans une éducation / culture faite par les ‘Fronçais de Fronce’ comme on les appelait (accent pointu, incapacité de prononcer un mot d’arabe correctement) au référentiel mystérieux communément appelé ‘la Fronce’, où, à l’évidence, tout était beaucoup mieux qu’au Maroc : les vaches y étaient plus grasses, le vin meilleur et la cuisine sans pareille sauf qu’ils (les Fronçais) n’avaient pas su inventer ce nous on aimait : le couscous aux sept légumes, la pastilla, les brochettes de cœur et de foie assaisonnées de cumin, la rate farcie, sans parler de la paella, des spaghetti sauce tomate et de la pizza.
Donc, disais-je, les séances du vendredi et du samedi portaient haut les couleurs locales avant tout : jours fériés musulmans pour l’un et juifs pour les autres. D’ailleurs, ces jours-là (et le dimanche bien sûr), il y avait deux ‘matinées’, l’une à 14h 30 et l’autre à 17h et on affichait ‘complet’ aux deux et dans tous les cinémas. Il fallait voir la horde de gosses et d’ados montés de la Médina ou du Mellah en bus faisant la queue au guichet dans un bruit de voix indescriptible. Le guichet de l’Apollo en particulier, c’était comme une ruche où on se grimpait les uns sur les autres pour avoir accès au guichet. Celui-ci était pourvu d’une grille en fer forgé avec une espèce de meurtrière qui ne laissait passer que l’épaisseur d’une main. Vu de l’intérieur, on voyait des mains qui essayaient de se faufiler par tous les interstices de la grille pour passer avant les autres de peur de ne plus avoir de place.
Au bout de chaque main un billet ou des pièces de monnaie pour faire l’appoint. Ceux qui avaient besoin qu’on leur rende la monnaie étaient pénalisés.
Comme dans tous les cinémas, la caissière (ou le caissier) devait faire montre d’autorité et avoir les yeux partout à cause des resquilleurs. Les marques d’autorité, ici comme ailleurs, étaient faites d’expressions qui renvoyaient en général les enfants vers leurs mères qui, pour l’occasion, devenaient des femmes de petite vertu.
Ce bruit ne cessait pas même pendant les séances où il était indispensable de commenter l’action sur l’écran, soit par des rires, des cris d’épouvante, ou des plaisanteries bien typiques du langage local et de l’époque (sans compter ceux qui avaient déjà vu le film et qui le racontaient aux autres). Une fois remporté de haute lutte le droit de s’asseoir dans la salle, quand la séance tardait à démarrer ou que l’entracte durait un peu trop longtemps, on s’impatientait et le chœur des gosses s’élevait : ‘Éteindez la lumièreu ! Commencez l’ciléma’ sur l’air des lampions. Puis, à mesure que les personnages apparaissaient, on entendait : ‘Ha huwa l’junnome ! hahiyaa !’ (C’est lui le héros, le « jeune homme » ! C’est elle l’héroïne, « la jeune fille » !). Il faut avoir assisté à une séance du samedi après-midi à l’Astor à la projection de Sissi impératrice. La salle pleine à craquer de gamines de tous âges et dès que l’inimitable Romy Schneider apparaissait sur l’écran c’était une espèce de sifflement continu qui s’élevait « SissiSIssiSissiSissi » et ce pendant presque toute la durée du film. Ou bien encore un samedi en matinée au Rex aller voir le mélo le plus flamboyant de l’histoire, Mirage de la vie avec Lana Turner : la salle croulant sous les sanglots et hoquets d’émotion.
À la sortie, les yeux rouges et les mouchoirs trempés, spectacle et ambiance uniques ! Il y avait aussi cette impatience et cette gêne bien légitimes devant les scènes d’amour qui, pour les gosses, s’éternisaient et coupaient l’action du film. À mesure que la scène se déroulait, on sentait la nervosité du public monter et pour supporter le supplice, alors que les visages des protagonistes s’approchaient l’un de l’autre et que le dénouement semblait inévitable, c’était un déchaînement de hurlements : ‘Accrochez les wagons ! Accrochez les wagons !’ et un Ouaaaaaais triomphal s’élevait à l’accomplissement du trop attendu baiser (pourtant très chaste à l’époque). Plus sérieusement, quand on a dix ans et qu’on va au Rex voir Le signe de Zorro avec Tyrone Power, on passe des semaines à se fabriquer des masques noirs et à se tailler des épées dans des morceaux de bois, et c’est à qui sera plus Zorro que les autres. Entre les scènes de batailles ou les soi-disant chevauchées dans les rues de Fès, on s’interroge sur comment il a pu faire pour trancher les bougies en trois d’un aller-retour de son épée sans que celle-ci ne tremble ou se brise. Ce film date de 1940 et est ressorti en 1948 en France à l’instar de tas de film qui n’avaient pas pu sortir pendant la guerre (censure obligeait).
Entre autres souvenirs il y a bien sûr l’inimitable et inimité Errol Flynn bondissant dans ses collants verts, magnifié par un Technicolor historique, dans un inoubliable Robin des Bois. Et aussi John Wayne chevauchant à la tête de ses tuniques bleues dans le désert de l’Arizona sur fond de sculpturales meseta ou conduisant ses troupeaux de bœufs vers le Missouri au-delà de La rivière rouge. Ajoutez à cela, le même John Wayne s’en allant sur son cheval vers un soleil couchant couleur pourpre à la fin de La charge héroïque (1949) ou soulevant Natalie Wood haut dans ses bras en disant « Debbie, on rentre à la maison » à la fin de La prisonnière du désert et pleins d’autres innombrables de ce genre et vous comprendrez que le cinéma c’était en fait beaucoup plus qu’un divertissement, c’était la vie telle qu’on la rêvait dans une tête d’enfant.
Dans le genre folklore local il y a eu une invention très haute en couleur.
Quand la Marabunta gronde, un film de 1954 avec Charlon Heston, où une plantation de cacao en Amazonie est menacée par l’invasion inexorable d’une colonie de fourmis géantes et mortelles qui s’étend sur trois kilomètres de large et vingt kilomètres de long. Ce film est resté dans l’imagerie populaire à cause du bruitage caractéristique des fourmis qui dévoraient tout sur leur passage. Il faut d’abord se rappeler qu’il y avait une habitude ancrée dans la fréquentation des cinémas : sur les trottoirs devant les portes des cinés s’installaient ceux qu’on appelait « les marchands de bonbons », des colporteurs qui avaient un étal monté sur des roulements à billes et qui allaient de salle en salle en fonction de l’heure de l’entracte ou du début de séance. On y achetait de tout : bonbons, chewing-gums, mais surtout cacahouètes grillées avec ou sans peau, et surtout des ‘pépites’ (graines de courges séchée et salées). Le vendeur les emballait dans des cornets de papier journal. Il y en avait à 5, 10 ou 20 francs suivant la grosseur du cornet.
À la reprise de la projection, il y avait donc une multitude de gens qui décortiquaient et mangeaient cacahouètes et/ou pépites. Pour manger les dites pépites, l’art consistait à acquérir la dextérité nécessaire pour les ingurgiter en les plaçant à la verticale entre les incisives, les faire craquer pour les entrouvrir, en extraire la pulpe avec la langue et recracher la coquille vide, tout cela sans lâcher des yeux l’action sur l’écran (du grand art dans la mastication !). L’accompagnement sonore et ambiant des dix premières minutes du film était donc remarquable et particulièrement pittoresque : quelques centaines de craquements et de crachotements ininterrompus. Par analogie avec le bruitage des fourmis dans le film, on a appelé ce bruit caractéristique de « la Marabunta » dans le langage populaire de l’époque.

Charles Tosi*

*Fils du propriétaire du Cinéma Bijou de l’époque.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 07/12/2014 09:24 par Amidou.
Re: SEFROU .......... 3
07 décembre 2014, 11:09
abdellatif

Merci les amis de ces discussions au sujet du cinéma à Sefrou, Mr Larouss , il y a un autre Boubkeur El Bouhadioui qui était directeur d'école à Sefrou.

Pour le panneau du cinéma Boujloud de Fès , je pense que c'est le nom en arabe du film qui sera projeter ce jour, c'est une banderolle en tissu où on a écrit le titre du film car à cette époque cétait une autre façon de faire la publicité .smiling bouncing smiley
Re: SEFROU .......... 3
07 décembre 2014, 12:52
Au sujet du cinéma Maghreb El Arabi on a oublié aussi l'opérateur Abderhmane qui faisait aussi les autres besognes quelques fois : placeur , vendeur de billet et aussi sa sœur laila qui était placeuse . L'orchestre en bas se composait de deux parties et dans les années 70 le prix des places des ranges de devant était : 1,10 dirham et 1,50 de ceux derrière ( 150 centimes ) il y avait dans la dernière rangée A ,3 places qui n'avait pas devant elles d'autres places ,devant que le couloir..en haut le balcon a 2 dirhams la place et les loges a 2,40 ..le cinéma a vu aussi passer des troupes de théâtre , et aussi Nass El ghiwane ,belkhayat,naima samih etc....il y avait aussi le ciné club qui passait ses films le samedi matin ..
Re: SEFROU .......... 3
07 décembre 2014, 13:27
Bonsoir à tous,

C'est vraiment sympa cette discussion sur les cinémas de Séfrou et aussi fès...deux villes très liées...un grand merci à Abdoulm pour cette photographie personnelle du ciné-théatre de Boujeloud thumbs up dont le patron dans les années 1930 s'appelait "Bernard"...on disait aussi "cinéma de la Médina",rue Ed Douh...

C'est très curieux mais j'ai l'impression que la situation géographique de ce ciné-théâtre correspondant au ciné-théâtre "Gagnardot"...qui a brûlé en 1927...reconstruit ce ciné-théatre semble correspondre au "théâtre arabe" où, en mai 1929,des acteurs marocains jouaient la comédie "El yatimel mouhmel ou el moutvi el adhim"...établissement également connu pour jouer des pièces en arabe(traduction de pièces de Molière etc...)...si c'est le cas cet édifice créé en 1924 probablement par Eugène GAGNARDOT aurait été restauré(probablement après l'incendie de 1927) par la fameux Robert Lenté...

Je tiens à rester prudent avec cette hypothèse(certains situent ce ciné-théâtre au Mellah?)...mais la piste est peut-être intéressanteconfused smiley ...d'autant que les deux cinémas du Mellah dont les noms,à cette époque,apparaissent sont "Cinéma Universel" et "Apollo cinéma".

Pour information Monsieur Eugène Gagnardot avait déposé en 1920 à Casablanca des droits relatifs aux firmes "Appolo cinéma","Théatre Apollo" et "Music-hall Apollo".
Re: SEFROU .......... 3
08 décembre 2014, 06:02
Bonjour tout le monde,
merci chers amis,Cigalou,Amidou,Larouss, Abdellatif,Sefroubis de vos interventions,j'ai essayé d'ameliorer la prise et se consentrer sur le paneau à l'entrée du cinéma,on voit meme l'uniforme que portaient les emplyés de ce cinéma,merci des éffort de Larouss,je crois que l'ami Abdellatif a raison,c'est peut etre le nom du film quand voit à l'entrée,c'est une banderole publicitaire du film.
Pièces jointes:
20141208_133806-1.jpg
Re: SEFROU .......... 3
08 décembre 2014, 07:39
Bonjour à tous,

Bonjour cher Abdoulm...tu as très bien réussi cet agrandissement...il s'agit d'un très beau document à caractère historique...

Je suis quasiment certain que ce "cinéma Boujeloud"(cinéma de la Médina,rue Ed Douh) de Fez,où a travaillé ton très regretté père,correspond au ciné-Théâtre Gagnardot créé par Eugène Gagnardot en 1924...à ma connaissance ce fut le premier établissement théâtral et cinémathographique de la Médina de Fez,situé à Boujeloud,au sud de la mosquée Sidi LEZZAZ.Il est possible que cet établissement ait été dénommé ciné-théâtre "Martin" à partir de la fin des années 1930...(source:guide touristique...non recoupée...donc prudence...)

En médina de Fès d'autres cinémas ont été ouverts au cours des années suivantes...le "Rio cinéma" à Bab Dekaken,le cinéma "Impérial" à Bab Ftouh,le cinéma "El Hilal" rue Achabine...
Pièces jointes:
fes boujeloud.jpg
Re: SEFROU .......... 3
08 décembre 2014, 07:54
En mai 1929 un article de presse est paru intitulé "Le théâtre arabe"...on y parle d'une manifestation artistique qui a eu lieu au théâtre "Gagnardot" de Fez...

"Depuis quelques années de jeunes fils de notables Fassis ont pris goût à l'art dramatique....se sont mis à jouer des pièces en langue arabe,traduites de chefs-d'oeuvres français et autres(Molière,Racine,Corneille,Shakespeare)....quelquefois la pièce est due à la plume d'un dramaturge arabe comme cette fois-ci...(titre en français:"L'orphelin abandonné et le millionnaire" ) ...la représentation fort attendue du public a pleinement satisfait..."
Pièces jointes:
fes theatre.jpg
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






DAFINA


Copyright 2000-2021 - DAFINA - All Rights Reserved