Share |

Hommage a Rika Zarai, par Alain Chouffan

RIKA ZARAI NOUS A QUITTÉ - QUELLE TRISTE NOUVELLE !!

Que de souvenirs avec elle !! Au milieu des années 80 je la voyais souvent après un article que j avais fait sur elle. Elle était venue chanter toute la soirée à la Bar Mitzva de mon fils Laurent le 20 mai 1982. « Avec ta bande d amis je me suis éclatée. Quelle ambiance !! mille mercis » Incroyable Rika ! C est moi qui devait la remercier d être venue. Elle était comme ça Rika : la gentillesse et l amour des gens, de son public, de ses amis, et de Jean Pierre qui l adorait. Et puis c était une gemmes d un courage exemplaire. Elle est revenue sur le devant de la scène Lundi 3 février 2020 aux Folies Bergère, à l occasion de la Nuit de la déprime. Victime d un terrible AVC en 2008 et après plusieurs années d absence mediatique. A 81 ans elle avait conquis son fidèle public qui l a longuement ovationné.

 

C’était une véritable revanche si elle a prise sur la vie et sur son corps, qui l'avait lâchée il y a maintenant 11 ans, quand elle avait été terrassée par un AVC. À force de courage et de volonté, elle est parvenue à remonter sur la scène des Folies Bergère, à Paris, qui accueillait la Nuit de la déprime où plusieurs artistes se sont produits au profit d'associations qui défendent les animaux. « C'était si bon de retrouver le public, a-t-elle confié au Parisien. Quand on est née comme moi sur scène, ne pas pouvoir monter sur scène pendant 11 ans, c'est tellement long… »L'inoubliable interprète de « Casatschok » ou « Sans chemise, sans pantalon » a choisi de chanter « Prague », un titre nostalgique datant des années 1960, qui lui a valu une standing-ovation de la part du public, ému de la voir si combative – elle est montée sur la scène en fauteuil roulant et a travaillé son texte pendant trois semaines. « On m'a dit cent fois que je ne pourrais plus chanter, mais je n'ai jamais perdu l'espoir, explique-t-elle. Aujourd'hui, même si j'ai du mal à tenir debout longtemps, c'est surtout la mémoire qui m'inquiète, car elle a du mal à fixer les choses… »

 

Après son AVC, survenu en 2008, elle n'a jamais baissé les bras, entamant une lutte quasi quotidienne pour retrouver une partie de ses facultés. « Dès le surlendemain de mon AVC, j'ai commencé à travailler avec un orthophoniste pour retrouver la parole. J'étais à moitié paralysée, la moitié de ma langue était paralysée. C'était affreux. Bavarde comme je suis, je ne pouvais vivre comme ça. L'orthophoniste m'a donné deux mois et demi de son temps, trois fois par semaine. Tous les soirs, je faisais douze à quinze fois ses exercices, jusqu'au bout de mes forces. Je disais : toi, ma langue, je t'aurai ! Et je l'ai eue. Après deux mois et demi, j'étais la seule de ses patientes à avoir retrouvé la voix. Il n'avait jamais vu ça…

Sur le plateau de Vivement dimanche, en décembre dernier, la chanteuse a reconnu qu'elle ne retrouvera jamais sa forme d'antan. « Mais j'ai décidé de tenir bon et de gagner ce combat de plus. Je suis comme une lionne : je ne lâche jamais ma proie, c'est-à-dire la vie ! » Au début des années 1970, elle avait également fait preuve d'un sacré courage en se remettant d'un accident de voiture qui l'avait laissé six jours dans le coma et huit mois dans une coquille de plâtre… Âgée aujourd'hui de 81 ans, elle se dit finalement chanceuse d'avoir encore son mari, une fille et une amie qui la soutiennent, ainsi « qu'un toit » pour ses vieux jours… « Je devrais être comblée, mais il me manquait quelque chose : le public, confie-t-elle au Parisien. Il m'a tellement manqué… » Après ce retour inespéré, elle espère désormais confirmer un vrai spectacle, histoire de renouer avec sa passion de toujours – elle chante depuis maintenant 60 ans. L'humoriste Raphaël Mezrahi, organisateur de la Nuit de la déprime, lui a d'ores et déjà promis de produire son prochain show.

 

Alain Chouffan

Contenu Correspondant