Share |

KING BIBI : UN DOCUMENTAIRE SUR BENYAMIN NÉTANYAHOU

KING BIBI : UN DOCUMENTAIRE SUR BENYAMIN NÉTANYAHOU

Grosse affluence au 19e festival du cinema israelien de Paris. (Au cinéma Majestic Passy du 19 au 26 mars). Un festival boudé dit on, par l’ambassade à Paris. Pourquoi ? sans doute par l insolente santé du cinéma israelien qui y voit trop de radicalité a l égard d Israël comme l ahurissant « Synonymes » de Nadav Lapid, ours d or à Berlin, et qui était projeté vendredi soir devant une salle pleine à craquer. Peut on dire que le documentaire sur Nétanyahou est anti-Netanyahou ? Non, c est un documentaire de Dan Shadur, fascinant et rythmé qui explore la montée au pouvoir de l actuel Premier ministre s ‘appuyant uniquement sur des images d archives et ses performances médiatiques au fil des ans. Quelle ascension ! époustouflante ! Ce qui retient surtout ce sont surtout ses relations détestables avec la presse de gauche qui dit-il « veut sa peau ». Mais Nétanyahou se défend très bien.
L auteur du documentaire, lui, ne se considère pas comme un activiste politique, le Premier ministre lui inspire quelque chose d'intriguant, ce qui l'a amené à faire le documentaire. Il s en explique :
"Ce personnage m'intrigue. J'ai réalisé, il y a quelques années, qu'il y a pas mal de choses que je ne connais pas à son sujet. Je voulais en savoir plus sur lui et sur les raisons de son succès. Et en tant que cinéaste, il a quelque chose de très fascinant chez lui",
Netanyahou était un client du célèbre gourou de la communication, Lilyan Wilder, lequel a écrit le livre "7 étapes pour parler sans peur". Au début des années 1980, il devient chef de mission adjoint de l'ambassade d'Israël à Washington: Netanyahou commence alors à dialoguer avec les médias.
Une partie du film est centrée sur l’apparition de Netanyahou dans les médias américains à partir de ce moment-là.
"Je savais avant de faire le film qu’il était doué (pour communiquer) avec les médias, mais je ne savais pas combien il prenait (cet exercice) au sérieux et cela dès les débuts de sa carrière", a souligné le réalisateur.
. Lorsqu'on lui demande pourquoi un homme politique comme Netanyahou - qui comprend si bien les médias - entretient une si mauvaise relation avec eux aujourd'hui, Shadur rapelle la manière dont il a été reçu à son retour des États-Unis à la fin des années 1980.
"De retour des Etats-Unis, je pense que les médias le considéraient déjà comme quelqu'un qui n'était pas vraiment l'un des notres. Quelqu'un qui était un peu différent", explique Shadur.
"Si vous revenez sur le moment où il a lancé sa carrière politique, et que vous écoutez l'anglais parlé par l'ancien Premier ministre, Yitzhak Shamir, il est évident que Netanyahou représentait quelque chose de complètement nouveau", continue-t-il.
"Il était traité avec une certaine méfiance. Bien sûr, il (Netanyahou) avait raison (les médias étant hostiles) à l'époque, mais c'était il y a 30 ans. Et je ne pense pas que cela justifie ce qu'il fait aujourd'hui, compte tenu de sa position", a-t-il conclu.
Le documentaire de 84 minutes est actuellement à l'affiche en Israël. Aura t il de l influence sur les élections du 9 avril ? Sans doute. Mais dans quel sens !

Alain Chouffan

Contenu Correspondant