Share |

Le « ghosting »

Le « ghosting »

Depuis des jours, ce mec génial que vous aviez rencontré en soirée ne répond plus à vos textos ? Il ignore vos messages sur Facebook, filtre vos appels, zappe vos mails et reste impossible à contacter, quel que soit le moyen employé ?

Pas de panique : il n’est pas mort. Il vous a « seulement » ghostée.

Petit rappel LV1 : « a ghost » (en anglais) désigne un fantôme.

Le « ghosting », c’est donc une technique de rupture qui consiste à ignorer l’autre afin de mettre un point final à une relation. Facebook, Twitter, Skype, textos, appels, mails… Le ghosteur coupe tous les ponts qui le relient à son partenaire, comme pour dire « ça y est, je ne veux plus de toi dans ma vie ». Pas très classe, on vous l’accorde…

Pas très classe, le ghosting, mais visiblement à la mode : selon un sondage mené sur 1000 personnes par YouGov et le Huffington Post en octobre 2014, 11 % des gens ont déjà utilisé cette technique pour se « débarrasser » d’un partenaire devenu indésirable. Une autre étude, menée cette fois par nos confrères du magazine Elle, révèle que 16 % des hommes se sont déjà fait ghoster au moins une fois dans leur vie, contre 24 % de femmes.

Contenu Correspondant