Share |

Les 78 tenues de ma femme

Les 78 tenues de ma femme

 

par Aron Moss

 

 

Question :

Je n’arrive pas à comprendre ma femme. Elle se plaint constamment que je n’ai jamais de temps à lui consacrer. J’ai donc organisé qu’on passe une journée entière ensemble. Je l’aiamenée faire du shopping et je lui ai acheté tout ce qu’elle voulait. Après quatre heures passées au centre commercial, nous sommes rentrés à la maison. Je me suis préparé à travailler un peu et c’est alors qu’elle m’a sorti : « Mais nous n’avons pas passé de temps ensemble ! »

Je suis déboussolé. Si quatre heures à faire les magasins avec elle ne suffisent pas, que puis-je faire de plus ?

Réponse :

L’une des différences les plus profondes entre les hommes et les femmes est dans la façon dont nous percevons la réalité. Les hommes regardent les faits, les femmes considèrent les sentiments. Pour un homme, les faits déterminent ce qui est réel, indépendamment de ce que l’on ressent à leurs propos. Pour une femme, ce sont ses sentiments qui définissent la réalité, et les faits concrets ne sont que secondaires.

Prenons un exemple typique : un couple est en retard à un mariage parce que la femme n’est pas encore habillée. Voici leur dialogue :

Le mari : Si nous ne partons pas dans les trois minutes, nous allons manquer la cérémonie.

La femme : Mais je n’ai rien à mettre !

Le mari : Que veux-tu dire que tu n’as rien à mettre ? Il y a une penderie avec 78 tenues juste en face de toi !

La femme : Je te dis que je n’ai rien à me mettre. Cette robe-ci me grossit, celle-là je l’ai portée aux trois derniers mariages, et toutes les autres, j’en ai assez de les mettre.

Le mari, à ce stade, n’a aucune idée de ce qu’il peut dire. Il craint que la seule solution ne soit de lui acheter une nouvelle tenue, ce qui ne peut pas se faire dans les trois prochaines minutes. Alors, exaspéré, il quitte la pièce.

C’est parce qu’il considère les faits. Les faits sont qu’il y a effectivement 78 tenues dans la penderie. Et si aucune d’entre elles ne convient, alors la seule solution est de changer les faits en en achetant une nouvelle. Mais s’il voyait les choses du point de vue de sa femme, il comprendrait alors ce qu’elle veut vraiment dire et pourrait l’aider à résoudre son problème.

Lorsqu’elle dit : « Je n’ai rien à me mettre », elle est sincère. Bien sûr, elle voit elle aussi les vêtements dans la penderie. Mais ce qu’elle veut vraiment dire, c’est : « Il n’y a rien dans cette armoire que j’ai vraiment envie de mettre. » La réalité d’une femme repose sur ses sentiments plutôt que sur les seuls faits. Alors, elle n’a véritablement rien à porter. Du point de vue de ses sentiments, la penderie est vide.

Son mari doit prendre conscience que la perspective de sa femme est aussi valable que la sienne. Il a peut-être raison dans le monde des faits : il y a bien là une garde-robe complète. Mais il existe un autre monde tout aussi réel que le sien qui est le monde des sentiments. Si son épouse ne se sent pas à l’aise avec sa garde-robe, alors elle n’a littéralement rien à porter.

Ce n’est pas en essayant de changer les faits en achetant à sa femme une autre robe qu’il pourra résoudre ce dilemme. Il doit mettre les faits de côté et prendre ses sentiments en considération. Qu’il prenne donc une tenue qu’il aime et qu’il dise à son épouse : « Mais tu es ravissante dans cette robe ! » S’il le dit avec sincérité, alors quelque chose d’incroyable se produit : cette tenue surgit soudain du néant, et elle a tout à coup quelque chose à porter. Non pas parce que les faits ont changé, mais parce que ses sentiments ont changé. Elle se sent maintenant bien dans cette tenue.

La même chose s’applique à votre confusion quant au besoin de votre femme de passer du temps avec vous. Quand votre femme vous a dit que vous n’aviez pas passé de temps ensemble après une journée de shopping, vous avez immédiatement considéré les faits. Et vous avez à raison fait remarquer que vous aviez passé quatre heures ensemble. Mais ce n’est pas ce qu’elle voulait dire. Quand elle avait réclamé de passer plus de temps avec vous, ce n’est pas qu’elle voulait que l’horloge avance pendant que vous seriez dans la même pièce. Elle voulait se sentir proche de vous, se reconnecter à vous, vous faire partager ses sentiments et partager les vôtres.

Faire la queue dans un magasin ne compte pas, même si, techniquement, vous passez du temps ensemble à ce moment. Mais faire une promenade dans le parc en parlant des questions importantes de la vie, ou rire ensemble sur rien de particulier au petit déjeuner est du vrai temps passé ensemble, parce que vous êtes connectés. Une heure d’attention exclusive vaut infiniment plus que toute une journée à faire des courses ensemble.

D.ieu a créé les hommes et les femmes différents, de sorte que nous puissions apprendre les uns des autres. Des hommes, les femmes peuvent apprendre la valeur de prendre parfois du recul sur ses sentiments pour regarder les faits. Des femmes, les hommes peuvent apprendre que les sentiments peuvent être plus réels que les faits. Apprendre que la vie n’est pas mesurée par le tic-tac de l’horloge, mais plutôt par les battements du cœur.

http://www.jelimiami.com

Contenu Correspondant