Share |

‘L’HOMME EST L’ANIMAL LE PLUS DANGEREUX’

‘L’HOMME EST L’ANIMAL LE PLUS DANGEREUX’

By 

“L’homme est un animal déchaîné capable de commettre les actes de violence les plus odieux. Aujourd’hui encore, à l’ère des satellites, de la navette spatiale et d’Internet, il continue à perpétrer les exactions les plus ignobles envers ses semblables. Quelles sont les raisons de cette méchanceté? Est-ce la religion? Est-ce l’éducation? Est-ce la société? Est-ce son appartenance à une nation? Est-ce le système politique du pays dont il est citoyen? Est-ce son avidité, toujours inassouvie, pour l’argent et le profit? Sa nature d’être violent serait-elle intrinsèque à son âme et à son esprit? En même temps, l’homme, qui peut s’avérer aussi un être d’une immense générosité, est sans doute le chef-d’œuvre de la création. Comment expliquer cette dualité? L’agressivité de l’homme est-elle uniforme ou varie-t-elle selon les peuples?”

C’est à toutes ces questions lancinantes que l’universitaire montréalais Émile Segev essaye de répondre avec clarté dans un livre remarquable, L’Homme: l’animal le plus dangereux de la planète. Causes et remèdes, qui vient de paraître aux Éditions Pour tous.

Un ouvrage exceptionnel de vulgarisation scientifique d’accès aisé pour les lecteurs peu familiers avec des concepts scientifiques, sociologiques, philosophiques, anthropologiques… ésotériques, que l’auteur s’escrime à décomplexifier.

Ce livre, qui arrive à point nommé à une époque très nébuleuse où l’homme continue à perpétrer des tueries abominables dans les quatre coins du monde, recèle une réflexion perspicace sur les motivations macabres qui régissent l’instinct destructeur de l’être humain.

Détenteur d’un Doctorat en Technologies de l’information, Émile Segev est professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Pour écrire ce livre, il a enquêté sur le terrain dans une centaine de pays, analysé exhaustivement les études consacrées à ce sujet ardu par d’éminents scientifiques, médecins, philosophes, sociologues… et élaboré une échelle servant à mesurer l’état agressif ou pacifique des peuples: l’Indice IDEV (Indice de Défense de son Espace Vital).

L’Homme: l’animal le plus dangereux de la planète. Causes et remèdes est le fruit de nombreuses années de recherches et de réflexion.

Pour essayer de percer le “mystère abyssal” inhérent à la cruauté et à la haine des hommes, Émile Segev s’emploie à examiner le comportement de ces derniers non pas sous un angle sociopolitique, mais plutôt dans son état le plus primaire, le plus naturel: celui d’un animal faisant partie de la famille des “mammifères”.

Depuis environ 3600 années que l’Histoire est enregistrée et documentée, l’homme n’a connu qu’à peine 200 années de paix, souligne Émile Segev.

“La haine est la gazoline qui fait carburer la méchanceté et la folie des hommes depuis la nuit des Temps”, constate-t-il.

L’approche empirique scientifique proposée par Émile Segev dans son livre est inédite et des plus originales. Il a conçu un “Baromètre”, l’IDEV, qui mesure de façon rationnelle, par le biais de critères pondérés, le degré de violence des peuples.

“L’ardeur déployée par chaque groupe pour protéger son espace détermine et définit la place et le “rang” qu’il occupera parmi les autres groupes. On comprend mieux alors comment se réalise l’expansion d’un groupe, sa croissance ou sa décroissance et, parfois aussi, sa disparition. Afin de comparer les différentes ardeurs déployées par une kyrielle de peuples, il faudrait mesurer celles-ci. C’est pourquoi je propose l’IDEV. Il s’agit d’une mesure qui évoluera d’une échelle de zéro à cent par le biais de laquelle je définirai la loi de la Protection de l’Espace Vital du “mammifère”.”

De la même façon qu’il existe un thermomètre, Émile Segev nous propose également l’utilisation d’un “IDEVOMÈTRE” doté d’une échelle allant jusqu’à 100, comme celle du thermomètre.

“À ce point maximum, l’ardeur, la vigueur et l’intensité que le groupe déploie pour protéger son espace vital sont au plus haut degré. En d’autres mots, le groupe défend jalousement son espace vital avec une agressivité pouvant aller jusqu’à la provocation et la violence. Il aura souvent besoin de modérer cette ardeur. Les groupes dont l’IDEV est élevé ne se laissent pas facilement intimider et peuvent souvent être violents même s’ils sont en minorité dans un pays. Ces groupes ont des instincts très alertes. Gare à celui qui oserait déranger d’une manière ou d’une autre leur espace vital! Par contre, un indice faible, au bas de l’échelle, veut dire que le sujet est passif face à toute provocation et que sa capacité de réaction le pousse à fuir le lieu du danger. On essaiera alors de comprendre, par le truchement de ces lois, l’évolution en nombre et en importance de différents groupes: adeptes de l’islam, du christianisme, du judaïsme, de l’hindouisme, du bouddhisme, etc.”

L’Homme: l’animal le plus dangereux de la planète. Causes et remèdes est en vente dans toutes les Librairies Renaud Bray et à la Librairie Olivieri, située sur Côte-des-Neiges.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant