Share |

Taroudant, ancien centre caravanier

Taroudant, ancien centre caravanier

 

 

 

Taroudant est au XIe siècle la capitale d’un petit royaume. Annexée par les Almoravides en 1056, indépendante sous les Almohades, elle est détruite en 1306 par les Mérinides.

Elle connaît son apogée au XVIe siècle sous l’influence de Mohammed ech-Cheikh qui en fait sa capitale et une base pour ses offensives contre les Portugais installés à Agadir. Elle devient alors un centre caravanier important, célèbre pour l’abondance et la qualité de ses marchandises : sucre, coton, riz, etc.

Au XVIIe siècle, Taroudant se trouve sous la domination du royaume du Tazeroualt, la région située entre Tiznit et Tafraoute et, à ce titre, la cible privilégiée des expéditions militaires menées par les sultans alaouites. En 1687, le sultan Moulay Ismaïl fait même massacrer une grande partie de la population. Comme toute la région, Taroudant souffre de la fermeture du port d’Agadir. Elle se replie derrière ses remparts jusqu’à en 1912 du rebelle El-Hiba qui fait de la ville le siège de sa résistance contre l’armée française jusqu’en 1913. La population de Taroudant est réputée fière et frondeuse. En représailles, la ville grande partie détruite à plusieurs reprises. Le roi n’aurait jamais franchi ses portes par crainte de l’humeur rebelle de ses habitants. Taroudant est cependant connue pour son sens de l’accueil, l’amabilité de ses commerçants.

Située à l’intersection de la vallée du Souss et des montagnes du Haut-Atlas, la “petite Marrakech” donne un excellent aperçu du Sud marocain. Première capitale des Saadiens au XVIème siècle, refuge des princes rebelles, convoitée par les tribus du Sud, Taroudannt tient une place importante dans l’histoire du Maroc.

De nos jours, des personnalités viennent chercher le repos à l’ombre de ses superbes remparts ocres. Egalement réputée pour son artisanat et ses bijoux berbères, elle attire de nombreux touristes venus d’Agadir (destination très bien desservie par les bus).

Les remparts
Les remparts de la ville de Taroudant (capitale de la dynastie saadienne), construit à partir de 1515, ont une hauteur comprise entre 8 à 14 mètres.Ils font environ 7,5 km de long et sont jalonnés par 130 tours, 19 bastions d’angle et 5 portes défensives dont la plus importante est la porte de la “Kasbah”.
Les remparts de la ville au cours de l’histoire firent l’objet de bien des agressions, tant humaines que naturelles. Les guerres, l’emploi de l’artillerie, firent souffrir durablement tours et pans de murs; le terrible séisme d’Agadir du 29 février 1960 et qui fut ressenti à Taroudant, secoua les fondations, produisant notamment sur des terres sédimentaires, un effet de cisaillement qui facilita l’ouverture de fissures. Les remparts de Taroudant connaissent aujourd’hui d’importants travaux de rénovation qui s’inscrivent dans le cadre d’un plan visant à la revalorisation des villes antiques. La teinte de cette terre ocre d’origine, passe à un blanc cassé dû au recouvrement des remparts à la chaux.
Les remparts de Taroudant, à l’instar des autres remparts du maroc, présentent une succession de trous dans les murs. Ce sont les emplacements des poutres soutenant le coffrage qui sert à mouler successivement le pisé.
Les 8 km de remparts qui entourentTaroudant se parcourent aisément à pied, à vélo ou en calèche. En plusieurs endroits des jardins arborés contribuent à les mettre en valeur.

Place Assarag
Toujours animée, c’est le coeur l’ancienne capitale du Sous et le lieu de rendez-vous des Roudanis (habitants de Taroudant) qui fréquentent ses cafés en fin de journée. Une ruelle permet de rejoindre les souks, qui sont relativement peu étendus, mais presque aussi divers qu’à Marrakech et très vivants.

Le Souk de Taroudant
1000 échoppes sont concentrées dans le souk entre les places Assarag et Talmoklate. Une confrérie de quelques 200 cordonniers fabriquent des sandales. Un pied plus fort que l’autre ? Tous les cordonniers vous font des babouches sur mesure.
Tissus, épices, poteries, céramiques, vaisselles, Jouets, bijoux, cuirs, légumes, poissons, fer forgé, tapis, luminaires, cafés… ont trouve de tout au souk.

La palmeraie de Tiout
La palmeraie de Tiout est un oasis de fraîcheur et de verdure située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Taroudant. Elle est dominée par une ancienne casbah. C’est là où fut tourné en son temps le film Ali Baba et les 40 voleurs avec Fernandel.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant