Share |

Voyage au pays de l’Argan

Voyage au pays de l'argan

 

La côte atlantique marocaine entre Essaouira et Agadir recèle un petit trésor naturel qu’on ne trouve nulle part ailleurs : l’argan. De son arbre, l’argania spinosa, les femmes berbères extraient une huile alimentaire, douce et noisetée, et une huile cosmétique biologique utilisée en médecine. De ce commerce, les femmes en tirent un revenu équitable. Mais des menaces pèsent sur l’arganier liées à sa surexploitation.
 

L’huile d’Argan est en passe de devenir la nouvelle huile tendance. On l’utilise de plus en plus souvent dans les restaurants branchés et ses vertus médicinales maintenant reconnues ont fait exploser les ventes des produits cosmétiques.

L’argania spinosa : un arbre aux vertus étonnantes

L’arganier, l’argania spinosa, est un arbre endémique du Maroc qu’on trouve globalement entre Essaouira et Sidi Ifni, principalement dans la plaine du Sous et la région de Haha sur une surface d’environ 900 000 hectares.
C’est un arbre étonnant qu’on utilise en bois de chauffage, pour le fourrage des chèvres ainsi qu’en alimentation et en cosmétique. L’arganier résiste à des chaleurs importantes même lorsque le sol est pauvre. Il constitue un rempart naturel contre la désertification.

La Réserve de biosphère de l'arganeraie agréée par l’Unesco a été créée en décembre 1998 pour préserver les ressources biologiques des valeurs paysagères et culturelles et maintenir l’équilibre de l’écosystème tout en favorisant le développement économique local.

L’huile d’argan est utilisée dans les salades, tajines, couscous et pour agrémenter les semoules. Elle entre aussi dans la préparation de l’amlou, plat servi aux invités (mélange d’huile d’argan, d’amandes pilées et de miel) qui aurait des propriétés aphrodisiaques. C’est une huile très fine au goût de noisette, très riche en acides gras insaturés.

Depuis de longues dates, l’huile d’argan est aussi utilisée par les berbères pour se soigner. On lui donne des vertus pour réduire le taux de cholestérol. On l’utilise aussi en application sur la peau et les cheveux pour lutter contre le dessèchement et le vieillissement. Le feuillage est utilisé pour ses propriétés anti-inflammatoires, pour traiter les rhumatismes, les douleurs articulaires et les maux d'oreilles.

Sur la route de l’argan

Traditionnellement, les femmes berbères récoltent les fruits tombés au printemps et les font sécher. Elles dépulpent la noix et concassent les amandes de l’arganier. A l’issue du concassage, un premier tri est effectué pour qu’il n’y ait pas d’impuretés avec les amandons. Ceux-ci sont ensuite légèrement torréfiés (pour l’huile alimentaire) avant d’être pressés – il en sort alors une pâte qu’il faut ensuite malaxer avec un peu d’eau pour obtenir de l’huile et un tourteau. Dans le cas de l’huile d’argan cosmétique, les amandons ne sont pas torréfiés et l’huile passe par un processus de filtrage qui la rend plus pure et plus fine au niveau moléculaire. Il faut 100 kg de fruits pour 1,5 litres d’huile.

Entre Essaouira et Agadir, les forêts d’arganiers sont nombreuses et se balader au milieu des arbres et un vrai plaisir. N’hésitez pas à vous arrêter dans un village, à rencontre les gens. Avec un peu de chance, une famille berbère vous invitera à passer chez elle. En signe d’hospitalité, on vous servira sans doute le thé et de l’huile d’argan accompagnée d’un peu de pain. Peut-être même pourrez-vous goûter à l’amlou ? Dans les familles modestes, il arrive que les amandes soient remplacées par des cacahuètes et le miel par du sucre.

Sur le chemin, les affichettes de coopératives biologiques ne manquent pas. L’essence de l’arganier est pourtant menacée par la surexploitation de ses ressources. Surpâturage, collection excessive des fruits, baisse de la nappe phréatique et abattage dévastent l’arganeraie. Toutes les coopératives n’ont pas le même sens de la déontologie. Pour face à ce constat, le Projet Arganier a été créé avec comme objectif de développer la participation des femmes rurales dans le tissu socioéconomique de la région tout en favorisant une gestion durable de l’arganeraie.

Vous pouvez aussi visitez les adresses suivantes :

L’Union des Coopératives de Femmes de l’Arganier (UCFA) regroupe 22 coopératives de femmes entre Essaouira et Tiznit au sud d’Agadir. 1000 femmes adhèrent à l’UCFA dans les cinq provinces de l’arganerie : Essaouira, Agadir, Tiznit, Taroudant et Chtouka Aït Baha. Les produits sont certifiés par Ecocert. Plus d’informations : www.cooperative-argane.com.

Targanine est un groupement de coopératives féminines pour la production et la commercialisation de l'huile d'argane. Six coopératives regroupant 240 femmes y adhèrent. Les produits sont certifiés par Ecocert. Plus d’informations : www.targanine.com.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant