Share |

À mes frères qui s’opposent à la vaccination, par Sivan Rahav-Meir

À mes frères qui s’opposent à la vaccination, par Sivan Rahav-Meir

Je veux braquer les projecteurs vers un public grandissant qui mérite notre reconnaissance : ceux qui ont été vaccinés cette semaine. Il y en a beaucoup, environ 150 000 par jour. Vraisemblablement, celui qui se fait vacciner maintenant est une personne qui a attendu, hésité, et qui finalement, avec humilité, a accepté le jugement. Chaque semaine, plus d’un demi-million d’Israéliens comprennent que c’est nécessaire. Ce n’est pas facile pour eux, mais ils le font pour nous tous. Merci à eux.

Je reçois de la part des opposants au vaccin sur les réseaux sociaux près d’un millier de messages par jour. Je n’ai pas répondu jusqu’à présent, mais il est peut-être important de le faire maintenant. « Je pensais que vous aviez le courage de vous opposer aux médias, écrit l’un d’eux, mais il s’avère que vous êtes vous aussi un mouton du troupeau. » Une autre a annoncé solennellement qu’elle cessait de me suivre. « Vous dites toujours qu’il y a un impératif d’unité au sein du peuple, écrit-elle, alors pourquoi êtes-vous si extrême ? » « Pourquoi tentez-vous de promouvoir une expérience dangereuse pour l’homme ? », écrit un troisième.

Examinons les faits : le monde de la science et de la médecine appelle à se faire vacciner. Les effets du vaccin sont négligeables par rapport aux effets du Covid, que l’on peut voir à travers plus de 5500 pierres tombales dans les cimetières israéliens, et des centaines de lits peuplés de gens qui peinent à respirer.

Alors combien de fois m’enverrez-vous les vidéos d’un médecin italien anonyme « révélant la vérité que l’on nous dissimule » ? D’où vient cette suspicion envers le monde entier ? La lutte mondiale contre le Corona est une histoire de solidarité humaine, un effort commun.

Certains ont peur et ont besoin d’être rassurés. D’autres posent des questions auxquelles il faut répondre. Mais les preuves intellectuelles ne seront pas utiles à ceux qui prendront toujours le contrepied de ce que dira « l’establishment ».

Il y a des gens qui ont choisi de ne jamais croire personne. Et lorsque les arguments sont irrationnels, même le langage s’égare. Avec quelle facilité des mots comme « apartheid », « holocauste », « sélection », sont-ils prononcés ! En quoi le fait qu’une personne n’est pas autorisée à entrer dans un gymnase ne recevant que des vaccinés est-il lié avec les camps de concentration ?!

De nombreux opposants évoquent leur mode de vie végétarien ou végétalien, leur connexion à la nature. Leur critique du monde industriel et technique est respectable, mais une telle approche devrait compléter celle qui existe, et non la remplacer : médecine complémentaire, pas alternative.

Mais d’où vient cet égoïsme chez de si bonnes personnes ? Comment pouvez-vous prendre le risque de mettre en danger la vie de votre entourage ? Les médecins des services Covid, épuisés, vous supplient de courir vous faire vacciner, et vous vous opposez à eux ? Où sont les valeurs d’empathie, de foi, d’optimisme ? Nombreux sont ceux qui m’écrivent : « C’est mon droit. » Mais nous n’avons pas que des droits, nous avons aussi des devoirs…

Dans le monde religieux, il n’y a pas de contestation de la part des rabbins sur la question des vaccins. Les Lituaniens et les ‘Hassidim, les ashkénazes comme les séfarades, les sionistes religieux et les ultraorthodoxes, les ‘Habadniks et les érudits en Torah, en Israël et à l’étranger – tous appellent à la vaccination.

Alors pourquoi dévier vers des voies étranges, au lieu d’avancer sur le droit chemin ? Vénérons-nous Dieu ou nous-mêmes ? Après tout, quand vous avez une hésitation sur un point qui a trait à la casherout ou au Shabbat, vous allez poser la question à une autorité. Alors en quoi cela diffère-t-il concernant la vie et la mort, lorsque la réponse est si claire ?

Quelqu’un m’a écrit : « Vous avez un nouveau Dieu : le vaccin ! » Non, je ne prie pas trois fois par jour le PDG de Pfizer. Le vaccin n’est pas Dieu, et l’homme non plus. S’il y a une chose que le Covid nous enseigne, c’est bien la modestie, l’humilité. Nous avons appris à quel point nous sommes limités et vulnérables. Dieu nous appelle à développer, guérir et améliorer Son monde.

« Les médias ont essayé de nous convaincre du bien-fondé des accords d’Oslo, du désengagement, ils ont débattu à longueur de journée sur la religion, et maintenant ils mènent campagne pour les vaccins. C’est exactement pareil », m’écrit-on encore. Parfois les plateaux des télévisions ne sont remplis que de bavardages, d’autres fois des choses importantes y sont dites. Tout ce qui s’y dit n’est pas faux ; il faut savoir faire preuve de discernement. On doit certes être critique, mais quiconque est systématiquement critique le reste même face à une vérité simple, énoncée en ces termes : « Tu choisiras la vie. »

Contenu Correspondant