Share |

Au Maroc, la coexistence pacifique est une question de foi

Au Maroc, la coexistence pacifique est une question de foi

Leila Benslimane

 

La longue histoire de la communauté juive dans le pays a forgé des relations uniques dans le monde arabo-musulman.

CASABLANCA, Maroc – Dans la capitale économique de la médina animée de ce pays d’Afrique du Nord, un drapeau marocain peint sur un mur est divisé en deux : une moitié pointe vers la mosquée Ould el-Hamra, construite par un sultan vers 1789. Une autre moitié pointe vers la synagogue Ettedgui, érigée par une famille juive bourgeoise de la ville de Tétouan, dans le nord du pays, au milieu du XIXe siècle. Le roi Mohammed VI l’a restaurée en 2016, après qu’elle ait été détruite lors de la bataille navale de Casablanca pendant la Seconde Guerre mondiale.

Au bout de la rue se trouve l’église San Buenaventura, une église catholique du XIXe siècle transformée en centre culturel.

Pendant des siècles, les communautés religieuses ont vécu ensemble en paix au Maroc, un État musulman conservateur où les relations sexuelles avant le mariage et avec des homosexuels sont formellement criminalisées. Le prosélytisme de toute religion autre que l’islam est également illégal.

Les pays considérés comme les plus religieux

À quelques mètres dans les ruelles sinueuses de la vieille ville de Casablanca, une femme voilée accueille les visiteurs en ouvrant la porte bleue de la maison Chaim Pinto – une étape essentielle du pèlerinage des Juifs à travers le Maroc, en mémoire de Chaim Pinto, un rabbin de premier plan dans le pays à la fin du 19e et au début du 20e siècle.
Myriam s’occupe du petit-fils du rabbin, un homme de 75 ans qui est né et vit dans le bâtiment historique. La femme musulmane achète de la viande casher et fait les courses pour l’homme juif.
Sa mère, elle aussi, a travaillé pour la famille de Chaim Pinto. “Nous avons des liens si étroits avec les musulmans et je découvre chaque jour davantage de points communs”, déclare le petit-fils du rabbin, qui porte son nom.
Tout comme la famille de Myriam, des générations de musulmans ont sauvegardé les traditions de générations de juifs au Maroc.
Hmidou, un homme musulman qui travaille pour la boucherie casher Amsellem depuis 30 ans, explique : “Après que mon père ait travaillé pour les propriétaires juifs de la boucherie pendant de nombreuses années, il m’a appris à boucher correctement la viande kasher. Bien que nous vendions des aliments kasher, la plupart de nos clients sont musulmans.”

Les liens du pays avec Israël
La communauté juive du Maroc était autrefois très dynamique, estimée à 250 000 personnes à la fin des années 1940, selon l’AFP. Aujourd’hui, les quelque 3 000 Juifs du pays représentent la plus grande communauté juive de la région.
Et les relations entre juifs et musulmans ont connu des périodes sombres. Une série d’attentats suicides perpétrés par une douzaine de Marocains le 16 mai 2003 a visé la communauté juive. On pense qu’il s’agit des attaques terroristes les plus meurtrières du pays.

Les terroristes ont notamment bombardé l’Alliance israélite de Casablanca et n’ont pas réussi à viser un cimetière juif. Un troisième kamikaze a attaqué un restaurant italien appartenant à des Juifs.

L’attitude du Maroc envers sa communauté juive – qui vit dans le pays depuis plus de 3 000 ans – a contribué à façonner les liens avec Israël, où environ 10 % des Juifs sont d’origine marocaine.

À la suite d’un accord conclu en décembre dernier sous l’égide des États-Unis, le Maroc est devenu le quatrième État arabe à renouer des liens diplomatiques avec l’État juif.
Néanmoins, quelques centaines de Marocains ont manifesté dans plusieurs villes du pays contre la normalisation avec Israël, en brandissant des drapeaux palestiniens, et ont exprimé leur soutien au peuple palestinien. Plusieurs ONG locales, dont l’Association marocaine des droits de l’homme – la plus grande organisation du pays – ainsi que certaines associations islamistes, ont dénoncé cette normalisation comme une “trahison”.

Les deux nations ont déjà entretenu des relations diplomatiques de faible niveau. Shimon Peres, alors ministre israélien des affaires étrangères, a inauguré un bureau de liaison israélien dans la capitale Rabat en 1994.

La plupart des Juifs du Maroc ont au moins un parent qui vit en Israël, déclare Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil communautaire israélite du Maroc à Casablanca et ambassadeur itinérant du roi. Ils se rendent souvent dans le pays d’Afrique du Nord pour assister à des cérémonies de mariage et des bar-mitsvahs.

Avant que la pandémie de coronavirus ne contraigne les pays à se verrouiller, près de 45 000 Juifs se rendaient chaque année au Maroc – principalement d’Israël, mais aussi des États-Unis et du Canada – pour se recueillir autour des sanctuaires des rabbins enterrés dans le pays, dans le cadre du rituel de Hiloula, selon M. Berdugo, qui a été ministre marocain du tourisme de 1993 à 1995.

Malgré l’arrivée au pouvoir du parti islamiste conservateur marocain Justice et Développement en 2011, à la suite du printemps arabe, il n’y a eu aucune forme de discrimination à l’encontre des Juifs, dit-il.
“Le Maroc n’a jamais oublié les Juifs et les Juifs n’ont jamais oublié le Maroc ni les musulmans marocains”, déclare Zhor Rehihil, le conservateur du musée du judaïsme marocain – le seul musée juif du monde arabe.

Contenu Correspondant