Share |

Avraham Avizemer de Cesarée. Originaire de Casablanca

Avraham Avizemer de Cesarée. Originaire de Casablanca

Avraham Avizemer est un habitant de Cesarée. Originaire de Casablanca, ce septuagénaire entreprenant importe des produits marocains, propose des voyages organisés, écrit des livres sur les juifs marocains et a déjà visité « 401 fois » son pays natal que sa famille a quitté quand il avait trois ans.

Lui aussi dit avoir « reçu plein de messages en arabe d’amis marocains » qui disaient « mabrouk » (félicitations) depuis l’annonce de l’accord de normalisation. « Il va y avoir des vols directs, plus besoin de passer par Istanbul, Rome, Paris, Madrid ou Amsterdam pour aller au Maroc, on gagne du temps. Et aussi de l’argent », jubile-t-il.

Actuellement, entre 50 000 et 70 000 juifs d’origine marocaine, la plupart en provenance de l’État hébreu partent chaque année au Maroc, en visite touristique, en pèlerinage ou pour des fêtes religieuses. « Les relations entre le Maroc et Israël avaient lieu dans les coulisses. C’était une sorte d’amour interdit, officialisé aujourd’hui », estime Fanny Mergui, ancienne cheville ouvrière de la jeunesse sioniste dans les années 1960. Cette juive marocaine qui se présente comme une « militante pour la paix israélo-palestinienne » regrette cependant que « les Palestiniens n’aient pas été impliqués dans ce processus ».

Avant même de normaliser ses relations diplomatiques avec Israël, le Maroc avait lancé une réforme scolaire décrite par certains comme un « tsunami » : l’histoire et la culture de la communauté juive vont bientôt être enseignées aux élèves de ce pays, où l’islam est religion d’État. Les premiers cours, en langue arabe, seront dispensés au prochain trimestre en dernière année de primaire, où l’âge des élèves tourne autour de 11 ans, selon le ministère marocain de l’Éducation nationale.

« Cette introduction est une première dans le monde arabe. Elle fait l’effet d’un tsunami », s’exalte Serge Berdugo, le secrétaire général du Conseil de la communauté israélite du royaume, joint par l’Agence France-Presse à Casablanca.

Présent dans l’architecture, la musique, la cuisine, « l’affluent juif » de la culture marocaine apparaît désormais dans les nouveaux manuels d’éducation sociale du primaire, dans un chapitre consacré au sultan Sidi Mohammed ben Abdellah, dit Mohammed III (XVIIIe siècle). Ce sultan alaouite avait choisi le port de Mogador et sa forteresse bâtie par les colons portugais pour fonder la ville d’Essaouira (Sud), centre diplomatique et commercial qui devint sous son impulsion la seule cité en terre d’islam comptant une population à majorité juive, avec jusqu’à 37 synagogues. « Bien que la présence juive au Maroc soit antérieure au XVIIIe siècle, les seuls éléments historiques fiables datent de cette époque », explique Fouad Chafiqi, directeur des programmes scolaires au ministère marocain de l’Éducation.

Contenu Correspondant