Share |

Hamas : de l’usure au suicide

Hamas : de l’usure au suicide (info # 012108/14) [Breaking]

©Metula News Agency

 

Métula, jeudi 11h35, 10h35 à Paris

 

Depuis minuit 14 roquettes ont été tirées sur Israël, tandis qu’hier on avait comptabilisé 175 projectiles tirés depuis Gaza, dont 24 ont été interceptés par le Dôme de Fer.

 

Tsahal, pour sa part, a attaqué 20 cibles dans le courant de la nuit.

 

Il est parvenu à éliminer trois des chefs les plus importants d’Ezzedine el Qassam, la branche armée du Hamas, s’agissant de Mohammed Barhoum, Raëd al Atar, commandant de la brigade de Rafah [à la frontière avec l’Egypte], et de Mohammed Abu Shamala, le responsable "militaire" de la moitié Sud de la bande de Gaza.

 

Avec ces éliminations, ainsi que celle, hier, du commandant en chef d’Ezzedine el Qassam, Mohammed Deif, le bilan militaire du Hamas est catastrophique, proche de la débâcle.

 

Ainsi, depuis 15 heures 30 mardi, heure à laquelle le Mouvement de la Résistance Islamique avait décidé de rompre grossièrement le cessez-le-feu, les chiffres s’établissent de la manière suivante :

243 roquettes lancées depuis Gaza (37 interceptions), sans faire ni morts ni blessés côté israélien, et provoquant des dégâts pour environ 5 000 euros, d’une part, contre 80 sites des milices détruits par Tsahal à Gaza, ainsi que 3 des 5 chefs les plus élevés de leur branche militaire éliminés, dont leur commandant suprême Mohammed Deif.

 

L’observation de la nature et de la composition des tirs des projectiles de la milice islamiste permet en outre d’établir avec certitude que son stock de fusées à moyenne et à longue portée est en voie d’extinction rapide.

 

Privé de réapprovisionnements, le mouvement djihadiste ne pourra très bientôt plus compter que sur les obus de mortiers, dont il dispose toujours de centaines d’exemplaires, pour agresser l’Etat hébreu ; il devra se contenter de toucher des agglomérations du pourtour de la Bande, pendant que Tsahal pourra poursuivre ses frappes tactiques.

 

D’autre part, en plus de l’effet psychologique dévastateur de la perte de ses chefs, le Hamas doit gérer l’infiltration de ses réseaux par le Renseignement israélien.

 

Durant les premières phases de Rocher Inébranlable, le Shabak [le contre-espionnage hébreu] n’était pas parvenu à pénétrer le noyau dur de la milice islamiste, et ignorait ainsi où se cachaient ses dirigeants, tant politiques que militaires.

 

L’élimination, ces dernières 24h, des cadres supérieurs de l’organisation djihadiste permet de constater que le Shabak possède désormais les informations qu’il lui manquaient, et ce, par le décryptage croisé de fuites obtenues par ses informateurs palestiniens au sol avec les relevés établis chaque minute par les drones qui surveillent, répertorient et filment la bande de Gaza sans interruption.

 

Il est clair que la capacité de nuisance des djihadistes, suite à la destruction et l’épuisement de ses stocks de roquettes, l’altération de son infrastructure et l’élimination de ses chefs s’en trouve fortement réduite.

 

Lors, quand ses porte-paroles menacent de frapper l’Aéroport International Ben Gurion ou le Championnat de football d’Israël, il fanfaronne.

 

D’abord, parce que, contrairement à ce qu’ont annoncé plusieurs de nos consœurs décidemment de plus en plus médiocres, l’Aéroport International d’Israël n’a jamais été atteint par les roquettes du Hamas ; l’une d’elle avait explosé dans un terrain vague de la ville de Yéhoud, à 1 km de la limite des installations aéroportuaires, et à un peu moins de 2 km de la piste en service la plus proche.

 

En termes objectifs, lorsque l’on procède à l’équation dans laquelle on intègre les capacités de tir réduites du Hamas et celles d’interception du Dôme de Fer, ayant, à ce jour, neutralisé près de 94% des Katiouchas qui s’orientaient vers les zones habitées, on obtient que l’Aéroport Ben Gurion est actuellement l’une des plateformes aéronautiques les plus sûres de la planète.

 

Comme nous le répétons dans ces colonnes depuis des semaines, la "guerre d’usure" constitue le plus mauvais choix possible effectué par le Hamas et une aubaine pour l’Etat d’Israël. L’unique option qui reste à la milice islamiste si elle veut éviter l’effondrement total consiste à cesser ses tirs et à décréter un cessez-le-feu unilatéral.

 

En revanche, si les choses se poursuivent comme elles ont commencé mardi après-midi, les terroristes gazaouis n’auront bientôt plus que des mortiers et des cailloux à lancer sur Israël, ce qui permettra à cette dernière de restaurer le calme sur son territoire sans avoir à négocier avec une organisation terroriste, ni à lui faire de concessions d’aucune sorte.

 

Ce qui n’empêchera pas, évidemment, l’Etat hébreu de continuer à fournir du matériel médical et de la nourriture aux habitants de la bande côtière avec lesquels il n’est pas en guerre.

 

Et cela commence à être compris même par les sympathisants propalestiniens en France, à en croire la diminution drastique du nombre des participants aux manifestations françaises de soutien au Hamas. Hier, des dizaines de milliers de personnes battaient le pavé, aujourd’hui quelques centaines tout au plus.

 

D’autre part, en feuilletant les réactions des lecteurs sur les éditions électroniques des quotidiens français, on se rend compte que le soutien dont jouissait le Hamas il y a 15 jours est terriblement retombé. Les internautes font désormais le lien entre la décapitation du journaliste américain James Foley en Syrie par DAECH, l’organisation sœur du Hamas, et les techniques des milices djihadistes de Gaza.

 

De plus, et en dépit des efforts énormes concédés par l’AFP et les chaînes TV françaises pour partager équitablement la responsabilité de la reprise des affrontements entre Israël et le Hamas, l’immense majorité des internautes comprend et critique le fait que c’est le mouvement islamiste qui a rompu la trêve et qui a ainsi exposé la population de l’enclave côtière aux ripostes légitimes de l’Etat hébreu.

 

Quant à la discussion relative à l’élimination de Mohammed Deif, annoncée avant tout le monde par la Ména dans la nuit de mardi à mercredi, elle est confirmée officieusement par des responsables du Renseignement israélien.

 

Pour le surplus, considérant l’impact négatif sur le moral des miliciens de Gaza, il est évident que si Deif était encore de ce monde, la direction du Hamas l’aurait exhibé sur ses chaînes de télévision.

 

Dernière minute

 

Il y a quelques instants, 6 lanceurs de roquettes qui en étaient aux ultimes préparatifs en vue de tirer des projectiles sur Israël ont été éliminés.

 

Dans le même temps, 12 obus de mortier ont touché le Conseil régional d’Eshkol (pourtour de Gaza), blessant grièvement un civil à l’occasion d’une frappe directe sur une maison, une ferme ainsi qu’une charpenterie. 

Contenu Correspondant