Share |

Juin 1967 : capture de la vieille ville de Jerusalem par les troupes Israeliennes

Juin 1967 : capture de la vieille ville de Jerusalem par les troupes Israeliennes

 

Comment ne pas pleurer d'émotion en écoutant cette retransmission !

"Colonel Motta Gur, Chef des Opérations : 
«A toutes les Unités, nous sommes tout près maintenant, et nous apercevons la Vieille Ville. Dans peu de temps, nous allons entrer dans cette Vieille Ville de Jérusalem qui a fait rêver des générations. Nous sommes destinés à être les premiers à y pénétrer... Nos tanks avanceront à gauche « Porte des Lions » pour un rendez-vous général sur la Grand Place au dessus » [applaudissements des soldats]
Yossi Ronen (soldat reporter) : 
« Nous voilà marchant sur une des rues principales de Jérusalem vers la Vieille Ville. La tête de pont va bientôt entrer dans la Vieille Ville. » [Tirs de mitraillettes et bruits de pas des soldats]. Il y a encore des tirs tous azimuts ; nous avançons vers l'entrée de la Vieille Ville.
Les soldats sont à 5 minutes les uns des autres car c'est toujours très dangereux ici avec des snipers qui tirent de partout. 
Nous apercevons à notre gauche le Mont des Oliviers. Ca y est, nous sommes maintenant dans la Vieille Ville, en face de l'Eglise Russe. Je baisse la tête pendant que nous courrons vers les collines. Ca y est, on voit les murailles en pierre. Ils tirent encore sur nous. Nos tanks ont maintenant atteint l'entrée de la Vieille Ville et nous poursuivons en traversant la « Porte des Lions ».
Je suis avec la 1ère Unité à pénétrer dans la Vieille Ville. Les soldats protègent leur avancée sous les palmiers ; moi aussi. On progresse de plus en plus»
Paroles divino-historiques du Colonnel Motta Gur : 
« Har Habayit béyadénou - Har Habayit béyadénou »
(Le Mont du Temple est dans nos mains !)
«Du Commandement David des opérations, je répète : à toutes les forces, arrêtez de tirer ! Terminé ». 
Uzi Narkiss (général en charge du front jordanien et qui va entrer triomphalement en vieille ville avec Moshe Dayan et Itshak Rabin): 
« Motta, bravo, bravo (kol hakavod, kol hakavod) ! Te voilà donc près de la Mosquée d'Omar ! ». 
Yossi Ronen: « Je fonce depuis la « Porte des Lions » pour traverser toute la Vieille Ville ».
Commandant par la radio militaire : «Faites cesser la source de ces tirs. Protégez tous les bâtiments par tous les moyens. Ne touchez à rien, surtout aux endroits saints ! ».
Le Lt.- Col. Uzi Eilam sonne du Chofar - Les soldats chantent «Yerouchalaïm chel Zahav ». 
Uzi Narkiss: « Dites-moi, où est le Kotel ? Comment on y va ? »
Yossi Ronen: « Je suis maintenant même en train de marcher le long des pavés vers le Kotel. Je ne suis pas religieux, et ne l'ai jamais été... Mais, C'EST LE KOTEL et JE SUIS EN TRAIN DE TOUCHER LES PIERRES DU KOTEL !!! »
Les soldats : [récitant la bénédiction du Miracle] :« Baroukh ata H’, elokeinu melekh haolam, chehe’hehianou, vekiemanou, vehigianou, lazman hazeh ». 
Le Rabbin Goren [aumônier général des Armées récitant la bénédiction: 
« Baroukh ata H', mena’hem Tsion ouboneh Yerouchalaïm. » 
Les soldats chantent la Tikva devant le Kotel.
Le Rabbin Goren : « Nous allons maintenant réciter la prière pour nos soldats tombés à cette guerre contre tous les ennemis d'Israël (les soldats pleurent) : El mole ra’hamim... » 
Le Rabbin Goren récitant la bénédiction messianique puis sonnant du Choffar (près de 2000 ans après l’expulsion des juifs par les Romains et près de 20 ans après la Shoah) :
« Lechana hazot beYerouchalaïm hab’nouya, beYerouchalaïm haatika!»

 

Felix Perez

Contenu Correspondant