Share |

Le calendrier Hebraique

Le calendrier Hebraique

Fort de son ancrage religieux, le calendrier juif suit les calculs de l'année solaire et du mois lunaire. Les fêtes religieuses sont au cœur du calendrier hébraïque. Le calendrier juif, ou hébraïque, est lunisolaire. Il comprend des années solaires, des mois lunaires et des semaines de 7 jours qui commencent le dimanche et prennent fin le samedi, jour du Shabbat. 

Le calendrier dans l'histoire juive

La connaissance actuelle du calendrier juif en service avant l'Exil à Babylone est limitée et incertaine. Dater les composants de la loi mosaïque demeure douteux. La première source utilisable pour le calendrier hébreu est le calendrier de Gezer, écrit probablement sous Salomon, à la fin du Xe siècle av. J.-C. L'inscription indique la durée des tâches agricoles pour un cycle de 12 lunaisons. La limite du calendrier, ici, est un yereah, qui désigne en hébreu « lune » et « mois ». Le deuxième terme hébreu pour le mois, hodesh, signifie la « nouveauté » du croissant lunaire. Ainsi, les mois hébreux étaient lunaires. Ils ne sont pas nommés dans les sources précédant l'exil excepté dans le rapport biblique sur le temple de Salomon, où sont les noms de trois mois, deux d'entre eux sont également dans le calendrier Phénicien ; les mois sont habituellement numérotés plutôt que dénommés. La Bible ne mentionne jamais l'intercalation. Il n'y a aucune référence du jour de la nouvelle année.

Après la conquête de Jérusalem (587 av. J.-C.), les Babyloniens ont présenté leur calendrier cyclique et le compte de leurs années de règne à partir de Nisanu 1, à partir de l'équinoxe de printemps. Les Juifs ont alors eu une année civile finie avec un jour pour la nouvelle année, et ils ont adopté les noms babyloniens de mois, qu'ils continuent à employer. De 587 av. J.-C. jusqu'en 70 de notre ère, l'année civile juive était babylonienne, excepté la période alexandrine et ptolémaïque (332-200 av. J.-C.), quand le calendrier macédonien a été employé. La situation après la destruction du temple à Jérusalem, dans les années 70, demeure peu claire. On ne sait pas si les Romains ont imposé leur calendrier julien ou le calendrier que les Juifs de la Palestine ont employé après 70 pour leurs transactions. Il n'y a aucune référence de calendrier dans le Nouveau Testament ; les documents araméens contemporains de Juda sont rares et prouvent seulement que les Juifs ont daté des événements selon les années des empereurs romains. Les données abondantes, dans les sources du Talmud, concernent seulement le calendrier religieux.

Le calendrier juif : fêtes religieuses, Pâque et Shabbat

Dans le calendrier religieux, le commencement du mois a été déterminé par l'observation de la Nouvelle Lune, et la date de la Pâque juive (sans « s »), ou Pessah, a été rattachée à la maturation des céréales. L'observation et le témoignage réel de la Nouvelle Lune étaient exigés pour le fonctionnement du calendrier religieux. Les Juifs de la diaspora (ou dispersion) ont généralement utilisé le calendrier civil de leur pays respectif ; cependant des messagers venus de Palestine les informaient des dates des prochaines fêtes ou commémorations. Cette pratique est déjà certifiée en 143 av. J.-C. Après la destruction du temple en 70, les chefs rabbiniques ont assuré aux prêtres la continuité du calendrier religieux. L'observation visuelle de la Nouvelle Lune a été complétée vers 200, elle fut supplantée secrètement par le calcul astronomique. Mais les Juifs de la diaspora n'étaient pas souvent disposés à attendre la décision arbitraire des fabricants de calendrier de la Terre sainte. Ainsi, dans l'ancienne Antioche syrienne, en 328-342, la Pâque juive était célébrée en mars (année julienne), le mois de l'équinoxe de printemps, sans souci des règles et des actes des Palestiniens. Pour préserver l'unité d'Israël, le patriarche Hillel II, en 358-359, a édité le « secret » du calendrier ; car il avait compris l'utilisation du cycle babylonien de 19 ans et y amena quelques modifications exigées par le rituel juif. L'application de ces principes fut, pendant longtemps, l'occasion de querelles et de polémiques. Au VIIIe siècle, les Karaites d'Israël, après la pratique musulmane, revinrent à l'observation visuelle de la Nouvelle Lune mais, quelques siècles plus tard, ils réutilisèrent un calendrier précalculé, tout comme les Samaritains. En raison de l'importance du Shabbat comme diviseur de temps, la semaine de 7 jours a servi d'unité aussi bien dans le culte que dans la vie courante. Aussi longtemps que la durée de l'année et du mois était imprévisible, il était commode de compter par semaine. L'origine exacte de la semaine de 7 jours est inconnue ; ses jours ont été comptés du Shabbat (le samedi pour les Juifs, le dimanche pour les Chrétiens). Un visionnaire écrivit, probablement en persan ou peut-être en grec, sous le nom de l'antédiluvien Enoch, que le calendrier religieux de 364 jours, ou 52 semaines, permettait aux fêtes de tomber le même jour de la semaine ; son idée fut reprise plus tard par la communauté de Qumran.

La structure du calendrier juif : jour, mois et année

Le calendrier juif en service aujourd'hui est lunisolaire, les années étant solaires et les mois lunaires, mais il tient compte également de la semaine de 7 jours. Puisque l'année solaire est plus grande que la lunaire d'environ 11 jours, un mois de 30 jours fut intercalé la 3e, 6e, 8e, 11e, 14e, 17e, et 19e année du cycle babylonien. Dans un but pratique, parce que comptant à partir du commencement du Shabbat, le jour commençait au coucher du soleil ; le jour du calendrier, de 24 heures, commence toujours à 18 h. L'heure est divisée en 1.080 halaqim, division d'origine babylonienne, chaque partie (heleq) valant 3 secondes ⅓. Un heleq est lui-même subdivisé en 76 rega'im.

 

Le nombre de jours annuel change d'une année sur l'autre. Ainsi, pour obtenir une année commune, ils multiplient le nombre de jours du mois synodal par 12 en année commune et par 13 pour les années bissextiles. Par conséquent, comptant seulement des jours complets, l'année commune a 353, 354 ou 355 jours et l'année bissextile 383, 384 ou 385 jours. L'année où Heshvan et Kislev sont pleins, appelée shelema, a 355 jours ou si c'est une année bissextile 385 jours. Une année normale (sedura) où Heshvan est creux et Kislev plein, a 354 ou 384 jours ; tandis qu'une année creuse (hasera), où ces deux mois sont creux, a 353 ou 383 jours. Le caractère d'une année (qevi'a) est décrit par trois lettres de l'alphabet hébreu. Il y a 14 types de caractères pour les définir (qevi'ot), 7 pour les années communes et 7 pour les bissextiles. Le mois synodal est l'intervalle moyen entre deux conjonctions moyennes du Soleil et de la Lune, quand ces corps sont aussi près que possible dans le ciel, intervalle qui dure 29 jours 12 heures 44 minutes 3 secondes ⅓ et s'appelle un molad. C'est également une valeur babylonienne. Les mois civils sont de deux types, les « pleins » ayant 30 jours et les mois « creux » 29. Les mois Nisan, Sivan (Siwan), Tishri, Shevat, et, pour les années bissextiles, le premier Adar sont toujours des mois pleins ; Iyyar, Tammuz, Elul, Tevet et Adar (connus sous le nom de Adar Sheni, les années bissextiles) sont toujours des mois creux, alors que Heshvan (Heshwan) et Kislev (Kislew) changent. Le calendrier est, ainsi, indépendant de la véritable Nouvelle Lune. La nouvelle année commence toujours sur le premier jour de Tishri, qui peut être le jour de la conjonction de Tishri mais, souvent, elle est retardée d'un ou deux jours pour différentes raisons. Ainsi, afin d'empêcher le Jour du Grand Pardon (Tishri 10) de tomber un vendredi ou dimanche et le septième Jour du Tabernacle (Tishri 21) de tomber le samedi, la nouvelle année doit éviter de commencer un dimanche, un mercredi ou un vendredi. Encore, si la conjonction de Tishri se produit à midi ou plus tard, la nouvelle année est retardée par un ou deux jours selon les conditions édictées ci-dessus. Ces retards (dehiyyot) sont rendus nécessaires à cause des limites mentionnées et par rapport au nombre de jours disponibles.

Le mouvement saisonnier juif

Le commencement moyen des quatre saisons s'appelle le tequfa. Le tequfa de Nisan place le soleil moyen à l'équinoxe vernal, celui de Tammuz au solstice d'été, celui de Tishri à l'équinoxe d'automne et celui de Tevet au solstice d'hiver. Cinquante-deux semaines sont équivalentes à 364 jours, et comme la durée de l'année solaire est presque de 365 ¼ jours, le mouvement saisonnier est en avance de 1 jour ¼ par an. En conséquence, comptant la durée de l'année à la valeur approximative de 365 jours ¼, ils sont tenus de retrouver, après 28 ans (28 x 1 ¼ = 35 jours), la même heure au même jour de la semaine (par exemple : mardi, 18 h.) comme au début. Ce cycle s'appelle mahzor gadol (ou hamma). Le calendrier juif actuel est principalement basé sur une valeur plus précise de 365 jours 5 heures 55 minutes 25 secondes 25/57e - légèrement plus grande que la véritable année tropiqued'environ 6 minutes et 40 secondes. Ainsi, par rapport à l'équinoxe vernal, il est en avance d'un jour tous les 228 ans. Bien sûr, il y a d'autres règles que les concepteurs du calendrier juif doivent respecter mais dans ce bref aperçu, elles seraient trop longues à énumérer et décrire. Par rapport à ce qui vient d'être écrit, il ressort que les deux principaux cycles utilisés pour cette conception sont, d'une part, un cycle de 28 ans et, d'autre part, une adaptation du cycle de Méton décrit dans la première partie de cette série sur les calendriers.

Interaction entre ère juive et ère chrétienne

L'ère juive en service aujourd'hui est datée de l'année supposée de la création du monde (indiquée mundi anno ou AM) qui commence en 3761 av. J.-C. Par exemple, l'année juive 5745 AM, la 7e dans le 303e cycle lunaire et la 5e dans le 206e cycle solaire, est une année régulière de 12 mois, ou de 354 jours. Les caractères, en utilisant les trois lettres respectives de l'alphabet hébreu comme les deux numéros et initiales de la façon indiquée ci-dessus, HKZ, indique que Rosh Hashana (nouvelle année) commence sur le cinquième (H = 5) et Pâque sur le septième (Z = 7) jour de la semaine et que l'année est régulière (K = ke-sidra) ; c'est-à-dire que Heshvan est de 29 jours, et Kislev plein. L'année juive 5745 AM correspondait à la période chrétienne qui commençait le 27 septembre 1984, et finissait le 15 septembre 1985. Négligeant les milliers, les années juives en cours sont converties en années de l'ère chrétienne courante en additionnant 239 ou 240 - 239 de la nouvelle année juive (à partir de septembre pour notre exemple) jusqu'au 31 décembre et 240 à partir du 1er janvier jusqu'à la veille de la nouvelle année juive. L'ajustement diffère légèrement pour la conversion des dates pour les versions désuètes de l'ère juive de la création et de l'ère chrétienne, ou toutes les deux. Les éphémérides donnent généralement un tableau de conversion des dates entre les calendriers encore utilisés et le calendrier grégorien.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Contenu Correspondant