Share |

Le "Pilpoul" revisité ...

 

Le "Pilpoul" revisité ...

 

 

Un jour un mot vous éveille, vous réveille, vous emporte, vous questionne, vous séduit. 

Un jour vous vous retrouvez face à l’énigme d’une sonorité exotique qui vous donne envie d’ouvrir des dictionnaires, de chercher des racines, de reprendre vos études de grec et de latin, d’hébreu, de yiddish ou d’araméen.

Un jour vous voilà parti sur les ailes de quelques lettres, qui, vous ne savez pourquoi, vous invitent au voyage, vous motivent, vous pulsent, vous dynamisent, et vous donnent le désir de la recherche, de la lecture et vous fait entrer dans la danse du sens, dans la chance d’une nouvelle compréhension du monde.

Un jour, le jour se lève et le vent du matin vous offre un mot fenêtre, un mot porte, qui fait entrer le soleil, le goût du sable et du désert, le rythme du fleuve et le chant des blés, les profondeurs d’une mémoire, l’inquiétude aussi.

Un jour une lettre chante devant vos yeux et raconte l’amitié, le sourire, le labour, les champs, l’éclair, la lumière et la rupture, le rire, la joie de penser, la volonté de traverser un pont, d’aller de l’autre côté, à la découverte de tout, de rien, simplement marcher, écrire aussi.

Un mot qui vous emmène en croisière, vous surprend, vous archéologise, vous banquise, vous polaire et vous zigzague. 

Vous devenez philosophe, sensible et joyeux, attentif et plus sérieux.

Un jour un mot vous transforme et vous n’avez qu’un souci, partager cet inouï, cet inattendu, le raconter, le faire comprendre, le faire vibrer. 

Ces mots sont nombreux, et chacun en fait un jour l’expérience. Ils modifient une vie, ouvrent de nouveaux chemins, de nouvelles rencontres, font jaillir de nouveaux chants et de nouvelles musiques. Ce fut pour moi Mahloquèt Tsimtsoum, Tiqoun, Tsérouf, Golem , kouzou ou encore Zeugma, et depuis je suis très sensible à ces lexiques personnels et je suis heureux de pouvoir les entendre, les comprendre, car ils racontent toujours une histoire, des histoires. 

Les invités

Céline Masson est clinicienne, psychanalyste et professeure à  l’Université Paris-Diderot (Paris-7). Elle est également psychologue et  psychanalyste à l’OSE (l’Œuvre de Secours aux Enfants). 

Ses thèmes de  recherches sont la force du nom, l’apparition/disparition, l’exil et le  visage, l’approche psychanalytique du dessin d’enfant, l’anthropologie  du visuel. 

Elle a notamment publié « Le Corps contemporain : création et  faits de culture » (L’Harmattan, 2009), « Les images, vestiges de temps  : la mémoire et l’oubli » (Ouvertures psy, 2016) et dirigé l’ouvrage «  L’accent, traces de l’exil » (Hermann, 2016).

Georges Perla est comédien, conteur et metteur en scène.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Contenu Correspondant