Share |

Le régime iranien survivra-t-il au coronavirus?

Le régime iranien survivra-t-il au coronavirus?

Par ILAN BERMAN

Flambée de l’inflation. Renforcement du mécontentement intérieur. Une crise environnementale en expansion. Même avant l’éclosion du nouveau coronavirus ces dernières semaines, le régime iranien se débattait sous le poids des problèmes intérieurs qui menaçaient de plus en plus de saper l’intégrité de la République islamique. Avec l’avènement de COVID-19, cependant, les choses sont devenues bien pires pour le régime iranien – à tel point qu’il n’est pas déraisonnable de penser que le régime iranien pourrait s’écrouler sous le poids de ses propres contradictions internes. En effet, pour les ayatollahs iraniens, le coronavirus représente un véritable événement qu’on puisse qualifier de «cygne noir».

Le terme, popularisé par l’érudit Nassim Nicholas Taleb dans son  livre du même nom en 2008, fait référence à un événement improbable qui ne peut être raisonnablement prévu, mais qui a des conséquences profondes – et potentiellement catastrophiques -. C’est ce que le COVID-19 est pour l’Iran.

Les problèmes commencent avec la santé défaillante de la classe dirigeante iranienne. Les échelons supérieurs de la direction iranienne sont massivement vieillissants et infirmes, et le coronavirus fait des ravages dans cette cohorte. Au 4 mars, le  Washington Post  avait éclairé que la maladie avait affligé «environ deux douzaines de députés et au moins 15 autres personnalités actuelles ou anciennes». Ce chiffre a considérablement augmenté depuis lors, tout comme le nombre de victimes de haut niveau en République islamique. À ce jour, le virus est réputé avoir coûté la vie à Mohammad Mirmohammadi, conseiller du chef suprême Ali Khamenei, à l’ancien vice-ministre des Affaires étrangères Hossein Sheikholeslam, aux parlementaires Mohammad Ali Ramezani Dastak et Fatimeh Rehber, et au moins trois autres fonctionnaires. L’ayatollah Hashem Bathaei-Golpaygani, membre de l’Assemblée des experts iraniens , est décédé lundi des suites d’un coronavirus. On peut certainement s’attendre à plus dans les prochains jours.

Mais le coronavirus a imposé un coût politique encore plus élevé au régime, car il a révélé que l’élite cléricale dirigeante du pays est incompétente et déconnectée. Le pays est maintenant en proie à une profonde crise politique et sanitaire. Elle a été provoquée, non seulement, par l’incapacité du gouvernement iranien à contenir correctement la propagation du virus, mais aussi par sa complicité à dissimuler et à minimiser sa véritable portée.

Selon l’Université Johns Hopkins, l’Iran occupe le troisième rang mondial – derrière la Chine, le point d’origine de la maladie, et l’Italie – pour le nombre d’infections au coronavirus. Mais le nombre de cas iraniens de la maladie actuellement signalés (qui s’élève à plus de 10 000 à ce jour) est probablement une sous-estimation flagrante. Compte tenu des données disponibles sur les cas documentés – y compris des incidents très médiatisés d’infection de politiciens iraniens – des observateurs extérieurs disent  que le nombre réel de cas de coronavirus en Iran pourrait en fait être dans des ordres de grandeur plus élevés.

Le régime iranien, bien sûr, a fait tout son possible pour minimiser l’étendue réelle de la crise qui ravage actuellement le pays. Mais des vidéos virales et des publications sur les réseaux sociaux de personnes souffrant de coronavirus s’effondrant dans les rues du pays et de professionnels de la santé iraniens plaidant pour une assistance internationale ont brossé un tableau très différent du monde. À la suite de la dernière erreur politique directe du régime – la destruction accidentelle le 8 janvier d’un avion de ligne civil ukrainien à Téhéran  – la réponse bâclée du gouvernement iranien au coronavirus renforce le fait que ses dirigeants sont déconnectés, dissociés de la réalité et simplement incompétents .

Mais le coronavirus n’est pas seulement un défi politique pour les ayatollahs iraniens. C’est aussi un coup dur pour leur légitimité idéologique. Les centres religieux du pays (comme la ville sainte de Qom) sont devenus des épicentres d’infection. Et la réponse extrêmement lente du régime à la propagation de la maladie dans ces endroits a encore mis en évidence le décalage entre l’establishment religieux du pays et le reste de sa population. En effet, comme le note Mehdi Khalaji du Washington Institute, ces dernières années, les responsables religieux iraniens «ont rejeté sans compromis la médecine moderne et promeuvent la« médecine islamique »en tant que véritable science inspirée de la connaissance divine.» Aujourd’hui, cette politique a des conséquences désastreuses sur la santé globale du pays.

Le régime iranien survivra-t-il intact à la crise actuelle? C’est possible. Mais il n’est pas hors de portée de penser que, avant de suivre son cours, le coronavirus pourrait finir par accomplir ce que des années d’actions occidentales n’ont pas pu faire : provoquer l’effondrement du régime clérical à Téhéran. Après tout, il a déjà réussi à démolir les derniers vestiges de la légitimité du régime.

ILAN BERMAN est le vice-président senior de l’American Foreign Policy Council.

Contenu Correspondant